Fumeur ou non fumeur ?

Fumeur M!ca Popovic_DH

(cliquer pour agrandir la photo)

Je m’étais posé la question en arrivant : pourra-t-on fumer dans la maison ? J’y pensais en regardant mardi soir les pipes d’André Breton posées sur son bureau au Centre Pompidou.

Il fut une époque où je fumais des cigarettes (avec ou sans marque américaine), je possédais même une petite boîte métallique pour rouler automatiquement celles qui étaient hors commerce, et puis du tabac Amsterdamer (je revois les pochettes bleu sombre), surtout à cause de son parfum, dans une pipe hollandaise en écume de mer avec un embout jaune.

Ici, va-t-on installer un coin « fumeurs » (La philosophie dans le fumoir, cela me plairait !), pratiquer une sorte de ségrégation comme elle s’est répandue partout maintenant, dans les cafés, les restaurants, les bibliothèques, les lieux publics – ne plus pouvoir allumer une cigarette dans une gare en attendant sa bien-aimée, quelle régression ! – les trains, les bus, les métros, bientôt la rue elle-même, et tout lieu dans la nature ?

J’ai donc décidé d’installer le tableau ci-dessus dans l’entrée (mais il pourra être enlevé après un vote en assemblée générale s’il pose un problème), il s’agit de l’œuvre d’un artiste serbe, Mića Popović, qui est exposé en ce moment juste en face du temple de la culture à Beaubourg.

Sinon, je verrais bien à sa place, pour calmer les opposants éventuels à cette idée fumeuse, une reproduction du Magritte sur lequel ce cher Michel Foucault écrivit une très belle analyse (Fata Morgana, 1973) :  Ceci n’est pas une pipe.

7 réflexions au sujet de « Fumeur ou non fumeur ? »

  1. je crains fort que ce soit non fumeur – on risquerait gros sans cela – alors merci pour le tableau, qui permet un moment de rêve (s’imaginer que l’on est ce singe rêveur, la cigarette est si bonne pour ça) et mettre un petit auvent devant la porte avec un cendrier (tant de jardins amis maintenant où le maître et la maîtresse de maison ont un oeil si inquiet et réprobateur sur votre cendre et cigarette qu’on n’a plus qu’à l’éteindre contre sa semelle, la tenir avec un air perdu, et ils se précipitent avec soulagement, vous la prennent et rentrent en la tenant entre deux doigts dégoûtés pour la jeter dans leur poubelle)

  2. @ Brigitte : seule une assemblée générale démocratique pourra décider de ce point même si incandescent.

  3. @ Christine Simon : Mais tout cela est de la fiction…

    Un jour – imaginons – une interdiction globale envahira, telle un gros nuage de fumée invisible, les lieux privés qui seront sous surveillance généralisée.

    Les lieux privés seront privés de leur personnalité. L’espace public (étatique) aura tout envahi (fiction).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *