La mémoire de l’eau

 

Il ne s’agit pas d’une obsession, mais ça hante. C’est une affaire personnelle, certainement, mais depuis longtemps, elle se tient là, et il a bien fallu s’en saisir. A chacun des passages ici, la question se pose : pourquoi, sinon faire vivre cette maison afin qu’elle témoigne de quelque chose – et c’est du cinéma (j’ai tordu la consigne du lieu, mais tant pis). Il n’est pas question d’essayer de tenter une comparaison entre les films ou les billets – ça ne se compare pas, la comparaison (le bench marking, ce terme magnifique qu’on doit à la science du marketing – ce terme magnifique – on tient en magasin aussi le reporting qui lui aussi… enfin toute cette glaise poisseuse qui fait la communication) la comparaison, donc, c’est la porte ouverte à l’efficacité, la performance, et je crois, la mort : je ne tiens pas à l’ouvrir. On a cependant parlé ici du film de Costa Gavras, Missing (le billet porte le nom d’un des massacrés dans le stade de Santiago, en soixante treize – Charles Horman). On a parlé ailleurs de ce pays (pendant le week-end et un atelier d’écriture). On connait les ennemis, ce sont l’oubli, l’ennui, le lissage de la mémoire. Alors, on se bat.

 

 

Il s’agit d’une histoire d’eau – et d’une histoire de mémoire. Ce n’est pas une histoire, c’est l’histoire – je ne lui mets pas de majuscule parce que ce genre de truc n’en a pas besoin : il s’agit de quelque chose qui se fait, qui se raconte peut-être, qui finit par s’oublier. L’humanité dans toute son horreur, exactement.

Il s’agit d’un film documentaire, c’est-à-dire qu’il raconte, disons, une histoire vraie. La vérité, c’est un peu comme la mémoire, ça peut s’user si on l’oublie. Par exemple, c’est une date fatidique dans l’histoire du monde. De quel monde ? Une date exceptionnelle : la chute d’un régime, un coup d’état militaire, le bombardement de ce qui se nommerait chez nous le palais de l’Elysées : des avions de chasse le survolent et lancent des bombes. C’est ainsi que les choses se sont passées, le onze septembre mille neuf cent soixante treize. C’est au Chili, au bout du monde; de quel monde ? (1)

C’est une histoire d’eau

il s’agit d’un film documentaire, réalisé par Patrizio Guzman (j’ai longtemps cherché le compte-rendu de son passage au Jeu de Paume,un jour à l’invitation de, croyais-je me souvenir, Christian Delage mais je me suis trompé, sans doute). Même si on ne l’utilise pas, la mémoire s’use, il faut faire attention.

Le Chili est un pays qui possède plusieurs milliers de kilomètres de côtes, il est bordé par l’océan Pacifique, et en arrivant là, bien sûr, les colons ont chassé, tué, terrorisé, abattu, torturé, anéanti la civilisation qui leur était antérieure. L’histoire de ce film est faite de ces gens (il en reste quelques uns, ils parlent encore leur langue, ils ont toujours une mémoire) : ici l’une d’elle Gabriela

le réalisateur lui demande de traduire des mots, et lorsqu’il lui demande « Dieu », elle sourit et lui dit non de la tête. Tout est dit, sans doute.

C’est un pays, c’est l’histoire d’un bouton de nacre : celui qu’on a offert à l’un de ces Patagoniens – on l’a ensuite appelé Jimmy Button, on l’a rapatrié au Royaume-Uni, on l’a civilisé, toutes choses qui sont des atteintes destructrices majeures de son identité, pour un bouton. Massacre, génocide, tuerie : passons à notre contemporain. Le général prend la parole, martial  et fier de lui, de sa force, de ses armes et de ses hommes. Ils remettront de l’ordre dans cette nation qu’ils aiment. D’abord, ils auront tué Salvador Allende.

C’est l’histoire de ces gens qu’on tuait, et dont on lestait les corps avec des morceaux de rail (on met en scène cette ignominie, pour ne pas oublier), cette histoire, là, les corps mutilés et torturés, écrasés sous des blocs d’acier, ceints de fil de fer, enfermés dans des sacs en toile et précipités ensuite dans l’océan Pacifique, dans l’eau. Pour qu’on ne les retrouve jamais. Effacer leur mémoire et leurs vies. C’est l’histoire de cette eau, qui sans doute, on le croit, on le pense, se souvient.

On connait la fin, le but avoué, des milliers d’opposants torturés massacrés, mis à mort, tués . On ne retrouvera jamais leurs corps. On se souvient du stade, on se souvient de la fin de ce général, malade et recueilli par le Royaume-Uni, où on cachait l’ordure dans une clinique. Dans l’eau restent encore les morceaux de rail (voilà quarante cinq ans qu’ils gisent). Les retrouver, les repêcher, c’est le but de la justice, ensuite à la fin du siècle dernier, retrouver ces traces, ces preuves des actes de la nature humaine. Et fiché dans l’un de ces rails

ce bouton.

L’eau se souvient.

 

 

(1) il y eut comme on sait un autre onze septembre – il y en a tous les ans, c’est sans doute immuable – on a la faiblesse de croire que ceux (y’avait pas de femmes, tiens) qui ont commis cet attentat contre le centre du commerce mondial (rien que ça, en même temps) ne voulaient pas honorer les Chiliens, et ceux qui ont péri sous les coups, les tortures, les balles. Il ne fait aucun doute, cependant, que l’agence CIA est pour beaucoup – peut-être pas pour tout – dans le meurtre de Salvador Allende et de la démocratie chilienne de l’époque (comme des meurtres de tant d’autres). Cependant encore, cette démocratie renaît.

Cette chanson (sans grand rapport mais quand même) en hommage à tous ceux-là.

Le bouton de nacre, un film (splendide et) documentaire de Patrizio Guzman (2015).

les couleurs de Douchanbé

 

D’un voyage à l’autre #4 : espèce de série inspirée disons des voyages effectués par O.Hodasava sur son site Dreamlands virtual tour.

 

Douchanbé, c’est une localité du Tadjikistan – c’en est même la capitale – (ou Dushanbé) – Asie centrale, ex-union des républiques socialistes soviétiques – en gros c’est là

 

c’est pour qu’on se repère (en vert) – les billets de Dreamlands virtual tour sont, depuis quelque jours, orientés Asie Douchanbé pourquoi pas – on parle aujourd’hui de ce que d’autres pourraient voir là-bas – je suis coutumier du fait  (il s’agit de la quatrième recension des diverses recherches que j’entreprends le matin, vers sept heures trente quelque chose) (en semaine) – on aura ici, oules 3 premiers billets de cette affaire – en vrai c’est donc la capitale (je croyais que c’était Tachkent mais je me trompais – c’est celle du voisin, l’Ouzbékistan) (il s’agit d’un pays sans mer) l’hiver il y fait froid – la voiture robot n’y passe évidemment pas – le capitalisme a ses propres fantasmes comme on sait – ce sont donc des images réalisées par quelques personnes j’imagine – je ne sais pas lire l’alphabet tadjik (j’imagine qu’elles et ils parlent tadjik) (un peu comme le russe je suppose – j’en sais rien) – il y en a du reste un bon paquet de ces images réalisées par un gonze qui va en vélo (ou une gonzesse, j’en sais rien non plus) (quoique le vélo, comme on le voit là, gauche cadre, soit plutôt marqué masculin – bof mais quand même)

quatorze images donc de ce lieu (ici réparer son vélo), de ce que j’en ai plus ou moins retenu – il y a des couleurs surtout – et peut-être comme toujours, je n’irais jamais là-bas – le peut-être est quasiment certain – qui peut dire ? je n’ai pas le temps, j’ai des trucs à faire – on ne va pas non plus mourir tout de suite – avançons, voulez-vous ? ce qui est sur le mur d’une salle de sport (pas mal de salle de sports muscu truc à la con mais peu importe – l’âme slave le corps quelque chose ? peut-être bien – en tout cas ceci

un mec un vrai (à pleurer ? peut-être, qui sait ?) – se faire couper les cheveux (traitement d’image du coiffeur et non de l’auteur du billet)

(c’est moi, ou ça vous a quelque chose de semblable ?) ( c’est moi, certes) c’était l’intérieur, passons au patio

(je ne connais pas signification de ce signe droite cadre, petit doigt levé (tant que ce n’est pas le majeur) quelque chose de la couleur – entrez, par ici (ils’agit d’un autre restaurant)

une espèce de carnet de voyage, un passage dans le temps et l’espace – je passe, je m’en vais – c’est imaginaire, c’est collaboratif, c’est enrichissant – j’avance, je mets un disque d’Amalia et puis je continue –

remarquable, sans doute – jardins, rues, chemins, je ne m’attarde pas, je me suis donné une heure avant de reprendre la saisie – j’aime voyager

locomotive à vapeur, char d’assaut pour la victoire finale de l’étoile rouge

il y a une flopée d’images de machin (le chef, le leader maximo, le fürher, que sais-je ? mais j’en mets pas, tu m’excuseras), il y a de la neige et des enfants des jeunes gens

le monde comme il va, mais surtout des couleurs, j’ai aimé, à Duchanbé, les couleurs, les verts de ces murs des arbres de la haie de l’auto

(sous son drap on ne la reconnaît pas, l’arbre cache l’écusson) (une Lada peut-être bien) – les couleurs, ce vert pastel, cet or, ce bleu

celles de cet homme assis en gris comme s’il ne voulait pas être dans l’image, le rouge du mur, la porte dans les jaunes, la veste  et le vert derrière la rampe blanche- qui sait ce qu’on prend en photo ? – le soleil sur le pavé bicolore

il en reste une, je ne sais plus, où se cache-t-elle ?

Ici la sculpture devant l’aéroport international – voici la dernière, au revoir, adieu à bientôt (c’est l’opéra Ayni et presque le monde est déjà parti…) (dans les rouges, fatalement

3 films français

 

 

 

Trois fois sur le métier – trois films français – et pourtant, la nation… – enfin surtout lorsqu’elle est représentée par celui qui nous promet « le pire » – je suis tellement dégoûté de cette tournure – « lorsqu’on va dans des manifestations, on est complice du pire » a-t-il le front d’affirmer – mais n’importe on n’est pas là pour parler de cet ectoplasme en manche de chemise – cependant, il n’est pas douteux que le pire est à venir…

Brisons là, parlons d’autre chose.

Ce sera dans la pièce à vivre, ce sera facile comme une comédie, il n’y aura pas trop de tristesse, pas trop de drame, et la vie, comme un rêve…

Une première avec « les Estivants » (Valéria Bruni-Tedesci dans le premier rôle, une famille riche, des serviteurs, lutte des classes et faux semblants – quelque chose qui nous met mal à l’aise, mais le propos est de comédie, quand même – une fin dans le brouillard, somptueuse – de toutes les manières, VBT on l’aime (elle peut avoir le beauf qu’elle veut – et celui qu’elle a l’est particulièrement) – ça se passe dans sa villa du cap Nègre, sa mère, sa fille et sa tante sont au générique aussi- quelque chose avec les acteurs, formidable)

Une deuxième avec « Tout ce qu’il me reste de la révolution » (Judith Davis, extra) – il s’agit d’un collectif, on se réunit dans une salle de classe mise à disposition par un directeur d’école (l’amoureux qui vient) et on parle de choses qui nous émeuvent : par exemple, on énonce une chose dont on est sûr et certain (quelque chose de magique – vers la fin son beauf gifle sa meilleure amie (photo d’entrée de billet : Claire Dumas, extra aussi)  parce qu’il se laisse entraîner à jouer le rôle qu’il joue dans sa vie professionnelle) (beaucoup de tendresse de nervosité de vérités)

Et trois avec « Deux fils » (ici, Yvan, le cadet – incarné par un Mathieu Capella dont il semble qu’il s’agisse d’un premier rôle)

– à la réalisation Félix Moati, un acteur aussi qu’on avait aimé dans « Gaspard va au mariage » (Antony Cordier, 2017), qui joue aussi dans « Le grand bain » (Gilles Lelouche, 2018) – avec une merveille lorsque la protale du lycée de cet Yvan annonce à son père (Benoît Poolvoerde, en écrivain qui a jeté aux orties son cabinet de médecin) « Yvan traverse un épisode compliqué de sa vie… avec votre cancer » et lui « Je n’ai pas de cancer…  » (il sourit)

– un peu Quatre cents coups (le « ma mère est morte ! » de Doisnel, tu te souviens sûrement), un peu comédie américaine (dialogues ping pong, et drôles et des sous-titres sous l’eau sans qu’on entendent les deux amoureux se parler puisqu’ils ne se parlent pas… – l’aîné (Vincent Lacoste) et Anaïs Demoustier) quelque chose du cinéma, de la comédie, de la légèreté et du rire – quelque chose aussi de la maladie du monde, d’ici, cette France… : on en a un peu besoin quand même (en tout cas plus que de ce « grand » débat enfumant le reste des vérités (on y retourne samedi ?) (euh oui… mais au cinéma)

les 13 autres – suite du précédent

 

Trouvée, cette citation qui énonce l’ambition de ce travail (je crains de n’y pas parvenir cependant) : Nous attendons à tort une explication alors qu’une description constitue la solution de la difficulté, pour peu que nous lui donnions sa juste place, que nous nous arrêtions à elle, sans chercher à la dépasser. C’est cela qui est difficile, s’arrêter. Ludwig Wittgenstein (1)

(« la juste place » en question, je ne suis pas  si sûr de l’avoir trouvée) (et d’y être encore moins) Dans les gravats et  dans les murs quand même.

 

A propos du dernier des treize précédents, on note qu’il fait partie de cette humanité qui détermine que survivre sera difficile pour tout le monde et que, donc (l’île en sa possession doit en être une espèce d’avatar) il est bon de préparer l’après-chaos (autant que l’esclavagiste (11) est libertarien – secte plus ou moins abjecte à laquelle appartiennent aussi, dit-on les frères Koch – en 6° et 7° position dans ce recensement – ainsi que, par exemple,  Clint Eastwood ou d’autres du même acabit. J’ai en effet dépassé, déjà, la description – mais tant pis ) autant celui-là est transhumaniste – même genre de truc dégueulasse qui prône un homme immortel (mais riche quand même vu qu’il parvient à se payer les meilleures techniques et soins pour prolonger la vie – et d’abord la sienne, évidemment). Si on n’avait pas encore (je m’égare) le sens de ces réalités, elles sont donc ainsi exposées noir sur blanc.

Quatorze : (1973, informatique – un demi-gog) (image en grand qui doit dater de dix ans)(computer scientist) dégingandé coooool (wtf) (trop de sourire le tue)

Je continue par ordre alphabétique mais on devrait mettre ici le 22 vu qu’ils sont ensemble  (plus ou moins) (avant que l’un ne mange l’autre – ou lycée de Versailles) (bah)

Quinze : (1928 – l’un des plus âgés de la bande – ça ne veut plus rien dire, je sais bien : je veux dire les images, ne rendent pas compte des 90/1 balais du magnat – on se perd en conjectures : est-il né le 29 janvier 28 ou le 28 janvier 29 ? – la question est grave – en tout cas, bon anniversaire ..!!! – immobilier Hong-kong)

Seize : Li Ka-Sing (1929 – je crois que c’est sûr – entrepreneur armateur juge de paix – Hong Kong comme le précédent) ( il a lâché l’affaire en mars 18)

refilé le bébé à son fils Victor (lol) (Victor Li Tzar-Kuoi – je meSerts des majuscules mais c’est que je ne sais pas – so sorry – mais je ne me laisse pas, cependant, dépasser) une image dudit successeur en compagnie de son père

Dix sept : (tir groupé) une jeunesse – 47 – sans cravate sans doute ceci explique-t-il cela – telecom, internet; Chine) (moyennement rigolo, hein)

Dix-huit : (le plus jeune 34 – us – philanthrope paraît-il) (un tout petit peu de cravate – la jeunesse – mais très content de lui)

Dix-neuf : (franchement copain avec la maire d’ici Paris – a succédé à Rudy Juliani (toujours très copain de Trump) comme maire de New-York, c’est pour ça) (78, us, finances) (une seule image, cravate rouge rayé machin)

homme d’affaire versé dans l’analyse financière (il a failli faire président mais s’est retiré, laissant la place au peroxydé – républicain évidemment, puis indépendant, voilà qu’il est devenu démocrate – y’a que les imbéciles etc.)

Vingt (interminable…) : (61 (héritier-mégalo), Inde, télécom santé média énergie)

(cravate pas mal, micro, sourire) défraie (à peine) une certaine chronique avec le mariage de sa fille (décembre 18) (dépense à peine cent millions de dollars pour cette petite fête – elle est mariée avec l’héritier d’un autre milliardaire indien, Piramal pharmacie/ finances / immobilier : il vaut mieux rester entre soi) (vit dans un pied-à-terre immense (37 000 mètres carrés dit une chronique – salle de ciné/terrain de tennis/piscines gratte-ciel etc.)

Vingt-et-un : 

encore un fils (mais c’est l’aîné) du Sam précédent (décédé) (sa soeur en number one ici) (son frère en 12), us 74 épicier)

Vingt deux : (lui c’est le président – de ogle – , le 14 est dégé, on va pas pinailler non plus) (45, us) (on dit Sergey maintenant, parce que là ça fait un peu russe)

sourire micro dégingandé quand même

Vingt-trois : 75, us, casinos immobilier (copain de Netanyahou, c’est tout dire)

Vingt-quatre : 62, us, informatique (vaguement le sentiment qu’il est à la retraite mais je dois me tromper) (copain comme cochon avec Bill Gates- numéro 4 des merveilles d’ici) (moins riche, sans doute ?)

 zéro cravate (c’est pour ça le plan retraite) (sportif en diable)

Vingt-cinq : 64, Chine, tourisme hôtellerie cinéma (d’état tout ça)

(tout le kit et même plus – signifiant : traduction) (pas un marrant non plus)

Vingt-six : 89 us finances assurances (copain comme cochon avec le 4, participations croisées etc.)

 

Que de turpitudes  (l’argent ne fait pas le bonheur etc. – j’en ai fini, ça ne m’a pas plu, tant pis – ces gens sont d’un convenu, avec leurs cravates, leurs sourires, leurs airs entendus, c’est à pleurer de l’humanité – même si certains, sans doute, se montrent philanthropes (pour échapper au fisc, remarque : mais c’est que l’Etat ne fonctionne pas non plus tellement bien – et la guerre, dans tout ça ? aucun marchand d’armes, aucun militaire si je ne m’abuse – ça n’enrichirait donc pas ?) (et la vraie réalité des choses ? ils ne mangent quand même pas plus que trois fois par jour, dorment, rêvent, vont aux commodités seraient-elles ornées d’or, le papier qu’ils utilisent – et puis circulez – il y avait aussi cette propension qu’ils affichent pour les demeures excessives (des villas de 1200 mètres, la maison de l’indien plusieurs dizaines de milliers- le nombre de domestiques et tout ce bataclan qui indique quelque chose de l’excès sans doute) pendant ce temps-là, les trois milliards six cent millions les plus pauvres qui se battent pour des racines ou des miettes – je ne sais pas bien, j’ai un peu de difficultés) ( drôle de travail que je m’impose certes – peu importe : il y a aussi d’autres « chiens de garde »  qui défendent l’ordure je sais bien aussi)

Se posera la question de la photo d’entrée de blog – je ne suis pas certain d’être intéressé non plus – je préfère les belles choses… Ça n’a pas d’attrait – je me disais »parler des « Invisibles » avant – peut-être on verra (c’est fait).

 

 

 

(1) en préface présentation à l’article d’Alexandre Laumonier pour son roman 4 paru chez Zone sensible (maison d’édition qu’il dirige d’ailleurs) .

Les rendre visibles

 

 

 je me disais « mettons les treize autres richards, on verra plus tard » – le billet est prêt – je suis en avance c’est beau et c’est rare – je ne sais pas quel est ce calendrier, ni cet agenda mais tant pis, je continue – on avait déjà vu « Discount » du même Louis-Julien Petit ( qui avait quelque ressemblance : on en avait un peu parlé ici) – et puis non, ici et maintenant. Disons : c’est un film dont les rôles principaux sont tenus par des femmes, et c’est important à souligner. C’est important de savoir que le monde tourne grâce à elles – et peut-être d’abord : il y a toujours, et partout, des gens (ce sont des femmes, le plus souvent) qui aident les autres, qui les éduquent les soignent les lavent les secourent et les nourrissent (ce sont ces jours dont on connaît la venue, ceux des « établissements d’hébergements pour personnes âgées dépendantes » et rien que l’intitulé donne envie de tout foutre en l’air) (je m’égare, pardon). Le film montre des femmes qui n’ont pas de domicile et qui tentent de survivre dans ce monde idiot et brutal créé par des hommes (ou des femmes, c’est selon) (mais plutôt des hommes quand même). 

 

Il s’agit d’un établissement dit « de jour » : on y accueille durant la journée des femmes qui n’ont pas où aller – sinon la rue. Trois salariées, une bénévole, une vingtaine de résidentes ; on y tente de vivre et de trouver du travail.

(ici, de dos (invisible elle aussi) la directrice de l’établissement; de face les invisibles). Le propre du film est premièrement de nous les montrer; de nous les donner à voir – on ne les voit plus, on les oublie et à la rue, elles meurent – eux aussi, mais elles meurent. c’est que ce monde de performance, d’efficacité imbécile et de concurrence absurde ne veut pas voir ce qu’il crée – il faut aller les voir cependant. Deuxièmement de les faire exister et vivre, réellement – une heure et demie, peut-être, mais exister.

Ici l’assistante sociale (incarnée avec joie finesse et subtilité par Audrey Lamy), là la directrice

Corinne Masiero (retenue, drôle et puissante), puis la stagiaire gauche cadre

Déborah Lukumena solaire et spontanée

(on l’avait vue dans « Divines » tu te souviens je crois) (Houda Benyamina, 2016) et enfin la bénévole, Noémie Lvovski

(fébrile, fragile si vraie) (elle va vendre sa télé, tiens) (ouvrez les yeux, hein)

toute une pléiade de femmes aux âges différents

attachantes parce que gaies ou pas mais vivantes, aux voix et aux yeux limpides ou atterrés – le centre de jour fermera (on le rouvrira parce que la loi – incarnée ici par Brigitte Sy

n’a pas le dernier mot (ce qu’on décèle c’est la direction d’acteurs, magique, on dirait Renoir : toutes sont justes sans jouer – ainsi en va-t-il aussi des acteurs, mais ils sont loin dans l’ordre des rôles, et on les oublie) (le méchant n’est pas si méchant que Jules Berry, non) (on a droit au jeune barbalakon quand même, remarque bien) : parce que la loi est inique, et que lorsqu’elle l’est, il est bon de la transgresser et de la changer – on préparera une journée portes ouvertes

accueillant le voisinage et plus, une réussite – un moment de joie et de danse

on est heureux, et parfois on pleure, on oublie mais le monde nous rattrape – peu importe, ce qui importe c’est le chemin qu’on a parcouru, ensemble, des individus, des personnes, des sentiments et des réalités

 

Une réussite, à nouveau : Les Invisibles, un film de Louis-Julien Petit

 

(la moitié de) Vingt six merveilles du monde

 

 

 

il y a aujourd’hui (mardi, le 22 janvier 2019) dans le poste de radio (france wtf cu) un économiste qui parle et qui provoque une haine infinie pour et par ses propos (il se nomme François Bourguignon, il est interrogé et invité par un meneur de jeu nommé par mon chou, c’est pour dire – il doit être inamovible),  aujourd’hui par ailleurs (mais l’autre a provoqué l’un, comme il se doit) s’ouvre à Davos (une petite station de ski de Suisse, on fait ce qu’on peut) le forum économique mondial  (il n’y a qu’une lettre de différence, wef et wtf : ce ne peux pas être ni gratuit, ni non intentionnel ) (les grands, les riches, les pourvus se réunissent et discutent entre eux) (le peroxydé qui admire les murs, le minus méprisant et la succédanée de maggie n’iront pas – il y a là un axe, tu sais). Pour cette occasion itou, l’organisation non-gouvernementale Oxfam a pondu un rapport repris par le quotidien libération (que je ne lis pas, merci) (je me souviens l’année dernière les bruits qu’ont suscités cette organisation, cependant) (il faudra que j’étaye ces souvenirs) et la curiosité m’a poussé à chercher un peu (à peine) qui étaient ces gens-là (« et ça fait des grands slurppp, et ça fait des grands slurppp »  en disait le jacques). En réalité seulement leur tronche : ici donc le trombinocsope (comme on dit à l’assemblée nationale) de cette brochette enviable (?) (enviable, vraiment ?) (en deux épisodes, si tu permets quand même) (un peu moins que pour la série des Sorcières, on se plaint ici de n’avoir pas de cabinets d’aisance où déposer ces deux billets – tu me diras j’ai qu’à en inventer un – je les mets « ailleurs » et en « gravats »)

Ici ce qui sert de point de départ (un bout de « une » retaillé du quotidien daté d’hier je crois bien) :

(les billets qui volettent si naïvement autour du titre du journal sont des dollars)

J’ai opté pour le plus simple, soit une image de ce qui apparaît au nom de chacun, avec le moteur de recherche (il fait partie de cette litanie et à ce titre, il faut se demander comment les informations sont parvenues à ce site – comment elles sont traitées – notamment celles qui ont trait à ceux qui ont la direction de ce moteur, par exemple).

Ils sont donc vingt six. On examine un petit peu les pedigrees et on observe, disons, deux faits : quinze sont de nationalité étazunienne (soit un rapport de 0.58); deux sont femme, 24 homme (0.83). Il y aurait d’autres variables à prendre en compte (par exemple les âges, les tailles, les poids, les montants des compte en banque ou des fortunes évaluées etc.), mais laissons-là les emmerdements et découvrons ces gens.

Il se pose cependant aussi la question de l’ordre : l’alphabet sera adopté bien que je pense (là, tout de suite) (on verra) qu’il ne favorise pas l’émergence des asiatiques (6 chinois, dont deux de Hong-Kong) (au niveau des patries, disons, ou des nationalités : un espagnol, deux français, un indien, un mexicain (et libanais) : ce sera tout). Ça vous a un petit gout de rapport de force ? Allons donc…

Les treize premiers.

Voilà (number one) que l’ordinateur lui-même a classé les images par leur intitulé – les prénoms donc –  et on adoptera cette présentation qui pose en première cette dame

(pas mal de choses parviennent à la conscience : – les images c’est adorable, c’est certain, on a l’impression de connaître le truc; – éclairons un peu : c’est l’une des quatre héritières du Sam en question (on trouve deux autres de ce nom dans la liste, mais bizarrement pas le quatrième – je me renseignerai quand même) en tout cas elle est souriante (j’ai gardé  trois variables : l’année de naissance (ici 49 – soit 70 piges cette année), la nationalité (ici us) et la raison sociale (ici épicière)) – et donc, dans la suite j’ajouterai en légende ces trois variables, ou paramètres.

Vient ensuite (2) :

(1936 – 83 balais; Espagne; textile plus immobilier et télé) un seul sourire – le type est sérieux; l’hexis de la grande photo, bras fièrement croisés sur un torse puissant (ça cache la bedaine remarque bien) (elle apparaît cependant dans l’image au sourire) (il y a un point peut-être important, c’est de citer les marques dont ils sont les directeurs manageurs donneurs d’ordre employeurs – mais fuck off) (on peut remarquer que le robot sait aussi opérer une rotation suivant l’axe vertical : la grande photo est la petite première , ce sont les mêmes) (zéro cravate quand même hein)

Continuons  (3) ?

on peut entamer le joli slogan « propriétaire à la montagne, propriétaire à la mer » (70 balais aussi, french touch) – on ne présente plus le fleuron français – tellement Merci patron ! – image avec l’une de ses progénitures – la famille c’est sacré (même si on a divorcé attends) (les micros c’est joli, ça parle pendant les conseils d’administration, tu comprends) on a droit à quelques sourires (l’homme est maigre mais a migré dans le luxe comme on sait – 4° fortune mondiale) (la fierté que je ressens, tu n’imagines pas) (cravate à tous les étages pour bébert – pas certain que ça paye des impôts, ce bazar-là)

Ensuite (4)

je crois que c’est le number one question fric (ou je me trompe, c’est son pote esclavagiste libertarien – ici (11)) (en tout cas lui, c’est Bill Gates 3) (1955 : 64 printemps; us; informatique soft) il a le sourire, c’est clair comme les fonds disposés derrière l’objet de notre admiration (il y a même son image d’il y a 50 ans) (il dit bonjour) mais il est tout seul dans les images, tu vois (on a droit au tshirt « casual » du vendredi sans doute (détendu, cool) et autres joyeusetés vestimentaires)

Puis vient le (5)

le (libano) mexicain de la brochette (1940; 79 piges cette année; télécom (beaucoup) et immobiliers) (cravate, souvent, mais sait aussi être cool; image de sa jeunesse aussi, micro; pose avec l’autre avec sa cravate fluo dans les turquoises attend que je regarde :  eh bien non, l’algo change les images qu’il choisit (comme quoi, c’est pas con) et je ne retrouve plus le rigolo – sans doute un chef d’état mexicain ou quelque chose du genre – non c’est je crois Bill « Levinski » Clinton) (il a porté la barbe aussi, 173 cm de haut – lui, pas sa barbe hein) (micro un petit peu)

Au suivant (plus humiliant d’être suivi que suivant ?) (ce billet a le don de m’écoeurer, désolé) (6 et 7)

un des deux frères (me font penser à ce film, Un fauteuil pour deux, avec les deux frères Duke), voilà le suivant (le premier naît en 35; le 2, en 40 soit 84 et 79 aux pelotes) (us, tous les deux évidemment)

des histoires de pétrochimie, finances, matières premières – d’autres, plus affirmées, d’optimisations fiscales comme ils disent (des armées d’avocats et des impôts nettement moins importants – papiers de Panama tu vois le genre) (on tient avec le petit dernier une présentation mono-image qui ne se trouve que peu) (c’est l’algo qui choisit je ne sais comment)

(8) sans commentaire (la 2° femme du lot – 1953) (lunettes ou pas ? faudrait savoir…) (pas de micro en tous cas)

la fille très héritière de (1922, décédée) la fortune de

actionnaire (et non fille ou femme de) (traitement de faveur  je ne sais pas) (trompe-couillon ou fards ou parfums (un peu comme bébert (3) en plus populaire) : on en trouve au monoprix) : la seule entreprise de ce style) (les images dans le temps) (les enveloppes pour nano un) (nul doute que micro un aussi, je ne me fais pas (trop) de souci) (frenchi oh yes !) (malodorant non ?) (pour des parfumeurs…)

Passons au (9)

(1958, 60 piges, chinois, promotion immobilière) fond bleu, fond rouge ?  cravate micro sourires en tout cas (Hui Ka Yan en cantonais)

Dix (10)

même kit, un peu moins souriant peut-être (site marchand informatique – 1964, chinois) (comme le précédent, dispose de deux « identités » – l’une occidentalisée ici présente, l’autre mandarine Ma Yun) (même index droit levé – pas majeur, non) (le plus petit : 152 centimètres)

Onze (11)

(1964 soit 55 balais us esclavagiste – wtf)

Douze (12)

l’un des frères de la première ici, épicier tout autant (1948 – 70 balais – us (la mention « fils de » est posée là et intime de déposer  ce supplément

ça sourit mais sans dents, tu noteras – ça fait dans la casquette mais pas de micro) (j’aurais pu le mettre sous sa fille, mais non, bizarrement ça ne s’est pas fait) (le jeune avec sa barbalamod (je reste poli, il n’est pour rien dans son apparition ici après tout) est un avocat homonyme mais quaker cependant)

On touche au bout –  on a besoin de repos c’est vrai – au secours !!! – (13)

(1944, 75 – informatik software (logiciels comme l’autre Gates là) ça n’a pas l’air de plaisanter (micro quand même) petit sourire pas trop de cravate (pas du tout même) (attend je reviens : ça ne change que peu – s’est acheté une île du côté d’Hawaï) (non, mais ça va sinon)

 

La suite la semaine prochaine, si vous le voulez bien.

 

 

 

 

d’un voyage à l’autre #3

 

 

Je ne sais jamais bien où je vais – non plus que si je vais quelque part, évidemment – mais il arrive très souvent, parfois à la suite d’insomnie(s), que des images reviennent et s’ingénient à trouver une place quelque part – il en va de la poubelle, peut-être ?  du vide, du rangement du classement ? – je m’interroge parfois, le plus souvent je vais : comme ici. Il se peut que j’élucubre (c’est certainement le cas – mais il y a une maison (aussi) à faire vivre) – je ne cherche rien d’autre qu’à essayer de faire entendre quelque chose que je ne parviens pas très bien à déchiffrer – je reviendrai, je réécouterai, j’essayerai encore

promis

Pour le moment, il s’agit de continuer de tenter d’embellir le présent – on voyage avec ces images du robot, lesquelles sont issues de celles des voyages effectués dans le Dreamlands virtual tour – je ne crois pas qu’il y ait ici des contributions de cet auteur mais n’importe – en semaine (pendant le week-end, on fait autre chose) (encore que mais le trafic en tout cas est sensiblement inférieur, il me semble) (je ne distingue pas bien, et je ne cherche pas non plus quelque statistique que ce soit) le samedi est pris par les gilets jaunes et c’est sans doute tant mieux – avant-hier explosait une boulangerie dans Paris, une fuite de gaz, des morts, des blessés, quelque chose comme le réel qui rattrapait ce matin-là – ici ce qu’on en voit avec le robot, plus rien de tout cela n’existe (le coin Trévise/Sainte Cécile avant)

on comprend bien qu’il ne s’agit que d’un rêve – de quelque chose qui a existé, qui a été là – et ainsi, comme dans cette maison[s]témoin, croise-t-on des fantômes ou des êtres qui n’existent que projetés sur un écran – du moins est-ce la seule manière dont nous parvenons à en avoir une certaine connaissance. C’est sans doute (probablement, certainement qui sait) cette « certaine »-là qui serait à définir élaborer envisager (lui donner un visage, une existence) : mais nous croyons aux images et le réel ne nous rattrapera pas. Pourtant…

Ici, à Strasbourg, le 74 rue de Lazaret :

devant cette entrée (là où l’indique la flèche de la signalétique au sol pour les autos) on a tué un homme  (vingt huit ans, cinglé…), lequel venait de tirer dans la foule de ses congénères en plein centre ville…

Des lieux, des photos, des décors ?

Les faits  – mais la beauté cependant

ce qu’on aperçoit, cette ville dans le lointain, la brume de la mer de Marmara, c’est Istanbul (tu vois, c’est une si belle ville, un si beau paysage et il est saccagé par les exactions, la terreur menée par celui qui se prend pour un roi, un empereur ou quelque chose de son dieu, qui peut savoir ? – dans ces conditions, on préfère n’y pas voyager, cependant – on pense aux Kurdes, ces trois femmes de la rue Lafayette, tuées elles aussi) (brisons-là, cessons ces idées, ces faits, ces horreurs, s’il te plaît)

 

Hawaï, Sunset beach – un chien, des vagues, un surfeur toute la vie dans la mer bleue

ou des dauphins, au large du Brésil

est-ce une fête ? c’est à Curaçao, non loin des côtes vénézuéliennes

des centaines de bouées, des couleurs pour oublier – ici cette même côte de Curaçao, mais de nuit

une espèce de rêve plus ou moins frelaté – on avance sans savoir où on va, mais on avance – non, ce ne sont pas des jumeaux, c’est à Melbourne, non loin d’un Stadium

c’est là et c’est que ça a été comme disait l’autre (Roland Barthes) mais non, c’est une affaire entendue – ou plutôt vue : je n’avais pas dix ans, c’était les vacances

non loin du jet d’eau, le quai Gustave Ador – droite cadre, le bord de l’eau et la plage en herbe – la plage en herbe ? kézako ? une erreur, sans doute – il ne faisait pas si chaud, on entendait parfois les Compagnons de la chanson – soixante et un – autre chose, un homme âgé qui court au parc

tshirt jaune, plus rien ne veut rien dire ? Ou est-ce simplement une tournure de l’esprit, du quotidien, de l’actualité ? « Regarde bien, petit, regarde bien, sur la plaine, là-bas, à hauteur des roseaux, entre ciels et moulins, il y a un homme qui vient que je ne connais pas… » (le grand Jacques)

(c’est le Dniepr, ses méandres à Bykhaw-Быхаў) (difficile de traduire ce qu’on ne comprend pas) (bien sûr, aussi, toujours, la musique) on ne pose pas ce genre d’images sur les murs, décorer, embellir ?

une mappemonde dans les salon d’un hôtel, Etats Unis Boulder – ce genre de truc qui s’ouvre et dedans des bouteilles, de la glace, des verres : « un wiskey, monsieur Bond ? »

peut-être pas en avion – mais passons – mettons Margot D. (elle raconte l’histoire du militaire à Benoit Jacquot, je crois bien) (j’oublie – c’est sur le bureau, avec  les images du monde)

et les initiales brodées sur la pochette de FM (ça vous a un petit reflet « homme de gauche ») (je me trompe, c’est en maison[s]témoin)

le sourire, la grâce, le pouvoir, le Morvan ? tonton et les ortolans tu te souviens ?toute la vie – une gifle… – on avance, ou bien ?

ici le cimetière d’Olonne (et le livre de Jean-Christophe Bailly) là celui de Montparnasse

ne pas cesser et revoir Paris, un p’tit séjour d’un mois

au loin, la Défense – c’est embrouillé, mais il en va de ces billets comme du reste du temps, des images du monde : on les sélectionne, on les prend on les garde on les classe, et puis le temps s’est avancé – souvent, lors d’un achat d’importance (ou pas: une paire de pompes, une ceinture…), revient en mémoire cette question, affirmée sur le trottoir en sortant du magasin : « c’est peut-être la dernière fois qu’on en achète, qu’est-ce que t’en penses ? »

pas si sûr – ici le numéro 6 – on a déjà eu droit au 7 (licence to kill, certes) – une autre vue

à l’extrême ouest de l’Europe (à l’ouest de Ouessant, le phare du Creac’h), là

le pont sur les voies du chemin de fer de la gare de l’Est – rue La Fayette – continuons, finissons

la même plage qu’au début, deux surfeurs dont l’un nage – la mer bleue… – le tennis man de Shangaï

et le flic, sur le pont (Shangaï toujours)

et pour finir celui-ci qui attend que le feu passe au vert, pour lui, sur l’avenue Jean Jaurès

 

En entrée de billet, Gif-sur-Yvette et des roses (dedicated to Maryse Hache)

Sir

 

 

 

(normalement, on ne fait rien, ce jour, on attend juste qu’il passe) (je ne vois pas trop bien ce que veut dire – ou voudrait dire – ce « normalement ») (on prend des bonnes résolutions? on finit les restes ? on va au cinéma ?) (ces temps-ci, je voudrais bien que les choses avancent, mais non, c’est là et ça stagne – quoique ayant fait changer les pneus de l’auto) (cette maison(s)témoin m’est familière – elle s’est cependant vidée, nous étions plus nombreux, mais les temps passent) (il y a des choses à faire : j’ai pensé en voyant ce film magnifique à cette Nuit des forains d’Ingmar Bergman qui, un jour des années soixante dix m’a fait aimer le cinéma) (un certain cinéma, peut-être, mais le cinéma quand même) (j’apprends le décès Mrinal Sen et je sens le souffle de la camarde : ici une image de lui, pour se souvenir de son cinéma magnifique – c’est une image qui date de quarante ans, et toujours ces mêmes carreaux

  depuis tant d’années – billet qui lui sera dédié)

 

c’est une jeune femme, Ratna, elle est veuve depuis peu, elle va en ville (Bombay Mumbay enfin c’est en Inde, on y construit des tours à n’en plus finir, un peu comme à Londres) (Londres et les Indes, et « les 3 Lanciers du Bengale » (Henry Hataway, 1935) , et la reine Victoria et son valet (« Confident royal », Stephen Frears, 2017 – Judi Dench en reine…) beaucoup de choses de ce monde, beaucoup de monde que ce pays, un milliard et demi d’êtres humains, et un cinéma foisonnant, magnifique dansant et éperdu) c’est en car

et ce qu’on voit dans l’image, ce sont les bracelets bleus – les symboles de la vie libre, de la liberté, de la vraie vie – elle est domestique (c’est une histoire de classes sociales qui, comme on sait, forment en Inde un carcan d’acier), lui est maître d’oeuvre et comme son père construit des tours

joue au sqash, sort en boite, amours de passage – tout le kit, la trentaine riche – très – bien logé et servi

alors l’histoire serait qu’elle tombe amoureuse de lui (et vice-versa) et c’est bien ce qui se passe

sauf qu’elle ne tombe pas (ce n’est pas qu’elle puisse tomber, remarque bien, mais elle ne tombe pas) elle a sa vie – elle ne sait pas ce que veut dire « brave » elle tient sa force de sa passion peut-être et de son amitié, sans doute, avec une autre de sa condition : elle sort

ici on ne le voit pas mais c’est son amie qui conduit la mobylette (regarde ses bracelets, là) et ici elle est de dos mais en premier plan, cette amie

avec qui elle fait ses courses (sa passion, c’est coudre et devenir créatrice de mode), elle sourit et c’est la vie

elle aide sa soeur à faire des études, elle gagne sa vie, elle se bat et se bat encore

femme (tout à fait) dominée (socialement) mais sûre d’elle malgré tout, avançant et continuant, souriante et vivante (incarnée magnifiquement par Tillotama Shome, un charisme d’exception…)

deux femmes formidables.

 

Sir, un film (magnifique de justesse, d’élégance et de distinction) de Rohena Gera

Leto

 

 

 

C’est une histoire de musique – les protagonistes l’aiment – ils en jouent, et s’en amusent : une sorte de liberté, de raison de vivre – ça se passe à Leningrad, au début des années 80 – ça ne s’appelle plus Saint-Pétersbourg depuis 1917 – on joue de la musique avec des guitare sèches, l’électricité a encore quelques difficultés à s’emparer des instruments – tout est cher, les cigarettes, le cinéma, l’alcool et les aliments – ce sont des  jeunes gens, ils n’ont peut-être pas trente ans, ils jouent, ils s’aiment, ils s’amusent, et tentent de vivre – c’est en noir et blanc, ça commence à la mer

ça continue en ville, on  joue, de jour comme de nuit – il y a cette espèce de petite famille

lui (Mike, incarné par Roman Bilyk)

elle (Natalia, épouse de Mike, c’est Irina Starshenbaum)

le troisième premier rôle, c’est Viktor (Teo Yoo dit-on)

plus jeune, talentueux, nouveau – il a quelque chose que d’autres n’ont pas, sans doute, comme dit la chanson. La musique, l’amour

ou seulement le désir – les chansons, les mots, les lieux : des chansons dans le métro

parce qu’il faut qu’on vive

et qu’il faut qu’on s’amuse

et qu’on en rie

alors le reste du monde – c’est-à-dire l’attirance

mais surtout la musique, la production et la réalisation des choses et sa propre passion

chanter, et puis laisser vivre et aimer (sans bénédiction, même si la roue pourrait tourner

non, ce ne sont pas des larmes

juste de la pluie) une légèreté, tendresse, une aisance, une liberté : chanter d’abord

chansons engagées comme on disait dans le temps (à cette époque-là…) peu importe : c’est d’aujourd’hui qu’on parle, d’aujourd’hui où l’immonde demeure au pouvoir là-bas, où on enferme et on tue (je me souviens de Anna Politkowvskaïa), on assigne à résidence (comme dans le plus abject des fascismes) : ici le réalisateur Kirill Serebrennikov, qui ne peut plus tourner par ordre du pouvoir

ici les acteurs en couleurs et à Cannes, lors de la présentation du film en compétition en mai dernier

parce qu’il faut que ça se sache – le rock’n’roll, la musique, la vie, l’amour : oui – pour le reste badges au revers

ce qui reste, c’est du cinéma, celui qu’on aime, simple, direct, allégorique : alors de nos jours, ne pas laisser les choses aller comme veulent qu’elles aillent les tenants de l’obscurantisme, les … et autres dictateurs pas si éloignés d’ici – aimer la musique la vie et le cinéma, oui, mais sans jamais oublier qu’ils sont des combats et des batailles à mener gagner et toujours recommencer.

 

Leto (L’été) un film de Kirill Serebrennikov.

 

ici une émission de radio qui retrace aussi le parcours de Viktor et Mike : rock russe

Héritières

 

 

(On s’en fout complètement mais enfin autant le dire : les diverses manifestations qui ont eu et vont avoir lieu ne manquent pas de nous interpeller – gilets jaunes, marches pour le climat, étudiants et lycéens, puis chauffeurs livreurs puis cheminots et pour finir – on l’espère vraiment – grève générale et dignité retrouvée des travailleurs et des autres – retraités ou chômeurs, sans abri et réfugiés… Certes utopie, mais sans elle, rien ne sera jamais possible non plus. Il faut qu’on se saisisse de ces moments – et donc, le cinéma dans ces conditions (me) semble assez inopportun. N’importe, je continue quand même cette rubrique pour faire vivre cette maison)

 

Deux femmes âgées vivent ensemble depuis bien longtemps (on dit 30 ans dans le synopsis) (le synopsis c’est l’histoire du film racontée par écrit) (ça ne se voit pas à l’écran, donc) mais les choses n’allant plus comme elles allaient, elles sont obligées de vendre la plupart des choses de prix que recèlent leur maison – vaisselles, piano désaccordé, mobilier de la salle à manger… Les choses ne vont pas car l’une d’entre elle est endettée (pourquoi ? mystère) : ici donc Chiquita

(interprétée par Margarita Irùn), et le juge l’envoie en prison… Ainsi, le couple est-il séparé (ici, Chela au lit, elle semble assez fragile, psychiquement disons)

(interprétée par Ana Brun) (les rôles sont tenus par des femmes toutes majestueuses et donc, certainement et sans aucun doute, particulièrement bien dirigées) (il s’agit d’un premier long métrage; le réalisateur n’a dans sa filmographie que 4 courts métrages – dont l’un au moins primé – il s’agit d’un beau cinéma, tout en gros plan, peut-être mais beau). Chiquita va en prison et Chela se retrouve seule – dans la maison, on vend les restes qui datent de la superbe

ici des dames admiratives qui se renseignent « c’est à vendre ? » au fond la bonne, Pati main aux hanches – seule peut-être mais vivante

et pour vivre, elle se sert de la voiture qu’elle a hérité de son père (elles voulaient la vendre, mais non, on ne la vendra pas : ici Chela qui enlève l’annonce de vente

) et elle transportera comme en taxi des femmes qui jouent aux cartes, elle les transporte, les attend, les ramène. Elle jouit ainsi d’une liberté et d’une vie nouvelle, laquelle est sans doute un peu magnifiée par la rencontre avec Angy (Ana Ivanova) avec qui elle noue une relation douce

amicale

d’amour tout autant

sans doute platonique, mais d’amour quand même. Entre les visites à la prison

et ses courses en taxi, Chela retrouve sa propre raison, sa propre réalité, sa vie elle-même et tout change et devient possible

Et Chiquita sortira de prison, et la vie continuera…

Le tout se passe à Asuncion (Paraguay), dans des circonstances plutôt normales – le monde auquel appartiennent les actrices, peut-être éloigné de la vie réelle, est donné comme aperçu, à travers quelques commérages, quelques faits diffus et légers, l’important est la vie retrouvée de Chela.

Très joli film.

Les Héritières, un film de Marcelo Martinessi.

Il s’agit d’une coproduction (les conditions sociales de production des films de cinéma sont toujours éclairantes bien qu’elles reflètent une histoire nationale, sinon nationaliste : il n’est pas complètement nécessaire d’attribuer à une nation la pérennité de l’argent qu’elle donne pour une réalisation, mais tout de même – ici Paraguay, Allemagne, Uruguay, Norvège, France, Brésil) (l’ordre lui-même – l’ordre, bien sûr – est déjà une divulgation : est-il imposé par le montant des subsides ou des ressources ? ici, il est repris du site allociné (sans lien, j’agonis – mais je lis quand même tu remarqueras) mais en regardant lisant le dossier de presse, la multitude des producteurs se referme un peu : en France, sans doute une aide à la distribution, j’imagine – parfois il faudrait que je me renseigne plus avant sur les arrières-cuisines de ces productions, mais la plupart du temps, mes essais demeurent infructueux alors je cesse – internet favorise cependant les choses : ainsi en allant sur le site de la production La babosa cine on apprend que le film est la résultante de six pays coproducteurs); il y a eu une espèce de statistique sur le cinéma mondial il me semble bien qui infère que 80°/° (je trouve pas la touche « pour cent » punaize) des dialogues sont le fait d’hommes : ici, il se trouve peut-être 5°/° de dialogue émis par des hommes – c’est un signe sans doute. Probablement.