#7 Résister

c’est sans raison que l’agent est intervenu ces temps-ci (sauf que, longtemps, j’ai pratiqué un métier où ce terme était employé dans un sens particulier) mais puisqu’il est là (c’est  un homme, probablement blanc, qui travaille dans le Val-d’Oise si j’ai bien suivi) (encore que la notion de territoire ou de lieu-dit me soit devenu quelque chose d’un peu suranné ces temps-ci, il me semble – perte de repères, de traces marquées sur le sol – on en collait au gaffeur pour indiquer aux acteurs les endroits où ils avaient à stationner) (les acteurs dans mon métier d’alors – ça l’est toujours, mais je ne pratique plus depuis un moment – sont en quelque sorte aussi des agents) (dans toutes les corporations on trouvera un vocabulaire adapté aux situations diverses qu’on sera susceptible de rencontrer dans l’exercice de cette profession – il est important, pour la mienne, de bien définir ce lexique) – enfin passons et donc puisqu’il est là… il (comme moi, et comme vous, j’espère) résiste.

 

 

Pour la maison(s)témoin du 6 mai

se retourner et regarder le passé : essayer d’en découdre avec lui – la liste des événements – remplir ses feuilles de présence – l’agent est debout devant la fenêtre de la cuisine, elle donne sur une petite cour bétonnée sur laquelle reste quelque détritus, un pot de peinture pratiquement vide et mal fermé, des restes de bouts de quelque chose : à noter : débarrasser – il se retourne va vers la baie du salon, le petit jardin à l’herbe jaunie, au fond de la perspective le faux rond-point qui ne sert à rien – depuis qu’il a connaissance de l’arrêt de la désconification ((c) françois bon) (elle aura lieu dans cinq jours d’ici) l’agent a moins de souci (encore que dans ce coin retiré de la lointaine banlieue, les choses n’aillent pas spécialement bien) – il a téléphoné à ses parents : ils sont en Creuse, ils ne risquent rien de plus qu’avant, rien de moins : ils vivent dans une vieille ferme qui leur vient de la famille de sa mère, tout (ou à peu près tout) le confort – pas de home-cinéma mais on ne peut pas non plus tout avoir et d’ailleurs, ils ne sauraient pas s’en servir (l’agent serait étonné de savoir les pratiques des deux vieillards – quatre-vingt et quatre-vingt-deux piges – mais passons) – l’agent a appelé son ex, a laissé des messages pour les enfants (ils étaient devant leur télé à regarder quelque chose, il n’a pas voulu les déranger – ils les appellent deux fois par semaine depuis le début de cet épisode) – leur mère a décidé de ne pas les envoyer en classe, l’agent ne dit rien – dehors, il n’y a personne – ce n’est qu’un épisode en effet – on a disposé sur les divers territoires des couleurs propres à leur laisser la liberté d’aller et venir, selon les bons vouloir des divers chefs d’entreprise de la région (le truc revient au préfet lequel n’est que le bras administratif des premiers, il y a beau temps que le pli est pris en école de commerce ou nationale d’administration) – quoi de plus normal d’ailleurs ? l’agent ne fait pas la grimace : devant l’entrée matérialisée par deux piliers en faux béton surmontés de ce qu’on voudra (un aigle ; un lion assis ; autre chose ? oui, certes, sans problème mais avec supplément) stationne la voiture pourpre de la concession : l’agent n’attend personne, les rendez-vous se sont espacés et n’ont plus lieu d’être maintenant – l’agent sifflote, il se peut qu’il opte pour le chômage technique – l’État a prolongé les aides aux entreprises et leur a imposé un gel des dividendes versés aux actionnaires – certaines n’en ont rien à foutre : par exemple, l’une d’entre elles qui gère (le mot est joli) des « établissements hospitaliers pour adultes dépendants » n’en a pas tenu compte – les experts en virtualités n’ont jamais fait autant de bénéfices que ces temps-ci : l’un d’entre eux, qui fabrique des auto électriques pourries d’algorithmes immondes (ça tombe bien, il en vend aussi), a qualifié de « fasciste » le fait de ne pas le laisser rouvrir ses usines, ainsi qu’ à Bergame le firent ceux de son bord au début de l’épisode (ils vendaient des armes et les morts se sont comptés par centaines, mais qui en aurait quelque chose à foutre ? il s’agissait de prolos) – non, l’agent n’est pas en colère, l’agent prend sur lui, il porte son costume brouillé, à sa poche-poitrine (fausse) se trouve un liseré blanc imité d’une pochette, ses chaussures sont à la mode assez pointues, sa barbe est tous les jours de trois jours, l’agent attend que le temps passe – il sifflote « Girl from Ipanema »

 

Il n’y a guère d’identification avec l’agent, bien que comme lui je me trouve dans une maison que je n’habite pas généralement (il y a quelque temps que pour moi cette généralité n’en est plus une) – il y a certains moments où j’aimerais pourtant m’y trouver pour toujours (mais se trouver pour toujours quelque part, ça a aussi quelque chose d’assez définitif : il n’y a probablement (mais qui peut savoir ?) qu’un seul lieu de ce genre pour chacun – la période, l’épisode, le moment : propices à ce genre de réflexion – alors je m’assois un peu, je lis quelques pages de la biographie d’Isidore Ducasse (entre Montevideo et Tarbes) (j’aimerais un jour voir l’embouchure du Rio de la Plata – en vérité je m’en fous (j’aime tant celle du Tage

l’estuaire du Tage, rive droite, et mon double en pêcheur

) mais ici Buenos Aires, là la capitale de l’Uruguay (cependant outre océan, ça ne m’attire pas – je suis un peu resté à ces choses qui avaient lieu avant, je lis je regarde, je préfère Venise – j’illustre ici parce que je me sens proche de cette rive-là, tout comme lorsque je me suis trouvé à Salonique (Thessalonique)

Thessalonique, à l’est tout à côté du port

–  parfois, c’est la fatigue, et le temps s’en va – on n’a plus envie de donner à voir mais c’est là

non, cette image-là n’est pas de moi (un drone, sûrement…) – je me souviens parfois du potager de San Erasmo, de l’escale qu’organise la compagnie sur la terre ferme : devant le ponton, on trouve des voitures, ce qui ici pourtant est un peu improbable – il y a cet autre arrêt aussi

San Servolo, l’arrêt du vaporetto

San Servolo – j’ai tant aimé la lagune, ses îles et même son lido

Le lido, baignade interdite 

ici pour trouver du campari et faire son apéritif c’est une tuerie – impossible, pratiquement, mais je n’ai pas vraiment cherché (j’en suis resté à la mauresque – celle qu’on servait sous les platanes à l’Île Rousse : on y mettait à peine un peu d’eau, on  renouvelait l’expérience, on avait dix neuf ans, on venait de perdre son père dans des circonstances qu’on n’avait pas comprises – attention à l’alcool ? mais oui, oui, attention…) toujours les îles, la Crète et Ios, Santorin ou Eubée

Eubée, le bac, une estivante

 

– il fait beau encore, il fait beau…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *