dans l’odeur

Dès l’entrée, cette odeur, je le savais, j’en étais sûre. J’ai accepté, ça me fait un petit supplément, depuis la fermeture des imprimeries, il n’y a plus beaucoup de travail ici, alors, mais je savais que le pire dans ce genre d’endroit, c’est l’odeur du neuf, je vais me mettre le masque au cas où, l’odeur du neuf, parlons-en, c’est du formaldéhyde et des phtalates, le neuf, c’est pas pour moi, mais si je vais leur dire, ils en trouveront une autre pour faire le travail. Le design environnemental, ils n’en ont rien à faire, et tout ce qui fait perdre du temps d’une manière générale, le tout c’est de caser le programme en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ont mis rapidement leurs petits meubles en place, c’est rôdé, tout dans l’apparence, mais la sécurité, qui s’en occupe à part ceux qui y passent du temps, je me demande si celle qui est en charge des visites se rend compte de ce qu’ils lui font supporter, et le problème avec le formaldéhyde, j’aurai beau aérer, ça ne partira pas, il faut des années, et moi, tous les matins à cinq heures, je vais passer deux heures dans l’odeur.

2 réflexions au sujet de « dans l’odeur »

  1. elle est toute heureuse, celle qui fait visiter, de ne pas se retrouver dans le cas d’une pièce fermée après vitrification des parquets, ce qui est resté son pire cauchemar, même si les visiteurs, restés sur le seuil, avaient ressenti après l’avoir aidé à revenir sur terre telle sympathie pour elle que l’affaire avait été conclue..
    mais elle compatit..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *