Carte postale de Babylone (2)

 

 

 

 

il y a un moment où je me disais qu’il serait utile au monde de supprimer je ne sais quel potentat (l’embarras du choix, certes) pour profiter d’une retraite privée de liberté mais aux frais de la princesse comme on disait (à l’heure où les indemnités de retraite se réduisent et où l’âge d’y parvenir s’éloigne dans une brume épaisse et épidémique) (ça aurait donné un bon moteur à une action) et puis j’ai cessé d’y penser – j’ai regardé des images

le beau Danube avant qu’il ne se jette, bleu, dans la mer, Noire – Bulgarie, Roumanie, ces contrées lointaines et inconnues (de moi) (ma mère avec son frère y furent  voilà plus de quarante ans, ah j’ai oublié)

au loin, l’île de San Giorgio Maggiore – le scintillement du soleil et la bâche au premier plan intitulée – des voyages, partir, « fuir là-bas fuir » disait le poète

ici le bac qui rallie les deux rives de la Volga à Nijni-Novgorod (c’est en Russie)

là une officine qui vend des sandwiches au sud ouest de Londres (UK) (STGME2 s’est fait vacciner, t’inquiète) (son prince consort de mari aussi) (pour le pape, pareil), Portslade Road, une rue normale d’une ville immense, peut-être mais aujourd’hui, où en sommes-nous ? avec nos maxs, nos gels, nos distances sociales (qualificatif de maçon) nos vaccins nos maladies estampillées en anglais, masculin féminin et après ? – laisse, allez ça va passer –

une femme fume à sa fenêtre (nord de Londres, Blockwill road) sans volonté de faire paraître des officines de cuisine (mais je les aime, les turques ou les grecques d’ici – et d’ailleurs, d’ailleurs) (c’est que j’aime à manger dans la rue (il y avait cette chanson de Brassens qui faisait « qu’ce soit en grandes pompes comme les gens bien/ou bien dans la rue comme les pauvres et les chiens ») et les cornets de frites de la porte de Charenton achetés par Francis Lemarque qui à pieds venait en ville)

Istanbul et son Bosphore vu de haut de la rive asiatique, la porte de Léandre, la chaîne qui empêchait les bateaux de passer du temps où elle s’appelait Constantinople, ou Byzance – partir oui

pour finir cette enclave chèrement acquise et gardée par des jardiniers bruxellois qu’on salue (nous aussi, passionnément) (on ferme à six, on rouvre à six, on végète en appartement, en maison, en prison, en asile, on se repose on pète des câbles, des durites, des plombs – on aime à nous savoir inquiets et on nous abreuve de chiffres – on tient le coup,oui, certes, mais jusqu’à quand ?)

 

 

les cigognes de Mikhaïl Kalatozov

 

 

 

 

 

Parler de cinéma (soviétique c’est vrai) – une palme d’or en 1958 à Cannes – plus de soixante ans de ça, président du jury : Marcel Achard – la fin de la guerre date de treize ans – le lyrisme : par exemple ce plan, elle court

elle court encore

elle cherche son amoureux

c’est que la guerre commence (il y part, il y est parti)

l’armée qu’on dit rouge et ses chars (travelling bas haut – à la grue sûrement)

elle court encore

elle est sous le titre du film (au dessus du « d » de quand) (c’est une surimpression d’un film annonce – sans doute à la faveur d’une sortie en dvd, un marketing de maçon – lapalissade – en temps de réclusion inique) cependant le plan : une prouesse de mise en scène et en place – les figurants, les chars, la poussière l’héroïne : une merveille, du cinéma tout bonnement – une histoire d’amour

ils s’aiment (mais ne) et se promettent (pas encore) leur vie (presque : un billet qui n’arrive pas à destination (un peu comme dans Cinéma Paradiso (Guiseppe Tornatore, 1988) et le fil se rompt) (une tragédie – une tragédie que la vie, que la guerre…)

pourtant

il la raccompagne chez elle

elle s’en va

mais elle ne le retrouvera plus – noir et blanc sublime (elle épousera un couard (le cousin du précédent), mais c’est elle le centre du film et de la narration)

la guerre

où la mort rôde, la guerre et l’horreur – puis reviendra la paix

sans lui, sans doute… Une vraie merveille

Elle c’est « Tatiana Samoïlova (qui) sublimée par les trouvailles visuelles de Sergueï Ouroussevski (le chef op, formidable) , crève l’écran » (je cite quelques mots trouvés je ne sais plus où).

Quand passent les cigognes, un film de Mikhaïl Kalatozov (son image en entrée de billet) 1958

à voir du même (avec le même chef op) Soy Cuba (l’arrivée au pouvoir du Lider Maximo, en pays frère…)

dans le même registre (la guerre et ses horreurs, comment tenter d’en rendre compte) au lyrisme sublime aussi (mais en couleurs) « Le temps d’aimer, le temps de mourir », Douglas Sirk 1958 (même année…)

 

 

 

mais qu’attends-je ?

 

 

 

On va revenir(retourner) au cinéma (quand on y retournera (reviendra), ou avant) (c’est extrêmement déplaisant de regarder des films dans l’étrange lucarne (de maçon) où on perd les trois quarts de la qualité des images – pour le son, c’est moins problématique, c’est parce que je suis plus tourné vers la vue que l’ouïe je suppose) mais on n’en sort pas vraiment : il s’agit encore d’un livre, ce sont des souvenirs – l’auteure y raconte quelque chose comme sa vie (elle a déjà raconté celle de sa famille, semble-t-il mais je n’ai pas été regarder).
C’est que le texte est censé raconter la vie de sa cousine.
Donc, et bien que cette actrice-là ne soit pas, non plus que Bulle Ogier, dans l’ordre de mes amours (car nous aimons les actrices, comme nous aimons aussi les acteurs – ces amours-là sont d’un type un peu spécial (de l’ordre du fantasme disons)) (encore que je haïsse particulièrement l’attitude « fan » – le fanatisme je déteste) un autre index des noms cités dans ce livre (au livre de poche*, quelque chose comme 230 pages (mal paginé – économie d’encre je suppose), sept euros quarante achevé d’imprimer en août 2020 – première édition 2018, grasset & fasquelle) (ça appartient à lagardère – une nébuleuse d’affaire : ça va assez mal pour le pdg si j’en crois les gazettes – les éditions semblent un bon filon pour les affairistes en quête de belle image) (fuck) (pardon, je m’égare mais ce n’est pas innocent, jamais, le lieu de fabrication et de production) (pardon je passe) ici donc ça se nomme « Tu t’appelais Maria Schneider » (dans la suite MS), et c’est dû à la cousine de l’actrice, prénommée Vanessa (elle porte le même patronyme, c’est celui de son père lequel est l’oncle de l’actrice : on suit ?) . Bulle Ogier en parle (page 81) (c’est fait pour ça, les index) dans son livre (l’épisode 1 de qu’est-ce que t’attends ?) et ici on retrouve (un peu de) Bulle Ogier (en page 31 et 195 dit-il). C’est que le cinéma (français déjà) duquel elles participent a quelque chose de commun (BO est plus avant-garde que MS; plus âgée; plus à gauche peut-être ? (et blonde) – et BO a eu la chance (bien que violée deux fois) de ne pas tomber sur des gens qui l’abusèrent et une famille sans doute moins perverse – on peut facilement attribuer au réalisateur le rôle d’ordure dans cette histoire (« ton bourreau » dit l’auteure) (pour Marlon Brando, il en va aussi de ses frasques : en tout cas, dans le livre, il semble assez absous par MS elle-même). Il y a aussi sans doute aussi l’attitude parfaitement déplorable des parents biologiques de MS (comme disait Jean Renoir « tout le monde a ses raisons » sans préciser, mais en le sous entendant, qu’elles sont aussi bonnes – ou mauvaises – pour les un.es que pour les autres…)

On prend la peine de ne pas citer dans cette présentation le titre du film autour duquel tourne toute cette histoire (est-ce vraiment la réalité, on ne sait – on en doute pour tout dire mais le filon semble indémodable) on en a cité déjà le réalisateur, l’acteur principal – dès qu’on parle de MS on entend son titre (une danse… une ville) lequel est cité durant toute la narration, du début à la fin (je crois que c’est trop) – tout le monde alors était complice (à l’image Vittorio Storaro…)

À propos des comptes, on peut y trouver un ordre des choses : les citations uniques sont de l’ordre du contexte; de deux à cinq (mettons) citations, du proche; plus nombreuses, de celui de l’intime (on pourra théoriser plus tard, si l’envie le temps ou la nécessité l’indiquent). On trouvera certains paragraphes dans cet index qui sont pour marquer les importances accordées dans la narration aux personnes citées.  

Je préfère le taire, ce titre (je n’ai pas vu ce film, par pudeur sans doute, déjà, par respect pour le genre humain (au même titre que je ne verrais jamais le genre (si c’en est un) de film dit « snuff movie » ou d’autres genres (qui me sont) tout aussi insupportables) puis pour ne pas accorder mes fantasmes à cette mise en scène – un peu comme je n’ai pas lu (et ne lirai jamais) certains livres) : il s’agit certainement d’un reflet de ce monde-là (1972), de cette époque-là (et suivantes), de ces mœurs-là – tout est permis puisque c’est de l’art et que dieu est mort – et autres fadaises propres à l’époque. Je n’avais pas vingt ans (j’ai un an de moins que MS, disparue en 2011)

Je poserai pendant le week-end la liste des films (c’est fait) et des lieux (communs ou non) (je m’aperçois qu’il y en a déjà ici) qui sont cités dans le livre – on a une assez bonne idée de la vie de l’actrice, de ses amitiés et sans doute de son univers (on a une meilleure vue de la famille de l’auteure, mais l’actrice en fait partie).

 

Index des noms cités

A.
A. (compagne de MS) 163 -4 186 207 225(2) 226-7 228(2)
Isabelle ADJANI 139 208
Marc ALLÉGRET 120
Ursula ANDRESS 27
Michelangelo ANTONIONI 33 66 209 210 217-8

B.
(Jean-Sébastien) BACH 11
Madly BAMY (ex-clodette) 36
Brigitte BARDOT 11-12 31 38-39 54 117 195 222 (2) 223 (5) 225 (2)
Guy BÉART 170
Jean-Paul BELMONDO 43 53
(Roberto) BENIGNI 209

Bernardo BERTOLUCCI 42-45 47 48(3) 49 50 52 53 59 167(2) 198 203-4-5-6 209 210 217
ton bourreau 198

Jean-Louis BIANCO 160
(Georges) BIZET 185
Christine BOISSON 12
Michel BOUJUT 119
Marie-Laure BOULY (journaliste Elle) 62 66
Carole BOUQUET 139

Marlon BRANDO 38 41-45 (4) 46-47(2) 48(3) 49 50 52 53 57 59(2) 69 72 88 121 166-167 (6) 188 (2) 198 203-4 206 209 217
sa femme Anna, son fils Christian sa fille Cheyenne 166

Jacques BREL 36
Robert BRESSON 26

C.
(Maria) la CALLAS 33 185
Jimmy CARTER 142
Jean CAU 142
Célia (meilleure amie de l’auteure) 96-99
Géraldine CHAPLIN 145
Jessica CHASTAIN 204
Jacques CHIRAC 161
Maggie CHEUNG 186
René CLÉMENT 58 181-182 (3)
(Jean) COCTEAU 28
COLUCHE 157
Luigi* COMENCINI 40* 209
Francis Ford COPPOLA 43
famille COSTES (restaurant) 219

D.
Joe DALESSANDRO 195
Mireille DARC 36
Régine DEFORGES 86
Charles DE GAULLE (la chienlit) 161
Maria DE MEDEIROS 186
Alain DELON 11 36-37 38 43 176
Nathalie DELON 83
Danielle DELORME (belle-mère) 20 27 38
Catherine DENEUVE 31
Françoise DOLTO 189
Bernard D’ORMAL (mari de BB) 222-3-4
Daniel DUVAL 134
Bob DYLAN 33 91 (2) 214

F.
Marco FERRERI 227
Andréa FÉRRÉOL 227
Jane FONDA 145

G.
(Serge) GAINSBOURG (et BIRKIN) 170
Nicole GARCIA 169
(Philippe) GARREL 209
Maurice GARREL 195
Romain GARY 53
(Antoni) GAUDI 216

famille GÉLIN 12
Daniel GÉLIN (père) 20 27-28 38 55 65 68 100 168(2) 171-172 (4) 175 212
Fiona (GÉLIN) 27 28 168 (4) 172 175-176 (9) 177-180
Manuel (GÉLIN) 27 55
Maria GÉLIN (MS à ses débuts) 36
oncle Georges (les Georges*) 40 136 191*(2)
Xavier GÉLIN 65

(Alberto) GIACOMETTI 87
Valéry GISCARD D’ESTAING 142-143 (9) 159
Sacha GUITRY 27
(Jean-Luc) GODARD 45 52-53
Nan GOLDIN 185-186 (3) 226
Predrag GOLUBOVIC (cinéaste) 210

H.
Patty HEARST 170
Jimi HENDRIX 31
David HAMILTON 203
Daniel HECHTER (ex-mari Fiona) 178
Sylvie HIRSCH (mannequin) 27 175
(Alfred ) HITCHCOCK 27 210
Jimmy HOFFA (mafia) 214
Isabelle HUPPERT 140-141 (4)

I.
Eva IONESCO 31 83

J.
Quincy JONES (trompettiste-sic) 144
Janis JOPLIN 31
Judith (amie de l’auteure journaliste libération) 132

K.
Roger KAHANE 36
Jackie KENNEDY 142
Sylvia KRISTEL 145 (2) Arthur (son fils) 145

L.
LADY GAGA 205
Catherine LAPORTE(journaliste Elle) 69
Laure (MARSAC probablement) 169
Jean-Pierre LÉAUD 31 45 47
Jean-Marie LE PEN 222
montres LIP 110

M.
MADONA 205
Robert MAPPLETHORPE 173
Madame MARUANI 99
Marie (amie del’auteure) 213
Ian McSHANE (acteur) 145
Christian MARQUAND 42
Laetitia MASSON 206
Ta mère 12 17 20-26 44 101 131 193
Miou-Miou 134
(François) MITTERRAND 157 161
Frédéric MITTERRAND 80-81 195 196
(Amadeo) MODIGLIANI 87
Angela MOLINA 139
Jeanne MOREAU 45
(Nanni) MORETTI 209
Ornella MUTI 170
Jim MORRISON 31

N.
Jack NICHOLSON 69 121 216-7-8
Dragan NIKOLOVIC 210
Richard NIXON 214
Philippe NOIRET 168

O.
Michelle OBAMA 203
Bulle OGIER 31 195

P.
Anne PARILLAUD 145
PINK FLOYD (musique de Zanbriskie point) 66
Michel PLATINI 142
Joana PREISS 185

Q.
Paul QUILÈS 159

R.
Vanessa REDGRAVE 32
Carol REED 210
RENAUD (Séchan, chanteur) 96-97 (4)
Jacques RIVETTE 121 195 (4)
Jean-Marc ROBERTS (éditeur Stock) 132 (3)
Dominique ROCHETEAU 142
Sydne ROME 182 209
Romy (sans précision) SCHNEIDER 120
Robert ROSSEN 53
Tim ROTH 205

S.
Gunter SACHS (ex de BB) 223
Dominique SANDA 12 42 44 186

Henri SCHNEIDER (oncle) 103
Éric SCHNEIDER (frère de Maria) 105 (3)
Jean SCHNEIDER (oncle) 187 189
les SCHNEIDER 108

Jean SEBERG 52
Thierry SÉCHAN 97
Delphine SEYRIG 120
Patti SMITH 173 (2) 200-1 214
Jimmy SOMMERVILLE 185
Sylvester STALLONE 170

T.
Guiseppe TORNATORE 209
Joan TOWNSEND (compagne) 70
Jean-Louis TRINTIGNANT 42 223
Donald TRUMP 203

V.
Roger VADIM 38 223
Alida VALLI 210
Simone VEIL 170
Claude VENTURA 119
le Velvet Underground 31 185
Luchino VISCONTI 210

W.
Harvey WEINSTEIN 205

Z.
(Franco) ZEFFIRELLI 209

 

 

* : le livre de poche (qui appartient aussi à Hachette, soit au même groupe Lagardère que grasset & fasquelle) est un format éditorial (il l’a ramené plus ou moins des États Unis) créé par Henri Filipacchi (en février 1953), le père de Daniel lequel est l’objet d’un projet pendant le week-end (homme de presse magazine à qui la communauté française doit l’existence des titres tels que « Lui » (le pendant d' »Elle » stuveux) ou encore « Union » et d’autres à la libido masculine sans doute moins exubérante : il a par exemple repris dans les années 60 le magazine Paris-Match (lequel est cité de nombreuses fois dans le livre dont on a parcouru ici (j’ose l’espérer) l’index. On pose ici l’index des titres cités :

Index des journaux cités (par ordre d’apparition)

Libération (journal) 14 85 132 207
Les cahiers du cinéma 25 195
Elle 60-61(4) 62 66 69 176 203
Elle (édition américaine) 203-4 (3)
Paris Match (1978) 140 141 142 (3) 145 (2) 167 170 (2)
Playboy (Fiona) 176 180
Vogue 185-186
New Yorker 204
Guardian 204
Vanity Fair 204
Le Parisien 204

mais qu’est-ce que t’attends ?

 

 

Un index qui commence par Chantal Akerman ne peut pas être complètement inutile (vu qu’il s’agit d’une des cinéastes préférées du rédacteur, tous genres confondus). Je m’aperçois d’ailleurs écrivant cette italique que n’y figure pas la mère de l’auteure/trice (à moins qu’elle ait dicté les choses et qu’ensuite elles aient été mises en forme, scénarisées, mises en pages montées juxtaposées ajustées par l’amie journaliste) – je pallierai sans doute ce manque à la prochaine relecture (s’il y a lieu) du livre. Il s’agit sans doute d’un TEC (travail en cours) qui évoluera peut-être (notamment en l’explicitation des noms des personnes citées) (et aussi par une image probablement du pont du Nord, film de Jacques Rivette, qui réunissait et la mère et la fille – en l’espèce, la mère c’est la Bulle) : un paysage d’un certain cinéma – français, particulier, spécial.

 

Un livre de (mémoire) (du) (d’un certain) cinéma titré « j’ai oublié » écrit par Bulle Ogier (actrice) et Anne Diatkine (journaliste) – je n’aime pas « à quatre mains » mais c’est égal – de très nombreux paragraphes qui commencent par « j’ai oublié… » pour continuer par « mais je me souviens… » – d’autres par « je me souviens », parfois un « j’ai oublié » ici ou là – primé deux fois (au moins) une fois dans la catégorie « essai » : très étrange, on se dit que le jury voulait donner un prix au livre, que le prix était déjà pris (hein) et qu’il en a donné un autre – ça n’a rien d’un « essai » – on n’est pas non plus au rugby tu me diras – je préfère encore en sourire si tu veux – il s’agit d’une période de la vie de cette actrice (quelque chose qui irait de la naissance de sa fille (cinquante-huit) à la fin du siècle – mais elle mourut, elle se prénommait Pascale – en quatre-vingt-quatre – d’une angine de poitrine provoquée par une surdose probablement – ces trucs-là devraient se taire, par principe ou par honneur décence dignité – non dit – la personne publique est un peu comme la fille de la même disposition qualifiante : elle appartient à tout le monde… (on peut en dire autant de l’homme, mais avec une dimension libidinale moindre cependant)

un livre de poche à 6point6 euros; deux cent seize pages; collection points sous titre non point « essai » mais « récit » ; éditeur Le Seuil, 2019 (ici dépôt légal septembre 2020 pour le poche)

le texte se compose de chapitres non numérotés, assez brefs une, deux trois ou quatre pages, rarement plus – à la fin du texte ainsi monté l’auteure (l’objet et le sujet du texte, celui qui dit « je ») remercie la rédactrice, laquelle remercie l’auteure ensuite; elles se lient ensuite pour remercier chaleureusement l’éditrice, Michèle Paolini

après couverture un et deux, une feuille blanche, puis un J’AI OUBLIE, puis les noms Bulle Ogier avec Anne Diatkine J’AI OUBLIE plus bas Editions du Seuil, sur la page suivante la dédicace « à Barbet »

Ici donc le répertoire des entrées dans le texte – c’est bien long tu vas me dire : oui, mais c’est pour me souvenir (et pour en faire profiter la maison et ses fantômes) (il y a quelque chose dans cette façon de raconter sa vie probablement : on peut la voir traverser la rue de l’Estrapade avec une douzaine de poireaux; acheter un scooter à sa fille; découvrir les lettres d’amour de sa mère) – il y a quelque chose d’un peu abruti dans cette manière de faire : elle donne à la réalité  le sentiment de ne pas exister – de quoi s’agit-il, me suis-je demandé et puis j’ai cessé, j’ai répertorié – je me suis saisi du carnet cadeau d’anniversaire de J. (répertoire déjà des personnages illustrant les poèmes express de Lulu deuch’nord) et j’ai écrit

au début puis à même le fichier que je dépose ici (malgré la mort du disque dur de mon ordinateur – la deuxième en moins de trois ans – est-ce un aspect des choses qui importe ?) – une espèce de témoignage de ce qui (me) reste du livre –

la photo de couverture de l’actrice est due à Roswita Hecke, c’est celle qu’elle préfère d’elle (l’actrice d’elle-même) – on devrait compter (toujours compter : le tropisme de la science et des faits établis sur du sable…) le nombre d’occurrences (en premier, Pascale (Ogier, sa fille) et Barbet (Schroeder, son mari)), puis les autres – cités de 2 à 5 fois (proximité amicale), plus de 5 (proximité intime), une seule fois – établir une carte – construire donc une… bulle) qui déterminerait une image plus contrastée de ce livre – on y découvre aussi les titres des films cités (ce sera pour une autre fois, sans doute pendant le week-end – voilà) et des pièces jouées (je suppose que ce sera la même) (d’ici qu’il s’agisse d’un cadeau de Noël il n’y a qu’un pas que je laisse franchir aux divers.es (cette plaie de l’inclusive) passant.es en cette maison (je flanque la liste au salon, c’est la pièce de réception)

(les numéros des pages  suivent les noms propres classés par ordre alphabétique) (lorsque les noms ou les prénoms sont entre parenthèses c’est qu’ils ont été ajoutés par le rédacteur)
(si quelqu’un.e découvre une faute, une erreur, une coquille, quelque chose – s’il (elle) a la patience de lire, évidemment, merci de la signaler – on risquera la correction, si elle convient)

 

 

A
Chantal AKERMAN                                     71
Nestor ALMENDROS                                  62-65  115
Yann ANDREA                                             132  143
Christine ANGOT                                        49  50 107
(Michelangelo) ANTONIONI                     93
Françoise ARNOUL                                     74
(Antonin) ARTAUD                                     89
Olivier ASSAYAS                                          164
Stéphane AUDRAN                                     94

B
(Andreas) BAADER                                     100
Steve (BAES) (scénariste cousin)             166-170
Tania BALACHOVA                                     89
Jeanne BALIBAR                                          154
Humbert BALSAN  (prod)                          12
Benjamin BALTIMORE (ex PO)                 42  141
(Honoré de) BALZAC                                  87
Banks                                                            35
François-Marie BANNIER                          45
Barbet (SCHROEDER)                                 11  12  27  35  49  55  59  61-67 73 75 86  98  101  105-6  111  122  126  141  143  147  157-164  185  204  207 -210  213-214
Jean-Louis BARRAULT                                108  130  204
Guy BEART                                                   15
Xavier BEAUVOIS                                        195
(Samuel) BECKETT                                      150
(Alexandre) BENALLA                                122
(Ingmar) BERGMAN                                   98
Renato BERTA (image)                              70  140
Juliet BERTO                                                57  88
Bernardo BERTOLUCCI                              81-83
BIBA (magasin couture Londres)             24
Jean-Luc BIDEAU                                        69
Toto BISSAINTHE (chanteuse)                 44  45
Dominique BLANC                                      175
William BLAKE                                             24
Edward BOND                                             112
Luc BONDY                                                   26  170  179 183  185  204
Pascal BONITZER                                        164
Axel BOUGOUSSLAVSKI                             194
(Pierre) BOULEZ                                          21
Christian BOURGOIS                                  46
Charles BOYER                                            11
Paulo BRANCO                                            169  193-195
Marlon BRANDO                                         82
Claude BRASSEUR                                       188
Marie-Hélène BREILLAT                           75
(Robert) BRESSON                                      98
Louise BROOKS (perruque)                      194
Charles BUKOWSKI                                     157  160  164
(Luis) BUNUEL                                             77  94  117  193  195
Carlos BUGATTI (décorateur)                  11

C
(Maria) la CALLAS                                       82  105
Ingrid CAVEN                                               122  141  204  207
Caroline CHAMPETIER  (image)              137  145
CHANEL (Coco) (couture)                          16  (Mademoiselle) 15  (Maison) 17
COROMANDEL (paravents)                      16
Charles CHAPLIN                                        214
Patrice CHEREAU                                        170  173  179  183  185  187  197
Pierre CLEMENTI                                        21  43  45  46 81  103
Maurice CLOCHE                                        37
Eddie CONSTANTINE                                  99
Laurence CÔTE                                            197  199
Sylvie CREUZEVAUX  (m.e.s)                     46
Emmanuelle CUAU                                     196

D
Georges DE BEAUREGARD                        73-74
Eduardo DE GREGORIO (scénariste)      177  184
Inès DE MEDEIROS                                     199
Maria DE MEDEIROS                                  107
Stéphanie DE MONACO                             207
Robert DE NIRO                                           113
Marie-Laure DE NOAILLES                       45
(Vittorio) DE SICA                                        83
Léonard DE VINCI                                       164
Manoel DE OLIVEIRA                                 193
Marpessa DAWN                                          43
Fejria DELIBA                                               199
Guy DEBORD                                                46
Alain DELON                                                73
Jacques DEMY                                              158 (et Mathieu son fils)
Jacques DENIS                                              69
Gérard DEPARDIEU                                     111  113   135
Jacques DERRIDA                                        109
Madeleine DE RAUCH (couture)               29
Arnaud DESPLECHIN                                  20
(Christian) DIOR (couture)                         61-62
Marcel DUPRE (organiste)                         36
Maguerite DURAS                                       14  22  25  41  127  131-135  143-145  150 196  204  209
Outa (fils de M.Duras)                               145
Jacques DUTRONC                                     169
Bob DYLAN (sosie)                                     158

E
Jean EUSTACHE                                           19  55

F
Françoise FABIAN                                        89
Rainer Werner FASSBINDER                     98  141
Andréa FERREOL                                         85
Jane FONDA                                                  128  155
Dian FOSSEY (primatologue)                    128
Michel FOUCAULT                                       116
Marie FRANCE   (chanteuse)                     133
Martine FRANCK                                         144
Antoinette FOUQUE                                    47
Sami FREY                                                    129  135  188

G
(Serge) GAINSBOURG                                110
France GALL                                                 15
Philippe GARREL                                         81
Jean GENET                                                  46  150
GERICAULT                                                   188
Bernadette GIRAULT                                  199
Maurice GIRODIAS (boite de nuit)          42
Jean-Luc GODARD                                      12  26  45  100  160  176
Pierre-William GLENN (image)                 88
Lilian GISH                                                    69
Chantal GOYA                                             45
(Francisco de) GOYA (peintre)                 45
Jean-Marc GRANGER (dr. Ct Ferrand)    177
Félix GUATTARI                                           46
Hervé GUIBERT                                           20  75
Jerzy GROTOWSKI                                      89

H
Peter HANDKE                                             135
Jimi HENDRIX                                               73 (sosie) 158
Roswitha HECKEL (photographe)            105
(martin) HEIDEGGER                                  191
(voiture de) HITLER                                    181
Dustin HOFFMANN                                    111
(Edward) HOPPER (peintre)                     45
Isabelle HUPPERT                                       197

I
Dominique ISSERMANN                          47  81  145

J
Gilles JACOB                                                139
Benoît (JACQUOT)                                      131
Louis JOUVET                                              200
(James) JOYCE                                             191
Brian JONES                                                 15

K
Juliette KAHANE (fille M. Girodias)         42
Jean-Pierre KALFON                                   21  44  57  62  63
Hermine KARAGHEUZ                                89
Anna KARINA                                               188
Nick KAZAN                                                  213
John F. KENNEDY                                        21
KOKO la gorille                                            127  211
Lotte KOTTE                                                 136

L
Dominique LABOURIER                             57
Karl LAGERFELD (costumes)                     113
Bernadette LAFONT                                   19  22  50  51  55  89  130  165
Hélène LAZAREFF                                        15
Pierre LAZAREFF                                          44
Jean-Pierre LEAUD                                     87  130
John LENNON (sosie)                                 158
Marcel L’HERBIER                                       11
Valérie LAGRANGE                                     63
Jack LANG                                                     170
Jessica LANGE                                              141
Christine LAURENT                                     199
Jean-Jacques LEBEL                                    46
Gérad LEBOVICI (agent)                             184
Alain LIBOLT                                                175
Mona LISA                                                    189
Michael LONSDALE                                     88-89  133 135
Marceline LORIDAN                                   41
Tom LUDDY (dr. Cinémathèque)             129
Noémie LVOVSKY                                       197
David LYNCH                                                43

M
MADONNA                                                   155
MARIVAUX                                                   174
Martine MARIGNAC (prod)                      101  199
Tonie MARSHALL                                        121
(Karl) MARX                                                 191
François MASPERO                                     46
Ulrike MEINHOF                                          100
Margaret MENEGOZ                                  12
Anne-Marie MIEVILLE                               12  26  176
Henry MILLER                                              21  42
Frédéric MITTERAND                                 30 170
MOLIERE (récompense)                             188
Magdalena MONTEZUMA                        85
Sarah MOON                                               119
Jeanne MOREAU                                        20  135  163  199
Michèle MORETTI                                       43  44  89
(Edvard) MUNCH (Le cri)                           204

N
Vladimir NABOKOV                                    37
Jack NICHOLSON                                         128  141
Emeraude NICOLAS (sœur de Pascale)  208
KIra NIJINSKI                                                141
Rudolf NOUREEV                                        46

O
Marc’O                                                         14  15  17  21  22  42-47 80-81  120  191
(les) OBAMA                                                129
Bulle OGIER (THIELLAND)                         33
(grand père)                                                36

P
Frédéric PARDO                                          51  81  209
Pascale (OGIER)                                          10  13  21  22  26  33  38  41  46  50  56  70  74  86  101  119  122  141 144  147  160  165  179  186  200  203  207-209
Marilù PAROLINI                                       79  81
Jean PATOU (couture)                               23
Pauline (amie BO)                                       186
Célie PAUTHE (m.e.s théâtre)                  107
Richard PEDUZZI (scénographe)            174
Roberto PLATE (scénographe)                 137
Michel PICCOLI                                          78  175  181  187
Jean-Noël PICQ                                           55
Marie-France PISIER                                 30  177  184
Daniel POMMEREULLE                            44
Elvis PRESLEY                                            105  214
(Marcel) PROUST                                        107

R
Jean-Pierre RASSAM                                  112
(Robert) RAUSCHENBERG                         21
Satyagit RAY                                                 95
Claude REGY                                                112  133
Madame REMY (gardienne)                     10  51
Madeleine RENAUD                                   22  108 132-133  149  196  200  204
Jean RENO                                                   176
Jean RENOIR                                               74  80
Francis REUSSER                                         100
Fernando REY                                              94
Nathalie RICHARD                                      199
Emmanuelle RIVA                                      154
Jacques RIVETTE                                         73  79-80  86  100 101  144  184  195  197  199
Véronique (RIVETTE)                                 100-101
Glauber ROCHA                                           81
Eric ROHMER                                               11  44  86  144  148  179  208
Pierre ROMANS (dr. école Nanterre)      175  182
(Roberto) ROSSELLINI                               83
Maggy ROUFF (couture)                            29
Carole ROUSSOPOULOS                            165
Jean-Pierre RUH (ingé son)                       62

S
Yves SAINT LAURENT (mode turban)    114  (chapeau)133
Sam (voyou berrichon)                             73-74  95
Dominique SANDA                                     143
Didier SANDRE                                            175
(Jean-Paul) SARTRE                                    55
Nathalie SARRAUTE                                   150
Claude SAUTET                                           112
Céline SCIAMMA                                        120
Daniel SCHMID                                           10  51  122  139-142  209
Maria SCHNEIDER                                      81
Romy SCHNEIDER                                      166
Arthur SCHNITZLER                                  169-170
Werner SCHROETER                                  10  55  82  85-86  105  112  197
Jean-Jacques SCHUHL (mari I.Caven)    55  81  164  204  207
Arnold SCHWARZENEGGER                      159
Delphine SEYRIG                                         72  77  93  129  135  165
(William) SHAKESPEARE                          179
Louis SKORECKI                                          200
Steven SPIELBERG                                       142
Phil SPECTOR (un air de)                           73  95
Jean-François STEVENIN                           102  112  115
Botho STRAUSS                                           136  197

T
Alain TANNER                                              59  69
Bertrand TAVERNIER                                 69
Stéphane TCHALGADJEFF                         12
André TECHINE                                           46  95  200
Famille THIELLAND                                   32-33  grand-mère VELTER 151
(Jean) TINGUELY                                         21
Serge TOUBIANA                                        164
Jean-Louis TRINTIGNANT                          154
Ted TURNER                                                155
Rudolf VALENTINO                                    214
Agnès VARDA                                              136  158
TIXIER-VIGNANCOURT                               33
Boris VIAN                                                    42
Gene TIERNEY                                             163
François TRUFFAUT                                    11
Donald TRUMP                                           122

V
Jean VIGO (prix)                                         20

W
Alice WATERS (slow-food)                        129
Elisabeth WIENER                                       21  43
Erich WONDER (décorateur)                    175
Esther WILLIAMS                                        214
William WYLER                                            37

d’un voyage à l’autre #8

 

 

c’est un genre de tribune, images et texte, tous les mercredis ou les vendredis – ça pourrait aussi bien faire une carte postale de réclusion – on en est encore à la réclusion (pourquoi cinq mille et pas huit ou trois ?) (cinémas bars théâtres musées expos restaurants dance floor et autres music hall sont fermés pour combien de temps encore ? pour combien de temps encore ?) (noël sera dissemblable : tous les ans, on essaye d’y échapper – pourquoi ne pas prendre le pli ? – pourquoi aller faire des courses, des achats, des cadeaux dis moi, pourquoi ? pour qu’on nous aime ? )

quelques éléments de mobilier urbain en entrée de billet (quelque part à La Salle, Québec)

les images qui sont ici posées sont déjà médiatisées (la plupart d’entre elles apparaissent sur un rézosocio, en commentaires de signalements sur le tour du monde virtuel – tour je ne sais pas, virtuel donc deux fois plus – au carré dirait un matheux idiot – ce n’est pas qu’une lapalissade) (des images induites par d’autres qui existent donc ailleurs) dans les enceintes, Georges Harisson et son « isn’t it a pity  » – il y a sur le bureau un dossier marqué « dreamland + » lequel contient deux cent quatre vingt quatre éléments (un par jour peut-être, 5 jours par semaine, un ou deux ans de suite – marque de fabrique – ici huit occurrences) (maison[s]témoin des élucubrations – des images  n’en plus finir)

 

aux états, marques de pneumatiques dont l’une licencie à tour de bras ici (près de neuf cents – japonaise – les Conti les Goodyear les autres : les équipementiers automobiles – la crise ?)

quelque part au royaume uni (plus pour longtemps) (l’unité, je veux dire, de ce royaume – parfois je me dis que la disparition de la souveraine aux quatre vingt quatorze balais (sa mère mourut à cent un) (on ne le lui souhaite certes pas) marquera un pas dans cette désunion – que nous apportait ce royaume ? qu’a-t-il fait de ses esclaves  et de ses livres sterling ?

à nouveau aux états, un petit môme sur un banc bleu (l’image précédente le voyait choir de ce banc – un petit enfant noir) –

ici on travaille la couleur (étude en vert), encore aux états – un tropisme sans doute du réalisateur – les jeunes gens qui courent en ville (parfois ils se déplacent en meute – à d’autres moments ils glissent sur des patins à roulettes investissent les rues à la nuit tombée – les jeunes gens à qui appartient l’avenir comme à nous) et de l’autre voyage, quelques images retrouvées dans le dossier « récents » créé sans que j’en sache rien (six cent quatre-vingt documents)

ici c’est à Tandil, cinquante kilomètres au sud est de Buenos Aires (Argentine) (en cette ville se réfugia après guerre et trois années de prison, je crois, Robert le Vigan (acteur de cinéma français, pro-nazi) (il y mourut, à soixante-douze ans : la vie n’est pas chienne) (je regardais et cherchais ici la gare, et une maison bleue)

du côté de Vera-Cruz, un chien qui cherche de l’ombre – et le rose et le bleu – et le regard –

puis une plage à Dunkerque ( les couleurs qui reviennent, la voile blanche comme la peau du type- le nord) – la mer loin, la bâche –

je crois que c’est en Inde, à l’occasion de la recherche inaboutie que j’avais entreprise après relecture – durant les cent cinquante jours de l’inter-réclusion – de Nocturne indien (Antonio Tabucchi, 1984 et 87 en français traduit par Lise Chapuis, Christian Bourgois 10_18 1976)

probablement le contrechamp – c’est à Goa – le royaume était uni alors et le  Commonwealth (le même élan commun, quelque chose dans ce genre, la couronne, le kricket le golf et le polo) – nous disposons aussi de ce genre de folklore (Un barrage contre le pacifique tu te souviens ? ah Marguerite…) – alors les images

ici c’est en  France la construction de l’Iter (réacteur thermonucléaire expérimental et international) à Cadarache – le monde comme il tourne : budget initial : 5 milliards d’euros, le truc n’est pas fini mais le budget a été multiplié par 4 : sur Terre meurent de faim quelques centaines de millions de pauvres… –

deux mômes sur une mobylette à Hanoï (encore que pour les âges, je ne saurais pas te dire) – il faut illustrer, faire en sorte que quelques images de cette maison permettent aux passants de s’enhardir à poser quelques questions, à s’intéresser à ce lotissement – les temps sont durs pour tous – l’atout, c’est qu’elle se situe en banlieue , un jardin, une étendue libre, un air plutôt pur –

elles sont toutes vraies, mais celle-ci plus que les autres sans doute – « comme un petit coquelicot mon âme » quelque chose de ce genre –

ah quel terrible cinq heures du soir

 

 

il se trouve que la connexion internet dont bénéficie (il l’achète, certes) l’agent ces temps-ci foire – on en manque, on doit travailler l’employeur ne va pas commencer à payer non ? – cette honte – passons – de ce fait on publie comme on peut – on aime à publier le matin, va comprendre pourquoi – peu importe on arrive – on a des commentaires en retard, on demande des excuses

 

Au début on ne la voit que peu

ce n’est pas le trouble des temps – on a tellement tôt fait de trouver son époque extraordinaire historique jamais vécue ni vue – non, ça ne nous est jamais arrivé : mais c’est tous les jours la même chose, ça ne nous est jamais (non plus) arrivé – presque rien, tellement peu

on a vu un type barbu orbaniste immonde de Hongrie, je crois, donner sa démission pour des frasques sexuelles (Anne Sylvestre a tiré sa révérence) (on l’aimait assez mais elle avait quelque chose d’acide – une compositrice chanteuse interprète – il n’y a que le dernier qualificatif qui soit épicène) (sans genre) – c’est un peu comme pour les étoiles : pour les voir, il ne faut pas les regarder

pourtant quoi de plus exceptionnel que notre propre identité ? – tout nous est exceptionnel

– on marche dans la campagne, c’est une journée comme une autre (historique) (ce n’est pas pour se vanter, mais ici, jamais aucune a deux d : dans les débuts, il y avait cet entrain pour le légitimisme qui me faisait la remplir – j’ai cessé – il y a les bruits et les chiffres (moins qu’en septembre, plus qu’en mai, moins qu’en octobre mais plus qu’en février – on ne comptait pas alors) quelque chose du dégoût – je ne compte pas le reste, les coups, les blessures, les insultes, les mensonges (rien avec les militaires ?

le cintré et sa « guerre », son engouement pour l’héroïsme ? le locataire (à vie) du Kremlin (pas Bicêtre : Raoul de Godewa(e)rsvelde peut-être bien – les bêtises de Cambrai et les bourgeois de Calais) serait-il un exemple ? c’est sûr qu’il est préférable d’en rire (vu la prise qu’on peut avoir sur les événements, c’est sans doute – me dis-je – l’une des façons de tenir et de se déprendre de l’immonde qui flotte un peu partout)

il est cinq heures du soir, il ne fait pas si froid quand on marche, on avance, le monde bouge, tournent les astres et les étoiles – souvent le matin, Sirius – ou est-ce Vénus ? au dessus du toit (j’avais toujours cru – tu sais l’orthographe… – que d’un toit on posait sur le i qui serait son faîte on y posait le circonflexe au lieu du point qui le représentait : mais non) –

on marche on avait droit à une heure c’est trois un kilomètre c’est vingt un passage en caisse une demande de subvention, on commande ? Jamais. On entend dans le poste des insanités (je ne veux même pas répéter les mots de la ministre de la culture et de la communication, des loisirs et du tourisme, des vacances et des transports, celle du travail ou l’immonde des cultes, celui de la justice, qu’il garde donc ses sceaux- il a retiré sa plainte, tu sais comment c’est on est aux affaires on achète de nouveaux costumes neufs) j’ai fermé le poste – je ne lis le journal que peu (le papier, c’est d’un ringard) je lis les livres arrivés par la poste, je continue mon office – un chemin un peu hésitant sans internet – je me souviens que mon oncle (par alliance) me disait (nous parlions ensemble de son travail, c’était un homme avec lequel j’ai toujours aimé à rire) que dans les négociations « non ce n’est pas une réponse » –

nous marchions dans la campagne (la veille ma fille m’avait envoyé une image du fleuve qui traverse la ville, on y voyait déjà ce satellite – il se couche vers l’ouest en milieu de matinée ces jours-ci –

la route les champs les arbres et les fleurs – la maison au loin – je lui disais « oui je l’ai manquée aujourd’hui mais demain…» – nous vivons dans le même pays (j’ai entendu Ariane Ascaride tout à l’heure : « pas une seule fois le mot culture » dans le discours du cintré…) – c’est l’hiver qui s’approche : je me demandais, en est-ce une ou en on aura-t-on treize fois le sketch ?

Au loin, on ne l’apercevait pas au début, puis elle devient rose et puis lumineuse – on avance ?

On marche et on tient (par la beauté) (la joie, les rires – le poète (Francis Cabrel) raconte à un moment « quand t’as allumé ton sourire » oui, c’est ça, c’est exactement ça – et par le sourire de ceux qu’on aime

Carte postale d’automne

 

 

(entrée de billet : place des Invalides, durant l’inter-réclusion : une soignante qui manifeste protégée par la police de ce pays) (photo dont la publication serait interdite si les chambres votent une loi inique et immonde proposée par le locataire beauvau)

 

il n’est pas question de faillir sous prétexte que les cinémas sont fermés – durant les cent cinquante jours de l’inter-réclusion, j’y fus douze fois – bah ça reviendra on était bien il y avait peu de monde, on riait – et on rit encore (comme le fantôme de Somerset Maugham) (j’ai bien aimé ce garçon-là, surtout ses nouvelles – ça me revient, ici, tant mieux : j’avais prêté cette autobiographie* à un certain R. et il ne me l’a jamais rendue – à sa décharge, c’était juste avant qu’il ne trépasse – je n’imaginais pas qu’il ait eu cette façon de se tenir

 

entre ici Somerset – je dois continuer (il est né en France à l’ambassade UK pour être anglais (je crois que ça se trouve à côté du palais où loge (pour encore un an et demi mais ce sera tout) (j’ose l’espérer) le cintré bleu et jésuite) – il parlait mieux français qu’anglais, le William, t’as qu’à voir – il me fait penser (va comprendre) à Ian Flemming James Bond et « Notre agent à la Havane » de Graham Greene (il y a eu un film de tiré de ce roman, Carol Reed, 1959) qui réunissait Alec Guiness (sir) et Maureeen O’Hara (on l’a aimée assez dans « Rio Grande » (John Ford, 1950) rousse et charmante) (Hollywood en diable) – j’ai dérapé mais n’importe ici, une carte postale des confins de l’Orne et du Calvados – j’avance en âge, je m’exécute en toussant dans mon coude : sur le chemin, personne sinon des frondaisons, des arbres, du ciel –

oui, c’est à cinq et demie qu’il fait nuit – on n’y voit rien comme dirait Daniel Arasse – quelques images glanées ici ou là pour garder le souvenir de ces moments de stase qu’il faut mettre à profit pour rêver et buller (malheureusement, je dois bosser mais enfin – je passe j’avance) – ici c’est à Lisbonne et celle-ci à son balcon, son nino en main (la photo date de mai 19)

ou est-ce un journal ? une zappette ? je ne sais pas bien, mais en face de chez elle se tient le musée Pessoa (je n’y fus point : partie remise) (image ayant failli illustrer le propos (magnifique) d’Helena Barroso dans le #20 de l’atelier d’été – il y en eut une autre, plus éloignée) des gens qui passent

(en commentaire d’un voyage rêvé et virtuel d’Olivier Hodasava) – où était-ce dis-moi ? c’est à La Sarre Québec – j’attends les livres par livraison (yeah) qui me viennent de chez mon ami libraire à L’Esperluette de Chartes – il y a brouillard ce matin (parfois je confuse : où suis-je, où vais-je ? ici là ailleurs ? je ne sais pas exactement mais je sais que j’y vais, c’est déjà pas mal)

c’est égal, ici on se trouve aux US (l’autre ordure s’est fait virer, c’est déjà pas mal – on attend pour ici, mais attendre, n’est-ce pas déjà accepter ?)

image dronatique – on pense aux milliers de machines de ce genre achetées à grand frais par notre belle police nationale durant la première réclusion (mais oui, les affaires continuent, que croyez-vous donc ?) – on pense à la place de la République avant hier soir (c’est à Paris, le fascisme commence à passer – qu’est-ce qu’on fait ? qu’est-ce qu’on en fait ? on a peur de la maladie, on a l’âge de ses artères) – continuer, ne pas oublier : ici couple d’écrivains magiques Toni Morrison et Edouard Glissant il y a une quinzaine d’années

c’est à ça que ça sert (aussi) la littérature – ne pas oublier, comprendre et agir –

ici le 33 avenue des Champs Elysées (paris 8) (cette avenue fait penser au petit Marcel – il y a un bar où parfois se réunissait le CLAN – se réunira sans doute bientôt, au printemps – qui porte ce nom (sans wifi c’est con) – mais n’importe) je me remémore ces lieux du travail d’alors (fin des années soixante dix – les études de cinéma – les cachets dans les émissions de télé – les ami.es) ( je tente de travailler encore, tu sais) – il y a cette image d’un millième des codes de la page qui correspond à une image de wtf google street view

simplissime – on maîtrise quoi, au juste ? – non, ça ne fait rien, un rédacteur ici aussi ? – je continue, ici encore un paysage

du train qui va d’Athènes à Thessalonique, en passant par Larissa (il y a le piment de Tunisie qui y fait penser, il y a la chanson de Balavoine – mais c’est l’Aziza (qui est le troisième prénom de l’une de mes sœurs) – non mais la Grèce et les amis T. et M. et puis encore encore une de ces deux-là

et puis voilà – rire, s’aimer, se voir et se regarder – se le dire.

 

* : en français l’autobio de WSM s’intitule « Et mon fantôme en rit encore » librament traduit de l’anglais « A writer’s Notebook » – soit « un carnet d’écrivain » si tu préfères

 

Deux fauteuils

 

 

 

dans cette maison[s]témoin, les articles ou les billets ou les posts ou quoi que ce soit d’intitulé d’autre pour ce genre de publications – quand même ce serait une publication – ce que c’est, d’ailleurs, restons sans inquiétude s’il te plaît – ça a commencé si tu préfères en mai 2015 (le premier a été pour Kiss me deadly (Robert Aldrich, 1955) il me semble bien me souvenir du « voum vava voum » du garagiste (il se nommait Nick) (les garagistes et moi entretenons depuis que je suis sur cette planète une espèce de confrérie – ils n’en savent rien – je n’y ai jamais (il me semble bien, attends que je réfléchisse) – mais non jamais – croisé d’individu du sexe qu’on dit beau ou faible c’est selon (ah je me souviens de cette réponse à l’enquête de fréquentation du chemin de fer d’une jeune femme, je me souviens de son sourire quand elle m’a tendu son questionnaire – c’était un papier cartonné – il y avait de l’amusement dans son sourire, on avait le même âge sensiblement – dans le compartiment réservé enquêteur, on mangeait des œufs durs avec de la mayonnaise en tube – puis on triait les questionnaires qu’on comptait qu’on mettait en enveloppes, intitulées et répertoriées fourrées dans le sac on n’en parle plus – et sur ce questionnaire où la question était « votre sexe ? » elle avait ajouté en réponse « beau mais faible » – tout est dans ce « mais » sans doute – mais j’ai dévié excuse-moi – elle portait court ses cheveux, un peu en brosse, si on m’avait demandé mon avis, je lui aurais bien mis quelques taches de rousseur – il y avait du soleil – je ne suis pas spécialement sûr mais il se peut que ça ait eu lieu sur le Cévenol (ce n’est presque rien, donner un nom à un train, presque rien – fuck off le marketing qui l’a jeté à la poubelle) (le Cévenol reliait Paris à Béziers par Clermont-Ferrand – départ gare de Lyon vers 8 ? arrivée à Béziers vers 8 itou mais du soir) (j’aimais aussi le Mistral) (sans même te parler du Palatino, qu’empruntait, ainsi que la mienne, la mère de Geneviève F.) (mais je me suis encore égaré) – tout est parti de cette image

noir et blanc un peu troublée (dans le disque dur non classée – le bazar du classement, n’en parlons pas) je voulais la poser ici elle est là, ce sont trois fleurs de bois, une vraie dans son pot, je ne saurais vous en donner la réelle appellation, je crois que ça s’appelle des impatiences – à droite un fauteuil en amorce, toute la gauche de l’image est formée par du gris d’un store de taille proportionnelle aux baies qu’il y avait dans le salon de la maison brûlée (ces stores au nombre de 4 m’avaient coûtés une fortune (on dit « un bras » de nos jours, c’est plus parlant) – je ne me souviens plus, j’avais des sous alors je les ai installés dans les premières années, à la fin du siècle dernier quatre-vingt quatorze sans doute. Sur le coté du dossier du fauteuil, on distingue cinq excroissances, ce sont des clous (grosses têtes certes) qui retiennent le tissu – TNPPI (ma tante, la sœur de ma mère) (je le dis pour ceux qui ne suivent pas les diverses apparitions de cette si charmante et si douce personne) a rénové une paire de ces fauteuils. Ils appartenaient à son père. Mon grand père maternel, donc, qui ornaient semble-t-il son bureau (ces deux fauteuils subsistent dans le grenier qui a été ravagé lors du premier wtf confinement par une bande d’abrutis probablement avinés) où il recevait son avocat. Lequel était mon grand père paternel, et ainsi se retrouvaient chez moi ces deux fauteuils dont elle me fit don un jour (elle avait aussi donné la cage à oiseaux qui lui servait de lustre dans sa chambre d’hôtel à mon amie d’alors). Une image, rien qu’une image : elle ornera sans doute un des murs du salon (ces objets, ces deux fauteuils, sont pratiquement les seuls rescapés de cet incendie – on pourrait peut-être aussi les importer dans cette maison, histoire de lui donner quelque chose de spécial ?). Je ne sais pas. Non.

Sans doute pas.

 

 

on reviendra au cinéma, on y retournera – on aime ça – pas devant une télé de merdalakon – fuck la nouvelle saloperie de credo gouvernemental start-up néchonne qui favorise les pires des agissements et les pires des commerçants (sans avoir l’air d’y toucher, tu comprends bien : l’hypocrisie à son comble) – on y retournera, on aime ça : il y en aura vingt quatre comme celle-là par seconde, on ira encore pleurer et rire t’inquiète – il y a de la colère il y a du dégoût – mais ça ne fait rien, on tient.

On tient et on y retournera.

Une autre image pour nous (Anna Magnani, Pier Paolo Pasolini au festival de Venise, présentation de Mamma Roma – 1962)

un peu d’histoire (personnelle) du cinéma

 

 

je suis tombé sans (vraiment) m’en apercevoir sur ce livre

rescapé * – je l’ai feuilleté, c’est écrit ampoulé et idéologiquement vicié. Ça ne m’a pas tellement étonné (j’ai porté cette image au groupe facebook intitulé « Marilyn everywhere », t’inquiète). Ce sont les images et à quoi elle réfèrent qui m’ont parlé (les images parlent, c’est pas comme les mots – ou enfin certains oui – mais les images renvoient répètent transcrivent transforment travestissent et finissent pas trahir – bon d’accord, comme les mots…). Il s’agira ici de ce sens-là.
En fin de volume, une date

l’état du livre est à l’avenant – cinquante-cinq ans, des déménagements des multiples transports lectures peut-être etc. –

bah passent les jours passent les semaines  – ici la quatrième de couverture comme dit la wtf doxa

laquelle reprend les réalisateurs et les titres (et les années de réalisation) des films dont on ne voit qu’une image sur la première de couv (eh oui). Et donc, entre ici en cette maison[s]témoin ce qu’on pensait devoir montrer du cinéma parlant en 1965 (dans le livre de poche, certes; le copyright en date de 1964

abjecte maison d’édition d’extrême droite ça va bien avec le reste – à vomir) (à se demander pourquoi, sur les recommandations de qui cet ouvrage a été acheté – j’ai vaguement idée de cette affaire-là mais n’importe)

 

Et donc on reconnait (de haut en bas)

l’Ange bleu (Joseph von Sternberg,1930)
Quai des brumes (Marcel Carné, 1938) (j’aurais dit La Chienne de Renoir (1931), mais n’importe – il y a une autre photo du Quai des brumes plus bas…) (ou alors Panique Julien Duvivier, 1946) (ça m’a tout l’air de ressembler en tous les cas à Michel Simon)
Le voleur de bicyclette (Vittorio De Sica, 1948)

Zazie dans le métro (Louis Malle, 1960) (en couleurs)
Fenêtre sur cour (Sir Alfred, 1954)

Le Dictateur (Charles Chaplin, 1940)
À bout de souffle (Jean-Luc Godard, 1960)
Jules et Jim (François Truffaut, 1962)

La Bête humaine (Jean Renoir, 1938)
Autant en emporte le vent (Victor Fleming, 1939 – un petit M.G.M en bas)

Le Guépard (Luchino Visconti, 1962)
Ivan le Terrible (Serguei Eisenstein, 1945)
Le Septième sceau (Ingmar Bergman, 1956)

Rio Bravo (Howard Hawks, 1959)
À nous la liberté (René Clair, 1931)

Tchappaiev (Serge et Georges Vassiliev, 1933)
Old man out (Sir Carol Reed, 1947)
Citizen Kane (Orson Welles, 1941)

La  Bataille du rail (René Clément, 1945)
Hiroshimamon amour (Alain Resnais, 1959)
Les Misfits (John Huston, 1961 – NJB aka MM en couleurs)

À l’ouest rien de nouveau (Lewis Milestone, 1930)
La Strada (Federico Fellini, 1954)

Païsa (Roberto Rossellini, 1946)
West side story (Robert Wise- Jérôme Robbins, 1961 petit Artistes associés)
Et Dieu créa la femme (Roger Vadim, 1956 en petit Cocinor)

Quai des brumes (Marcel Carné, 1938)
Le diable au corps (Claude Autan-Lara, 1947)

et enfin La Strada (deuxième apparition parce que Giuletta) (Federico, 1954)
Les raisins de la colère (John Ford, 1940)

il s’agit d’un texte intégral (tiens encore)

(ça a du bien faire mal quelque part à cette enflure d’auteur de voir qu’il y avait là « Le Dictateur » et autres « Les raisins de la colère » mais peu importe encore) – ce qui m’importe plus ce sont les films choisis sur cette couverture ( je les ai tous vus) (je n’y vois pas Kubrick encore…) – et on trouve vingt huit images (je pense vingt huit films différents, mais vingt-sept titres : c’est une erreur) (mettons qu’il s’agisse de Panique de Julien Duvivier) et : (pas une seule femme)

onze réalisateurs français
huit réalisateurs étazuniens
quatre italiens
deux russes
un Anglais
un suédois

une vision assez centrée d’un certain cinéma d’occident (disons) (un tropisme).
Par ailleurs, comme rappelé dans la note*, l’un des deux auteurs fut passé par les armes en février 45 – il ne connut que peu les suites épiques du cinéma : on s’en fout, oui.

 

 

* Bien qu’il ait été écrit pas un couple de crevures (je ne vois pas d’autre mot, et il n’est pas trop fort, non) (ils sont morts tous les deux, ils étaient beaux-frères, fachos antisémites immondes) (l’un (brasillach) a été exécuté en février 45 – pas pu être sauvé par nombre d’amis intellectuels de sa corporation (les littérateurs) qui demandaient à De Gaulle sa grâce – l’autre a vécu des jours heureux – un peu comme cette pourriture de destouches/céline (sans majuscule) – jusque ses plus de quatre-vingt dix ans (la vie n’est pas très pertinente, il n’y a pas à dire)), voilà un livre dont la couverture vaut pour la maison[s]témoin, afin de lui donner quand même quelque chose comme une histoire (fut-elle celle du cinéma) (dans cette maison, on aime le cinéma, va savoir pourquoi…). Il date de 1965, ça nous rajeunit ? Voilà cinquante cinq ans. Je l’ai retrouvé ici (je suis en villégiature) il ne m’appartient que peu – il y a, sur la page de garde, tracées au stylo bille bleu, certaines initiales. C’est un rescapé de ma maison qui brûlât de fond en comble il y a cinq ans de cela : une de mes filles, armée de valises et de sacs eut le courage, dans l’horreur de cette réalité, de sauver quelques uns des livres des bibliothèques (je n’ai pas compté, mais il y en avait pas mal – et de livres je crois quelques milliers). Ce qui m’a permis de revoir (en rêve éveillé, comme Desnos Robert, l’un de mes poètes favoris) certains films de cette histoire-là. Sans plus de raison, un témoignage de mes débuts en France…

 

(en image d’entrée de billet, Albert Finney dans Samedi soir dimanche matin (Karel Reizs, 1960), une merveille de cette époque-là – le héros, c’est un peu moi en maison[s]témoin sur mon clavier, lui sur son établi…)

 

 

 

 

(pas de) silence radio

 

il existe des pays de par le vaste monde (il est vaste, tu sais) où les choses vont très mal – ne pas trop regarder de l’autre côté du mur (on a bon espoir, même si on reste cloîtré chez soi) (je suis à la campagne – mais dans la maison[s]témoin quand même – faudrait pas croire qu’il n’y a personne : tout le monde est là, comme on sait) (j’avais l’intention de sortir mais apparemment c’est fermé…) reste le cinéma donc – ça se passe au Mexique (t’en souvient-il de ces quarante-trois étudiants enlevés puis tués sans qu’on en sache grand chose ? eh bien c’est en cette contrée-là que les choses se passent) – ces affaires sont horribles – il y avait un journaliste qui enquêtait, ils l’ont tout simplement tué

on reconnaît son chapeau : Javier Valdez Cárdenas

quelques coups de feu

ces choses-là révulsent. Une journaliste de radio, Carmen Aristegui, est l’une de celles pour qui cet assassinat montre la réalité du pouvoir mexicain. Le film raconte comment après avoir été chassée de son travail (journaliste à la radio), elle reconquiert une place pour parler de ce qui se passe dans ce pays-là. Grâce à internet. Ici lorsque à l’antenne elle apprend la mort de son ami

je ne dispose guère d’images que du film-annonce mais je les pose ici – les gens se battent, c’est pourquoi on les aime

mais aussi parce qu’ils (elle en l’occurrence) nous donnent le courage pour affronter les temps aussi minables qu’ils soient. On attend quand j’écris, là, de savoir ce qui se passera dans « la plus grande démocratie du monde » quant à son président : espérons qu’il soit capable de donner à son pays les moyens de comprendre les autres. Le précédent président de ce Mexique est en but à toutes les exactions mafieuses, il apparaît ici entouré de toute une cohorte de sourires – cette image…

c’est cette histoire-là, faite de pots-de-vin et d’intimidation, de meurtres et de tortures, cette histoire qui est dévoilée – le film documentaire intitulé « Silence radio » est scandé d’images d’une route

il établit la réalité de la vie de Carmen : comment elle reprend pied, comment aidée de quelques ami.e.s (et ses millions d’auditeurs) elle recommence et reprend la possibilité de faire son travail (journaliste de télévision alors)

on la voit marcher, avancer convaincre, revenir – une force et des alliances. J’ai adoré lorsque le rédacteur en chef de son émission dit

« personne ne mérite de mourir pour son travail » – personne en effet – garder espoir – le vote des gens de peu fit tomber le bellâtre

des gens de peu : ici un qui vend des choses au milieu des embouteillages de Mexico, la route les lumières le monde moderne

ne pas perdre espoir et continuer – comme disait Léo « à l’école de la poésie, on n’apprend pas… on se bat ! »

un documentaire comme on les aime

 

Silence radio un film de Juliana Fanjul