Toiles

 

 

Il ne s’agit que d’images et de représentations, glanées ici ou là (souvent posées par mon frère quelque part, ici là ou ailleurs) je les capture grâce au bouton impécr syst  qu’il y a là, je les pose dans un dossier toiles le vic sur le bureau du personnal computer puis les retaille, en cherche les titres, parfois, les dates de conception, elles sont là pour faire beau – j’aime savoir qu’il s’agit de répliques au même sens que celles des plaques tectoniques qui se meuvent sur le manteau

En ouverture : The Souvenir Jean-Honoré Fragonard, 1775-78

il y a des moments où il faut décorer ces murs taupe – quand même, cette maison à vendre ou à louer mérite quelques aménagements (bien qu’elle ne soit guère visitée : la crise (on nous préfère inquiets, comme tu sais), la pandémie (hier soir écoutant radio paris (qui ment comme de juste) on m’a annoncé en titre que les cinquante mille cas de maladie avaient été recensés ce jour – en titre gros comme le bras – et dans le développement, que des vaccins sont disponibles – un épidémiologiste ne pouvait pas parler proprement de « vague » mais enfin) (j’ai fermé le poste, qu’est-ce que tu veux), la guerre immonde mené par le mini-tsar ridicule et grossier – tout ça n’est guère favorable à l’investissement, hein…)
Alors décorons : Marc Chagall, Église de Chambon (1922-1926)

ce sont les petites poules qui me ravissent – puis Edward Hopper La plage de Gloucester 1924

joli – continuons avec cet autre Chagall La famille ukrainienne 1940-1943

si, c’est quand même joli, ce rouge (sang), ces couleurs (vives),  ce feu peut-être et ces animaux aussi – est-ce bien décoratif, je crains que non mais je le garde et l’expose – la date du tableau et ce qu’il transporte aussi, je ne veux pas oublier –

un autre Marc, Rothko celui-là dans ses bleus, (sans titre, 1968) pour la route (et en signe à Jean-Luc Godard, qui comme ce peintre-là, a mis fin à ses jours) – puis un 2VG Arles jardin en fleurs 1888

une pure merveille – une autre pure merveille, sans doute plus troublée (et bien différente de ce qu’elle est aujourd’hui) Maurice Utrillo (un de mes préférés) et son Place du Tertre 1910

d’autres encore – celui-ci Piet Mondrian, Along the Hamstel 1903 (magique)

et puis deux images, l’une d’un sous-bois (sans référence, je ne sais d’où je tiens cette image – elle est là, elle correspond comme on dit d’une lettre qu’on attend (ou le « on devrait correspondre, puisque tu me corresponds » du Cabrel)

et pour finir, cette image du robot (la piazetta et ses deux colonnes, Théodore qui me fait souvenir d’un ami, et le lion ailé qui veille sur les murs préfabriqués de la maison)

C’est mieux, il semble…

Riace (3)

 

 

les épisodes précédents : première apparition de Mimmo dans la maison;
exploration de son livre;
premier index topographique

 

Les diverses tentatives exprimées ici pour ne pas oublier les valeurs défendues par cet homme, combattues par l’extrême droite (de plus en plus, et encore aujourd’hui en Suède) qui ne gagnera jamais cependant parce qu’elle a oublié son humanité, ces idées et ces actes sont dédiées à la mémoire de Becky Moses, morte brûlée vive dans l’incendie du bidonville de San Fernando,du côté de Gioia Tauro, en Calabre – QSAREP

 

Ici, deuxième index (onomastique)

je poursuis et termine ici l’index des noms propres cités dans le livre de Mimmo Lucano Grâce à eux – Comment les migrants ont sauvé mon village (18,90e chez Buchet-Chastel) (après il paraît que Mimmo était à la fête de l’huma (fin fond du neuf-un : je n’y fus point) (complètement dégoûté par ailleurs par l’iconographie donnée par le premier secrétaire de ce parti dont l’organe produit cette fête) (peu importe, sans doute) – pour mémoire donc. Et pour s’y retrouver. Il s’agit d’un index raisonné  en ce qu’il donne (entre parenthèses parfois) des indications, des informations, des partis pris. Il se peut que cet index soit proposé à l’éditeur du livre, en tout cas on informera ladite maison de l’existence de ce travail.

 

 

A.
ACAR Braham (Kurde resté Riaceso) 78
Ada (amie de la famille Lucano) 99
Albanais 67-68
Alibrandi (fasciste, assassin de Walter Rossi) 108
ALLENDE Salvador (chef d’État) 122
Altromercato (boutiques huile d’olive) 88
ALVARO (famille notables proprios Riace) 101
Amadeo (oncle de Mimmo, instituteur) 101
AMMENDOLIA Ilario (maire Caulonia) 135
Anthime (saint) 24
Africo (reportage sportif foot) 39
Ararat (navire échoué Badolato Marina) 81
Ararat (restaurant Badolato)) 82
ARCADI Domenico (adjoint comptable) 148
ARCURI Bruno (maire Carlopoli) 145
Asad (kurde iranien) 71-72
Assunta (mère de Mimmo) 101
AUNG SAN SUU KYI (cheffe d’État, Birmanie) 130

B.
BACAS (association Bourgs anciens culture art et sciences) 106
Banque Éthique 83, 85, 93
BAKOUNINE Mikhaïl (philosophe anarchiste) 127
BASAGLIA Franco (psychiatre visionnaire)  127
BECKY 13, 14,16, 187
BERLUSCONI (fucking) (Sylvio) 77, 158
BREGANTINI Giancarlo Maria (évêque de Locri) 48-49, 69, 70, 83
BERGOGLIO Jorge Mario (futur François pape) 53
BIANCHI Natale (prêtre à Africo) 42-43, 47, 53
BIANI Mauro (dessinateur) 181
BOFF Leonardo (théologien) 127
BOLDRINI Laura (Haut-commissaire aux réfugiés ONU) 95
BONO (chanteur U2) 130
BORGONZONI Lucia (Ligue du nord, Bologne) 115
BOVA Gesualdo (secrétaire commune Riace) 141
BOUAZIZI Mohammed (Tunisien, suicide par le feu) 158
BRUNO ARCURI (association calabraise eau publique) 145
Bronzes (statues de St Côme et St Damien) 60, 66, 68, 92, 94, 135,151, 179
BUBBA Fausto (agriculteur élu) 46
BUCHET (éditeur) 5

C.
Calabrais 139
CALAMIDA Franco ( 119
CALOPRESTI Mimmo (cinéaste) 41
Camorra (mafia napolitaine) 95
CAMPANELLA Tommaso (moine dominicain,né en 1568) 85, 112
CAMPOLO (responsable secteur immigration préfecture) 165
CARA (camp d’internement demandeurs d’asile, Mineo) 158
Carmelo (ami de la famille Lucano) 99
CAS (centre d’accueil spécial) 166, 170, 172,178
CASADALIGA Pedro 127
Castor et Pollux 25, 66
Cercles d’unité prolétarienne de Riace (foot) 35
CHASTEL 5
Chant de Rina (histoire orale des métiers de la laine) 89
CHE GUEVARA (effigie monnaie) 160
CHIARINI Giulia (manifestante pro-kurde) 126
Cinq Étoiles (parti politique) 139-40
Città Futura (association) 62, 85, 89, 161
City Mayors (fondation élisant « le meilleur maire du monde ») 130
CIRCOSTA Aurelio (géologue) 146
Côme (ou Cosme, ou Cosimo) (saint) 24, 25, 27, 54, 61, 105
Conseil des ministres 116
Coopérative sociale Le Cerf Volant -ânes et déchets) 150
Cosa Nostra 41
Cour des comptes (d’Italie) 159
CRIACO Pietro (écrivain) 40
CRIC (Centre régional d’intervention pour la coopération) 81 (ONG)
COCK Cornelius (pasteur suisse) 81
COMITO Cosimo Salvatore (maire de Riace) 62
CONGIUSTA Gianluca (victime ‘Ndrangheta – effigie monnaie) 160
COSTA Pietro 106-7

D.
D’ALEMA Massimo (premier ministre) 75
D’ERRICO Stefano (instituteur village Leumann) 89
Daesh 78
Dame Rose (taverne) 92
Damien (saint) 24, 25, 27, 54, 61, 105
Daniela (bénévole Pro Badolato) 81
DE ANDRE Fabrizio (chanteur) 123
Democrazia proletaria (parti politique) 119, 123, 125
Desaparecidos (les disparus d’Argentine) 104
Dialogos Globales (forum mondial migrations) 99, 105
DI BARI Michele (préfet Reggio) 21, 163, 170, 178
Di LEO Giovanni (ingénieur hydraulique) 145
DI STEFANO Alfonso (coordination catanaise solidarité Palestine) 119
Domenico (grand-père de Mimmo, postier à Riace) 100
Domenico (ami du frère de Mimmo) 128
Dona Rosa (place de Riace) 180
DRAMÉ Madiheri 17
Duce (fucking) 101

E.
Eau, bien public (association G. Di Leo) 145
Eau, le droit à la vie (livre A.Zanotelli) 145
Elisabeth (LongoMaï) 83
Emilia (tante de Mimmo) 101-4
ERDOGAN (Recep Tayyp wtf) 78
Esso (Station service) 68
Éthiopien 25
EUPRÉPIUS (saint) 24

F.
Facebook 115
FELTRINELLI Giacomo 6
Feuilles d’herbe (recueil de poèmes de Whitman) 108
Fioravanti (fasciste, assassin de Walter Rossi) 108
FIORELLO Beppe (comédien acteur) 169
FLOYD Georges (assassiné par la police aux US) 108
FOFANA Madoufoune 17
Fortune (magazine US) 130,168
Forum social mondial de Porto Alegre 133
Forza Nuova (parti néofasciste) 164
FOSCOLO Ugo 23
Franci (beau-père de Mimmo) 147
FRANÇOIS (pape) (aka Jorge Mario Bergoglio) 52, 130
FRISULLO Dino (militant cause kurde, journaliste, activiste) 119, 125

G.
Gabriel (bébé de 6 jours) 170
GABRIELLI Franco (chef de la Protection civile) 159
Gambiens 154
GANDHI (effigie monnaie) 160
GARRINCHA Mané (jouer de football brésil) 37-38
GASPARRI Maurizio (sénateur) 169
GATTO Rocco (meunier assassiné par la mafia – effigie monnaie) 42-45,160
GENTOLINI (gouvernement) 18
GENTOLINI Paolo (n) 18
Ghanéens 153
Gianni (surnom u’Zingaru – le gitan – artisan roues) 153
Gitans (« amie des » – la mère de Mimmo) 23
Guido (Animateur Radio Zinzine Longo Maï) 83
Guiseppe (frère de Mimmo) 23
Guiseppe (cousin de Mimmo) dit Peppino 122
GULLI Salvatore (délégué Sprar) , 170
GUTIÉREZ Gustavo 127

I.
IMPASTATO Peppino (victime de la mafia – effigie monnaie) 28, 53, 57, 119, 127,160
Ionnienne (nationale 106) 65
IlGiornale (quotidien journal de droite) 164
Il Tempo (quotidien) 80
Il Volo (filmsur Riace Wim Wenders) 129
Inti Illimani (groupe musique chilienne) 122
irakienne (nationalité) 65
Irakiens 67
iranienne (nationalité) 65
Issà (afghan, « le Potier de Kaboul ») 128

J.
Jésus-Christ 24, 42
José (cousin de Mimmo, décédé) 104
Juventus 36

K.
Katojis (caves abandonnées) 128
KING Martin Luther (effigie monnaie) 160, 181
Kosovars 67
kurde (peuple) 69, 125-6
Kurdes 65
Kurdes (syriens, irakiens, iraniens,turcs) 70, 74, 78, 81, 83, 87

L.
L’Archipel (revue de Longo Maï) 82
La brodeuse d’Hérat (atelier de broderie) 92
La cité du Soleil (auteur : Tommaso Campanella) 85-6
La Commune (camping naturiste) 122
La Falaise (ancien restaurant Riace Marina) 94
La Pergola (restaurant, route de Nicoreta) 46
La Reppublica (journal) 67
LADIANA Giovanni (prêtre) 52
LÄMMLER Hannes (Longo Maï) 82
LANCIANO Domenico (bibliothècaire Badolato) 80
LAVORATO Peppino (ami de Valarioti, ancien maire de Rosarno) 45, 53, 101, 116
Le Cerf Volant (ferme pédagogique) 150
Le ciel au dessus de Riace (documentaire) 105
Le monde entier est un village (téléfilm) 169
Le potier de Kaboul (atelier de poterie) 92
Les aigles d’Islamabad (atelier artisanat éthique) 92
Les ailes du désir (film, Wim Wenders) 129
Les Fiancés (roman Alessandro Manzoni) 127
LEFEBVRE Jérémie 5
LÉONCE (saint) 24
Leonilda (tante de Mimmo, mère de Damian) 105
LEUMANN (ancien village ouvrier, pratique du tissage) 88
LIBELLA 6
LIGGIO Luciano (mafieux) 41
Ligue du Nord 113-4, 139, 180
LOIERO Agazio (président région) 95, 135
Longo Maï (communauté libertaire anticapitaliste) 82-83-84, 87, 91
LOSARDO Gianni (assassiné par la mafia) 47
LUCANO Eliana (fille de Mimmo) 54, 99
LUCANO Martina (fille de Mimmo) 54, 99,181
LUCANO Mimmo 5, 179-180
LUCANO Roberto (père de Mimmo) 32-33
LUCANO Roberto (fils de Mimmo) 58

M.
Mafalda (tante de Mimmo) 101-4
Magna Grecia (nom donné aux côtes sud de l’Italie) 50,61,69
Mai (fête de, Riace accueil hospitalité) 69
MAIOLO Giovanni (travailleur social, gréviste de la faim) 157
Maison des Fillettes Invisibles (Cuzco,Pérou) 54
Maison Zerilli Marimo’ 107
MANCUSO (clan mafieux) 17
MANDELA Nelson (effigie monnaie) 160
MANELLO Gerardo (maire de Badolato) 81
MANFREDONIA Giulio (réalisateur télé) 169
MANOCCIO Giovanni (maire Acquaformosa, gréviste de la faim) 157
MANTOVANI Ramon (député Rifondazione Comunista) 75
MANZONI Alessandro (écrivain) 127
MARADONA (Diego) 37
Maria (adjointe aux travaux publics) 148
Maria Teresa (donatrice) 88
MARONI Roberto (fuckingministre ligue du nord) 158
MARTIN LUTHER KING (effigie monnaie) 160, 181
Martina Franca (race d’ânes) 153
Mastro Micu (Maître Domenico, grand-père postier) 100
Mères de la Place de Mai 54, 93
Méridionaux 139
MERINO Gustavo Guitterez (prêtre, théologien,philosophe, Pérou) 140
MERKEL Angela (chancelière Allemagne) 130
Mimmo’u curdu (Mimmo le Kurde) 65, 72,187
MINÀ Gianni (journaliste) 37
MINITTI Marco (ministre intérieur) 169, 170
MINNITI-ORLANDO (décret scélérat) 14, 18, 119,139,172
MOHAMED ALI 37
MONTE Salvador (Don, prêtre) 52, 99
MONTI Mario (premier ministre) 159
MORCONE (préfet) 165
MOSES Becky (22 décembre 2017 demande de carte d’identité) 13, 15, 20-21, 118, 172
Mouvement Cinq Étoiles 116, 180
MUSTO Marcello (manifestant pro-kurde) 126

N.
National Museum of American Indian 107
Napolitains 139
‘ Ndrangheta (mafia calabre) 39, 41-46, 174
NELSON MANDELA (effigie monnaie) 160
Nicholas (Longo Maï) 84
Nicola (oncle de Mimmo) 101
Nigériens 18
NOBEL (prix .de la paix) 130
Nord-Africains 158
Norouz (nouvel an persan) 125
Nuclei armati rivoluzionnari (groupuscule fasciste) 108
Nuestra Senora Madre de los Migrantes (missions) 99
Nunca mas (le « plus jamais » des mères Place de Mai) 105

O.
ÖCALAN Abdullah (chef du PKD) 75-76
OLIVERIO Mario (président région Calabre) 168-9,170
OLIVITO Damian (cousin de Mimmo, photograpĥe) 105
ONG 139
ONU (Haut-commissariat aux réfugiés) 95
ORLANDO Lucaneo (maire de Palerme) 20
ORTIS Jacopo 23

P.
PACINELLI Elena (militante Lotta Continua blessée par balle) 108
Padanie (nom burlesque donnée à l’Italie du nord) 139
PalaDozza (stade, Bologne) 115
PARKS Rosa 181
Parti Démocrate 116
PASOLINI Pier Paolo (Cercle culturel) 35, 58, 62, 123, 127
PAZZANO Cosimo (habitant de Riace) 60-63,69, 72-73
Peppina (tante de Mimmo) 101-2
Peppino (alias Guiseppe (cousin de Mimmo)) 122
PEPPINO IMPASTATO (effigie monnaie) 160
PERNA Tonino (prof.de sociologie, Messine) 83, 85
PERTINI Sandro (président Italie) 45
Peuple des zéros (Riace et ses habitants, d’après Salvini) 116
Phéaciens 69
Portés par le vent (fondation) 88
Poutine 78
Printemps arabe 158
Protection Civile (de Calabre) 159
PROUDHON Pierre-Joseph 127
PUGLESI Pino (prêtre, assassiné mafia en 1993) 86,127

R.
Radio Zinzine (Longo Maï) 83
Rai (chaîne publique télé) 169
Re.Co.Sol (réseau des communes solidaires) 152,157
RIACE France (fonds) 6
Riacesi (habitants de Riace) 31, 101
Riacesi (habitants de Riace émigrés) 54, 153
RIINA Totò (mafieux) 41
RINA (chant de) 90
RIPAMONTI Maria (céramiste) 128
RIZZO Marco 5
Roberto (fils de Mimmo) 29-31, 187
ROCCO GATTO (effigie monnaie) 160
ROGNONI-LA TORRE (loi antimafia) 94
Rosa (place, à Riace) 115
ROSSI Walter (militant Lotta Continua assassiné le 30/09/77) 108
Roms (« amie des » – la mère de Mimmo) 23, 26-27, 113, 187
Rugasana (race d’ânes) 153

S.
SACKO Soumalia 16, 118
Saddam (fucking) Hussein 68
Saint Matthieu (évangile selon saint, film de PPP) 127
SALVINI (décret scélérat sécurité) 18
SALVINI (fucking) Matteo 20, 52, 77, 112-4, 119, 140, 182
Sarah (porteuse d’eau, dédicataire du parc des Fontaines) 150
Les Sardines (mouvement origine Bologne) 115-6
SARTRE Jean-Paul 127
SCHRÖDER Gerhardt (chancelier) 76
Septembre (fête de, Riace hospitalité, accueil) 69
SGRÒ Pina (épouse de Mimmo) 89, 151
Siciliens 139
Siderno (entreprise potabilité eau) 149
SIMONETTA Mario (tueur mafieux) 45
Sintés 27
Somaliens 153
So.Ri.Cal (socitété mixte eau Calabre) 143,148
SPA NÒ Maria (candidate maire Riace) 138
SPRAR (projet italien protection demandeurs d’asile) 83, 161, 163,164, 166, 178, 180, 182-3
STAJANO Corrado (journaliste) 40
STILO Giovanni (Don, curé (mafieux) d’Africo) 41, 47
syrienne (nationalité) 65

T.
TARCISIO (prêtre) 50
TELESIO (Bernardino – philosophe calabrais) 112
Teresa (tante de Mimmo) 101
Thanksgiving (fête EU) 107
THÉODORE (saint) 24
TORRES Camilo 127
Trames globalisées (atelier de tissage) 92
TRIFOLI Tonino (maire de Riace) 28
Trionfo 36-37
Trump 78
Turcs (ethnie kurdes) 67
Tziganes 9, 26-27
To Ryacon Argalios (nom de l’association de tissage) 89

U.
Union Européenne 161
Urgence Afrique du Nord (décret Berlusconi) 158
URSINO Vincenzo (chef clan mafieux) 42
URSINI Luigi (tueur mafieux) 45
Ursino (clan mafieux) 42
U2 (groupe musical leader Bono) 130

V.
VALARIOTI Pippo (assassiné par la mafia) 45-46
VASSALO Angelo (marin assassiné par la Camorra) 95
(VASSALO) Dario (frère d’Angelo) 95
Véolia (maison mère SoRiCal) 143
Village de l’accueil 92, 107
Village global 92, 93, 109, 115,180
Village LEUMANN (ancien village ouvrier, tissage) 88
Vincenzo (ami de la famille Lucano) 99

W.
WENDERS Wim (cinéaste) 128
WHITMAN Walt (poète) 108

Z.
ZANOTELLI Alex (prêtre) 51, 121, 145
ZERILLI-MARIMO’ (Guido)(maison italienne NYC) 107

 

Riace (2)

 

Pour Becky Moses

 

 

C’est un village qui se trouve à l’extrême sud-ouest de l’Italie, sur le continent ou presqu’île – sous l’avant de la plante du pied (on a ici vaguement situé

proche de Monasterace Marina) – le maire en a été un certain Domenico Lucano – Mimmo pour le monde, Mimmo u’curdu (Mimmo le kurde) pour ceux qui le connaissent et savent ses agissements : il a recueilli des Kurdes à la fin du siècle dernier, dans ce village, les a aidés a s’installer et par là a magistralement contribué à la renaissance d’un village exsangue (le sud de l’Italie et plus particulièrement la Calabre – je ne veux pas parler du nord – manque cruellement de travail et la main y est mise basse sur les revenus par la mafia. Ou alors par l’État quand il est représenté par le fascisme (la ligue du nord). Qu’on le veuille ou pas, cette réalité vertueuse est combattue par le pouvoir : Mimmo est traîné en justice, il est condamné – (13 ans de prison,   500 000 euros d’amende – le double de la peine requise par le procureur : tu m’as compris) (une paille) fait appel depuis France si je comprends bien. Il a été fait citoyen d’honneur de la ville de Bobigny (préfecture de Seine-Saint-Denis, 93) puis d’autres encore. Nous en sommes là, et attendons la procédure. Cependant, Mimmo Lucano a écrit un livre, titré Grâce à eux sous-titré Comment les migrants ont sauvé mon village. Il n’est pas question de baisser les bras,il n’est pas question de laisser les réfugiés mourir dans la Méditerranée ou ailleurs :ils’agit d’une simple question d’humanité. On a déjà donné un compte-rendu de ce livre ici et on continue, ici,par une onomastique des localités et des lieux cité.es dans le texte (toponymie) et le livre. Un index, une façon différente (un peu fastidieuse, mais elle a des raisons pratiques) de lire le même livre – si la logique comptable avait quelque qualité, ce serait celle d’indiquer de quoi parle le livre (le plus: de Riace (on s’en serait douté) puis de la Calabre (voilà) et puis ensuite l’Italie- vous verrez).
Donc en hommage à Mimmo Lucano, en accord avec les principes qu’il défend, et pour favoriser la lecture de son livre.
La semaine prochaine, on pratiquera de la même façon sur les noms propres de ce livre (anthroponymie) , ce qui complétera cette lecture et cette approche.
Avec nos remerciements à l’auteur du livre et aux Riacesi pour défendre (ainsi que par exemple Cédric Hérrou, Longo Maï, Rosmerta et tant d’autres) les valeurs auxquelles on ne renoncera jamais.

ici (sur les conseils de Simone W. qu’on remercie) le premier volet; on posera ici le troisième la semaine prochaine.

 

A.
Acquaformosa (localité) 157,161
Africo (localité) 40-41, 149
Afrique 13, 27, 51, 117, 147,173, 175
Afrique Centrale 113
Afrique du Nord (Urgence, décret) 158
Afrique subsaharienne 175
Agrigente 67
Albanie (Albanais) 67, 90
Algérie 67
Allemagne 71, 75, 76, 78, 81
Amérique 99, 117, 187
Amérique du Nord 105-6
Amérique du Sud 55, 94, 99, 122
Amérique latine 42,105
Andes 54, 99
Arabie 25
Argentine 53-54-55,59, 71, 99-100, 101, 105
Asie 27
Aspromonte 40-41, 173
Atlantique (océan) 107
Australie 71,101

B.
Badolato (localité) 80, 82
Badolato Marina 81
Bagaladi 89
Balduina (la, quartier de Rome) 108
Barbarie (figuiers) 9
Bari 125, 140
Belgique 71
Berlin 118, 130
Bologne 115, 118
Bova et Bova Marina (localité) 40-41, 89
Brancaccio (localité) 86
Brésil 37
Brindisi 68
Brooklyn 108
Buenos Aires 54-55, 93, 99-100, 102-3, 105-6, 164

C.
Calabre 10(n), 11, 13, 36, 23, 26, 32, 36, 39, 42, 48, 66, 69, 84, 89-90, 95-96, 100, 106, 109, 112, 114, 122, 129, 135, 139, 143, 152-4, 159, 163-5, 168-9, 174, 179, 182, 186
Californie 105
Camini (localité) 161
Canale Foggia (localité) 68
Castelbuono (localité sicilienne) 152
Castel dell’Ovo 85
Catanzaro(localité) 17 (cour d’assises), 168-9
Catanzaro (province voisine de Riace) 26, 29, 80,145
Carlopoli (localité) 145
Catanzaro (Stade) 122
Caulonia (localité) 135, 157, 161
Cercle d’Unité Prolétarienne 60
Cetraro (localité) 47
Chantemerle (Hautes Alpes, Longo Maï) 91
Cilicie 24
Cinisi (village proche de Palerme) 28, 118-9
Chili 122
Colègme (localité près de Turin) 88
Cosence 47(province de),118
Cuzco (Pérou) 54, 99

D.
Diyarbakir (localité Turquie) 125

E.
Ellis Island 107
États-Unis 75, 101, 106, 108, 118
Égypte 158
Erythrée 119
Ethiopie 119
Europe 45, 55, 78, 82, 84, 106-7, 126, 141, 173

F.
Florence 118
Foggia 118, 125
France 81

G.
Gênes 125, 133
Grèce 6
Grèce antique 60
Gioiosa Jonica (localité) 43-44, 161
Gioia Tauro (localité) 15, 21, 45

I.
Italie 13, 26, 67, 75, 80, 82, 114, 118, 139, 158, 164, 174,181, 185,
Italie du Sud 40-41, 53, 58,79, 113, 141
Italie du Nord 8, 71, 122, 128
Irak 70
Iran 69, 70
Islamabad (les aigles de) 92
Isola di Capo Rizzuto (camping naturiste) 122

K.
Kaboul (le potier de) 92
Kenya 51
Kosovo 67
Kurdistan 70,75,78, 176

L.
Lampedusa (île) 67
Lamezia Terme 118
Latina 118
Locri 48, 154, (parquet de)161-2
Locride 25, 31, 48, 69, 70,128, 174
Libye 13, 106, 116, 119, 139, 158

M.
Machu Pichu 100
Maghreb 158
Maison du Pèlerin (Riace) 49, 69,70
Maggiore (piazza, Bologne) 115
Manhattan 108
Maracana (stade) 38
Maroc 67
Medaglie d’Oro (avenue, Rome) 108
Méditerranée 24, 68
Messine 83,102, 118
Mexique 117
Milan 6, 41, 119, 124
Mineo (localité CARA) 158
Montevideo 99
Moscou 75
Moyen-Orient 117

N.
Naples 15, 51, 85, 102, 118
Nesci l’acqua (lieu-dit) 147
New-York 106-7, 109, 118
Nicotera (localité) 46
Nigeria 13
Nord 10, 139
Notre-Dame-Mère-des-émigrants 54 (missions Argentine)

P.
Padoue (banque populaire éthique de) 85
Pakistan 175
Palazzo Pinnarò 85
Palerme 20, 28, 29, 118, 150
Parc des Fontaines 150
Paris 6
Pérou 54, 99
Perse 69
Piémont 122
Pistoie 118
Plaza de Mayo (la place de mai, Buenos Aires) 104
Pouilles 66-67, 125
Pollica (localité) 94
Porto Alegre (Forum social mondial) 133
Proche Orient 175
Provence (naissance de Longo Maï) 82
Puerto Madero (ort de Buenos Aires) 103

R.
Reggio de Calabre 19, 21,29, 61, 92, 118, 165-6, 170, 173
Riace (et Riace hors les murs) 18, 19, 25, 26, 29,30, 31,35-36, 39, 41, 48-49, 51-52, 54-55,57-59, 62, 67,69, 71, 73, 76-78, 79-82, 85,86, 91, 93, 94, 99, 100-1-2, 106, 109, 111-4, 117-8, 122-3, 127-9, 133-5, 144-6, 147, 157-9, 163, 164-6, 167-9,170,171-2, 173-4, 175-9, 180-3, 185
Riace (mairie de) 9, 11, 15, 16
Riace Marina (village au bord de la mer) 63-65, 68, 79-80, 93, 112, 134, 178
Rio de la Plata 99
Rojava 78
Rome 25, 29, 37, 48, 58, 76, 118, 139, 159,170
Rosarno (localité) 45 (lycée de), 116, 119 (bidonville)
Ryakyon (ancien nom de Riace)’ : petit ruisseau) 65, 109,144

S.
Salento (région d’Italie -pointe du talon) 67
Salerne (province de) 106
San’Arsenio (localité) 106
San Calogero 17
San Ferdinando (bidonville de) 10, 15, 21, 119, 172
San Ferdinando (n) 10
San Giovanni (place, Rome) 117
San Luca (localité) 41
San Pantaleone (localité) 89
San Rocco (paroisse) 47
Sanctuaire des amis des Sts Côme et Damien 69
Sicile 37, 67 (canal de), 86, 139
Siderno (localité) 160
Somalie 67, 119
statue de la Liberté 107
Stilo (localité) 85
Stigniano (localité) 96, 101
Sud 9, 10, 83, 86, 95, 109, 112-3, 136, 139, 146,148
Syracuse 118
Syrie 24, 70, 78,175

T.
Thaïlande 42
Trentin (montagne du Nord) 48
Tunisie 67, 158
Turin 10, 58, 88, 118
Turquie 24, 65, 70, 75, 78,125-6

U.
Udine 118
Uruguay 54, 99

V.
Val d’Aoste 128
Val de Suse 118
Val di Non (localité,pommes) 50
Varèse 42
Vérone 118
Vibo Valentia (province voisine de Riace) 26
Village global 14

Z.
Zones fragiles(Italie du sud) 146

 

 

Josef

 

 

 

taleur je vais aller voir le nouveau film de Tony Gatlif – je l’aime beaucoup ce garçon, d’autant que nous sommes voisin – il habite dans la rue du garage de l’auto – j’en parlerai sûrement comme j’ai parlé de Liberté de Djam ou des Princes (c’est probable- je chercherai) et je retrouve sur le bureau de la maison[s]témoin quelques images que j’ai récupérées un jour, je ne sais plus, durant l’un des confinements je crois bien – il s’agit d’images dues à Josef Koudelka – c’est un photographe tchèque (mais plus slovaque) (dans la fin du siècle dernier,les choses et les frontières ont bougé – je ne sais si cela a eu une influence sur son travail, certainement – car tout influe sur le travail des artistes – donc je les pose ici, pour décorer orner parer revoir et me souvenir de mes frères et sœurs

c’est sans ordre préconçu, comme dans le dossier – mais on peut les retrouver je crois bien sur le site (formidable) (j’adore)  du musée d’art moderne de New-York (aka Moma)

(simca blanche)

(je crois me souvenir qu’il s’agit là de pêcheurs espagnols) (non d’Irlande) – pures merveillescette brume

mais oui tout pour la musique

le rite

les enfants

les mythes – enfin tout ce qu’on aime

Formidable.

Merci Josef hein

 

 

Artisteries 1

 

 

 

Outre l’index des films chroniqués ici (j’ai quelque chose avec les index, tu as remarqué ?) (heureusement que ce n’est pas avec les majeurs

: ici le gauche de Constance (Missie Pyle) qui le destine à George (à son côté, qui la retient, le producteur Al Zimmer, interprété par John Goodman)) j’ai un travail à réaliser au sujet du film The Artist (Michel Hazanavicius, 2011) (jm’en suis allé le louer sur l’avenue) (je ne l’avais pas vu) (mais là ça y est) (j’ai posé mes notes, augmentées d’un résumé du film ici) . Il traite du passage pour le cinéma de sa version muette à la parlante (on a ensuite essayé les odeurs (odorama) mais ça n’a pas pris; on a tenté aussi de faire bouger les fauteuils au rythme de la narration (sensurround), ça n’a pas pris non plus; on a fait porter des lunettes bicolores aux publics afin qu’ils ressentent un effet de relief, ça a merdé) (au moins pour les borgnes, dont fait partie votre serviteur) (on a de l’imagination pour faire venir les spectateurs – et les spectatrices sans doute). On ne fume plus dans les salles et le billet vaut treize euros… Les choses changent.
En cette maison qui sans rechigner accueille mes élucubrations (merci encore), je pose un billet (dans le salon) à ce sujet : il illustre l’un des dispositifs utilisés dans ce film pour faire en sorte que les publics comprennent (ou pour souligner certains effets) ce qui se passe sur des images où des gens, le plus souvent, parlent – effets de dialogues donc matérialisés par ce qui se nomme des « cartons » (on dit « intertitres » si on veut). On a recours au son par trois fois : le film devient donc, en un sens sonore (cet aspect des choses est traité ici). Pour faire court, disons que le cinéma s’est mis au parlant fin 1927 (un blanc grimé en nègre noir chante des airs de jazz, mais il n’y a pas de dialogues sonorisés, seules les chansons ont cet honneur – il y en a 4 ou 5) : deux ans plus tard (sans qu’il y ait là rapport de cause à effet) une des plus importantes crises économiques secouait la planète. Probablement par cette crise montèrent les fascismes dans le monde entier (si l’abject benito était déjà au pouvoir en Italie, l’immonde salazar (aux finances d’abord, puis aux manettes) au Portugal et d’autres encore ailleurs, l’adolf inqualifiable (et c’est encore trop d’honneur) y parvenait avec mèche moustache éructations postillons et vindicte). Immonde serait cette histoire, mais ici (dans ce film – qui se termine après 1932), peu d’écho : on parle du cinéma. 

 

Le film commence par une scène de torture

Le héros souffre (George Valentin, le héros, l’artiste du titre sans doute, est interprété par Jean Dujardin). On lui ordonne

il souffre (des oreilles, peut-être mais il souffre)

(ça se voit hein) mais répond

On voudrait le forcer à parler (c’est le credo du film). On n’y parviendra pas.

Plus tard

les années passent

le type ne parle toujours pas. Dans une espèce de jeu de mots, sa compagne (Doris, interprétée par Penelope Ann Miller) pourtant tente de l’aider

elle et lui s’éloignent,

de plus en plus… et lui s’enfonce dans une décrépitude terrible…  Son producteur a beau l’enjoindre

il refuse de se laisser aller à la parole. De son chien il dira

De lui-même :

Mais si, oui, trop. Dans l’alcool, il sombre.

À un moment du film, (vers la fin) une espèce d’acmé de la narration : le héros va se suicider, il est ruiné, il a été sauvé une première fois mais non, il retourne dans sa maison dévastée, se saisit d’un revolver et se le fourre dans sa bouche

le suspens est à son comble et

dit l’image. Mais non, ce n’est que Peppy (Bérénice Béjo)

qui (pauvre chou) ne sait pas très bien conduire

Une main secourable sortira George de cette situation sordide, car cette main appartient à celle qui l’aime (Peppy) et que lui aussi, fatalement, aime. Cependant

dit-il, elle le convaincra de revenir sur les plateaux. Ils triompheront sans doute : à la fin du film

en dansant ensemble (mais non en parlant) et le producteur cependant sera certain de sa bonne affaire et de sa réussite.

Tout ça

pour nous…

 

The Artist un film (un peu bidon, je reconnais) de Michel Hazanavicius.

 

Ce billet est écrit dans le cadre d’un travail mené en duo avec André Gunthert dans le cadre de son séminaire de culture visuelle intitulé « la révolution expressive des images documentaires ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Partir quand même

 

le titre du billet est aussi celui d’une chanson de Françoise Hardy (bof) 

L’image d’ouverture appartient au film  

générique commence à devenir une espèce de série (y’en a déjà trois) (ça fera quatre) dans cette maison (quand même en serait-elle témoin) ça ne peut pas nuire, je suppose, mais ça fatiguera sans doute – on verra bien – c’est d’abord une partie importante du cinéma parce qu’elle ressort du droit : c’est un exercice obligatoire pour n’importe quel film – et ça en dit assez long sur la façon dont la production et la réalisation envisagent le cinéma, souvent – certains n’en n’ont juste rien à faire; d’autres les soignent : c’est le cas ici – c’est d’ailleurs un film fait avec soins, ça me plaît qu’on ne violente pas le cinéma – par ailleurs encore, c’est difficile de trouver le générique d’un film si on ne dispose pas d’une copie – et je n’ai pas énormément de copies de film à la maison si tu veux – ici il s’agit d’un court métrage, le titre est repris d’une chanson, lequel est le titre du livre écrit par le héros – un livre à succès semble-t-il (un best-seller, peut-être : en tout cas, il se trouve dans le wtf cultura de Cormellain (sous le lien, la chronique pour Ville&cinéma donnée à l’aiR Nu) – ville probablement fictive (on a demandé d’éclaircir ce point en haut lieu, il n’a pas daigné répondre) (l’auteur du livre (qui est aussi l’un des deux premiers rôles du film) a semble-t-il était reçu chez un histrion du petit écran, ancien journaliste sportif, le gendre idéal disait-on à un moment mais là il commence à prendre trop largement de l’âge pour prétendre à ce rôle…) – normande (trois cents kilomètres de Paris, comme les 300 pages du roman du Julien…) – dotée d’un hyper-marché et d’une piscine à vagues…)

 

dans le film, le générique de début fait apparaître quelques images et au son la chanson chantée (paroles édifiantes – on en entend deux couplets, merci…)

les diverses graphies deviennent jaunes à mesure que se déroule le générique (très joli effet)

(c’est pourquoi, parfois, on verra sur ces images une espèce de film jaune avancer de gauche à droite sur les lignes, les mots)

(le film a été projeté diffusé sur arte – l’est encore je crois bien – jte mets le lien –  jl’aime bien)

ils et elles chantent encore

mettons qu’il s’agisse du générique de début (à la mode contemporaine : les financeurs d’abord

les autres on s’en fout on verra plus tard) (participation, soutiens…) on chante encore

tu vois les lettres sont en jaune (et le nom de la réalisatrice, graphiste à ses heures) (ou l’inverse)

le titre – c’est parti, on va cesser de chanter (mais dans le film, quatre morceaux de musique des années passées) (pour les paroles, dans le même ordre d’état d’esprit que la première… : on n’en garde que (dieu merci) (comme disait ma grand-mère) peu (je l’aime toujours)) – on m’en a dit « mignon », « sympathique », « très joli » – d’accord (en cette occurrence, mon avis est absolument désintéressé – je le trouve marrant et vraiment bien fait (j’aime beaucoup les travelling avec mobylette par exemple)) puis on m’en a aussi dit  « fin, subtil, délicat » – mais voilà, le film se termine : générique de fin (j’adore aussi cette façon) – dans le rôle de la mère de Julien

(parfaite) – revoir les actrices/acteurs et les identifier – se souvenir – dans celui du père à Julien

(tellement bien – et dans sa voix off dans le supermarché et dans son dernier plan…) – puis Caroline jouée par la chanteuse aussi

et enfin Julien

(par le fils petit presque d’une amie) (très bien ensemble, tous les deux) et puis tout le personnel

ah non, une fois encore le titre (carton rose)

voilà pour les acteurs/trices (l’ordre m’importe cependant) (les minuscules et les majuscules aussi) (six femmes, quatre hommes) – puis ici les techicien.nes (deux assistantes réal quand même – deux assistant.es caméra aussi) (non, mais ça en dit un peu sur le budget c’est tout)

continuons (dix femmes sept hommes) (production et post-production)

(10/12) pardon une équipe de préparation aussi (2/7) (total : 28/32) – puis les moyens techniques via les fournisseurs

(générique graphisme dû donc à la réalisatrice) et cetera

et donc les quatre chansons (outre la musique plus ou moins additionnelle) qui, si on récapitule sont des interprétations du boys-band; de Ménélik (bonjour le sexisme mais osef : c’est du rap…); de Francis Cabrel (comment te dire…) ; et enfin de Larusso (elle la chante un peu plus hystérique, faut reconnaître, que la Caroline ici) – remerciements un (un certain nombre de prénoms seulement : iels se reconnaîtront – je souligne le « ma famille » qui ne lâche jamais l’affaire)

remerciements deux (les lieux de tournages – l’hyper U de Douvres-la-Délivrande; la piscine de la presqu’île de Lillebonne, entre autres)

et encore (enfin) récap

et encore le carton financeurs quand même si jamais on n’a pas encore percuté (le visa, l’isan, le copyright : les droits)

 

 

Partir un jour, un film (court mais vraiment bien) d’Amélie Bonnin

Exposition commune

 

 

 

Il y a quelque chose qui tente de ne pas oublier, tu sais, vladje*

les cent cinquante ans de la Commune et les flots de sang qu’elle a suscités dus  surtout au côté des tenants d’un ordre soi-disant républicain en la personne de ce fumier d’Adolphe Thiers, la détestation qu’on peut en avoir aujourd’hui en regardant sur la colline de Montmartre cette satanée basilique dédiée à je ne sais quel saint Esprit sauveur rédempteur ou tout ce qu’on voudra (dans le « Paris » de Milou Zola, l’un des activistes a décidé de faire sauter cette choucroute…) (ça ne peut pas se faire…), nous héritons de cette histoire-là dans cette ville-là et elle est vive et vivante (on fresque un peu partout on dessine on peint on affiche on commémore) et le muraliste Jean-Marc Paumier n’est pas en reste – on a admiré ses tableaux, présentés au Centre Angèle Mercier; on en a pris quelques clichés, je les pose sur les murs du salon – il se peut que ça ne plaise pas au tout-venant des visiteurs acheteurs potentiels, mais tant pis, c’est là (ces temps-ci, je l’avoue, j’ai la gorge un peu âcre, tu sais vladje*) – les images ne sont pas toutes très bonnes mais je les pose quand même. Elles sont légendées (je pose des liens wiki sous chacune d’entre elles dès que j’y parviens).

Louise Michel et Elisabeth Dmitrieff

Marie Leroy

Gustave Lefrançais

la générale Eudes (Victorine Louvet)

Jaroslaw Dombrowski

Gustave Courbet

Maxime Lisbonne

Edouard Vaillant 

Victoire Béra dite AndréLéo

Eugène Varlin

Hermine Cadolle

Jules Vallès

je me rends compte (mais j’en avais un aperçu quand même aurait-il été inconscient) qu’on trouve là autant de femmes que d’hommes – on est pour l’égalité la justice et la liberté tsais – malgré (ou peut-être en est-ce la cause) le climat abjecte qui baigne les opinions ces temps-ci (un seul exemple : le tract haineux d’une chercheuse publié ces temps-ci, vraie saloperie) – et oui plutôt à gauche et oui aussi avec une idéologie (tiens comme c’est bizarre…) plutôt commune communiste et communarde oui – je reprendrais bien les derniers mots de Virginie Despentes lors de son billet après les césar (je ne mets que le lien) alors et bien qu’elle se soit si mal terminée, vive la Commune !

Et merci pour cette exposition.

 

* : il y avait du temps des 807 une des intervenantes (Maryse Hache) qui s’intitulait, ou peut-être était-ce son pseudonyme je ne sais trop (je me renseigne, t’inquiète) (si tu en sais plus, dis moi) vladje – j’ai décidé d’un accord simple avec moi-même de l’utiliser, unilatéral peut-être mais pas moins universel, pour souvenir et marque d’elle – et puis sans doute est-ce à elle une adresse – ainsi sans doute comme celles et ceux dessiné.es ici vivent-elles (et ils) encore, au moins en nos cœurs

Weldi

 

 

 

 

 

tu regarderas : les filles les femmes ne portent pas tellement de foulards – osef tu me diras, mais quand même, il y a quelque chose (ce quelque chose, si tu veux, c’est que ce sont juste des gens exactement pareils à nous, nos égaux, nos semblables) – il y a pas mal d’incises qui ont trait au travail, ordinaire – le héros Riadh (Mohamed Dhrif, parfait) est un type d’une soixantaine d’années qui va prendre sa retraite – il travaille sur le port de Tunis

(donc c’est plutôt à la Goulette – au fond,  le mont Boukornine)

je ne sais pas trop où il habite

il bosse, fait des courses, son fils Sami (Zakaria Ben Ayed, intérieur et secret) doit passer son bac, sa femme Nazli (Mouna Mejri, extra) bosse, mais ailleurs (elle enseigne, elle s’absente – elle fait à manger)

une famille – plus ou moins heureuse, mais plutôt plus – plus ou moins moyenne, ordinaire, on pourrait dire peut-être normale… Il a une amie

(sympathique Imen Chérif) ils parlent de tout et de rien comme des amis

– le travail, la famille – justement Sami a des maux de tête – graves – on cherche

on ne trouve rien et Sami suit ses cours

mais ne parle pas

parfois, pourtant, avec des amis il sort danse chante

mais rit à peine – et puis c’est la retraite pour Riadh – et puis un soir

c’est sans doute la veille des épreuves du bac, un soir Sami

disparaît : son père le cherche

on ne l’a vu nulle part – il a disparu – on ne dit rien, il a disparu – mais on comprend, on le recherche on sait qu’il n’est pas mort

que sait-on ? Rien, dit Riadh à sa femme, je t’expliquerai…
On nous expliquera, Sami a disparu, il est à la guerre, il a peut-être choisi il est parti, on ne le verra plus – un drame, Nazli n’en peut plus, son mari veut aller chercher leur enfant

et s’il meurt en Turquie ? Elle n’en peut plus, mais il s’en va

– il reviendra –

il appelle Nazli mais il ne trouve pas, personne

dit-il à son logeur, il ne trouvera rien sinon un rêve

personne (plus tard, sur internet, une image de lui, embarbé, une femme à ses côtés, voilée, et un enfant : des regards face caméra, le voilà, c’est lui Sami, il s’approche internet est coupé – c’est tout) on se souvient un peu de la chemise qu’il portait

on se souvient un peu de l’histoire de la guenon qui, enlevant une mèche de cheveux, enlève les migraines (c’est quelque part, dans le sud – c’est sur internet, on enverra le lien…) –   on riait on s’embrassait on s’aimait

adieu Sami

 

Weldi (Mon cher enfant) un film tuniso-belge de Mohammed Ben Attia (un peu de production des frères Dardenne)

L’attente

 

 

Même si je tiens par devers moi les divers documents qui servent à l’élaboration de ces billets (des livres ces listes, celles des individu.es les plus riches du monde; les femmes du nouvel Hollywood; les index travaux en cours cinéma) déposés ici pour qu’elle vive, cette sacrée maison (je ne vois pas tellement pourquoi, par ailleurs, mais ce métabolisme-là, je l’évacue de ma table), il m’arrive de me dire que je ferais mieux de tout copier ailleurs, sauvegarder pour en faire autre chose (mais quoi, évidemment) que de les laisser s’empoussiérer dans un grenier, un lieu destiné au seul usage de représentation – ici, si les gens viennent (moins avec l’opérette de cette dernière année, c’est vrai mais ils viennent), c’est maxés c’est vrai aussi; on leur intime de se nettoyer les mains (car ils les ont évidemment – et par construction – sales) au gel; on leur demandera assez vite (dans les prochaines semaines, tu verras) une preuve de leur vaxination (il n’est pas certain qu’on exige d’eux une certaine marque, en provenance d’un certain pays) – la plaie ouverte, la ville dégorge de ses habitants dans la province (en région), un pus s’exhale par le « télétravail » – ni télé ni travail – et les soignants sont exsangues (ils sont très forts, on ne se méfie jamais assez de l’opportunisme qui prend les « décideurs » – ils sont plutôt mâles, ils sont plutôt cravatés, ils font attention à ne pas se laisser reconnaître – je me souviens de Léo qui leur disait « vous faites mentir les miroirs«  ils sont toujours à la manœuvre, immondes, je me souviens de Virginie Despentes qui en parlait parfaitement : juste une phrase : « Quand tu confies un budget de plus de 25 millions à un mec pour faire un téléfilm, le message est dans le budget« ). Il y a eu cette affiche collée quelque part

Le hic (le problème, l’ennui, le malaise) c’est que DF est justement de ce camp-là (comme disait l’autre,

tu te souviens de la place d’Italie), ainsi sans doute que JMP – et donc sur ce travail, quelque chose plane et c’est probablement la raison qui fait que je voudrais en faire autre chose. Une critique, peut-être, sans doute, probablement. Je l’entrepose pour partie ici sans doute aussi parce que le fardeau est trop lourd, j’imagine mais c’est vrai aussi que c’est égal et inutile (en rêve parfois, la grande panne engloutit tout, l’électricité n’existe plus et les écrans restent au noir). J’ai le souvenir d’une nuit, il devait être onze trente et je m’apprêtai à me coucher lorsque je reçus un appel téléphonique qui m’informa que l’entièreté de mon petit intérieur était en train de brûler – plus rien, juste un disque dur, et tout ce qui restait sur le « rézo », le ouèbe ou la toile, quelque chose d’évanescent composé d’un tulle insaisissable et mortifère… Allons, ne nous laissons pas envahir et gardons hors de cette eau et le regard et les sens. Ouverts.

L’image d’entrée de billet représente le chanteur Christophe décédé il y a  tout juste un an et grand ami de DF – pour ses mots bleus, disons, une espèce d’hommage

 

Il s’agit d’un livre achevé d’imprimer en mars 2008, paru aux éditions XO*, (19 euros 90, acquis chez momox pour 3.90), il comporte 270 pages et est illustré de nombreuses images photographiques en noir et blanc, ainsi que celle de couverture (probablement de JMP) et de quatrième (laquelle est dues à un certain D.R) (ou une) (ici, en date de 1965)

– (on ne trouve pas de D.R dans la liste des personnes citées au premier index) on en a tenu liste publiée probablement pendant le week-end (index 5).
La lecture de ce livre a occasionné la constitution de trois (plus un) index :
– le premier, (479 entrées, ci-dessous) en forme de glossaire, est celui des noms (propres, plutôt) cités dans l’ouvrage augmentés des fonctions des personnes citées et des pages où ils sont imprimés (le compte de ces occurrences apporterait probablement une compréhension rapide de l’univers ainsi décrit); on pourrait par exemple créer des groupes particuliers celui des : jazzmen, ou chanteurs.chanteuses, ou encore acteurs/actrices, ou encore de photographes ou des personnes proches par profession de l’idole sujet du livre; deux paragraphes isolent la famille de DF et celle de JMP;
– le deuxième est en forme d’index en ce qu’il n’indique rien d’autre que des lieux (et les pages correspondantes), (quelque deux cents entrées) – sans autre information : le nombre d’occurrences le plus important, New-York (23), plus États-Unis (15), augmenté d’Amérique (12) pointe un tropisme, par exemple, particulier;
– un troisième index est constitué des médias (et les pages où ils apparaissent) :
1. les publications et magazines (une bonne cinquantaine (53), dont en premier lieu Paris-Match (une vingtaine de fois), Marie Claire (une dizaine) etc.);
2. les titres de chansons ou de morceaux de musique (une vingtaine);
3. les titres de livres (14);
4. les titres de films (une douzaine) (l’auteur du livre a exercé la profession de réalisateur de films de cinéma (trois longs métrages, deux avec Jacques Dutronc, un autre (documentaire) au sujet du groupe Téléphone) et de films publicitaires (non répertoriés mais) nombreux)

C’est cette dernière profession spécialisée (réalisateur de films publicitaires) qui a fondé un index supplémentaire des marques citées (une cinquantaine, et numéros de pages) (4 occurrences pour Leica, Rolleiflex et Ford T-Bird; deux pour Ferrari; les autres une seule fois) : on peut certainement déceler là un habitus particulier du bonhomme (il faudrait vérifier, mais je ne crois pas que DF pratique de la même façon, sinon sur la marque de ses bateaux) .

L’ambiance générale du livre est à l’image de son auteur : gentille (ainsi qu’il se décrit lui-même à quelques reprises) ou cool, si on préfère ce mot entré dans le lexique. On ne va pas se fâcher pour si peu – la littérature disons – ce n’est pas grave, et d’ailleurs rien ne l’est (sinon la vieillesse mais enfin, elle est (très probablement) inéluctable – on dispose (aussi, certainement, (et pas seulement par répartition) d’une bonne retraite). On trouve un sous-titre à « Oncle Dan » en caractères de police inférieure « souvenirs » (sans majuscules), et dans la narration, la forme passe d’un temps éloigné (la couverture vous dira (caractères blancs sur fond bleu du bandeau imprimé : « Lorsque j’ai rencontré DF, j’avais seize ans (DF en a douze de plus, et c’était en 1956) . Il m’a immédiatement adopté. Depuis cette histoire n’a jamais cessé... ») à un contemporain plus amer (qui reste doux).
On nous indique qu’il s’agit (4° de couverture, lettres rouges sur fond blanc) là d' »Une biographie intime, rythmée et cocasse sur un homme qui a vécu à cent à l’heure sans jamais se confier ». En réalité la biographie est plutôt celle de JMP (qualifiée donc trois fois) (on ne voit pas bien en quoi elle pourrait être « sur » quelqu’un, peut-être au sujet ou doublée)  et elle raconte la relation qui unit l’auteur à DF « l’homme qui ne s’est jamais confié« .
Les livres sont choses éphémères et périssables, destinés à marquer dates et sentiments : quatre ans plus tard, le DF en question écrirait (puis ferait relire par ses conseils juridiques) une autobiographie intitulée « Ceci n’est pas une autobiographie » et « se confiera(it) » donc plus profondément. C’est à l’occasion de la sortie de cet autre livre qu’il sera invité dans une émission de France Culture intitulée « À voix nue » qui est retranscrite dans les 5 épisodes du projet DF, paru ces derniers pendant le week-end.

 

*: cette maison d’édition a vingt ans, elle est la création d’un certain Bernard Fixot (de 43 – éditeur commercial de longue date – époux d’une des filles de crâne d’œuf (qui avait la main leste, on s’en souvient un peu) duquel, sans doute (je n’ai pas vérifié mais ça ne fait pas de doute) il est l’éditeur), qui se trouve être l’éditeur de l’autobio de DF. Car même si le monde n’est pas si petit, les affaires sont et restent ce qu’elles sont.

 

Ainsi qu’à chaque publication de ces index (ça commence à faire lourd quand même), le rédacteur n’est ici ni omniscient ni dépourvu de fantaisie : il se peut que des erreurs se glissent, malgré un sérieux affirmé, dans ces listes. Si le lectorat en découvre, merci d’en informer en commentaire ou toute autre moyen à convenance. En fin de billet, un récapitulatif de ce travail illustré de liens idoines.
Merci de votre attention.

 

 

 

Oncle Dan

(12/01/28 à Paris) (JMP 1°/02/40)
(DF 26 juin 1957 rencontre Sondra Peterson et Nesuhi Ertegun)
JMP sa sœur Anne-Marie, son fils Paul

« méta » pour métaphore, l’auteur en est friand; CO : chef d’orchestre

A(21)
Guy ABITAN (rédac chef Melle Âge Tendre) 215-6
Claude ACAEI (secrétaire assistante DF) 186-7
Frank ALAMO (chanteur concert Nation*) 202*
Alexandre ALEXEIEFF (graveur repro. DF) 55
Ali Baba (invention de Shéhérazade – 1001 nuits) 260
Aimé ALLARD (ami DF) 82
Thierry AMSALLEM (Montreux jazz festival – C.Nobs) 97, 102, 104
Jacques ANGELVIN (anim. télé) 162
Paul ANKA (chanteur) 180
Antoine (chanteur) 229
Richard ANTONY (chanteur concert Nation*) 202*
Thierry ARDISSON (anim. télé) 265
Louis ARMSTRONG (jazzman trompette chant) 37, 112
Francois ARNOUL (distribution jazz, ami DF) 115
Antonin ARTAUD (écrivain) 74
Jacques AUDIBERTI (journaliste dramaturge) 87
Benjamin AUGER (photog.MAT) 217
(Ernest) AULARD (imprimerie) 77
Vincent AURIOL (homme d’état) 105-6
Richard AVEDON (photographe) 129
Claude AZOULAY (photog. paparazzo) 30

B(50)
Lauren BACALL (actrice) 21
(Harold) Shorty BAKER (jazzman trompette) 113
(Cristobal) BALENCIAGA (couturier) 150
Pierre BALMAIN (couturier) 106
(Eddie) BARCLAY (disques) 124, 193
Nicole BARCLAY (dir.Jazz Magazine) 125, 136, 151
Brigitte BARDOT (actrice) 91
Jacques BARRY-DELONGCHAMPS (amant Didi) 73
Sylvia BEACH (libraire – en face A. Monnier) 57
Pierre BÉARN (libraire, poète) 62-3
les Beatles (groupe) 203, 206, 211, 225, 249, 266
Gilbert BÉCAUD (chanteur) 120, 165
Sidney BECHET (jazzman clarinette) 85, 127
(Ludwig van) BEETHOVEN (musicien méta Gégauff) 233
Bix BEIDERBECKE (jazzman trompette compo) 78, 123
Bix (bateau DF) 186
(Jean-Paul) BELMONDO (méta) 32, 231
Pierre BÉNICHOU (habitué Castel) 31
André BERG (photo. MAT) 217
Sarah BERNHARDT (actrice) 21
Chuck BERRY (chanteur r’n’r) 166
Albert BESNARD (peintre, grand-père DF) 49
Lita BESNARD (grand-mère DF) 78
Marie BESNARD (affaire Loudun) 93
Bibliobus (HF) 55-6, 57(p)
Ronie BIRD (chanteur) 194
the Bird (aka Charlie Parker) 111
Art BLAKEY (jazzman batterie) 26,109, 111
Gérard BLITZ (associé Edith F. Calvi) 113
Lucky BLONDO (chanteur) 194
Sonika BÔ (ciné-club pour enfants Marignan) 59, 264
Philippe BOEGNER (journaliste Match) 90,93,95
Humphrey BOGART (acteur) 22
James BOND (espion, méta) 186
Gaston BONHEUR (journaliste Match) 87, 117
Honoré BOSTEL (habitué Castel) 31, 87
Tarass BOULBA (méta moustache « à la » de R. Mouly) 182
(André) BOURVIL (acteur, méta) 195
(Marcel) BOUSSAC (homme d’affaires lainier) 12
Anne BRAILLARD (courrier lectrices MAT) 217
(Marlon) BRANDO (acteur, méta) 200
Pierre BRASSEUR (acteur) 22
Victor BRAUNER (peintre) 251
Jacques BREL (chanteur) 177
André BRETON* (chez H et EF) (poète) 58, 250, 252*
Billy BRIDGE (chanteur) 194
Dominique BROMBERGER (journaliste Figaro) 93
Cifford BROWN (jazzman trompette) 27
James BROWN (chanteur r’n’b/r) 166
Andréa BUREAU (maquettiste DF) 126, 182

C(40)
Catherine (marchande, femme de chambre) 75
les CAMARD (famille commissaires priseurs Drouot) 209 (fils Jean-Michel, fille
Marcelline)
Daniel CAMUS (photog. Guerre) 30
Candide (méta) 161
Walter CARONE (journaliste paparazzo) 29, 32
Raymond CARTIER (journaliste Match) 87
Raymond CASTANS (rédac. Photo Match) 34, 87, 118
Fidel CASTRO (homme d’état) 249
Jean-Pierre CASSEL (acteur) 80
Jacques CHABANNES (prod.émission télé Paris Club) 162
(Claude) CHABROL (réal) 231, 265
(Coco) CHANEL (couturière) 91
René CHAR (poète) 252
Ray CHARLES (chanteur r’n’r/b) 166, 182
Pierre CHARPY (journaliste droite) 202
Les Chats Sauvages (groupe concert Nation*) 202*
les Chaussettes Noires (groupe concert Nation*) 202*
Maurice CHEVALIER (chanteur) (méta J. Dutronc*) 112, 229*
Alix CHEVASSUS (jh fortuné Melle Âge tendre) 217
Chez Poupoule (maison DF 78 ex La Pastorale) 240
Long CHRIS (chanteur) 194
Christophe (chanteur) 265
Éric CLAPTON (musicien chanteur) 101
André CLAVEAU (méta, chanteur) 120
Clo-Clo (aka Claude François – chanteur) 199
Henri-Georges CLOUZOT (réal) 91
Club Olympique (puis Méditerranée : Edith F.) 113, 185
Jean COCTEAU (chez H et EF*) 48, 58*, 190
Pierre COLLE (marchand d’art) 77
Harry COLOMBY (producteur jazz T. Monk) 144
Columbia (prod. Hollywood) pictures 101, 104
le Concorde (avion supersonique) 255
Condé Nast (société de presse US) 213
Eddie CONSTANTINE (acteur, chanteur) 194
Bruno COQUATRIX (dir. Olympia) 127
Annie CORDY (chanteuse) 195
Max CORRE (rédac. Match) 34
José CORTY (libraire) 62
Charles COURRIÈRE (photog. Guerre) 30
disques CRESCENT (compagnie N. Ertegun) 151
Israël CROSBY (jazzman basse) 142

D(51)
le DALAÏ-LAMA (autorité spirituelle) 249
Salvador DALI* (peintre) 49, 251*
Gala (DALI) (épouse du précédent) 251
Dani (chanteuse, actrice) 238
Louis DAQUIN (Flore*) 74
Eddie DAVIS (jazzman banjo) 139
Miles DAVIS (jazzman trompette) 23
James DEAN (acteur, méta) 200
les fils DEBARGE (fortunés Melle Âge tendre) 217
John DE ANDREA (sculpteur peintre) 258
Georges DE CAUNES (journaliste télé) 171
Pierre DE COUBERTIN (olympiste méta) 54
Michelle DE BROCA (prod.) 237
(Charles) DE GAULLE (militaire, homme d’état) 247
Olivia DE HAVILLAND (actrice) 30
Wilbur DE PARIS (jazzman trombone) 51
Jacques DE POTIER (photog. Guerre) 30
Gérald DE ROQUEMAUREL(président Hachette-F) 11
Hubert DE SEGONZAC (photog. artiste) 30
Sandra DEE (actrice) 180
Claude DEFF(E) (habitué Castel) 31
Titan DEFF(E) (habitué Castel) 31
Pierre DELANOË (parolier, dir.musical à E.n°1) 121
Charles DELAUNAY (fis du suivant, dir. Jazz hot) 115
Robert DELAUNAY (Peintre, repro. HF) 55
Alain DELON (acteur) 157
Alain DEMACHY (?) 236
Claude DEMACHY (journaliste enfance Marie Claire) 35, 130
Jean DEMACHY (dir.art.Marie Claire puis Lui) 35, 118, 221
les DEMACHY 266
maison DENOËL (distribution livres) 243
Virginie DESARNAUTS (amie JMP) 10
Noël DESCHAMPS (chanteur) 194
Olivier DESPAX (chanteur) 223
Robert DESNOS (chez Het EF) 58
Yvonne DEUTSCH (rédac cheffe Marie Claire) 27
Marlène DIETRICH (actrice) 80
Sacha DISTEL (chanteur jazzman guitare) 161
(Jacques) DONIOL-VALCROZE (réal) 265
Tommy DORSEY (jazzman trombone CO) 119
Bill DOGGETT (jazzman piano orgue) 140
(Robert) DOISNEAU (photographe,méta) 194
Fats DOMINO (jazzman pianiste CO) 142, 182
Paul DOUMER (homme d’État) 9
Dranem (chanteur comique, méta J. Dutronc) 229
Michel DRUCKER (anim. télé) 163
André-Louis DUBOIS (ancien préfet Match homo) 35
(Alain) DUCASSE (cuisinier, méta) 187
Marcel DUHAMEL (chez H et EF)(Flore*) 58, 74*
Alexandre DUMAS (écrivain) 107
Jacques** DUTRONC* (chanteur) 195, 227, 237*, 238*, 266**

E(12)
École Alsacienne 75
Eldorado (méta, pour Smyrne) 39
Bob ELIA (photog. réal) 226
Duke (of*) ELLINGTON (jazzman piano, CO) 37, 108*, 112, 113, 135, 137
Roy ELRIDGE (jazzman trompette) 144
Paul ELUARD (chez H et EF) (poète) 58, 77, 252
Brian EPSTEIN (manager Beatles) 203
Ernest (chauffeur DF) 240
Max ERNST (peintre photographe) 251
les frères ERTEGUN (pdg Atlantic Records) 151
Ahmet ERTEGUN 225
Nesuhi ERTEGUN (ami DF) 151, 250

F(26)
Federico FELLINI* (réal) 21, 23*
Mary FENWICK(rédac.chef. Marie Claire) 35
Léo FERRÉ (chanteur) 216
André FRÉDÉRIQUE (journaliste Paris Match, poète) 87
les Frères Jacques (méta, chanteurs) 120

DF (oncle Dan du titre) 9, 24 —–
(1° épouse DF) (Elisabeth) 51, 265
Mimi (leur fille – 10/47) 84, 265
(2° épouse DF)(aka S.Peterson) 51
oncle Dan (sobriquet) 100
famille Filipacchi 39
Charles FILIPACCHI (oncle DF, frère Henri) 40
Edith BESNARD (mère DF – dite Didi*) 49, 55*, 57, 59-60-1, 69-75, 85, 113
Mme FILIPACCHI (grand-mère DF) 40-4,
Henri FILIPACCHI (père DF) 39-40-4, 113
(société) HACHETTE*-FILIPPACHI 10, 12*, 57*, 215, 219, 226, 257

Leonor FINI (peintre) 252
Ella FITZGERALD (chanteuse, méta*) 155,190*
Bernard FIXOT (éditeur) 243
Eileen FORD (agence mannequins) 149
Larry FLINT (homme de presse) 244
Sylvain FLOIRAT * (patron En°1) 178, 188-9, 221, 246, 247*
Simone FLOIRAT (fille du précédent) 191, 246
Claude FRANÇOIS (aka Cloclo) 223
Tony FRANK (photog. SLC) 217
Jean FRYDMAN (liquidateur Barclay) 124, 189

G(32)
Jean GABIN (acteur) 80
Pierre GALANTE (photog. mondain,époux O. de Havilland) 30
France GALL (chanteuse, fils Debarge) 217
Les Gam’s (groupe chanteuses concert Nation*) 194, 202*
Jacques GAROFALO (photog. Poly) 30
Gégé (chef comptable DF) 219
Clémence GÉGAUFF (actrice, fille de Paul et Danielle) 231, 234
Paul GÉGAUFF (scénariste) 231-2-5 (sa femme Danielle, leur fils Frédéric)
Jean GENET (écrivain, photo truquée DF de une Samedi soir) 83
Georgel (coiffeur) 106
Danyel GÉRARD (chanteur concert Nation*) 202*
Gérard GÉRY (photg. Paparazzo) 30, 34
Francis GIACOBETTI (journaliste Télé7j puis Lui) 171, 221
Dizzy GILLESPIE (jazzman trompette) 110, 136, 155
Jean-Louis GINIBRE (dir. rédac Georges et HFM) 249
Billy Gluboh (lecteur imaginaire) 218
(Jean-Luc) GODARD (réal) 231, 265
Marielle GOITSCHEL (skieuse méta) 54
Evelyne GOLDMAN (amie DF) 75
Babs GONZALES (jazzman chanteur ami DF) 136, 139, 166
Dexter GORDON (jazzman saxophone) 155
Jean-Paul GOUDE (graphiste illustrateur) 226
François GRAGNON (photog.paparazzo) 30
Cary GRANT (acteur, méta) 36
Norman GRANZ (producteur de spectacles US) 127
Benno* GRAZIANI (photographe) 24-5, 26*
Freddie GREEN (jazzman guitare) 144
Julien GREEN (écrivain, méta) 9
(Ernesto) Che GUEVARA (homme d’état, méta) 53
Jimmy GUIFFRE (jazzman saxophone) 149
Sacha GUITRY* (réf. F. Périer) 22, 35*
Guiguite ((ouvreuse boite St-Germain) 80

H(13)
Patrice HABANS (photog.paparazzo) 30
Hachette (groupe de presse aka La Pieuvre verte) 241, 245
Johnny* HALLYDAY (chanteur) 183, 194,199,202*, 208*, 247
Lionel HAMPTON (jazzman piano CO) 136
Guillaume HANOTEAU (photog. Match) 87
Duane HANSON (sculpteur) 259
Françoise* HARDY (chanteuse) 195-6-7, (la Grande)198 , 199*, 207*, 211, 218,225*, 227*, 266*
Pierre HEBEY (avocat DF – JMP, sa femme Geneviève) 209
Hugh HEFNER (homme de presse proprio Playboy…) 242
Marcel HERRAND (acteur) 130
Billie HOLYDAY (chanteuse) 111, 162, 164
Jacqueline HUET (speakrine télé) 178
Saddam HUSSEIN (chef d’état, méta) 12

I(2)
Île-de-France (paquebot 1951) 105
IZIS (photog. Artiste) 30,91

J(13)
J3 (groupe ados – pièce de théâtre) 185
Max JACOB (écrivain poète) 77
Just JAECKIN (photog débuts MAT puis réal) 217
Mick JAGGER* (chanteur) 225, 238*
Jamie (épouse Pagniez) 182
Maurice JARNOUX (photog.artiste) 30
Jésus Christ 243
Jeux Olympiques 1948 113
Léo JOANNON (réal.) 149
Jay Jay JOHNSON (jazzman trombone) 127
Philly Joe JONES (jazzman batterie) 140
Frankie JORDAN (chanteur) 194
Louis JOUVET (réf. F. Périer) 22-3, 35*

K(9)
Frida KAHLO (peintre) 250
Harold KAY (animateur radio) 27
Grace KELLY (actrice) 30
John John KENNEDY (fils de JFK, homme de presse) 248 (héritier des Kennedy)
Jack KEROUAC (méta)(écrivain) 137
Patrick KESSEL (journaliste Match – neveu de Joseph) 87
Rina KETTY (chanteuse, méta) 120
Al KILLIAN (jazzman trompette) 113
Jean-Claude KILLY (sportif ski,méta) 54
Pannonica (de) KOENIGSWARTER (photographe) 111 (mécène jazz), 119

L(25)
André LACAZE (dir. Rédac Paris Match) 32, 34
Lady Di (ana Spencer) (ex-princesse) 213
Jean-Luc LAGARDÈRE (homme d’affaires) 191, 245-6
Wilfredo LAM (peintre) 251
Catherine LANGEAIS (speakrine animatrice télé) 171
Henri LANGLOIS (critique cinéma) 264-5
Dominique LANZMANN (docteure santé) 10
Jacques LANZMANN (journaliste Lui) 221, 227
Lawrence d’ARABIE (méta) 97
Hélène LAZAREFF (épouse du suivant) 106
Pierre LAZAREFF (homme de presse) 88-9, 106, 222
José LE DIELOU (cousin DF) 81
Albert LEBRUN (homme d’État) 9
Jacques LEBODO (journaliste télé7j) 178
Claude LELOUCH (réal) 224
Bernard LELOUP (photog. SLC) 217
John LENNON (chanteur) 265
Stanislao LEPRI (peintre) 252
Pierre LESCURE (homme de télé) 210
Manuel LITRAN (photog. Artiste) 30
Julie LONDON (chanteuse) 136
Albert LONDRES (journaliste, méta) 34
LOSFELD (maison d’édition) 243
Jimmie LUNCEFORD (jazzman saxo CO) 72
Claude LUTER (jazzman clarinette CO) 80, 116

M(42)
Dora MAAR (photographe) (Flore*) 74
(René) MAGRITTE (peintre) 251-2
Mai 68 (méta Libération*) 79*, 264
Liliane MAIGNÉ (actrice)
Astrid* MAILLET-CONTOZ (compagne D.Lanzmann)(ouDF**) 10, 17*, 97**, 99*, 104*
Léo MALET (et Nestor Burma, méta) 83
André MALRAUX (homme politique) 265
Jean MANZON (photog. Guerre) 30
Lionel MARCU (associé Edith F.) 113
Marignan (salle de cinéma Champs-Elysées) 59
Marino MARINI (auteur,chanteur) 23
Pee Wee MARQUETTE (portier-nain du Birdland NYC) 108
Jane MARTINI (animatrice club avec Evelyn Robinson) 143-4-5
Henri MATISSE (repro. HF) 55
Charles MATTON (photog. peintre) 226
Charles MAURRAS (DF paparazzo sous le lit de mort) 92
Georges MÉNAGER (photog. Paparazzo) 30
Louis MERLIN (dégé E. n°1) 121
Jean MERMOZ (aviateur métaphore) 33
Robert MEUNIER DU HOUSSOYE (pédégé Hachette) 182
Mezz MEZZROW (jazzman clarinette) 85
Michaël (ami Henri F) 47-8, 55
Gérard MILLE (décorateur, frère du suivant) 91
Hervé MILLE (rédac. Match) 34, 88, 90, 91,189, 216
Charlie MINGUS (jazzman contrebasse) 110, 151
Eddy* MITCHELL(chanteur r’n’r) 172, 182, 199*
Modern Jazz Quartet (4 jazzmen) 140
Molière (réf.F. Périer) 36
Thelonious MONK (jazzman piano) 144
Gaston MONNERVILLE (homme politique) 107
Adrienne MONNIER (libraire rue de l’Odéon) 57
Yves MONTAND (chanteur, méta) 201
Monty (chanteur) 194
Gilbert MOREAU (assistant JMP) 188
Edgar MORIN (sociologue écrivain) 167
Lucien MORISSE (dir.musical E. n°1 – époux de Dalida*) 122, 165, 167, 201*
Jacky MOULIÈRE (chanteur) 194
Raymond MOULY (rédac chef SLC) 182
MOUSTACHE (jazzman batterie, Simone, sa femme) 80
(Wolfgang) MOZART (musicien, méta) 231
Gerry MULLIGAN (jazzman saxo CO) 149
Rupert MURDOCH (homme de presse/médias) 245

N(5)

Ray NANCE (jazzman trompette) 113
Natali (escort girl, Ukrainienne) 98
Ricky NELSON (acteur chanteur) 180
(Loring) Red NICHOLS (jazzman trompette) 78
Claude NOBS (agent spectacle suisse) 97, 102, 104

O(2)
patronage OLIER (club de foot religieux, rue d’Assas) 63
Kid ORY (jazzman trombone CO) 106

P(34)
Wolfgang PAALEN (peintre) 250
Michel PAJE (chanteur) 194
Régis* PAGNIEZ (sa fille, Anne*) 10, 14, 180-1-2, 197*, 215, 221, 226*, 266*
La Pastorale (maison 78 propriété DF) 240
François PATRICE (acteur, directeur Club St-Hilaire) 193
Charlie PARKER (jazzman saxo) 27, 110-1, 119-121, 151
Suzy PARKER (mannequin) 129
Gordon PARKS (journaliste Life) 93
(Louis) PASTEUR (lycée Neuilly) 129
(Jean-Michel) PEDRAZZINI (journaliste guerre Match) 34, 90
Marie-Charlotte PEDRAZZINI (journaliste Paris Match) 87
Irving PENN (photographe) 129
Sondra PETERSON (mannequin, épouse DF) 149
James C. PETRILLO (syndic musiciens) 141

Anne-Marie (PÉRIER) (sœur JMP) 211, 213-4-5, 238-9 (dir.pub.Lui), 243
Colette (femme du suivant) et sa mère Madeleine 213
François PÉRIER (fils de*) 14, 159*, 201(mon père), 237
Jean-Pierre PÉRIER (fils du précédent) 213
Pillu (nom de famille et surnom JMP) 14, 181, 185
Jacques POREL (grand-père JMP) 48
Jacqueline POREL (actice, mère JMP) 21
Marc POREL(acteur, frère JMP) 238

(Philippe) Pétain (maréchal) 93, 120, 247
André François PETIT (marchand d’art) 119
Edith PIAF (chanteuse) 190
(Pablo) PICASSO (Flore*) 74*, 77
Roger PIERRE (humoriste acteur) 127
POUCETTE (artiste peintre) 119
(Raymond) POULIDOR (méta) 255
Bud POWELL (jazzman piano) 110
Jacques PRÉVERT (chez H et EF)(Flore*) 58, 74*
Elvis PRESLEY (chanteur,méta) 200
Marcel PROUST (mort, 1922) 47, 56
(Jean) PROUVOST (homme de presse, lainier) 12, 32, 34, 85, 87-90, 93, 171, 178, 187-9, 222, 241

R(23)
Rainier (prince) 30
Ram RAMIREZ (jazzman piano) 142
Man RAY (peintre photographe) 251
Django REINHARDT (jazzman guitare) 58, 127
Réjane (comédienne, grand-mère JMP) 21
Arthur RIMBAUD (poète) 152
Jean RIGADE (journaliste Match) 85
(Jacques) RIVETTE (réal) 265
Willy RIZZO (photog. Mondain) 30
Max ROACH (jazzman batterie) 110, 111
Éric ROHMER* (réal) 231, 265*
Evelyn ROBINSON (animatrice club avec Jane Martini) 143-4-5-67
Ray Sugar ROBINSON (boxeur, frère de la précédente) 143, 147
Norman ROCKWELL (illustrateur) 137
Joelle ROLLAND (journalitse mode MAT) 217
les Rolling Stones (groupe) 225
Marcel ROMANO (intermédiaire musique) 141
Tino ROSSI(chanteur) 58, 112, 244
Ambroise ROUX (fils du suivant) 91
Monsieur ROUX (comptable Match) 91-2
Jean ROY (journaliste guerre Match) 34, 90, 93
Ernie ROYAL (jazzman trompette) 113
Pee Wee RUSSELL (jazzman clarinette) 11, 123

S(30)
Pierre SABBAGH (journaliste télé) 171
Jean SABLON (chanteur) 112
Collège Sainte-Barbe 77
Josette SAINTE MARIE (assistante DF E.n°1) 26
Yves SALGUES (écrivain parolier) 127
(Henri) SALVADOR*(chanteur) (sa femme Jacqueline) 23*, 26, 127, 159
Satan ou maudit Malin 182
Jean-Claude SAUER (photog. Mondain) 30
Jean-Paul SARTRE (philosophe écrivain) 9
Jacques SCHIFFRIN (éditeur) 58
Barbet SCHROEDER (réal) 231
Robert SCHUMAN (homme politique) 106
Pierre SECHET (publiciste DF) 126
Sergine (assisitante DF E.n°1) 33
Robert SERROU (journaliste spécial Pape Paris Match) 87
Nicolas SEYDOUX (rachat de Le Point, pédégé Gaumont) 248
Maurice SIEGEL (journaliste France Dimanche puis dir. E.n°1) 93, 119, 188-9
Simone SIGNORET (Flore*) 74*
Michou SIMON (photog. Mondain) 30
Franck SINATRA (chanteur) 224
Horace SILVER (jazzman piano) 139
Slip (surnom du bureau de DF dessiné par R.Pagniez) 215
Jimmy SMITH (jazzman orgue Hammond) 140
(Stephen) SPIELBERG (réal, méta) 187
Stella (chanteuse) 194
Bert STERN (réal. photog.) 137
les Stones (groupe) 225
la Sucrette (photographe Match) 175
Suzy (anim. radio E. n°1 avec chat) 165, 167
Sybille (mannequin) 132

T(18)
Maurice TABARD (photographe) 28, 130
Michel TAITTINGER (fortuné, critique SLC) 217
Nadine TALLIER (mannequin, future Nadine de Rotschild) 91
Rufino TAMAYO (peintre) 250
(Yves) TANGUY (peintre) 251
Dorothea TANNING (peintre) 251
Vince TAYLOR (chanteur, méta) 218
Téléphone (groupe) 238
Frank* TÉNOT (chronik Jazz hot, puis ami DF co-anim En°1) 10-11, 90,115, 122, 144*, 161*, 166*, 167*, 177*, 184*, 189*, 221*, 223*, 227*, 238*, 245*
Hervé TERANNE (journaliste Mademoiselle) 213
Roger THÉROND (rédac puis rédac chef Match) 33-4, 89, 91, 238, 241
Jean-Marc THIBAULT (humoriste acteur) 127
le TOUT-PARIS (méta) 87, 88, 217
(Charles) TRENET (chanteur) 9, 112
(François) TRUFFAUT (réal) 265
(Harry) TRUMAN (homme d’État) 108
Mao TSÉ-TOUNG (homme d’état) 242
Mike TYSON (boxeur) 249

U(3)
Georges ULMER (méta, chanteur) 120
Vanna URBINO (amie DF 1944) 79
René URTREGER (jazzman piano) 161

V(14)
Roger VADIM* (réal, méta) 88, 231*
Pierre VALS (photog. Artiste) 30
Vick VANCE (journaliste mondain Match) 3497-8
Sylvie* (VARTAN) (chanteuse) 182, 202*, 211*
groupe VENTILLARD (imprimeur) 83
Ray VENTURA (musicien, ami Henri F) 41
Marc VEYRAT (cuisinier) 51
Alexandre VIALATTE (journaliste écrivain) 87
Boris VIAN (écrivain, jazzman trompette) 116
René VITAL (photog.paparazzo) 30, 34
Saint Vincent (de Paul, méta) 266
Éric VINCENT (photog. SLC) 217
Hans VOGEL (ami Didi) 69
Voltaire (écrivain méta Gégauff) 233

W(10)
Dianah WASHINGTON (chanteuse) 144
Bruce WEBER (photog.)(méta) 137
Georges WALLACE (homme politique) 249
Georges WASHINGTON (homme d’état) 248
Frank WESS (jazzman saxophone) 144
Barney WILEN (jazzman saxophone) 156
Cootie WILLIAMS (jazzman trompette) 136
Nelson WILLIAMS (jazzman trompette) 113
Kai WINDING (jazzman trombone) 127
Jacques WOLFSOHN (da disques Vogue) 193, 194, 227

Y(2)
Yana (escort girl, Uktrainienne) 98
Tiny YOUNG (chanteuse) 194

Z(2)
Franco ZEFFIRELLI (réal) 243
Zizi (amie de la mère de JMP)(Monique Prunier) 157-8

 

Le feuilleton de l’attente :

ici
1. avec Bulle Ogier
2. avec Maria Schneider
3. avec Jean-Pierre Rassam
4. avec Raoul Jet Lévy

sur pendant le week-end :
sous TEC Cinéma on trouvera
– un index Bulle Ogier,
– un index Maria Schneider,
– trois index Jean-Pierre Rassam,
– deux index Raoul Lévy

Album (dispersion continue) (6)

 

 

 

 

 

non, la colère, non – même si ça servait à quelque chose, c’est impossible, c’est sûrement trop tard – mais on reste en prison – on regarde quand même les choses qui passent (les images sont des choses) – elles me rappellent ce que je suis, de quoi je suis fait – il y a eu cet entretien que j’ai écouté, avec Allain Leprest

c’est un chanteur, un poète aussi bien qui disait « une chanson, c’est cinquante pour cent les mains » – c’est plus que d’avoir quelque chose avec les chansons (ou avec la chanson) – je regardais aussi cet entretien de Jacques Higelin (gaffe : lien vers facebook) (merci à Laurent Peyronnet) au sujet de Léo Ferré – mais oui, l’âme – j’aime assez les chansons comme j’aime les images –

(des tonnes : requiem pour un fou) les stars et les espions –

là elle joue dans « madame la juge » (une ex-avocate qui devient juge – série de 4 ou 6 je ne sais plus épisodes télé fin du siècle dernier années soixante-dix – elle nous a quitté en 85; au Père Lachaise avec son Montand à côté d’elle)

je lis un truc sur Marguerite (un truc, c’est petit de dire ça) sa biographie par Laure Adler (un folio (3417) acheté 3 euros chez momox) – le Jouvet avec cette actrice Asie du sud-est, Foun Sen (l’épouse de Léo Joannon (dont on tait les frasques avec la Continental – on ne les oublie pas cependant ) que j’ai croisé(e) dans le « Oncle Dan » dont je rapporte l’index, la semaine prochaine ici même) (elle tient de le rôle de l’assistante du télépathe Winckler (ainsi que l’un des personnages de « La vie mode d’emploi » (Georges Perec, Paris Hachette, 1978) et pseudonyme vivant)

incarné par Erich von Stroheim – puis avec Jany Holt (laquelle est, si je ne m’abuse, l’une des grand-mères de l’auteur, Jean-Marie Périer) (ça se passe dans « L’Alibi » (Pierre Chenal, 1937) – ce ne sont que des images et tous ces gens sont morts (ça ne change rien, ils sont là) – une image du Joli Mai

de Chris Marker (1962-3) (lion d’or vénitien, on peut le regarder comme le « Chronique d’un été » (Jean Rouch et Edgar Morin, 1961) des images de ces années-là) – j’avance tu sais mais pour quoi en faire et vers où, je ne sais pas bien – je repose celles-ci (je les aime tant) : attendre l’autobus sur les hauts de Lisbonne (il en est des tas, des hauts de cette ville)

discuter avec un voisin 

on ne le voit que mal, mais il est là – ici avec probablement sa femme

dans « Le tramway de la ligne 28 » (Denis Pasquier, chez l’auteur, 2020) – cette vie-là, dehors et riante – bien d’autres choses sans doute mais que j’oublie – il faudrait garder ces choses, les inscrire dans un album pour tenter de se rassurer sur son existence – et la leur –

on a presque oublié qu’on allait lire le journal en terrasse, café verre d’eau – ici le trottoir de la droite de la rue de Verneuil – et puis encore trois images

de ces nuages

plutôt merveilleux (du côté de l’Alaska)

sans doute reviens-je de (ou vais-je) loin pour ne pas regarder ce qui se passe ici et maintenant – cette honte et ce décharnement de l’hôpital pour aboutir à celui de la sécurité sociale, les avancées dues à l’issue de deux guerres mondiales – la résistance, et son conseil national – poubelle de l’histoire capitaliste – se battre et mourir – la publicité et le marketing – l’ordure – j’en finis avec cette image rézosocio – on s’y rappelle souvent à votre bon souvenir (des images pour vous y aider, quelque chose de tellement beau (le souvenir) utilisé pour quelque chose d’abject – (on peut remarquer le genre des photographes saisi par cette image) cette charmante Varda, M veste rouge fils (de Louis) et petit fils (d’Andrée) et l’artiste de rue JR (Cannes hors compétition, présentation de « Visages, villages » voilà non pas 2 mais 4 ans) (quoi qu’il puisse arriver, la publicité comme le marketing et leurs avatars (dont le rézosocio est le parangon immonde) (mais une immondice d’un organisme immonde devient-elle autre chose ?), quoi qu’il puisse en être de ces forces, rien n’attentera jamais à l’amour qu’on a pour ces gens)