Carte postale d’ailleurs

 

 

j’avais gardé à l’intérieur pas mal d’images sans trop de sens (celle d’entrée, le Nil quelque part vers le Caire ou Thèbes ou ailleurs je ne sais plus – je l’ai trouvée il y a peu), il y avait aussi celles qui racontaient les repas, les plats, les préparations qu’on avait faites ce printemps, les unes dans une campagne, les autres en ville, et puis c’est passé – j’ai préféré (sans doute parce que c’est plus joli) (ou que j’imagine un plaisir plus grand) cette série-là – c’est une peu comme une musique qu’on aime, Tchavalo Schmitt ou Antonio Zambujo, l’entendre transporte – ailleurs un autre temps, une autre époque, un autre espace

on pourrait dire qu’on commence intérieur jour – une nappe jaune, un repose-plat, deux tasses et une cuillère format à café – comme on les aime – et un sucrier


– et ensuite ce seront (extérieur jour) des variations

il s’agit (ici côté jardin) du repas de midi, souvent


le soir on n’en boit pas (intérieur)

quelques objets dans différentes dispositions (on aperçoit le beau temps) (on sort, côté cour, côté table à tout faire)

ce sont plans rapprochés, tasses, vides ou non – la terrasse, l’herbe, le motif rouge du sucrier – rien d’autre que de mortes natures

le café c’est un lieu, commun, un moment

il évoque Balzac, le moulin, la machine et la pause – Gainsbourg et sa couleur – la détente mais les nerfs, parfois on fume, on regarde ailleurs, lui fume aussi

on attend qu’il passe, comme le temps, on peut l’offrir, quelquefois en certains endroits on donne de quoi en apporter à un mendiant sans domicile fixe malheureux désargenté – un répit la machine crie quand il est prêt –

ce printemps était beau – on avait ce mal de vivre, c’est vrai, mais il faisait beau, on attentait à nos jours mais les arbres et les fruits n’en avaient que faire

les humains se masquaient – on attendait pour les courses, on l’achetait moulu par livre

c’est un poids qu’on aime aussi au masculin  – ici sur une chaise, côté jardin, à l’ombre du cerisier

servi – il y avait beaucoup d’autres choses, un oignon un radis et c’est l’Italie

comme le café, ce pays

un peu de sucre, je me souviens je les voyais, elle et sa mère, dans la Dauphine rouge, au soleil, sur l’avenue qui fait route, elles s’isolaient, un moment de repos

et puis les fruits ont mûri – le soleil donne la même couleur aux gens dit la chanson – elles rougissent (tu te souviens : « il en rougit le traître » ? Cyrano, ah Cyrano ta Roxanne)

nous étions tiraillés – des rituels pour résister, pour ne pas sombrer dans la peur imbécile – regarder le jour et regarder la nuit – jouer, manger boire – vivre et laisser dire  – et pour finir et pour vous, quelques fleurs sauvages devant une porte

 

2 réflexions au sujet de « Carte postale d’ailleurs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *