Moins loin, moins longtemps, moins souvent

 

 

ça  a beau être Noël (« rien à foutre de Noël » se lisait sur une banderole, il y a quelques jours, en manif  : c’est un peu ce que dit la ministre de (rien à foutre de) l’écologie – de l’écologie, ici et maintenant , dans ce beau pays, ici – remarque elle était aux transports avant – et puis avant elle était à la régie autonome – enfin, elle a de la bouteille, pas à dire) enfin bon, ça a beau être Noël, on continue quand même (on s’est levé tard) (où est-ce qu’on va bien pouvoir poser cet état des choses, je me le demande) et on pose cela dans gravats et dans le garage…

 

On cherche des illustrations industrielles de ce monde, afin de donner une certaine consistance à ce qu’on pense – une thèse, quelque chose, une idée qu’on tenterait de tirer de ces jolies images qui fleurissent ces temps- ci dans le canard

(bon la légende comporte une faute de frappe, mais il ne faut pas non plus trop en vouloir aux rédacteurs – ils ont pas mal de trucs à faire) et donc ici, la saga des avions de nos jours (on a eu droit, il y a un moment, à celle des autos) et puis, il n’y a pas que le cinéma dans la vie (il y a aussi l’atome, mais laisse aussi tomber : c’est quand même assez anxiogène ces affaires-là – et puis c’est noël aussi… pardon, mes excuses, ça vient comme ça peut)

(je laisse les légendes – j’aime beaucoup ce mot, un peu comme celui de « destin » – pour donner accès au contenu (et aux auteurs) des images reproduites ici (sans aucun consentement, ni demande d’ailleurs) – non, mais il faut bien les parquer, il paraît qu’il y en aurait  (on est obligé de conditionnaliser les verbes, ce sont des secrets) (de polichinelle, peut-être, mais des secrets industriels) quatre cents

selon les journaux, quatre cents  – et il en sortait (je crois que l’administration de ce géant industriel basé à Seattle – EU – a décidé de faire cesser la production) – il n’en sortait plus que 42 par mois, au lieu des 52 normalement – il me semble mais franchement je ne sais plus

il paraît que les carnets de commande regorgeaient de demandes – plusieurs milliers à venir – pour concurrencer la fabrique industrielle chinoise (je crois que la marque se nomme comac – un peut comme kodak lisible dans toutes les langues, tu te souviens : les plis du capitalisme ne se repassent pas, ils sont infroissables)

se dépêcher – à la fin du siècle dernier – de réaliser des avions, aéronefs, les ailes les fuselages les moteurs, vite – se dépêcher de renouveler les flottes pour servir les actionnaires qui veulent du quinze pour cent l’an – c’est à la limite de l’usure, ce genre de taux, mais qu’est-ce qu’on peut bien en avoir à foutre, de l’usure ? –

une espèce de gâchis – le même qui s’exerce partout puisqu’on sait pertinemment que l’empreinte écologique des avions est énorme et que c’est un mode de transports qu’il va falloir abandonner à moyen terme – sinon immédiatement : mais que va-t-on faire de tous ces prolos qui bossent dans ces usines ?

et de ces chefs d’entreprise ?

parce que les stock-options c’est bien joli, mais si l’action tombe comme les deux avions (trois cent quarante six morts : des gens comme vous ou moi) en ce début d’année (on a bien essayé de faire semblant de n’en avoir rien à foutre, des gens qui meurent, eh bien quoi ? n’est-ce pas notre destin, à tous ? (j’aime bien ce mot, franchement)), que vont-ils devenir ?

il paraît que l’entreprise commence à compter – non, en vrai, ça fait un moment qu’elle compte ses pertes – mais ses actionnaires, eux, je ne sais pas –  mais il s’agit pourtant de notre monde aussi – commence à compter, et qu’elle en est à plusieurs dizaines de milliards – alors, ce qu’on va faire, c’est sans doute nationaliser, qu’est-ce t’en penses, Donald ?

il paraît aussi qu’on ne se frotte pas trop les mains, du côté de Toulouse et du concurrent direct mais européen parce que le marché, la commande, les lois du capitalisme tu sais ? la main invisible… On a beau dire, mais il faut y croire (il y a certainement quelque comptable en train de faire des additions pour savoir quel sera le montant des avions qu’on vendra quand l’autre marque sera sur la touche – ça ne fait aucun de doute : c’est ainsi qu’ils conçoivent le monde).

Regarder un peu les prix de ce genre de mastodonte : cent millions de dollars pièce (l’européen est un peu moins cher, ça va aller).

Il y a quelque part, dans un désert californien, je crois bien, une emprise militaire de plusieurs milliers d’hectares

c’est un cimetière d’avions, on trouvera bien une petite place

on ne devrait pas savoir ces choses-là.
Enfin, si.
Mais bonnes fêtes quand même…

 

 

 

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Moins loin, moins longtemps, moins souvent »

  1. longtemps (enfin en gros dix ans) que 15% ne leur suffit plus, si j’ai bien compris…
    (mais la fierté de ceux qui les dessinent et les construisent… je sais ce n’est pas une raison)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *