Partir (# résister, toujours – et n’oublier, jamais)

 

 

 

on n’est jamais sûr de rien – il faut aller travailler, paraît-il – obligatoire et nécessaire : comme si ce chômage était de notre fait, tu sais – je cherche une maison dans les bleus, de plain pied, avec une terrasse sur l’arrière, couverte si possible – ce n’est qu’un décor tu me diras, en effet – il y a au bout de la perspective, du point de vue qu’ils nomment « Miradouro », au flanc d’une des collines de Lisbonne, un tout petit bout de jardin, on y découvre cette splendeur

il faut gravir la pente, certes – ça ne fait rien, il doit bien y avoir un funiculaire, un tram ou quelque chose qui repose les vieux muscles – il y avait cette petite carriole de papa Omri à Marseille avant qu’on ne la lui retire

le type ne gêne personne, il fait même oeuvre sociale et on l’emmerde(on pétitionne ici si on veut)  – ça me fait souvenir (il arrive la même chose à Mevlut) de ce beau livre « Cette chose étrange en moi » (Orhan Pamuk, 2014) sous-titrée « La vie, les aventures, les rêves du marchand de boza Mevlut Karatas et l’histoire de ses amis et Tableau de la vie d’Istanbul entre 1969 et 2012, vue par les yeux de nombreux personnages » (traduit du turc (folio) par Valérie Gay-Atskoy) augmenté d’un index et d’une chronologie ainsi que d’une photo d’un vendeur de boza que je replace ici

la boza est une boisson turque traditionnelle – on a besoin de vacances, on irait sur le Bosphore ou faire le tour de la mer Noire en auto – il n’y aurait pas la guerre, ni le tsar ni ce fumier ni toutes ces ordures, le monde serait joli en paix – mais non – je n’ai que quelques images, je dois travailler, faire visiter peut-être mais en août ? y’a quelqu’un, tu crois ? Pendant la réclusion, on a bien essayé de résister mais à présent les gens partent en vacances ou quoi ?

on n’abandonne jamais complètement (il y a soixante ans, ça se passait comme ça, une 403 bleu nuit (c’est encore en noir et blanc comme tu vois) à l’avant qui conduit un type qui fume une Gitane, sa femme est à côté de lui, elle s’est penchée vers lui a posé sa main sur son bras, derrière il y a leurs quatre enfants qui s’extasient en presque silence tellement ils sont cois – il est tard, la journée a été longue et les lumières brillent sur la ville, une ville qu’ils n’avaient jamais vue les fenêtres sont ouvertes on roule tranquillement – comme si c’était hier) – presque – alors les vacances ? encore une image, une de l’endroit qu’ils viennent de quitter (et ensuite, on clôt pour quelques numéros)

une dernière d’où j’aurais du me trouver si tout n’avait pas été chamboulé – mais tu sais quoi ? on s’en fout complètement de ce chamboulement – on bronze on rit on rêve…

bonnes vacances s’il vous agrée d’en prendre

 

 

(l’image d’entrée de billet est due à Brigitte Célérier, qu’elle en soit ici remerciée)

 

 

 

Une réflexion sur « Partir (# résister, toujours – et n’oublier, jamais) »

  1. merci pour la dernière phrase, je me disais la connais mais d’où ?

    l’importance de ces petits métiers (au Mourillon les petites carrioles de glaciers et nos préférences basées sur rien d’autre que le propriétaire et son bagout ou sa gentillesse) remplacés maintenant par des marchands d’esquimaux qui changent tout le temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *