et d’autres images

 

Celles-ci précèdent les 5 posées il y a quelques temps – ici il y en sept d’objets (tout ce qu’il reste) et sept de personnes (elles sont toutes mortes) – la photographie comme preuve de l’existence (et ici, en cette maison, comme témoignage) – il s’agit de la première « Scène intérieure » (initialement publiée par Jean-Bertrand Pontalis qui dirigeait la collection L’un et l’autre aux mêmes éditions) sous titrée « Faits » (ici en folio numéro 5940) – (la seconde, disons, mais qui, ici, a paru en premier, était intitulée  « Cinq femmes » et sous-titrée « Scène intérieure II ») – je retranscris ici quelques lignes de l‘Avertissement qui permettent de comprendre le contexte de ces deux ouvrages :

 

Les pages qui suivent contiennent, en effet, tout ce dont je me souviens, et tout ce que j’ai pu apprendre aussi sur mon père, ma mère, ma sœur, mes grands-parents paternels, deux oncles et une grand-tante disparus à Auschwitz en 1943 et 1944. Une tante par alliance seule est revenue. J’avais cinq ans et demi.

Le petit Marcel, ce samedi-là, avait été avec Annette, sa gouvernante disons, se promener au parc Montceau, situé en face de l’appartement du grand-père paternel. La gestapo vint à ce moment et arrêta toutes les personnes présentes dans l’appartement. Marcel et Annette, sur le trottoir de l’autre côté du boulevard virent cette arrestation, et s’en allèrent rapidement. Une chance

Ici une image de la mère (Maria Cohen, née le 9 octobre 1915 à Istanbul) déportée dans le convoi numéro 63 du 17 décembre 1943, assassinée (j’ignore la date de son décès)

recadrée

puis deux images du père (Jacques Cohen – né le 20 février 1902 à Istanbul) déporté dans le convoi numéro 59 du 2 décembre 1943 – assassiné

ces gens vivaient dans le dix-septième arrondissement de Paris, vers les Batignolles – ils étaient juifs immigrés d’Istanbul dans les années vingt du siècle précédent –

Monique Cohen, sœur de Marcel, née le 14 mai 1943 à Asnières (92) déportée à six mois comme le voulait la loi, avec sa mère dans le convoi 63, assassinée – on ne garde d’elle que ce bracelet

que je rapproche, on distingue le nœud pratiqué à l’une des parties, sans doute pour adapter le bijou au poignet de cette enfant

Sultana Cohen, la grand-mère paternelle de Marcel, née en 1871 à Istanbul, déportée dans le convoi numéro 59 du 2 septembre 1943, assassinée

Mercado Cohen, grand-père paternel (père de Jacques donc) né en 1864 à Istanbul, déporté dans le convoi numéro 59 du 2 septembre 1943, assassiné

vient Joseph Cohen (le frère aîné de Jacques), oncle de Marcel, né le 10 août 1895 à Istanbul, déporté dans le convoi numéro 59 du 2 septembre 1943, assassiné

Rebecca Chaki, cousine germaine de Mercado, qui vivait chez lui boulevard de Courcelles, née le 13 avril 1875 à Istanbul, déportée dans le convoi numéro 59 le 2 septembre 1943, assassinée

puis enfin David Salem (le plus âgé frère de Marie, la mère de Marcel, donc un de ses oncles) né le 29 avril 1908 à Constantinople, déporté dans le convoi numéro 75 du 30 mai 1944, assassiné (on dit de lui qu’il a eu une belle mort : il s’est jeté sur les barbelés électrifiés du camp d’Auschwitz) (ici avec sa sœur, dont il est l’aîné de sept ans)


Il reste aussi quelques objets dont les images sont portées en fin d’ouvrage, sous la rubrique « Documents » – ils forment des souvenirs de Marcel, des objets qui lui restent.
Le coquetier de sa mère (qui lui venait de ses parents et d’Istanbul)

puis ce petit objet représentant un cheval, offert par Jacques à Marcel (Jacques l’avait confectionné pour son fils)

le violon de Jacques (miraculeusement retrouvé dans la cave de l’appartement des Batignolles qui lui avait été pillé, probablement par des voisins peu scrupuleux)

le petit sac en tissu ayant contenu le bracelet de Monique

la résille de Jacques (il avait des cheveux qui se crantaient, ça ne lui plaisait pas, il la portait la nuit afin de domestiquer ses cheveux qu’il gominait aussi)

son étui à cigarettes en cuir

et enfin une reproduction d’un ours qui porte un récipient servant de cendrier (objet qui tenait dans la main – la bouche ouverte était peinte en rouge)

ici la table

Je pose pour finir ces quelques lignes de l’Avertissement, en page 8 de l’ouvrage, qui indiquent :

Aux monstruosités passées, il n’était pas possible d’ajouter l’injustice de laisser croire que ces matériaux étaient trop minces, la personnalité des disparus trop floue, et, pour utiliser une expression qui fait mal mais permettra de me faire comprendre, trop peu « originale » pour justifier un livre. À la scène III de l’opéra de Richard Wagner L’Or du Rhin la formule magique d’Alberiche  qui rend invisible est la suivante « Seid Nach und Nebel gleich » (« Soyez semblable à la nuit et au brouillard »). On sait l’usage qui fut ultérieurement fait de ce Nacht und Nebel.

 

Plus jamais ça.
Ce billet est dédié à mon grand-père Victor, déporté dans le convoi numéro 67, du 3 février 1944, assassiné à Auschwitz, ainsi qu’à Willy Holt, déporté dans le même convoi, mais qui, lui, en revint (et c’est heureux). Avec toute ma tendresse à eux comme à Marcel.

 

 

préférences

 

 

 

 

assez souvent je me dis mais
ça sert à quoi tout ça, ça sert à quoi, tout ça ? Ne me demandez pas de vous suivre
sic – une chanson, toujours dans les moments déprime il me vient une chanson – hier elle me disait « à ce moment-là vous étiez bien plus mélancolique » et je ne retrouvais pas ce moment, ce moment-là – c’est reparti c’est revenu – mais je me préoccupe de cette maison, si ça se trouve c’est moi, l’agent – mais pourquoi en faire? je ne sais… je ne tiens pas de compte, je ne vois pas de statistique, il vient de temps à autre quelqu’un, une visite vaguement – le lotissement pourrit – le chef ou la cheftaine ou la cheffe ou j’en sais rien (haine plus un) est aux abonnés absents – le moment est désespérant : on n’en vendra jamais une seule – elle n’est pas à vendre, elle est là, et se tient – cette chanson, elle, me tient compagnie mais ça ne sert à rien non plus – le nihilisme me guette : c’est pourquoi je m’évade 

je préférerai ne pas
regarder cette honte
voir ces ordures ces déchets ces horreurs depuis tant et tant de siècles
ces fleuves de sang
je préférerai ne pas voir
parfois ne pas savoir
ne pas avoir lu ni entendu dire ou taire
ça n’est pas que nous soyons frères
ou sœurs
d’une même famille mais du moins
tenter la paix de l’espèce
ce n’est pas le bonheur mais du monde
nous sommes la crème – et d’eux, et d’elles
et de leurs enfants nous ne prenons rien
et rien ne leur donnons
qu’ils meurent de faim et de soif, nous dans ces sportifs et utilitaires véhicules
dans le confort doux de nos nuits
nous les repoussons, nous construisons des murs
nous coulons leurs bateaux et s’ils survivent les mettons dans des camps
je préférerai ne pas savoir que ce n’est qu’une affaire de couleur
j’aime les couleurs, j’aime les contrastes
et je vois ce que font les votes de ces jours-ci
et ces regards et ces corps qui se noient
et ces autres qui vont et viennent et à la rue dorment
dans les recoins qu’on leur laisse
non parfois je voudrais ne pa
s voir
ne rien entendre et rester à regarder simplement l’air le vent la lumière
une belle musique doucement
je voudrais tant que ça cesse mais non
c’est là, devant nous, là, la bête immonde
hargneuse égoïste bavant sa hargne et sa haine
avec ses armes et ses drapeaux
cette honte

Soixante-dix-septième

 

 

 

Lorsque j’ai commencé à demander à cette maison ([s]témoin)  s’il s’y trouvait des occurrences du mot  Cannes elle m’a donné trois pages d’articles – une trentaine – ce n’est donc pas que ça ne me plaise pas – c’est juste une vitrine : quelque chose qui montre quelque chose d’autre afin d’en procurer une jouissance suivie d’un désir – quelque chose d’assez obscène, il faut peut-être le (re)dire : hors de la scène exacte qui est celle de l’écran – lequel ne fait rien d’autre que de cacher exactement ce qui est projeté – on sort de là un peu hébété sans rien d’autre que des fantasmes – dehors il fait encore jour ou il pleut – il fait nuit et on est déçus, on a faim ou soif – on a envie d’une cigarette (ça va ensemble) – à nos âges (et à d’autres) on a des besoins à satisfaire –  et puis après on rentre – y aller, est-ce une habitude ? Un pli (mauvais, faux, à repasser ?) ou un besoin de toutes pièces créé ? Racontez-moi une histoire que je m’endorme… oui, sans doute, aussi mais pas seulement (des ombres, des fantômes, des vrais gens cependant – peuple – on les aime d’un amour secret, déçu, figé malheureux : on ne les connaît pas on ne voudrait pas, nous ne sommes pas du même monde disait une publicité de rillettes – toujours cette sensation – des vampires (des vampes) assoiffés…) – une industrie un peu comme une autre, mais un peu seulement   

(le mode opératoire a un peu changé – les légendes sont automatisées)

 

Cannes vingt-vingt-quatre mais d’abord une photo d’un des hommes les plus riches de ce pays qui a marié une starlette, laquelle l’entraîne sur « les marches du palais » (y’a une tant belle fille lonla) – le type (il est de 62) se laisse faire, heureux de montrer (et promouvoir) son bonheur et la poitrine opulente de sa conquête (on n’est jamais sûr de la réalité des photos, tu sais bien)

L’homme d’affaires français François-Henri Pinault (à gauche) et l’actrice américano-mexicaine Salma Hayek Pinault arrivent pour la projection du film « Killers of the Flower Moon » lors de la 76e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 20 mai. 2023. (Photo de LOIC VENANCE / AFP)

s’il fallait exercer quelque cruauté (en serait-ce vraiment, d’ailleurs) on rappellerait les années de naissance des deux protagonistes – mais non – elle lui est contemporaine (elle est de 66) mais plus embijoutée – c’était l’année dernière – mais non – sans doute d’un an ont-ils ainsi que nous autres, pauvres et mortels, vieilli – cette année – sept-sept était son quantième – on a distingué des films – ce sont gens connus – et comme il y a quelque soupçons traînant dans les airs , on a justifié un jury composé d’autant de femmes que d’hommes mené par un président qui était une présidente

Membres du jury, de gauche à droite, Kore-eda Hirokazu, Eva Green, Pierfrancesco Favino, l’actrice Camille Cottin, Juliette Binoche, Meryl Streep avec la Palme d’Or d’honneur, la présidente du jury Greta Gerwig, Nadine Labaki, Lily Gladstone, J.A. Bayona et Omar Sy posent pour les photographes à leur arrivée à la cérémonie de remise des prix et à la première du film « le deuxième acte » lors du 77e festival international du film, Cannes, dans le sud de la France, le mardi 14 mai 2024. (Photo de Vianney le Caer /Invision/AP)

(on ne mentionne pas le nom de  cette femme en noir, extrême droite de l’image : ce n’est pas fair play) on a vaguement glosé sur les robes rouge/noire/blanche mais on s’en fout – une autre ?

Greta Gerwig, présidente du jury du 77e Festival de Cannes et les membres du jury Omar Sy et Lily Gladstone posent sur le tapis rouge lors des arrivées pour la cérémonie d’ouverture et la projection du film « Le deuxième acte » Hors compétition au 77e Festival de Cannes, Cannes, France, le 14 mai 2024. REUTERS/Yara Nardi

(sur celle-ci, la brunette qui porte un nœud papillon n’entre pas dans la légende) (les légendes cependant rallongent le propos – mais n’apportent guère plus qu’une information tiède – placements de produits : lesquels ici sont des productions, des réalisations à plusieurs dizaines de millions de dollars – ou d’euros) – un critique a vu une cinquantaine de films sur les quelque cent dix proposés (compète palme d’or: 22) – la vie est difficile – en une dizaine de jours, fréquence de 5/jour – mais je ne retiens que peu de chose cependant : quelques images (six en tout – on pourrait dire : ce n’est que du cinéma)

d’abord :

suivie de

La réalisatrice indienne Payal Kapadia (R) célèbre sur scène avec son casting après avoir reçu le Grand Prix pour le film « All We Imagine as Light » lors de la cérémonie de clôture de la 77e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 25 mai 2024. (Photo de Christophe SIMON / AFP)

non, mais rien n’est joué – ce n’est pas seulement du cinéma, c’est aussi de la joie – pure et dure certes – mais de la joie et puis c’était ma favorite – j’exècre  ceux qui, depuis dix ans gouvernent ce pays, l’Inde – et puis cet homme-là qui s’échappe

Cannes, Festival International du Film, portrait du réalisateur iranien en exil Mohammad Rasoulov. Il présente « Les Graines du Figuier Sauvage », en compétition pour la Palme d’Or

on a entendu dire qu’il y avait là quelque chose comme de l’opportunisme du cinéma – de tout le cinéma – mais ce prix lui sauve sans doute la vie – le cinéma, oui – non, mais c’est vrai j’aime beaucoup – le faste, le luxe, l’hypocrisie moins mais enfin, il ne semble pas qu’il  puisse, cet art qu’il est aussi dit-on, s’exprimer autrement – une immense publicité, une injonction à aller voir ces films-là et pas d’autres… cette image aussi, pourtant 

tirée du film donc, Les graines du figuier sauvage – que fais-je donc d’autre ? ici encore un autre film qui aura ma préférence (Grand tour  réalisé par Miguel Gomes)

et pour finir une image du « Tout ce que nous imaginons être de la lumière »

on verra
on ira voir

en ouverture de billet, une image de ce grand tour, probablement l’héroïne principale – non mais quelle beauté… – Crista Alfaiate, qui jouait déjà dans le Mille et une nuit du même réalisateur

 

 

Œillets ibériques et péninsulaires

 

 

 

de quelques images rattrapées pendant ces dix derniers jours – quelque chose pour que vive cette maison – comme quelque chose d’entendu : j’étais arrivé à la conclusion qu’il fallait reprendre un peu tout ce qui a été conçu, en faire un lot, un index, un historique, un récapitulatif, quelque chose de sérieux (« t’es sérieux là ? » s’enquièrent nos têtes blondes ou pas) – j’avais des choses à faire (Marseille, Péloponèse, B2TS – le reste, la lecture de la fin d’Almayer et de sa folie – une belle histoire triste abritée par une espèce de mangrove, rechercher Sambir et d’autres lieux – quelque chose comme une réminiscence du rivage des Syrtes, une ambiance de fantômes mais non pour le reste, tout reste à faire comme d’habitude – mais ces images parce que quelque chose de vrai s’est alors passé – j’avais vingt ans tu sais ce que c’est, des choses qu’on n’oublie pas – elles se sont passées mais on ne les a vécues que  de loin, peu, on avait autre chose à faire
¨Puis je me suis demandé, me souvenant d’avoir vu ce film Capitaines d’Avril (Maria de Medeiros, 1999) au forum des images,si je n’avais pas, par hasard, commis un billet sur ce film mais non. J’ai dû oublier, comme souvent – je suis pris par autre chose, souvent, quelque chose à dire et à montrer (à me montrer surtout) (mais je partage) et j’ai recommencé à m’en prendre sérieusement à ma façon de faire, un peu légère mais suivie, j’ai cessé d’attendre à un moment, je me suis dit qu’il était inutile de tenter de comprendre quelque chose à ce public comme on dit – il suffit de (se) donner dans ses actions, quelque chose de généreux peut-être mais arrimé à quelque chose d’éthique – je cherche toujours, sans trouver – lire voyager regarder saisir sentir – non, mais tant pis pour l’œuvre ou l’écrit ou le roman – tant pis mais garder la tête hors de l’eau et nager – quand même 

 

25/04/1974. LA REVOLUTION DES OEILLETS

déjà posée parce que c’est important – descendre l’avenue avec un œillet à la main (ce billet dédiée à l’amie lisboète qui se reconnaîtra) et ne pas tuer – ne pas mourir – comme une vague formidable – tu vois, je ne savais pas alors, certes je criai dans les rues « Stirner ! Proudhon! Bakounine Kropotkine Voline! » sur l’air des lampions, on s’était amusés déjà à chanter « Ah Debré si ta mère avait connu l’avortement » qui était d’un goût assez douteux deux ans plus tôt – on mettait sur nos têtes des entonnoirs – on riait parce qu’on avait déjà derrière nous la réalité de l’usine et la ferme et définitive volonté d’y échapper tout comme à l’armée – nos vies à mener

25/04/1974. LA REVOLUTION DES OEILLETS

nous n’avions pas l’âge de ces capitaines, mais presque – ils étaient nos aînés – ils refusaient l’Angola et le reste – et l’ordure (sans majuscule, non) salazar pourrie était morte, ne restait plus qu’à l’enterrer

Adelino Gomes (ancien journaliste qui a couvert les événements), montrant ses archives, au Largo do Carmo où s’est produite la Révolution.

j’ai volé ces images dans le canard, comme une espèce d’habitude,un modus operandi un genre de crime – j’ai (très souvent) ce que la vulgate de ce genre (policier ou hard boiled) intitule des scrupules de pucelle – nous vivons dans un monde désolé –

Détails de l’exposition célébrant le 25 Avril, au Musée GNR situé à Largo do Carmo.

détacher les portraits (mais les remplacer par d’autres ?) – nous vivons dans un monde absurde – nous ne savons pas, nous ne savons rien sinon que doit vivre la liberté – nous ne savons pas pourquoi, mais sans entrave et sans temps mort …- tu te souviens… et puis le temps s’oublie et passe

Adelino Gomes (ancien journaliste qui a couvert les événements), montrant ses archives, au Largo do Carmo où s’est produite la Révolution.

à un moment, le charme s’est rompu
à un moment je n’ai plus su comment faire pour revenir
alors j’ai regardé devant moi et j’ai continué, un pied devant l’autre
une image après l’autre

Groupe de personnes célébrant le 25 avril et rendant hommage à Vasco Correia et Natércia. La cérémonie comprenait le chant de « Grândola Vila Morena »

des fleurs et des chansons

des noms de personne (à ce moment-là tout le monde faisait le voyage de Lisbonne racontait, il me semble bien, la biographe de JiPé) – ces années-là – le monde et l’univers, ce moment-là où tout semblait possible – et peut-être tout l’était-il, tout comme aujourd’hui

je me souviens des livres de Lidia Jorge (tous, mais surtout Les Mémorables  chez Métailié, traduit en 2017 par Geneviève Leibrich)

– je ne me souviens plus, pourtant, mais j’ai à l’idée ce nom qui me revient mais qui n’a rien à voir – c’est au pays voisin, sous l’ordure franquiste (Castelo Branco c’est ce qui me vient) (en réalité Luis Carrero Blanco dont la Dodge Dart s’envola un 20 décembre au dessus des toits d’une officine jésuite (car le hasard n’existe pas) pour retomber dans le jardin d’icelle – le nouveau premier ministre en mourut, ainsi que son chauffeur et son aide de camp – quelque quatre mois avant…) – je me souviens

 

actualités

 

 

dans l’actualité se bassinent les guerres – les forces se combattent, aux commandes les extrêmes droites – chez les malheureux russes, chez les pauvres israéliens – ces gens, comme les chemises brunes d’ici : avec des impôts qui devraient servir aux hôpitaux, aux écoles, aux universités, à la justice (j’en passe de pires sans doute), on rétribue des parlementaires, ils sont un peu moins de quatre-vingt-dix; des fonctionnaires : ils forment un aréopage de sages, lesquels viennent de nous annoncer que oui, la peste brune est bien une peste brune et oui, il s’agit en effet de la bête immonde… Cette couleur qu’arborent fièrement contre subsides éloquents ici ceux qui maintiennent l’ordre. 

La légende est à lire avec attention.

Des policiers éliminent un manifestant occupant un arbre pour protester contre le projet d’autoroute A69 reliant Toulouse à la ville de Castres, alors que les policiers mènent une opération pour l’éloigner, au camp de protestation de Crem’Arbre « zone à défendre » (ZAD). à Saix, dans le sud-ouest de la France, le 22 février 2024. (Photo d’Ed JONES / AFP)

 

« Le monde est tel qu’il est« chantait l’artiste (Higelin, je l’aime toujours)(comme ma grand–mère – d’ailleurs elles étaient deux). J’ai glané quelques images, comme dans un carnet, je les pose ici –  sur les murs de la ville où j’étais (Gênes) des slogans anarchistes – la bourgeoisie (catholique, certes) du lieu en était outrée… Je me suis souvenu de ce « La liberté ou la mort »ou de cet autre « Never surrender ». Ces choses nous concernent, au plus près. Ici ne sont que des échos… Ici une rescapée – le type qui a ordonné la charge qui a manqué de tuer cette femme, un certain Rabah Souchi, a pris six mois avec sursis et une promotion dans son corps (et ses émoluments, évidemment : c’est aussi un fonctionnaire)

(DOSSIERS) Geneviève Legay (à gauche), militante d’Attac, grièvement blessée lors d’une manifestation de «gilets jaunes», regarde avant le début du procès du policier Rabah Souchi, au tribunal de Lyon, dans l’est de la France, le 11 janvier. 2024. Le 8 mars 2024, le tribunal correctionnel de Lyon rendra sa décision concernant le commissaire de police Rabah Souchi, qui a ordonné l’accusation qui a blessé une septuagénaire, Geneviève Legay, lors d’une manifestation des « gilets jaunes » en 2019 à Nice. Une peine de six mois de prison avec sursis avait été demandée lors de l’audience de janvier. (Photo de JEFF PACHOUD / AFP)

Déni de justice ? Procédure simplement, la loi est faite par ceux qui protègent ces actes.

Essai floral

Le roi Abdallah II de Jordanie et le prince héritier Hussein rencontrent le président palestinien Mahmoud Abbas, à Amman, en Jordanie, dans cette photo publiée le 25 février 2024. Cour royale hachémite/document via Reuters ATTENTION AUX ÉDITEURS – CETTE IMAGE A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TIERS . AUCUNE REVENTE. PAS D’ARCHIVES

Des monarques – des otages…

Plus tendres ?

La réalisatrice Justine Triet et l’acteur Antoine Reinartz de « Anatomy of a Fall » avec Marie-Ange Luciani, David Thion et Arthur Harari posent sur le tapis rouge lors des arrivées des Oscars à la 96e Academy Awards à Hollywood, Los Angeles, Californie, États-Unis, 10 mars 2024. REUTERS/Sarah Meyssonnier

(La productrice du film,un acteur, une réalisatrice, le producteur du film, le co-scénariste) oscar du meilleur scénario – je lisais l’entrefilet relatant que ledit film avait cumulé quatre-vingt-dix prix cinématographiques depuis la palme d’or qu’il reçut à Cannes – et au box-office (ce qui veut dire : la caisse, le retour sur investissement) quelque chose comme 22 millions de dollars (à titre de comparaison, un autre film (étazunien celui-là à la gloire d’une poupée blonde) a rapporté à ses producteurs un milliard et quatre cent  millions… (soixante-dix fois plus…). Une autre, pour le verdict

TOPSHOT – Arthur Harari et la réalisatrice et scénariste française Justine Triet assistent au 96e bal annuel des gouverneurs des Academy Awards après avoir remporté l’Oscar du meilleur scénario original pour « Anatomy of a Fall » au Dolby Theatre à Hollywood, Californie, le 10 mars 2024. (Photo de Valérie Macon / AFP)

(j’aime beaucoup le type derrière les deux récompensés qui singent un baiser, droite cadre : il fait quoi, à ton avis ?)

Des échos donc et retour sur terre ?

(DOSSIERS) Les corps des victimes sont évacués après l’explosion d’un train à la gare d’Atocha à Madrid, le 11 mars 2004. L’Espagne marque le 20e anniversaire de l’attentat qui a fait près de 200 victimes, revendiqué par « Al-Qaïda en Europe ». en guise de punition pour l’implication de l’Espagne dans la guerre en Irak. Le 11 mars 2004, aux heures de pointe du matin, dix bombes ont explosé presque simultanément dans les trains de banlieue de Madrid, tuant 192 personnes et en blessant près de 2 000. L’onde de choc provoquée par les attentats terroristes – les plus meurtriers jamais commis sur le sol espagnol – a affaibli le PP, qui a été critiqué pour avoir insisté sur la responsabilité de l’ETA malgré les preuves croissantes du contraire. (Photo de Christophe SIMON / AFP)

(est-il utile de préciser que le »PP » (parti populiste) (pardon populaire) est d’obédience droite (radicale comme on dit aujourd’hui – sinon d’extrême droite ?) (bah oui)

Et puis dans ce monde, un accident

Dans cette image tirée d’une vidéo fournie par Cali Planes, un Boeing 777 d’United Airlines à destination du Japon perd un pneu alors qu’il décolle de l’aéroport international de San Francisco, le jeudi 7 mars 2024. L’avion a effectué un atterrissage d’urgence en toute sécurité à Los Angeles. (Avions de Cali via AP)

série noire… augmentée de celle-ci

PHOTO DE DOSSIER: Les enquêteurs du National Transportation Safety Board (NTSB) examinent la zone du bouchon de fuselage du vol 1282 Boeing 737-9 MAX d’Alaska Airlines, qui a été largué et a forcé l’avion à effectuer un atterrissage d’urgence, dans une propriété où il a été récupéré à Portland, Oregon, États-Unis, 8 janvier 2024. NTSB/Handout via REUTERS. CETTE IMAGE A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TIERS/Photo de fichier

il fait froid, tu ne trouves pas ?

Grâce au ciel, on aura des jeux en été – ce sera magique – des milliards d’êtres humains meurent de soif de faim de guerres – tentent d’échapper à cette histoire – ça ne fait rien, jouons – participons c’est l’important comme disait l’autre.

La chanteuse française Aya Nakamura arrive pour la présentation des créations Schiaparelli pour la collection Prêt-à-porter Femme Automne-Hiver 2024/2025 dans le cadre de la Fashion Week de Paris, à Paris le 29 février 2024. (Photo de Miguel MEDINA / AFP )

Il n’est pas certain qu’elle accepte d’ailleurs de chanter pour la cérémonie d’ouverture – on verra ? (elle n’a pas confirmé et le minuscule du faubourg non plus). Vingt-huit ans.

Ici encore une image datant de loin

Le Théâtre Olympia s’illumine avec le nom de Taylor Swift avant son concert à Paris, France, le 9 septembre 2019. REUTERS/Benoit Tessier

près de cinq ans : c’est à présent une vraie star (la preuve ? la droite radicale US s’en prend à elle) – trente trois ans –  – il est encore cependant permis d’espérer…

Encore que

La chanteuse française Aya Nakamura arrive avant la présentation de la collection Givenchy Femme Automne-Hiver 2023-2024 lors de la Fashion Week de Paris, à Paris, le 2 mars 2023. (Photo de Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

la droite radicale (raciste, homophobe, antisémite et j’en passe) (celle de la bête immonde et de la peste brune – celle-là même dont on nous rebat les oreilles qu’elle « va gagner » – cette pourriture-là qui revient) insulte la chanteuse, et nous resterions là, sans rien faire ? Non.

 

 

 

 

 

 

Alexeï 2

 

 

la suite des outrages à la mémoire (avant ça, le culte orthodoxe, le nationalisme, la grande russie, tout le bataclan) (dans le même temps et sur le même monde ou est-ce ailleurs ? que font les autres pour leurs frères  et sœurs ? – les Tchétchènes ou les Ouïgours –  ces flots de sang et de pleurs – dans huit jours d’ici…) c’était hier et je ne trouve aucune excuse au dictateur

 

(je ne sais l’obédience de cette organisation « Russie-libertés ») – l’image date du 22 février (hommage à Paris)

(DOSSIERS) Un manifestant tient des bougies et une photo du défunt leader de l’opposition Alexei Navalny, lors d’une manifestation organisée par l’association « Russie-Libertes » sur l’esplanade du Trocadéro à Paris, le 22 février 2024. Funérailles du leader de l’opposition russe Alexei Navalny le service aura lieu dans une église du sud de Moscou le 1er mars 2024, ont indiqué les alliés du politicien. « Les funérailles d’Alexei auront lieu dans une église… à Maryino le 1er mars à 14h00 (11h00 GMT). Venez à l’avance », a déclaré son équipe dans un message sur les réseaux sociaux le 28 février 2024. (Photo de Ludovic MARIN / AFP)

(il y avait aussi une proposition photographique intitulée « essai floral » dans le carnet qui tentait de repérer les images de fleurs quelles qu’elles soient – en relation avec celles que je portais à TNPPI) (on en a plusieurs illustrations ici)

 

– le premier Mars 2024

Parents et amis rendent un dernier hommage au cercueil du chef de l’opposition russe Alexeï Navalny dans l’église de l’Icône de la Mère de Dieu Apaise mes douleurs, à Moscou, le 1er mars 2024.

 

Des gens attendent devant l’église de l’Icône de la Mère de Dieu Apaise mes douleurs pour rendre un dernier hommage au chef de l’opposition russe Alexeï Navalny, à Moscou, le 1er mars 2024.

 

Des policiers anti-émeutes gardent la zone près de l’église de l’icône de la Mère de Dieu apaisent mes chagrins, à Moscou, en Russie, le vendredi 1er mars 2024. Les proches et les partisans d’Alexei Navalny font leurs adieux au chef de l’opposition lors de funérailles à dans le sud-est de Moscou, à la suite d’une bataille avec les autorités pour obtenir la libération de son corps après sa mort encore inexpliquée dans une colonie pénitentiaire de l’Arctique. (Photo AP)

 

La police anti-émeute ferme le passage à des milliers de personnes venues faire leurs adieux au chef de l’opposition russe Alexeï Navalny après que le cortège funéraire avec son corps ait quitté l’église pour le cimetière, à Moscou, le 1er mars 2024.

 

Les partisans de l’opposant russe Alexeï Navalny attendent à l’extérieur du cimetière dans l’espoir de lui rendre un dernier hommage après que peu de personnes ont été autorisées à assister à la cérémonie religieuse, à Moscou, le 1er mars 2024.

 

Les partisans de l’opposant russe Alexeï Navalny marchent de l’église au cimetière dans l’espoir de lui rendre un dernier hommage après que peu de personnes aient été autorisées à assister à la cérémonie religieuse, à Moscou, le 1er mars 2024

Des gens font la queue devant l’église de l’Icône de la Mère de Dieu Apaise mes chagrins pour rendre un dernier hommage au chef de l’opposition russe Alexeï Navalny, à Moscou, le 1er mars 2024.

 

 

puis comme une suite, d’autres images pour garder quelque chose comme de l’espoir (image 2015)

PHOTO DE DOSSIER : Le chef de l’opposition russe Alexei Navalny et son épouse Yulia assistent à une audience devant le tribunal du district de Lubliinsky à Moscou, en Russie, le 23 avril 2015. REUTERS/Tatyana Makeyeva/File Photo

 

La leader de l’opposition biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya réconforte Ioulia Navalnaya, épouse du défunt leader de l’opposition russe Alexei Navalny, lors d’une réunion, le jour de l’annonce de la mort d’Alexei Navalny, par le service pénitentiaire de la région de Yamalo-Nenets où il purgeait sa peine. peine, à Munich, Allemagne, le 16 février 2024. Sviatlana Tsikhanouskaya/Handout via REUTERS CETTE IMAGE A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TIERS. CRÉDIT OBLIGATOIRE. AUCUNE REVENTE. PAS D’ARCHIVES.

 

continûment le 2 mars 2024

Les gens réagissent alors qu’ils se rassemblent pour déposer des fleurs sur la tombe d’Alexei Navalny après ses funérailles vendredi au cimetière Borisovskoye, à Moscou, en Russie, le samedi 2 mars 2024. Navalny, qui était l’ennemi le plus féroce du président Vladimir Poutine, a été enterré après un des funérailles qui ont attiré des milliers de personnes en deuil sous une forte présence policière. (Photo AP)

 

Des gens se rassemblent pour déposer des fleurs sur la tombe d’Alexei Navalny le lendemain de ses funérailles au cimetière Borisovskoye, à Moscou, en Russie, le samedi 2 mars 2024. Navalny, qui était l’ennemi le plus féroce du président Vladimir Poutine, a été enterré après des funérailles qui a attiré des milliers de personnes en deuil au milieu d’une forte présence policière. (Photo AP)

 

et le 3 mars

TOPSHOT – Les personnes en deuil font la queue pour visiter la tombe du chef de l’opposition russe Alexei Navalny au cimetière Borisovo à Moscou le 3 mars 2024. (Photo d’Olga MALTSEVA / AFP)
Les personnes en deuil visitent la tombe du chef de l’opposition russe Alexei Navalny au cimetière Borisovo à Moscou le 3 mars 2024. (Photo d’Olga MALTSEVA / AFP)

 

 

Alexeï

 

 

en ouverture de billet : Alexeï Navalny lors d’une manifestation à Moscou, le 15 septembre 2012.

tout est dit au titre – pratiquement

dans un autre compartiment du jeu, une disposition a été testée : elle se nommait  assez pompeusement (mais le pompeux (comme la pompe, fut-elle funèbre…) fait partie des chemins empruntés par la narration) « étude de cas » (l’image suivante ne prouve rien

: il s’agit d’une capture d’écran dans laquelle ne figure pas le dossier d’aujourd’hui – je noie le poisson, tout en passant au style direct) – la réunion d’une trentaine d’images obligeamment fournie(s) par le canard (référence/13h) – abonnement à neuf euros quatre-vingt dix-neuf par mois, crois-je savoir – je tente la chronologie – augmentée des légendes (traduites par une artificielle intelligence – laquelle met bas de nombreuses corporations, traducteurs, rédacteurs, et autres plumitifs) (c’est notre monde) et de quelques mots (le rédacteur n’est responsable que de lui-même et s’autorise par là) – la tentation du recours à l’humour dans le cas présent est maladroite – il s’agit d’un drame dans toute son horreur je suis désolé mais apprenant la résolution, je ne pense pas pouvoir taire ces agissements-là – dans quel but ? pour quelle(s)raison(s) ? Est-ce une raison et y en a-t-il seulement une dans ces assassinats perpétuels ? pour quoi faire, je ne sais pas : sans doute pour ne pas (me) taire.
Ici une autre « capture d’écran » (ce vocabulaire informatique m’exaspère : pas de chasse, pas de gibier, pas de colonie, pas de frontière : le monde, ici)

Je les pose, les classe, les trie. On les verra mieux. Ici les dates de prises de vue

les neuf images de juin dernier : partie du carnet d’atelier (Une année en images)

Tentative d’assassinat-intimidation – 27 avril 2017

DOSSIER – Dans cette photo d’archive du 27 avril 2017, Yulia, épouse du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, le soigne après que des attaquants inconnus l’ont aspergé d’un antiseptique vert devant une salle de conférence à Moscou, en Russie. Le retour de Navalny d’Allemagne le 17 janvier 2021 après avoir passé cinq mois à Berlin pour se remettre d’un empoisonnement à un agent neurotoxique a été marqué par le chaos et l’indignation populaire, et s’est terminé, de manière presque prévisible, par son arrestation. Navalny est un militant anti-corruption et le critique le plus féroce du Kremlin. (AP Photo/Evgeny Feldman, File)/XAZ908/21021605247845/FILE PHOTO PRISE LE JEUDI 27 AVRIL 2017/2101220705

 

La profonde connaissance des élites : 19 Août 2019, regarde bien, petit, regarde bien…

Le président français Emmanuel Macron (à droite) donne quelques explications au président russe Vladimir Poutine, lors de sa retraite d’été dans la forteresse de Brégançon sur la côte méditerranéenne, près du village de Bormes-les-Mimosas, dans le sud de la France, le 19 août 2019, lors d’une réunion pour des discussions avant le sommet du G7. (Photo d’Alexei Druzhinin / Spoutnik / AFP)

septembre 2019  à Moscou avec sa famille :

Moscou, Russie. 05Th Sep 2019. Moscou, Russie – le 8 septembre 2019 : le militant de l’opposition Alexei Navalny, son fils Zakhar, sa femme Yulia et sa fille Darya (R-L) au cours de l’élection à la Douma de Moscou 2019 au bureau de vote 1490. Sergei Bobylev/crédit : TASS Agence de presse ITAR-TASS/Alay Live News

DB367W Yulia Navalnaya, épouse du politicien de l’opposition russe Aleksei Navalny, accompagnant son mari à son retour à Moscou

 

Février (29 sûrement) 2015 – 5 ans après l’assassinat de Boris Nemstov autre opposant de Poutine

20 Août 2020 :

 

21 Août 2020 : le moment de l’empoisonnement (première (peut-être) tentative d’assassinat d’Alexeï Navalny)

21.08.2020 Yulia Navalnaya, épouse du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, s’entretient avec la presse à l’extérieur de l’hôpital d’urgence clinique numéro 1 de la ville, où le chef de l’opposition russe Alexei Navalny a été admis après être tombé malade dans ce que sa porte-parole a déclaré être un empoisonnement présumé, en Omsk, Russie. Alexandre Kriajev / Spoutnik

 

21 décembre 2020 : Navalny raconte comment il a trompé et confondu au téléphone l’un de ceux qui l’ont empoisonné

Dans cette image tirée d’une vidéo publiée le 21 décembre 2020 par l’opposant russe Alexei Navalny sur son compte Instagram, l’opposant russe Alexei Navalny raconte comment il s’est entretenu avec Konstantin Kudryavtsev, un spécialiste des armes chimiques de formation. Le chef de l’opposition russe Alexeï Navalny a publié lundi un enregistrement d’un appel téléphonique qu’il aurait passé à un agent présumé de la sécurité de l’État qui a révélé les détails de la façon dont l’homme politique a été empoisonné. (Compte Instagram Navalny via AP)
 
17 janvier 2021: après l’arrestation à son retour d’Allemagne où son époux  était soigné, suite à son empoisonnement

Yulia, épouse du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, s’adresse aux médias après son arrivée à l’aéroport de Sheremetyevo, près de Moscou, en Russie, le dimanche 17 janvier 2021. Le service pénitentiaire russe affirme que le chef de l’opposition Alexei Navalny a été arrêté dans un aéroport de Moscou après son retour de Allemagne. Le service pénitentiaire a déclaré qu’il avait été arrêté dimanche pour de multiples violations des conditions de libération conditionnelle et des conditions d’une peine de prison avec sursis et qu’il serait maintenu en détention jusqu’à ce qu’un tribunal prenne une décision dans son cas. (Photo AP/Alexandre Zemlianichenko)/XAZ114/21017721042061//2101172110

 

2 février 2021 : condamnation abusive

PHOTO DE DOSSIER : Une image fixe tirée d’une séquence vidéo montre le chef de l’opposition russe Alexei Navalny, accusé d’avoir bafoué les termes d’une peine avec sursis pour détournement de fonds, à l’intérieur du banc des accusés lors de l’annonce d’un verdict du tribunal à Moscou, Russie, le 2 février 2021. Service de presse du tribunal de district de Simonovsky/document via REUTERS ATTENTION AUX RÉDACTEURS – CETTE IMAGE A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TIERS. AUCUNE REVENTE. PAS D’ARCHIVES. CRÉDIT OBLIGATOIRE./Photo de dossier

2 Février 2021 : procès d’Alexeï Navalny,

6452032 02.02.2021 Dans cette vidéo diffusée par le tribunal municipal de Moscou, Yulia Navalnaya, épouse du militant de l’opposition russe Alexei Navalny, au centre, assiste à une audience sur le remplacement de sa peine avec sursis dans l’affaire de fraude Yves Rocher par une peine de prison en temps réel, à Tribunal municipal de Moscou, à Moscou, Russie. Usage éditorial uniquement, pas d’archive, pas d’utilisation commerciale. Tribunal municipal de Moscou

 

On regardera l’emprise des services secrets en relation avec la firme Yves Rocher.

16 février 2021 – il y a trois ans – condamnation – sous les verrousLe critique du Kremlin Alexei Navalny, accusé d’avoir calomnié un ancien combattant russe de la Seconde Guerre mondiale, est vu à l’intérieur d’un quai des accusés lors d’une audience devant le tribunal à Moscou, en Russie, le 16 février 2021, dans cette image fixe tirée d’une vidéo. Service de presse du tribunal du district Babushkinsky de Moscou/document via REUTERS ATTENTION AUX ÉDITEURS – CETTE IMAGE A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TIERS. AUCUNE REVENTE. PAS D’ARCHIVES. CRÉDIT OBLIGATOIRE. CETTE IMAGE A ÉTÉ TRAITÉE PAR REUTERS POUR AMÉLIORER LA QUALITÉ, UNE VERSION NON TRAITÉE A ÉTÉ FOURNIE SÉPARÉMENT.

26 Mai 2021 :

 

22 Mars 2022 :

 

18 Octobre 2022 :

24 Mai 2022 :

(FICHIERS) Le chef de l’opposition Alexei Navalny apparaît sur un écran installé dans une salle d’audience du tribunal municipal de Moscou via une liaison vidéo depuis sa colonie pénitentiaire lors d’une audience d’appel contre sa peine de neuf ans de prison qu’il a été condamnée en mars après avoir été retrouvé coupable de détournement de fonds et d’outrage au tribunal, à Moscou le 24 mai 2022. Le chef de l’opposition russe Alexei Navalny sera de nouveau jugé le 4 août 2023 pour savoir s’il a été reconnu coupable de « création d’une communauté extrémiste », une accusation qui pourrait voir lui passer 20 ans de plus derrière les barreaux. Il purgeait déjà une peine de neuf ans dans une prison à sécurité maximale pour « détournement de fonds », une accusation qui, selon ses partisans, a été forgée de toutes pièces en représailles pour avoir défié le président Vladimir Poutine et l’establishment politique russe. Dans une déclaration à ses partisans le 3 août 2023, Navalny a déclaré qu’il s’attendait à ce que le tribunal lui inflige une longue peine de prison « stalinienne » d’environ 18 ans et a appelé ses partisans à résister au régime de Poutine. (Photo par Alexandre NEMENOV / AFP

 

26 avril 2023 :

19 Juin 2023 : la mère et le père de Navalny sortent de la prison où leur fils purge sa peine (19 ans)

(DOSSIERS) Les proches (son père et sa mère) du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, Anatoly Navalny (à droite) et Lyudmila Navalnaya quittent la colonie pénitentiaire IK-6 à Melekhovo, à environ 250 kilomètres (155 miles) à l’est de Moscou, où Alexei Navalny est emprisonné le 19 juin 2023. Le chef de l’opposition russe Alexeï Navalny est décédé le 16 février 2024 dans la colonie pénitentiaire de l’Arctique où il purgeait une peine de 19 ans, a annoncé le service pénitentiaire fédéral russe dans un communiqué. (Photo de Natalia KOLESNIKOVA / AFP)

 

le 15 février 2024, la veille de son assassinat

Cette photo tirée d’une vidéo publiée par le Service pénitentiaire fédéral russe via SOTAVISION montre le chef de l’opposition russe Alexei Navalny apparaissant via une liaison vidéo depuis la colonie pénitentiaire arctique de Kharp, dans la région de Yamalo-Nenetsk, à environ 1 900 kilomètres (1 200 miles) au nord-est de Moscou, où il purge une peine de 19 ans à Kovrov, en Russie, le 15 février 2024. Peu de temps après l’annonce de la mort de Navalny, le vendredi 16 février 2024, la chaîne de médias sociaux russe SOTA a partagé des images du politicien de l’opposition qui se serait présenté au tribunal. hier. Dans les images, Navalny est vu debout et rit et plaisante avec le juge via une liaison vidéo. (Service pénitentiaire fédéral russe via SOTAVISION via AP)

 

Puis les suivantes : avant hier (17/02/2024) Navalny est mort assassiné

Des fleurs sont déposées à l’extérieur de l’ambassade de Russie, à la suite du décès du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, à Copenhague, au Danemark, le 17 février 2024. Nils Meilvang/Ritzau Scanpix/via REUTERS ATTENTION AUX ÉDITEURS – CETTE IMAGE A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TIERS. DANEMARK OUT. AUCUNE VENTE COMMERCIALE OU ÉDITORIALE AU DANEMARK.

les fleurs sont presque immédiatement foutues à la poubelle par des humains, comme vous et moi (nous sommes capables de tout – inutile d’en tirer fierté, comme on voit)

 

16 Février 2024 : assassiné, hommage à Berlin

Des gens tiennent le portrait du chef de l'opposition Alexei Navalny et des bougies lors d'un rassemblement de protestation devant l'ambassade de Russie à Berlin, en Allemagne, le vendredi 16 février 2024. Alexei Navalny, qui s'est battu contre la corruption officielle et a organisé des manifestations massives contre le Kremlin alors que L'ennemi le plus féroce du président Vladimir Poutine est décédé dans la colonie pénitentiaire de l'Arctique où il purgeait une peine de 19 ans. C'est ce qu'affirme l'agence pénitentiaire russe. Il avait 47 ans. (AP Photo/Ebrahim Noroozi)

 

16 février 2024 – assassiné – hommage à Montréal

Une personne place une bougie sur un mémorial de fortune pour Alexei Navalny devant le consulat russe à Montréal, le vendredi 16 février 2024. Alexei Navalny, qui s’est battu contre la corruption officielle et a organisé des manifestations massives contre le Kremlin en tant qu’ennemi le plus féroce du président Vladimir Poutine, a est décédé dans la colonie pénitentiaire de l’Arctique où il purgeait une peine de 19 ans. (Graham Hughes/La Presse Canadienne via AP)

 

16 Février 2024 : assassiné – hommage à Moscou

Une femme dépose des fleurs au monument aux victimes des répressions politiques suite à la mort du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, à Moscou, en Russie, le 16 février 2024. REUTERS/Stringer

16 Février 2024 : Hommage à Washington

WASHINGTON, DC – 16 FÉVRIER : des manifestants et des personnes en deuil se rassemblent à l’ambassade de Russie à la suite du décès d’Alexei Navalny le 16 février 2024 à Washington, DC. Navalny, militant anticorruption et critique du président russe Vladimir Poutine, a été signalé par le Service pénitentiaire fédéral russe comme étant mort en prison après avoir été récemment transféré dans une colonie pénitentiaire près du cercle polaire arctique. Kevin Dietsch/Getty Images/AFP (Photo de Kevin Dietsch / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
17 Février 2024 : assassiné – hommage à Saint-Petersbourg
La police a arrêté samedi un homme alors qu’il voulait déposer des fleurs pour rendre un dernier hommage à Alexei Navalny au monument, un gros rocher des îles Solovetsky, où le premier camp du système carcéral politique du Goulag a été établi, à Saint-Pétersbourg, en Russie. , 17 février 2024. Les autorités russes affirment qu’Alexeï Navalny, l’ennemi le plus féroce du président russe Vladimir Poutine qui s’est battu contre la corruption officielle et a organisé des manifestations massives contre le Kremlin, est mort en prison. Il avait 47 ans. (Photo AP)

17 Février 2024 : hommage à Washington

18 Février 2024 : hommage à Londres

Des fleurs et une photo sont laissées en hommage au politicien russe Alexi Navalny, près de l’ambassade de Russie à Londres, le dimanche 18 février 2024. Navalny, qui s’est battu contre la corruption russe et a organisé des manifestations anti-Kremlin massives en tant que l’homme le plus féroce du président Vladimir Poutine ennemi, est décédé vendredi dans la colonie pénitentiaire de l’Arctique où il purgeait une peine de 19 ans de prison, a annoncé l’agence pénitentiaire russe. Il avait 47 ans. (Photo AP/Kirsty Wigglesworth)

 

17 Février 2024 : sa femme, Yulia, le lendemain de sa mort : elle, dit continuer le chemin et le combat de son mari – 19 février 2024 (dans 5 jours commence la troisièmeannée de guerre contre l’Ukraine) :


 

et puis, tant qu’à piller, ici une espèce d’éphéméride, pour ne pas oublier sans doute (la dernière date est du cru)

Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez syndication@lemonde.fr.
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2024/02/16/alexei-navalny-de-l-engagement-au-sacrifice_6216957_3382.html

Alexeï Navalny en quelques dates

1976 Alexeï Navalny naît le 4 juin à Boutyne, dans la banlieue de Moscou, d’un père ukrainien et d’une mère russe.

2011 Il créé la Fondation anti-corruption en septembre, et participe aux grandes manifestations de l’hiver 2011-2012, dans le cadre des élections législatives remportées par Russie unie, le parti au pouvoir, qui lui vaudront sa première incarcération, et contre la candidature de Vladimir Poutine à un nouveau mandat pour la présidentielle.

2013 Il remporte 27 % des voix aux élections municipales de Moscou, seul scrutin où il sera autorisé à se présenter.

2020 Il est victime d’une tentative d’empoisonnement au Novitchok, alors qu’il revenait à Tomsk, en Sibérie, où il menait une enquête sur la corruption.

2021 De retour en Russie en janvier, après des mois de convalescence à Berlin, où il a été transféré à la demande de sa famille, il est immédiatement arrêté.

2023 Il est condamné à dix-neuf ans de prison pour « extrémisme » et doit purger sa peine dans une colonie pénitentiaire où les conditions sont les plus dures.

2024 16 Février Il meurt, assassiné en colonie pénitentiaire.

 

 

Il semble que des pétitions circulent pour faire quelque lumière sur cet assassinat ou d’autres interventions –  par exemple ici  (merci à apap pour le lien)

 

 

 

 

 

Jachère de Philippe Aigrain

 

 

(version complétée du noms des hôtes de la galerie Terrasses d’Aligre)

Hier soir j’étais en avance – dans une galerie de la rue Prague (au numéro 5, Terrasses d’Aligre) était présenté l’ouvrage de Philippe Aigrain intitulé Jachère

L’objet est simplement magnifique (il sortait des presses) – la couverture porte deux rabats – des illustrations aux tons chauds – j’étais en avance (je me suis trompé comme souvent) je me le suis procuré (j’avais dans l’idée d’avoir participé à la recherche de fonds qui a été organisée, mais non) (je me suis trompé comme souvent) et je me suis assis – on préparait l’intervention

on voit ici à droite Guillaume Vissac, l’éditeur du livre et des ouvrages de la maison publie.net – l’un des hôtes du lieu (je me renseigne et le cite : merci à vous, Mireille : Pour précision, les hôtes de la galerie sont Myriam Burgi et Philippe Albizzati), vers le fond Joachim Séné qui lirait tout à l’heure – au mur (bord cadre en bas, les agapes post-lectures)
le monde arrivait

et la galerie ne tarda pas à être pleine comme un œuf – chaleureuse ambiance – simple, douce et gaie – comme Philippe (sur l’écran défilaient les images de Roxanne – on aperçoit assise Jane Sautière) – et donc Guillaume présenta le livre (une œuvre assez collective, comme l’aurait, à n’en pas douter, aimé Philippe – mention spéciale à celles et ceux qui le réalisèrent : pour les illustrations (foisonnantes, magnifiques) Roxanne Lecomte; pour l’édition, donc lui – même, et Christine Jeanney (excusée, c’est pourquoi et, entre autres, pour elle que je pose ici ce billet); Marie Cosnay pour la postface; et Benoît Vincent pour l’édition aussi) – puis on lut: Joachim

puis Jane

puis Joachim, puis Jane encore – on écoutait, concentré.es impliqué.es ému.es

puis vint Mireille, l’épouse de Philippe qui, nous parlant aussi de leurs deux filles, Suzanne et Louise, remercia elle aussi pour le livre et sa réalisation (laquelle, posthume fait, cependant chaud au cœur)

une bien belle soirée. On remercie donc.

feues

 

 

ce collage de bleus (dû à Christine Jeanney, qu’on remercie) dédié à cette femme magnifique qui disparut hier, 28 décembre 2023

le trouble c’est qu’elle n’en fait jamais, cette garce, de trêve – je ne la nomme même pas – il y a quelque chose avec elle qui fait qu’elle est tellement usitée, utilisée, usée par des hommes que ce devrait en devenir un mot masculin (ils ont pour elle quelque chose de l’adoration) – ça doit exister en certains dialectes (outre-Rhin, je crois bien) – ça ne veut rien dire non plus, mais un petit peu quand même – ôtée à notre affection par la grâce du temps qui passe ou par quelque imbécile trop imbu de lui-même (un type crie dans la rue, sort un schlasse ou un surin c’est comme il veut, comme il peut, un marteau, des cris des gestes – elle, elle est là et lui est fou – cinglé tordu endolori mais toujours en vie – il regarde passer le monde, il est déclaré fou, il n’est pas responsable) : je m’égare, je ne voulais parler que de la disparition des êtres chers – ce n’est pas que je l’aie tellement connue, d’ailleurs, deux fois vue, deux fois simplement – tu sais ça n’a pas d’importance, les gens sont un peu comme les choses, ils s’en vont (il n’y a pas de féminin à gens – non plus que de singulier) (un jour, je n’ai pas osé, je n’ose guère ces choses-là – un jour avec l’Employée aux écritures nous étions au pub Gay-Lussac, le café normal, il n’y a pas deux ans, et elle, Catherine, elle elle était là avec quelques autres, un critique de cinéma je me souviens, et non, je n’ai pas osé aller la saluer) (que lui aurais-je dit ? « vous vous souvenez de mélico ? »…) (non, je n’ai pas osé) –  je garde au souvenir son rire formidable, un peu comme celui de Marceline (que j’ai manquée, d’ailleurs, lors de sa venue pour la présentation des films de son mari – je l’ai manquée – pourquoi, dirait Bashung, tu la visais ?) – il s’agit de deux êtres que j’aime toujours car, comme disait (et dit toujours) le poète, le temps ne fait rien à l’affaire (la suite de cette chanson est dédiée au prince de la pertinence qui, dans son infinie prescience, a décidé de la disparition du support grâce auquel (justice en est ici rendue : merci pour tout) l’occasion m’a été donnée (ainsi qu’à mon amie, Hélène Clémente) de rencontrer ces personnes qui sont gens du livre).

Une quinzaine (il en manque dans l’image), quelques années de travail quand même – je me souviens de ce qu’on disait (le « on » restera indéfini) : « ça va rester dans un tiroir » – croupir ? je ne sais pas – on dit ça aussi des études « elles vont rester sous une armoire » – les conditions sociales de production de ces entretiens (dont je garde toujours les sons, quelles qu’elles soient) font qu’on ne peut guère les diffuser – je suppose, je n’ai pas de juriste sous la main, non plus que de contrat ou quoi que ce soit d’autre de ce genre – je ne dispose que de ma mémoire

et du disque dur qui a réchappé de l’incendie d’il y a huit ans – tu vois, ça se passait en avril 2008 – montage son/retranscription – quinze ans – mise en place, rendez-vous, comment tu fais ? – je me souviens d’avoir manqué ce rendez-vous coin esplanade des Invalides/boulevard Latour-Mauboug – je ne me souviens plus du train, mais de la librairie, oui – la salle du haut, celle du sous-sol – c’est égal, les temps (eussent-ils été « modernes ») sont passés (mais ils sont toujours modernes), et aux orties ces paroles, ces mots, ces idées qui devaient (qui doivent et devront) durer – blessante était la manière d’affirmer que ces travaux ne méritaient pas d’être poursuivis; idiot était le ressort de ces actes; ça n’a rien changé au bonheur de faire exister ces paroles – la rencontre, si audacieuse – lire oui – une librairie est un comptoir, mais ce n’est pas simplement un tiroir-caisse – feue mélico – alors pour encore, et malgré tout garder au cœur la réalité des choses et des êtres, salut à vous

Catherine Martin-Zay

Quelques pas sur la plage

 

 

 

ce n’est pas que ce genre de réminiscence me plaise – au contraire, elles me troublent et ne m’apaisent pas – je déplore je déteste mais passent les jours et passent les semaines disait le poète

à peine à un peu plus d’un an d’ici disparaissait mon ami – pour lui un texte au collectif des Villes en voix – pour lui un autre ici – dehors il pleut – je me souviens des déjeuners d’Asnières, des projets des portes de Paris, des fou-rires devant l’imbécillité du monde – je me souviens de son déménagement prochain, des paroles des échanges des mots immédiats en retour de mes textes – je me souviens de la suprême beauté des choses simples, celle qui le faisait, comme moi, agir

Cette image, l’une des plus belles qu’il ait faites (mais il y en a tant)
Elle me remémore la fille d’un autre de mes amis disparu au quatre août – dans la nuit – cette année n’a épargné personne – comme toutes les autres oui

Continue, me dis-je – il y a  Les jours parfaits de Wim Wenders qui attendent – il y a les récits de voyage, les textes d’atelier, le reste du temps et du monde qui attendent aussi – tout autant – continue, me dis-je

Heureusement, L. –  heureusement, P. – et évidemment bien sûr, heureusement B.

Et surtout ne t’arrête pas

 

Spéciale dédicace à mon ami photographe éditeur Denis Pasquier
(qu’en paix repose son âme)