Carte postale des arbres

 

 

 

il y a quelque chose avec les arbres – il y en avait un devant chez Djé (j’y montais parfois je n’avais pas sept ans) la maison dont le rez-de-chaussée était loué avant qu’on parte – et puis j’ai lu un texte évoquant un voyage que fit avec son père une amie, et disant « je n’ai pas souvenir d’y avoir vu des arbres » et voilà en quoi ces images peuvent apparaître ici, pour cette reprise – on reparlera cinéma, évidemment – 

 

il y a sous chacune des images prises par le nouveau nino des chiffres

celle-ci porte comme titre donc 20220807_081438 (la suivante se termine par 40)

il s’agit de la même, date – au format amerlok année mois jour – puis heure normalement constituée il était alors huit heures quatorze minutes et trente-huit ou quarante secondes.

(20220808_090315) je voudrais ne pas oublier – je préférerais alors le matin, souvent au lever

(20220809_075303) je réalise la même image – à peu près –

(20220809_075305) on les double parce que parfois on n’est pas sûr – on n’est sûr de rien avec les photos – c’est un cerisier (je ne sais s’il m’appartient de le reproduire ici) – dans le jardin il y en a trois – aucun n’est à moi

(20220810_082604) à l’arrière plan, à gauche, le frêne (majestueux)

(20220810_082606) à droite la petite maison ancienne étable où on allait traire mais qu’on a l’ambition de transformer en annexe –

(20220811_061424) c’est un lever de jour, le cerisier est à droite – la petite maison hors champ –

(20220811_061426) à l’extrême gauche, le sapin planté il y a quarante ans peut-être après ce Noël-là

(20220811_061427) le point de vue est différent – depuis la chambre du haut (il en est une autre qu’on aménage) (un travail de titan ou de romain je ne sais pas trop – je ne goûte pas trop le bricolage – non plus que le jardinage – je préfère simplement lire par exemple)

(20220811_081448) ce fut un bel été, chaud et sec – comme on les aime – il y a ces jours-ci ici (et sans doute ailleurs) quelque chose comme une complaisance à trouver que le changement climatique a revêtu quelque influence et qu’il est inutile de tenter de le nier (comme on le faisait il n’y a que quelques années, il me semble) : c’est cette unanimité qui questionne et agace

(20220812_082924) on en parle (les haies sont cependant, dans ce territoire-là toujours et encore détruites, le passage des machines gouverne les actions) et c’est suffisant (on a suffisamment peur de ce qui se passera) – il y a quelque chose du dégoût

(20220813_070115) on passe en paysage par quelle bizarrerie ? je ne sais

(20220813_070120)  l’herbe était jaunie, il ne pleuvait guère – il y a deux ans de ça, on tentait de sortir la tête de l’eau croupie du (ou de la, c’est comme tu veux) covid (quelle est la signification de ce sigle acronyme ? je ne sais plus*)

(20220814_083014) il n’y a rien d’intentionnel, dans ces images, c’est sans mise en scène je veux dire – ça se prend comme ça vient –

Exif_JPEG_420

(IMG_20220819_074536) il y a sans doute là le nouveau nino (ou le nouveau nouveau – il a fallu aller en acheter un nouveau (cent vingt neuf quand même) , le premier ne voulait plus s’allumer, le second faisait braire à ne pas vouloir capter le mince faisceau d’onde internet dont jouit l’endroit – enfin ça a été la merde assez complète – non pardon, la croix et la bannière – au niveau du matériel

Exif_JPEG_420

(IMG_20220819_074538) il importe donc quelque chose d’autre (quelque métadonnée je suppose) je ne crois pas voir de différence sensible

Exif_JPEG_420

(IMG_20220820_072753) (il semble que ce soit la même légende) peu importe – on importe d’un dossier « cerisier » placé dans un autre « août 2022″lequel se trouve sur le bureau (ce moment du travail prenait deux minutes et vingt deux secondes précédemment)

Exif_JPEG_420

(IMG_20220820_072754) une minute vingt-trois à présent ( sans compter la rédaction) (il faut aussi mettre l’image aux dimensions – copier les informations)(ouvrir et fermer les parenthèses)

Exif_JPEG_420

(IMG_20220821_074417) voici l’avant dernier cliché – quelques nuages peut-être -il s’agissait de reprendre ici l’exploration de la maison[s]témoin – laquelle compte déjà une exploration du même jardin – ou plusieurs

Exif_JPEG_420

(IMG_20220821_074418) quelques jours cet été-là

*: c’est revenu : co pour corona (soit couronne); vi  pour virus; pour disease (maladie en amerlok ou angliche – pourquoi pas m ? parce que ça fait mieux)

 

 

Cet arbre est l’objet de quelques attentions ici 

puis là

et un tout petit peu là (juste son ombre); probablement ailleurs encore

on l’aperçoit ailleurs encore et dans d’autres dispositions 

 

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Carte postale des arbres »

  1. et bien malgré les ennuis de matériel, c’est beau et assez captivant ces successions
    (quant au réchauffement climatique je ne sais… sais seulement que moi qui aimais les étés chauds et secs là je crains de recommencer ce qu’il fut — et je ne crois pas que ce soit uniquement dû à l’âge… les plantes aussi sont à bout de force)

  2. @brigitte celerier : il me semble bien percevoir pourtant cet état d’esprit furieusement contemporain (« notre époque est (tellement) exceptionnelle » :voyez le discours du petit cintré bleu jésuite ce jour en son « conseil des ministres » – quelle mascarade…)

  3. oh je me tiens à bonne distance des dires de cet homme (surtout ceux qui nous parviennent et nous sont destinés pour plaire ou choquer)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.