Vendredi

 

 

 

 

c’est toujours avec une certaine solitude que le travail est entrepris – pour quoi faire, encore un billet ? ou alors pour qui ? c’est une impasse –

la maison[s]témoin telle qu’en elle-même : on attend que quelqu’un vienne, entre, compare, visite, estime, pose même quelques questions, on regarde l’état des lieux – on prend des photos ? non, quand même pas – jeune couple ? la femme qui garde des enfants, le mari technicien supérieur sur le plateau, non loin, entreprise public bientôt privatisée – un loyer, ou tout comme, accession à la propriété : un lieu à soi – cinq cents mètres carrés de terrain, un garage pour une voiture plus une petite – faire attention en sortant, lotissement, à sept heures du soir, tout le monde est rentré – faire construire une piscine, pour les jours d’été – poser un trampoline entouré de fin grillage de plastique mou pour éviter les chutes, les enfants sept et neuf – l’école à deux kilomètres, le centre commercial, les courses samedi matin – courir pour se maintenir en forme, le bois à deux cents mètres – de l’herbe, de l’air, de la terre et de la rosée – courir – casque aux oreilles, cheveux tenus en queue de cheval, vêtements dans les roses dans les gris (garçons filles) – éternellement jeunes, cosmétiques et publicités, une fois de temps en temps aller voter (le dernier des soucis) (la famille, les fêtes, et penser aux vacances – au bord de la mer en Vendée) (faire venir maman pour qu’elle ne reste pas trop seule) – rien à faire, allumer la télévision, empêcher les enfants de rester trop longtemps sur la console – classe moyenne, tu crois ? directement du lit à la cuisine, le petit déjeuner, réveiller les enfants et faire du café au lait, du thé, des tartines – penser repenser oublier et repenser encore – passer à la salle de bains – dans les bleus, dans les blancs – un peignoir, des savates – un homme se rase, se coiffe, se vêt – mercredi un jour comme un autre – faire des économies, mettre son manteau, embrasser les enfants la femme – entrer dans l’auto mettre le contact, la radio – les images qui défilent, la Grande Bretagne coupée en trois, le virus chinois  (on en pense quoi, à Hong-Kong, de cette manière de fermer une ville de onze millions d’habitants ?) – fumer ou non – nuit, périphérique, autoroute – le train, le métro ? Tous les jours. 

À la réflexion, j’ai le sentiment de m’être trompé de lieu – le cinéma, il n’y a que ça de vrai – l’illusion, c’est important. Je me souviens mais est-ce que ça intéresse quelque chose, quelqu’un.e  – dès qu’on commence à se soucier de cette écriture dite inclusive (ce sont des mots contemporains – immersive; disruptive – à vomir) ça commence à foirer.

Il ne fait jamais aussi gris qu’on croie – j’entame dans les mêmes jours, pratiquement, le livre de Philippe Lançon – il s’agit d’un journaliste qui a réchappé de l’attaque sur l’Allée Verte la rue Nicolas-Appert où se tenaient les bureaux de l’hebdomadaire satirique – je me souviens comme d’hier de ce vendredi (le surlendemain) où l’attaque allait être menée contre cette imprimerie où s’étaient retranchés les deux immondes frères assassins – dans le même moment l’autre ignoble salopard prenait en otage des clients de l’hypercasher (mot formidablement imbécile) de la porte de Vincennes – l’assaut fut donné en presque même temps – les embouteillages dans Paris douze et vingt étaient imbroglionesques – la télévision en temps réel disait des insanités et dénonçait des clients qui appelaient retranchés dans des lieux cachés de l’épicerie – je me souviens de l’abject – on devrait prendre de la distance avec ces faits : j’ai depuis longtemps jeté la télé et tenté d’ouvrir les yeux – j’entendais l’un des correspondants de la radio (je crois qu’il vivait dans la proximité de la porte) il tient une émission quotidienne à présent sur la science – sans doute passe-t-elle en même temps que j’écris – parfaitement – dehors il y a du soleil – je suis sorti ensuite, quand tout fut dit, les salauds comme les otages morts, la rédaction de Charlie Hebdo décimée, c’est à Belleville, un quartier tellement brassé – on avait dans les yeux et les gens et moi quelque chose de la terreur- comme si c’était hier. Le surlendemain dans les rues.

 

 

Il faut tenter d’écrire – de décrire aussi ce qui se passe au fond – dans cette maison[s]hantée – sans image, animée ou fixe, quelques mots – quelques phrases pour décrire ses tourments – quelques secondes dans la vie d’un homme, dehors le soleil brille, hello – comme dans sa jeunesse au bord de l’eau – il faut tenter d’écrire (poser quelque chose comme Bach ou Morricone, Delerue ou Mozart, une musique à effet – j’ai tant aimé la musique tu sais) (Chopin ?) 

 

 

    

 

2 réflexions au sujet de « Vendredi »

  1. Oui, on tente, et puis comme dit quelqu’un que j’aime beaucoup « on ne lâche rien » tu vois, on y va, on y va, on avance, à travers l’écran des fictions aussi, dans les mots et les rues aussi (là où on est finalement) (au moins ça) (au moins ça qu’on doit faire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *