Pour l’amour des images

 

 

Il est des choses qui me sont plus difficiles que d’autres (qu’à d’autres, tout autant) et parler de photographie (celles qui viennent sont – comme la plupart d’ailleurs – magiques) en fait partie : ça arrête le temps, ça propose quelque chose qu’on aime, ça intime de penser quelque chose de différent sur le monde tel qu’on le conçoit, qu’on le voit tous les jours  – évidemment, c’est la même chose, il n’y a pas deux réalités, évidemment.

Il y a là deux types (qui peut dire s’ils sont frères, amants, associés, collègues ennemis peut-être pas mais ce sont des semblables) et un miroir; c’est pris à la Guidecca (cette île en face des Zattere, dans l’ombre quand il fait soleil) par le type qu’on distingue dans l’image du miroir. C’est repris par moi, mais c’est l’Italie, ce sont des gens qui travaillent. Ils sont là, mais ce que j’aime c’est cette façon qu’a celui de gauche de tenir son poignet (il porte un bracelet montre comme son collègue, ils sont un peu chauves, ils sont en bras de chemise et c’est qu’il fait chaud à Venise, en été).

C’est parce que c’est Venise, certainement.

Ce sont les grèves qu’il y a eu, juste avant guerre ou juste après (je n’ai pas pris de note, je retournerai sur place, je verrai) mais ce qui est certain, c’est que c’est la grève. (il s’agit d’une photo intitulée  « Grève à la SNECMA-Kellerman » – du nom du boulevard où était située l’usine, datant de 1947 – add.01.10.18). Ce type, là, allume son clopo, derrière lui les déchets de sa machine (c’est sa machine, ça ne fait pas de doute), tourneur ajusteur quelque chose en usine, Panhard Levassor du quai de Javel ou Citroën quelque chose – mais comment il est vêtu, le brillant de ses chaussures, la propreté impeccable des piles de tambours probablement, tout le travail et le savoir faire, tout est là, la dignité du travail surtout. Comme pour elle, cette merveille (une histoire sur cette Rose Zehner, adorable)

elle revient informer ses collègues de la suite des négociations, elles vont entrer en grève (l’histoire dit que cette femme a vu le photographe – lui aussi, et dès après son cliché, il n’en pris qu’un, il a disparu – et l’a pris pour un flic) (la photo, une preuve, un alibi, un témoignage – à charge, à décharge ? je me souviens des clichés qui ne sont pas parus (mais qui ont été pris) de Lady Diana morte dans le souterrain de l’Alma) : on l’écoute, on suit son geste… Le travail, ses luttes, ses victoires

celle-ci, un meeting au vélodrome d’hiver, Paris 1 rue Nelaton, quinzième arrondissement  : la photo ne rend pas compte de l’entièreté des choses, mais elle en suggère bien d’autres. J’aime les regarder, mais en rendre compte avec d’autres photos est plus difficile – je n’y parviens pas, je n’ai pas de point, je n’ai pas d’appareil ou de technique, tant pis, ce ne sont que des sentiments, même si on sait que, parfois, évidemment, ils mentent

mais certainement pas devant ces sourires. Ni devant ceux-ci (on entend presque les mômes (ce sont des Napolitains, tu parles comme on les entend dans leur sabir…) demander au photographe si il veut leur photo)

de quoi j’me mêle ? (ce qui m’appelle, c’est celui qui porte une casquette, on dirait Paul Frankeur). Enfin, des images, des photos, des centaines je n’ai pas compté, je n’en ai pris qu’une petite dizaine, pour me souvenir (mais déjà, Willy Ronis, déjà, on en avait vu de nombreuses de lui, sur Belleville comme on y pense parfois).

On a commencé par Venise, on finit par Venise (le visage du vendeur est trouble, au loin il porte une moustache, mais c’est ma prise de vue qui défaille – en réalité (?) il a l’air assez surpris et peut-être même vindicatif – il n’aime pas qu’on lui tire le portrait (alors qu’il n’est qu’une infime partie de cette image magnifique, tellement années 50…)

 

Une exposition de photographies de Willy Ronis, entrée gratuite au carré Baudoin, en haut de la rue de Menilmontant, Paris 20 – fermée le dimanche…

t’aime pot fou git

la maison[s]témoin reçoit parfois des prospectus

tailler sa haie

assurez vos proches

nos contrats optik

le calendrier des marchés aux puces

parfois elle ne reçoit rien

parfois elle reçoit des écritures

qui n’ont rien à faire là

mais quand on y pense

tout n’a rien à faire là

vu que la maison[s]témoin est grand vent portes ouvertes

(forcément traversée de tout et de rien)

aujourd’hui ça

dans sa boîte aux lettres

et ce que ça veut dire ?

Hon noeud c’est pas

 

 

d’un voyage à l’autre

 

 

Les deux mille deux cents de Dreamland

(ici l’illustration proposée de l’image du jour 2200 : Sacramento)

 

Durant la durée d’activité qui m’échoie (pas mal, du temps à perdre ? non, mais du travail, et de l’accompagnement) il m’arrive de commenter des billets (j’aime assez, j’utilise un pseudonyme « bien franchouillard » – on m’en a déjà causé… – pour ce faire, sauf sur le réseau wtf social facebook) (car il existe des sites qui n’admettent point les commentaires) (c’est sans doute tant mieux, vu parfois les horreurs qui s’y déversent – j’en ai mon lot, mais continue à laisser cette éventualité ouverte – et merci aux commentateurs) mais ici, ce « voyage » de rêve compte près de 2200 étapes quand même (bravo !!!) encore que l’accumulation ne soit non plus gage de qualité (ici oui) il y avait un film (mais il n’y a pas que le cinéma dans la vie) qui avait pour titre « Je règle mon pas sur le(s) pas de mon père » (les parenthèses sont de moi) (Rémi Waterhouse, 1999) où le héros (incarné par Jean Yann) était dans un état déplorable ainsi que son fils (Guillaume Canet apprends-je in peto : j’ai toujours cru dans ma mémoire défaillante qu’il s’agissait de Mathieu Kassowitz – en même temps j’ai toujours cru que le film était dû à Bertrand Blier -tant que c’est pas Bernard… – on fait sa distribution comme on aime, aussi bien) (je m’égare) et donc pour fêter ce deux mille deux centième arrêt, toc quelques images de la suite donnée à certains de ces billets (je ne cherche pas, il faut suivre ces pérégrinations (lien sous bravo!!! encore) – aujourd’hui (5 juin 2018 où je compose pour la maison témoin de tout ça ce billet) on a droit à la villa de Landru (il se prénommait Désiré ce bougre de salopard) – où je déposerai taleur cette image

(ça se passe en Seine-et-Oise, et c’est presque un Rothko…) ce qu’il voyait – à peu près – sortant de chez lui, après en avoir fini avec ses manies…

Mais par ailleurs d’autres, des baies : ici Osaka (Japon)

là San Francisco

par ici Alger

toutes images dues au robot, une auto qui tire la langue (c’est aux Etats)

puis un félin (Osaka encore je crois bien)

des choses et d’autres, une image encadrée

des autochtones traversant la rue à Tokyo

villes ou campagnes

été ou hiver

et quoi d’autre encore ?

il est petit avec ses lunettes de soleil – puis un hôtel je ne sais plus exactement dans quel émirat arabe uni à d’autres – je ne sais plus

ou cette tour décadrée – mais non, c’était pour une occurrence – je ne sais plus très bien, peut-être bien liminaire –

des images comme s’il en pleuvait, des tours du monde, des idées d’ailleurs – le monde occidental plutôt, mais pas que – des illustrations de ce qui peut faire penser à autre chose (ça reste cependant, c’est là et ça a quelque chose de rampant, de fat tout autant, ces révolutions qui n’éclosent pas – c’est là, et puis ça s’épuise, c’est là et ça fermente) alors juste ce sourire, comme volé, ce voile, ce ciel bleu, cette vie et cet enfant décadré découpé sur son joli petit vélo bleu

et ces fleurs parce qu’on les aime

J’ajoute in extremis cette image de Lisbonne, le marquis de Pombal et son lion tandis qu’un avion…

des guerres

 

C’est un film nécessaire (on trouvera des théories qui en parlent ici), ardent et nerveux. J’ai pensé très souvent aux types (et aux femmes, mais je crois qu’elles étaient moins nombreuses mais elles sont évidemment là) de l’usine de pneus de Clairoix (c’est dans l’Oise, avant c’était Englebert, puis Uniroyal, pratiquement historique) ici c’est un Perrin, sous traitant automobile. Même histoire.

Longuement aussi à ceux de Good Year (ici aussi, édifiante constatation : mais des suicides des employés, qui en a quelque chose à faire ? T’en souvient-il de ce charmant dirigeant manager formidable en tous points qui parlait à ce sujet d’une mode dans l’entreprise qu’il avait l’honneur de diriger – lean management, quand tu les tiens… – c’était il n’y a pas dix ans). Et aussi à ceux de Lip, et à ceux de ce magnifique « L’usine de rien ».

Cette maison serait donc le témoin des conditions de travail iniques imposées par des hommes à d’autres hommes (et femmes, c’est entendu).

Souvent cadré au zoom (le flou des premiers plans), le film raconte cette histoire tragique d’un homme au service des autres, lâché par certains (on ne veut pas citer de nom mais les accords tenus par certains syndicats, comme la CFDT ne soyons pas chien, avec les tenants du pouvoir sont de ceux qui feront capoter toutes les luttes) et qui finit très mal.

Faut-il donc se battre pour les autres ou ne garder que son immense dégoût et le retourner contre soi ? La misère la tristesse le suicide…

Mais comme on sait jamais personne n’est responsable, et surtout pas l’Etat qui attribue ses aides – et personne non plus ne sera responsable de la sécurité sociale défaillante, de la formation détournée et des indemnités plafonnées du chômage, non plus que de la suppression de l’impôt sur la fortune ou de ce qui se nomme aujourd’hui tax exit. Nous l’avons élu.

On ne va pas baisser les bras, le 26 on descendra peut-être dans la rue (mais j’ai peur pour ma vie, simplement), le 26 de ce mois de mai. Avant hier aussi, ça n’a pas de rapport, évidemment non, un jeune type de 21 ans a vu sa main exploser avec la grenade dont il tentait de se débarrasser, c’était à Notre-Dame-des-Landes. Aucun rapport non plus avec Rémi Fraisse. Rien, non. Rien. On n’oublie rien. On ne baisse pas les bras, seulement avant d’avoir honte, on a peur…

 

nouvelles du o4 o4 18 – PoèmActu trouvé dans la boîte aux lettres

(cut’up de lambeaux de titres de googleactu du jour)

Polémique et annonces
en nombre.
Journée noire en direct.
Journée compliquée,
très perturbée.
Se grippent tous les rouages
et les regrets
terribles.
Le combat est long.
Des chercheurs créent
(don’t worry).
Au siège,
alerte maximale :
problème réglé – horloges à l’heure.
Le plus détesté
veut calmer la colère du droit, et
sous tension,
demande des comptes,
quand vient en aide cette incroyable histoire :

Acheter-Come-Back-Privatiser.

Erreur de promesses ?
La décharge virtuelle
(ici en photos)
obstrue l’avenir local.
L’adieu à la nouvelle vie,
voilà qui terrasse l’identité !
Le deuxième échec de la mesure du risque influence la souffrance.

(you bet ?)

Thérèse

 

 

On n’est jamais sûr de rien, c’est bien connu, il n’y a pas d’actualité, ni de dictature du présent, il n’y a pas non plus d’autre chose que le hasard qui puisse présider au choix d’une chronique – qu’est-ce que c’est que ce désir de cinéma, d’en parler d’en écrire, d’en faire l’éloge – on ne va pas parler des films qu’on déteste, quelle affaire – d’y rester plongé quelques quarts d’heure, prendre quelques clichés de l’écran de l’ordinateur, tenter de les rapprocher d’une vision qu’on a il y a belle lurette ressentie – le film de la semaine dernière, « Carré 35 », on n’en finit pas d’y penser, même s’il ne s’y trouve pas de fiction, non plus que de directeur d’acteur… Donner au cinéma, c’est un peu comme à la littérature, c’est peine perdue s’il en est, puits sans fond, n’en attendre rien, jamais, milieu tellement libérale, loi du marché et trahison, « il n’y a que ceux qui travaillent qui travaillent« , familles connaissances amitiés, pourquoi faire ? Cette plaie. Hier matin, croisant sur la route qui menait des impôts à la sécurité sociale (je n’y suis pas allé d’ailleurs, oubliée en chemin, cette sécurité, tiens) un tournage sur la place (ici l’un des éclairagistes

règle sa lumière

) une telle inanité s’empare de moi, ma claque d’errer, de tenter d’exister, de vouloir envisager quelque chose, et quelque chose d’autre, et encore, marcher avancer continuer, travailler et encore et encore… Je me suis arrêté, j’ai regardé le travail, me suis souvenu de ce studio de la rue Fontarabie (c’est – le studio était, il n’existe plus – dans le 20, ce devait être en 1981 un peu avant l’élection de tonton) où se tournait « L’Etoile du Nord »  (adapté de Georges Simenon) avec cette même madame Simone Signoret (et Philippe Noiret, et Fanny Cottençon dans un de ses premiers rôles) (non, tonton devait être élu, ce devait être en septembre puisque le coup de téléphone de Bertrand Tavernier je l’avais reçu un quatorze juillet – il avait fini de tourner son adaptation « Coup de torchon » de « 1275 âmes », avec à l’image Pierre-William Glenn, comme dans « l’Etoile du Nord » – ony voyait aussi Noiret…), c’est que déjà cette chronique hantait un peu son rédacteur (il faut bien que les êtres qui nous sont chers nous hantent, sinon à quoi bon ? eh bien je pense à l’une de mes tantes, mon amie dont on ne cesse de salir la relation que j’avais avec elle, j’y pense et l’aime toujours, ainsi que cette Thérèse Raquin, noir et blanc, 1953, mise en scène  et portée à l’écran par Marcel Carné (adapté d’un roman d’Emile (dit Milou) Zola (ou « J’accuse ») qu’on aime autant que Gustave, Victor ou Honoré).

Je continue mon errance, donc, et si des larmes me viennent d’avoir tant et tant perdu de celles et ceux que j’aime, ce n’est que le vent, l’automne et les ocres des feuilles qui, au printemps, reviendront. 

 

C’est ici dans la boite aux lettres : la petite bonne de l’hôtel (une camériste si tu préfères) où descend le Riton ira poster son pli vers 5 heures, ce jour-là – ce sera à l’heure où passe le facteur qui ramasse le courrier…

 

Dans le roman (on s’en fout, du roman, je sais bien) c’est un fantôme qui hante le couple formé par Thérèse et Laurent : celui de Camille qu’ils ont noyé (tant mieux, en même temps, il faisait vraiment braire, ce petit freluquet). Ici aussi, le destin frappe un jour, dans un train où Camille veut emmener sa femme à Chatou, chez une vieille tante, pour la cloîtrer et l’empêcher de s’enfuir avec son amant. Laurent le jette du train (Lyon-Paris, de nuit, j’ai l’impression : dans le compartiment, un marin dort – le destin, c’est lui

Il roule en moto, ça rappelle un peu

Orphée et les motards, dans le Rolls il y a Heurtebise (François Périer, magique) et elle, « la princese » interprétée par Maria Casarès (ah! Maria Casarès…) (Jean Cocteau, 1950). La moto, le marin veut faire chanter le couple, voilà tout.

Le couple, Thérèse et Laurent :

(Simone Signoret et Raf Vallone, excuse-moi du peu, Lion d’or à Venise le ptit Marcel – « le môme » l’appelait au début Jean Gabin – on arrête d’évoquer sauf quand même le « Retour à Marseilles » (René Allio 1980), cette merveille, trente ans plus tard Raf Vallone…) : elle est une enfant trouvée, par la Raquin mère, mère de Camille (Jacques  Duby) contremaître dans une entreprise de transports (haïssable, bien sûr et normalement). Sans doute l’a-t-elle épousé par conformisme.

Mais lorsqu’elle rencontre Laurent, c’est le coup de foudre… Ces deux-là s’aiment, c’est à ne pas croire. Il leur faut partir, s’en aller loin, impossible sans doute. Et puis, et puis tant de choses, l’apparition de cet homme à moto

(Roland Lesaffre (Riton) un peu coureur, un peu (très) fêlé de la guerre, qui croit un peu au père Noël, qui s’imagine, qui veut profiter du sort – comme si c’était possible, tu vois ça d’ici – mais non…). Lorsque Camille meurt, ce n’est (ce ne doit être) qu’un accident mais sa mère en perd et la parole et ses mouvements, en chaise roulante, c’est encore Thérèse qui la nourrit à la cuillère…

(interprétée par Madame Sylvie, ici la photo ne lui rend guère hommage, mais tant pis

à peine mieux…). « La prunelle de ses yeux » tel était Camille… Et elle sait qu’on le lui a tué. Thérèse aussi sait qu’elle sait

Ah, le destin, le chemin de fer, l’indemnisation, le chantage, et la mort qui rôde…

Ce n’est que du cinéma, oui.

 

Thérèse Raquin, un film de Marcel Carné (1953).

 

 

 

  

Une fuite en Egypte

 

Peut-être s’agit-il d’un exercice, critique probablement, sur un texte que j’ai lu parce que je regarde souvent le site du désordre (commencez par le blog, c’est juste un truc incroyable), et que ce texte-ci est tellement ordonné : techniquement, il n’y a qu’une seule phrase, le livre – qui compte  208 pages –  le texte – commence à 9, se clôt à 198 – s’achève par les lieux où s’est déroulée pratiquée l’écriture dicelui, et ses dates d’élaboration (de 2003 à 2016), il débute d’une majuscule au « JE » que je n’avais pas remarquée – mais aussi ces capitales d’imprimerie sur deux autres mots « JE VOUS ARRETE » dit-il – il y a un accent circonflexe sur le deuxième « E » de arrête mais je ne l’ai pas en capitale sous la main – je n’avais pas rouvert l’exemplaire acheté en bas de la rue du Jourdain, j’avais écrit ce qui me venait (sur le cahier noir acheté à Thessalonique cet été), et j’avais retranscrit ce que j’avais écrit ici ayant toutefois cherché quelques illustrations parce que le titre m’évoquait quelque chose que j’ignorais être un épisode biblique ou alors dans des limbes bien improbables et oubliées depuis (point d’études théologiques non plus que religieuses dans ma formation, disons).

Ici avant le texte proprement dit, une égide, une dédicace, un « A Sarah qui a sauvé Suzanne » qui peut suggérer que cette dernière a failli se soustraire à la représentation, et qui explique sans doute quelque chose de la fiction que j’ai diagnostiquée s’il n’est pas trop impropre d’employer ce verbe pour une lecture attentive, certes, mais une lecture comme une autre. J’ai pris la page 48 de l’ouvrage, et j’y ai compté trente cinq fois le signe du point surmontant la virgule (fois 191 égalent et donnent 6685) et je me suis dit que de la lire à haute voix (me) serait assez difficile – trop de libido, trop d’intime, trop de crudité sans doute… sans doute. Il y a bien des dialogues mais ils ne sont pas solidifiés par les tirets ou les guillemets. On ne fait pas dans la norme, voilà tout.  C’est le livre qui est ainsi, donc il est comme il est, je l’ai lu, j’en trace ici une sorte de représentation. Je suppose qu’elle paraîtra ici comme sur pendant le week-end, je ne sais où, mais je n’en suis pas tout à fait certain ( si cela est, je poserais alors un lien). Je fais tourner « Song song » par Brad Mehldau, je me souviens de 1 5 2 3 0 4 tout en me remémorant avoir croisé une 304 aux sièges de cuir marron clair dimanche dernier, mais elle était turquoise, sans en prendre photo qui aurait été une bonne illustration, mais tant pis, et je recopie.

Mise à jour ,au point, du 10 avril 17 : j’ai repéré quelques points d’interrogation mais qui ne terminent pas la phrase, j’ai remis le livre dans la bibliothèque, et Brad Meldhau encore.

Les choses se marquent, mais rien ne se crée, tu vois, et c’est parfois quelque chose qui m’intime de cesser : non, je continue, encore.

 

De rompre le pacte de lecture, en deux actes :

1. les points-virgules : artifice, scansions, cesser de penser en rond suivant une syntaxe, poser du code à la place (en un sens : par exemple, c’est juste un exemple) (sic sans point-virgule)

Au fond, le rangement des choses, ou des signes soit un point contre trente cinq (en moyenne) signes de ponctuation par page, soit tant (6685 dis-je) de signes. Pourquoi faire ?

2. la même question pour le titre ; s’il s’agit d’une fuite en avant ; du fait des turpitudes du présent/Est-ce bien le cas /On attend, petit à petit sans doute/On connaît et on reconnaît/On retrouve des rêves/ou des fantasmes/c’est bondé de fantasmes

Du slash au point-virgule

L’apparition de dessins serrés dans un carton/Laquelle est-ce, de fuite ? Celle d’Autun

en bas relief, le charpentier son(?) fils(?) et l’âne (et non un rhinocéros)/Et la mère (enfin, est-ce bien une mère, une mère porte un enfant, elle, le porta-t-elle ?) (toute cette imagerie donc qui fait un simple écho, il s’agit d’une fuite et non de « la » fuite – écho notamment « Rosemary’s baby«  (Roman Polanski, 1968), où elle le porte)

Il y en a d’autres, plus profanes : celle de Francisco de Zurbaran – ils vont de droite à gauche – ou de Goya

ils viennent vers nous et vont sortir droite cadre (ça vient de la Binaf), ou celle-ci magnifique de je ne sais plus qui

(on fait un petit somme en attendant le jour et on s’en va) (je crois que ça se trouve au musée des beaux-arts de Boston – Louis-Olivier Merson)

Se souvenir de ses rêves

Des évocations, ça ne fait rien, je continue, je lis sans me poser trop de questions, une  fiction tragique, c’est ainsi, c’est ce que c’est.

Oblitération on ne parle pas de ça, les parents (du narrateur) peut-être ? Mais on n’en parle pas (un peu du frère). On parle de ceux d’elle, cependant. Ou de cette maison, puisque de là, elle vient ( elle revient). On peut voir la tête de rhinocéros/la couverture/le site/la page/le livre/le prix/ Construire une histoire ou révéler le passé ou la fuite de qui / Une fuite de qui

« Où ? » ce serait une autre question.

La jamais prénommée aussi qui conduit la voiture (cent six diesel) sur laquelle foncera ce type saoul au volant de sa camionnette (je crois des boites de sardines) sur les genoux le moteur et la mort instantanée, c’est la nuit, elle, et la photo, oui, la photo, laissant derrière elle deux enfants en bas-âge, le veuvage vaut-il seulement par les sacrements ? La mère de ces enfants-là/irrémédiable/les comme premiers mots du fils qui sont ceux d’Antoine Doisnel/

Puis celle qu’il appelle/parfois on pense à l’irruption de la fiction, juste là/il aurait appelé ses deux amis, je ne sais plus/nommée et prénommée, les deux c’est important les deux, nom et prénom, c’est important/Suzanne/une sorte de haine de la part de la fille/rien de la part du fils/d’où la sort-elle cette haine-là ? Les enfants, le garage, le VSD, les collègues de bureau, l’enveloppe, la complaisance, si c’est pour en faire ça/ les sentiments abjects – ailleurs que la sexualité, l’argent, les problèmes qui se résolvent comme par magie – un enchantement – alors que ce sont eux peut-être qui la firent fuir – eux, les problèmes – chez sa mère, le guéridon, la route droite qui défile, la nuit (ici de jour prise sur le site

je ne sais pas, est-ce elle ? Je m’en doute).

Beaucoup de libido comme si cette perte suscitait quelque chose

A-t-on/a-t-il perdu quelque chose ? Se prononcer sur l’amour qu’il lui portait, venait- elle, revenait-elle rompre ou annoncer que décidément non ? On ne saura jamais quels discours, quels sentiments elle lui portait, la route est là, la nuit elle rentre, il ne lui a pas dit « je t’embrasse » pour que l’échange dure un moment encore, et puis elle est partie elle revenait et l’accident

On peut remarquer que cette ponctuation inflige des majuscules aux seuls noms propres, et que l’innommée n’en bénéficie pas – on n’a pas vraiment le sens commun pour indiquer si le narrateur en jouit, mais il faudrait relire, peut-être si on l’invective, lui, ce narrateur, je ne me souviens plus si lui est nommé je ne sais plus, j’en termine

Une fuite en Egypte (Philippe de Jonckheere, inculte, 2017)

Après Dehli, Bombay

 

 

(c’est drôlement désert par ici, depuis un moment) (c’est pas comme en Inde, dans ce pays, où ils commencent – et elles aussi – à pas tarder à être dans le genre d’un milliard cinq cents millions, quand même) (dans la boite aux lettres, c’est juste une carte postale…) (désolé, la version n’est pas sous-titrée…)

On va reprendre la même chose, ou le même plan, les mêmes histoires, ce sont des films d’amour, hier c’était à Delhi, aujourd’hui ici, difficile de parler d’autre chose au cinéma (on n’y va pas pour le film mais pour ce qu’on y fera) (on préfère rêver), un homme

aime une femme

qui le lui rend bien, mais ils sont d’origine, de religion, de classe peut-être – mais pas de caste, je ne pense pas – différente, ici c’est « Bombay » (Mani Ratnam, 1995) et les émeutes qui eurent lieu au début des années 90, lorsque des cinglés commencèrent – et terminèrent complètement – la destruction d’une mosquée, ça se passe à Ayodhia (c’est au nord de l’Inde) et ça se propage ensuite dans tous le pays, notamment à Bombay ( qui s’appellera plus tard – en 1995, l’année où le film a été tourné, Mumbay, jusque de nos jours- la connotation coloniale du premier nom, celle plus hindoue disons du second, enfin on fait comme on veut, l’important, c’est quand même qu’on se comprenne).

Plusieurs centaines de morts.

Ce qui fait que je suis allé voir ce qui se passait dans cette ville-là (j’eusse préféré que l’administratrice-teur du site me permît,  financièrement parlant, d’y aller avec mon amie quelques jours, mais je ne le lui ai même pas demandé, t’as qu’à voir) (le bord de l’océan indien, c’est assez fatal et au fond la ville – enfin une partie : zoom avant

je suppose que ça se passe durant la mousson (il pleut dans le film, aussi, pas mal, et parfois à seaux…), le héros qui aime l’héroïne et va l’épouser (c’était fatal) (ils feront des jumeaux ensemble : lui est hindou, elle est musulmane, les places sont ce qu’elles sont) (ce seront deux garçons) mais avant il se promène sous la pluie. Il parvient à un fort et c’est lui que j’ai cherché, sans le trouver.

Des ciels et des oiseaux, des vagues, ils s’aiment, mais l’histoire les attrape et les blesse, les deux enfants se perdent durant les rixes, sangs cris meurtres, l’un d’eux est recueilli par une personne affable

déterminée, probablement transsexuelle

les enfants ne mourront pas, je ne dévoile pas tout mais ces histoires sont faites pour finir bien, les chansons sont magnifiques et les danses tellement spontanées

(tu vois ça : une quarantaine de personnes qui dansent ensemble sur une musique au rythme formidable, et toutes sont spontanées : c’est quelque chose de tellement humain, elles dansent , eux aussi, les enfants de même, une merveille et c’est juste du cinéma) ici la porte de l’Inde – la construction gauche cadre –

un cliché je crois d’un opérateur humain, là du robot – on la voit mieux –

quelque chose de la ville, que racontent donc ces histoires , sinon comme une espèce de raccourci de nos passions, au moins comme des contes gais et tragiques sans doute, mais si chaleureux, humaines ces amours, ces danses, ces embrassades, et en contrepoint peut-être ces incompréhensions et ces terreurs…

(Quelques années plus tard, fin novembre 2008, des attentats dans ces quartiers eurent lieu, faisant terriblement penser à ceux de novembre 2015 à Paris – une dizaine de terroristes, tous morts sauf un, ouvrent le feu dans différents points de la ville, ak40 et compagnie… près de deux cents morts et plus de quatre cents blessés… – dont j’avoue n’avoir pas, à l’époque, entendu parler. Ce qui fait froid dans le dos, ce sont les blessures infligées ici ou là à l’humanité, et la mémoire qu’on en tient : les souvenirs qu’on porte, les oublis qu’on laisse… Ce qu’on voit sur ces deux images, le même point de vue et les mêmes bâtiments, ce sont deux hôtels de luxe (à moins que ce ne soit le même) qui furent les cibles de ces attaques meurtrières; la gare centrale a aussi fait partie, entre autres, de ces cibles. Il n’est pas douteux que le choix de ces images tient au fait que je pratique, par ailleurs, des recherches sur divers hôtels et établissements de ce type : je ne m’en rends compte que maintenant, et c’est extrêmement troublant. Ce que raconte ce film-là, ici, dont on fait la chronique, est le signe des ferments de ces erreurs, guerres de religion vengeances avatars troubles de pulsion de mort, dont on ressent encore les effets ici et là-bas – on craint que ces conflits ne soient ni résolus ni terminés dans cette partie du monde, elle aussi tellement meurtrie)

Un monde un peu différent, très semblable, sans prétention mais avec beaucoup d’humour qui rend ce cinéma tellement attachant, une liberté de ton vis à vis de la sexualité, une joie de vivre formidable quand même (quand même parce que personne , non plus, n’est dupe des places, des classes, des castes).

Pour finir (je finis comme j’ai commencé) cette image qui n’est pas du film…

 

En prison

 

 

Bakırköy Kadın Kapalı Cezaevi C 9 Koğuşu : telle est l’adresse où on peut envoyer des mots, des lettres, des avis d’existence et de soutien à Asly Erdogan emprisonnée depuis plusieurs mois pour délit d’idée. Ecrivain, femme, libre : les atouts pour la prison, peut-être – si nous ne faisions rien – à vie.  On garde de l’espoir – on a une adresse, les mots,les lettres, les soutiens lui parviendront-ils ?

On  a des outils (même si on les agonit, parfois) : copier/coller dans la barre de navigation, on arrive ici

bakirkoy-zero-gsw

le surlignage bleu correspond aux lieux visités photographiés répertoriés par le robot. On voit l’aéroport Mustapha Kémal-Atatürk à gauche (on sait comme on aime ces dispositifs ici)

bakirkoy-gsw-aeroport-1

et à droite cadre, l’île où le robot n’allât point, à côté d’un stade de baskett à la mode, on découvre

gsw-bakirkoy-2

la prison où est enfermée, entre tant d’autres femmes pourtant, celle à qui cet article de la maison(s)témoin  est destinée : la prison pour femmes de Bakirköy, à l’est d’Istanbul, c’est en Turquie où sévit un autocrate ancien joueur de football semi-professionnel dit sa notice wiki (aussi bien Ronald Reagan fut-il acteur de second plan). Le robot donc n’est pas admis aux abords, les satellites sont loin, mais les optiques fortes

gswbaikirkoy-3

on pratique par zoom avant

gsw-bakirkoy-7

(ici le robot vous gratifie d’une vue dite en trois dimensions, on n’y croit que peu, mais le nord n’est plus en haut, on est un peu perdu), retour au système référentiel normal

gsw-bakirkoy-4

toits rouges, on les aperçoit si on se positionne près du stade de sport

gsw-bakirkoy-5

de plus près je ne puis.

Mais plus loin, et plus avant dans notre monde qui communique, on parvient à un site. Il s’agit d’une présentation commerciale comme une autre au fond : on informe sur ce que se trouve à l’intérieur, par des photos afin de faire connaître (mais à qui sinon aux personnes libres ?) où sont enfermés leurs proches, j’imagine… Entrée :

entree

(les traductions sont du robot), vue de dehors :

prison-1

(quelle photo…), puis les salles diverses, d’autres la cantine (le restaurant : les nappes…)

restaurant

la salle de spectacle (sans doute sous les regards d’Ataturk ?)

salle-de-spectacle

salle de travail :

salle-de-travail

dentiste :

dentiste

(on voit aussi l’infirmerie, la salle où ont lieu les visites, d’autres encore) la bibliothèque

bibliotheque

le salon de coiffure :

salon-de-coiffure

toutes sortes de choses qui se tiennent dans des pièces fermées de grilles, mais le plus formidable, bien sûr, comme on le voit, c’est que sur ces photographies, il n’y a personne…

En Turquie, les prisons sont pleines.

Tu sais quoi, ce monde-là, celui qui se permet de donner en spectacle des lieux où des détenues subissent des peines, sont privées de la moindre des libertés, ce monde qui exhibe ces lieux, ce monde-là (n’)est (pas) le mien.

Dur de s’en rendre compte.

Je préfère regarder d’autres images plus représentatives de la beauté du monde : j’ai longtemps cherché dans mes tentatives d’illustrations des aéroports (ceux visités par l’avion solaire notamment) des avions en vol. C’est ici que je l’ai trouvé, alors pour elle, pour elles toutes, et pour eux, pour eux tous, emprisonnés par des lois iniques, absurdes et inhumaines ici cet envol

avion-envol-istanbul-2

et une vue du même réalisé en trois dimensions

avion-envol-istanbul

Tenir, tenir encore et ne pas lâcher.

Diacritik relaie tous les jours des textes d’Asli Erdogan, une pétition est lancée pour sa libération.

Sur L’aiR Nu une page initiée par Anne Savelli qui donne à entendre d’autres textes.

Pour ne pas les oublier, ni elles, ni eux.