CARTE POSTALE DE LA TERRE

(je ne pose pas sous étiquettes de mots-clés les noms des divers acteurs et actrices de cet épisode noir de notre histoire – contemporaine, actuelle, le monde d’aujourd’hui – pour ne pas infecter cette maison de logiciels malveillants – comme on en est victime ailleurs – mais je n’oublie pas leurs noms) (les fleurs en entrée de billet sont pour elles et eux tou.te.s) 

 

 

 

VENDREDI OU MERCREDI – CARTE POSTALE DE LA TERRE

c’est sans doute une exercice entrepris ici – il y avait la volonté de faire entrer ici des choses qui m’importent (le cinéma, par exemple; ou la lecture; pas la sociologie mais je m’en sers quand même – pas envie de bassiner le monde avec ce pan de la théorie des mondes sociaux  mais après tout pourquoi pas ? c’est que ça me barbe – comme pourrait dire le futur ex-premier sinistre) (machin a la maîtrise de l’agenda, comme on sait, et va fourbir ses jouets après la consultation de dimanche) (sauf cas d’extrême urgence et de rapport de son comité noir et  scientifique) – je voulais rendre compte d’un film mais pour essayer d’en tirer une leçon pour le futur et puis ensuite, ça s’est enlisé (ça viendra, je vais m’y employer) – on fait partie, toujours et bien qu’on n’en sache rien, ou qu’on ne le veuille pas, d’un collectif ou d’une communauté – c’est à gerber, hein, j’en suis bien d’accord – mais sinon seul au monde, comme dans cette maison[s]témoin, comment voulez-vous ?  On parle aux murs (MAIS NON !) ? À la fresque sur le mur du salon ? on se fait passer pour l’agent ? on joue à la marchande ? Non, si elle est vraiment déserte, je l’ouvre – il y a eu le plan de la pandémie, celui de la réclusion, on a attendu un moment, on a tenté de résister (onze fois sur le métier, on a remis ça)  mais non et tant mieux, on n’a pas été atteint (dieu merci comme disait Louise), on a plaint celles et ceux qui le furent – on a continué à travailler si on pouvait – ça n’a pas empêché le meurtre de Georges Floyd, ça n’a pas empêché les actes précédents

Fresque-stains-adama-traore-george-floyd-20118c-0@1x

la réunion en masse, cette sublime beauté, des jeunes gens autour du tribunal d’instance de Paris à la porte Clichy pour ne pas oublier Adama Traoré,  – hier, aujourd’hui, les mots de la famille de Cédric Chouviat et les siens

mais combien de gens morts pour rien, juste une mauvaise prise, un peu de nervosité, la peur de l’autre – dans cette maison, je ne sais pas s’il y a quelqu’un, mais je sais que j’y dépose au moins les traces sinon les âmes des personnes qui blessées torturées tuées ne cesseront de la hanter – et c’est pourquoi je le fais – s’il n’y avait encore que des hommes, je voudrais cependant aussi me souvenir de Jo Cox, assassinée pour ses idées politiques par les tenants du premier ministre d’aujourd’hui (united kingdom)

je ne voudrais pas qu’on oublie Marielle Franco

assassinée elle aussi par les tenants du président do brazil d’aujourd’hui (sinon par des sbires appointés par son fils…) – je voudrais qu’on pense encore à Nasrin Soutoudeh, emprisonnée dans les geôles iraniennes pour ses idées politiques

et ne pas oublier Farida Abdelkah toujours en prison elle aussi, pour rien

et  (malgré les sourires précédents, ici, son visage magnifique) une pensée pour le Chili, où Daniela Carasco, clown et artiste a été violée et tuée par les forces dites de l’ordre

alors qu’elle devraient être gardiennes de la paix.

 

 

4 réflexions au sujet de « CARTE POSTALE DE LA TERRE »

  1. @brigitte celerier : oui,aussi – aujourd’hui, les 5 ans de prisons en appel confirmés contre Fariba – n’oublions pas. Merci de vos commentaires et signalements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *