Femmes

 

 

 

parfois la fatigue me prend
les bras ballants – le besoin d’arrêter – l’envie aussi de cesser cette bataille inutile et tellement illusoire – contre quoi, quels moulins ? – ensuite je me rétablis – je refuse l’iniquité, je refuse l’injustice (comme dirait Léo : « c’est vraiment con » et de rajouter « les amants »  – Léo avait de la classe) – comme disait l’autre jésuite cintré dans son costume bleu « nous sommes en guerre » : d’autres temps – le dégoût, oui – quelque chose d’écœurant – les bras en tombent – et puis non : voici que cette maison se souviendra, elle aura cette mémoire, au moins – c’est vrai aussi que suivre la même idée, que ce soit iciou là – est assez opportuniste – c’est égal, l’agent qui fait visiter s’arrêtera devant ces images, et en énoncera le nom, tout comme ici je le fais pour vous – je me disais tout à l’heure « ça ne sert à rien, va plutôt de l’avant » – je me disais « tout est noir et l’avenir fermé » – n’importe
la fatigue, parfois, me prend : toujours le même combat la même bataille
mais non il faut tenir

 

ce week-end, dans le monde, plusieurs dizaines de milliers de personnes (ça ne veut rien dire : qui les aurait comptées ?) sont sorties dans les rues des villes afin de crier que la mort de cette jeune femme était un scandale – ici une image prise au quotidien de référence qui paraissait vers une heure

Il s’agit de Mahsa Amini vingt-deux ans tuée par des coups assénés par un gardien – en France ce dimanche on a fait reculer les manifestatant.es qui protestaient contre ce crime à coups de bombe lacrymogènes – cette jeune femme était Kurde et son tort, dit-on, fut de laisser passer quelques boucles de cheveux hors de son voile – il y a six ans, cette femme de quarante et un an sortait d’une bibliothèque où elle avait tenu une permanence  un homme, par trois fois, lui a tiré dessus puis l’a achevée à coups de couteau – en pleine rue, dans un royaume quelconque – sur Terre probablement (elle se nommait Jo Cox, elle était travailliste et militait contre le Brexit) – ces choses ne passent pas – il y a eu en France, ce beau pays, cent vingt-deux féminicides l’année dernière – on ne s’en fout pas – c’est un moment grave – il y a quatre ans, en mars, cette autre femme qui n’avait pas quarante ans

Marielle Franco sera tuée en pleine rue à Rio de Janeiro, par balles (lesquels projectiles appartenaient à la police de la ville) – oui, ce sont des sourires, des images, tu sais pour ne pas oublier – il y en a des milliers on les tue – ça ne fait rien, on ne les oublie pas – elles sont là – une avocate turque, un procès truqué, une condamnation inique en 2019, Ebru Timtik

meurt après deux cent trente huit jours de grève de la faim pour que son procès soit équitablement reconduit, le pouvoir est resté sourd – elle défendait les droits de l’homme dans un pays où ils ne peuvent décidément pas s’exercer – un sourire, une détermination – je n’oublie pas, je garde en mémoire – ici encore, cette jeune femme, clown artiste de rue

 

Daniela Carrasco, trente six ans, enlevée violentée violée tuée et exposée sur les grilles d’un jardin public – c’est une œuvre de militaires, ça se passe au Chili, en 2019, en octobre, voilà trois ans à peine – révoltant
Sur la place de mai, en Argentine, les mères demandent justice pour leurs enfants, disparus, depuis quarante ans (certaines d’entre elles ont été tuées, notamment par un commando commandé par un militaire tortionnaire – ça ne fait pas rien) – le pouvoir, oui et quel pouvoir…

 

Toiles

 

 

Il ne s’agit que d’images et de représentations, glanées ici ou là (souvent posées par mon frère quelque part, ici là ou ailleurs) je les capture grâce au bouton impécr syst  qu’il y a là, je les pose dans un dossier toiles le vic sur le bureau du personnal computer puis les retaille, en cherche les titres, parfois, les dates de conception, elles sont là pour faire beau – j’aime savoir qu’il s’agit de répliques au même sens que celles des plaques tectoniques qui se meuvent sur le manteau

En ouverture : The Souvenir Jean-Honoré Fragonard, 1775-78

il y a des moments où il faut décorer ces murs taupe – quand même, cette maison à vendre ou à louer mérite quelques aménagements (bien qu’elle ne soit guère visitée : la crise (on nous préfère inquiets, comme tu sais), la pandémie (hier soir écoutant radio paris (qui ment comme de juste) on m’a annoncé en titre que les cinquante mille cas de maladie avaient été recensés ce jour – en titre gros comme le bras – et dans le développement, que des vaccins sont disponibles – un épidémiologiste ne pouvait pas parler proprement de « vague » mais enfin) (j’ai fermé le poste, qu’est-ce que tu veux), la guerre immonde mené par le mini-tsar ridicule et grossier – tout ça n’est guère favorable à l’investissement, hein…)
Alors décorons : Marc Chagall, Église de Chambon (1922-1926)

ce sont les petites poules qui me ravissent – puis Edward Hopper La plage de Gloucester 1924

joli – continuons avec cet autre Chagall La famille ukrainienne 1940-1943

si, c’est quand même joli, ce rouge (sang), ces couleurs (vives),  ce feu peut-être et ces animaux aussi – est-ce bien décoratif, je crains que non mais je le garde et l’expose – la date du tableau et ce qu’il transporte aussi, je ne veux pas oublier –

un autre Marc, Rothko celui-là dans ses bleus, (sans titre, 1968) pour la route (et en signe à Jean-Luc Godard, qui comme ce peintre-là, a mis fin à ses jours) – puis un 2VG Arles jardin en fleurs 1888

une pure merveille – une autre pure merveille, sans doute plus troublée (et bien différente de ce qu’elle est aujourd’hui) Maurice Utrillo (un de mes préférés) et son Place du Tertre 1910

d’autres encore – celui-ci Piet Mondrian, Along the Hamstel 1903 (magique)

et puis deux images, l’une d’un sous-bois (sans référence, je ne sais d’où je tiens cette image – elle est là, elle correspond comme on dit d’une lettre qu’on attend (ou le « on devrait correspondre, puisque tu me corresponds » du Cabrel)

et pour finir, cette image du robot (la piazetta et ses deux colonnes, Théodore qui me fait souvenir d’un ami, et le lion ailé qui veille sur les murs préfabriqués de la maison)

C’est mieux, il semble…

Riace (3)

 

 

les épisodes précédents : première apparition de Mimmo dans la maison;
exploration de son livre;
premier index topographique

 

Les diverses tentatives exprimées ici pour ne pas oublier les valeurs défendues par cet homme, combattues par l’extrême droite (de plus en plus, et encore aujourd’hui en Suède) qui ne gagnera jamais cependant parce qu’elle a oublié son humanité, ces idées et ces actes sont dédiées à la mémoire de Becky Moses, morte brûlée vive dans l’incendie du bidonville de San Fernando,du côté de Gioia Tauro, en Calabre – QSAREP

 

Ici, deuxième index (onomastique)

je poursuis et termine ici l’index des noms propres cités dans le livre de Mimmo Lucano Grâce à eux – Comment les migrants ont sauvé mon village (18,90e chez Buchet-Chastel) (après il paraît que Mimmo était à la fête de l’huma (fin fond du neuf-un : je n’y fus point) (complètement dégoûté par ailleurs par l’iconographie donnée par le premier secrétaire de ce parti dont l’organe produit cette fête) (peu importe, sans doute) – pour mémoire donc. Et pour s’y retrouver. Il s’agit d’un index raisonné  en ce qu’il donne (entre parenthèses parfois) des indications, des informations, des partis pris. Il se peut que cet index soit proposé à l’éditeur du livre, en tout cas on informera ladite maison de l’existence de ce travail.

 

 

A.
ACAR Braham (Kurde resté Riaceso) 78
Ada (amie de la famille Lucano) 99
Albanais 67-68
Alibrandi (fasciste, assassin de Walter Rossi) 108
ALLENDE Salvador (chef d’État) 122
Altromercato (boutiques huile d’olive) 88
ALVARO (famille notables proprios Riace) 101
Amadeo (oncle de Mimmo, instituteur) 101
AMMENDOLIA Ilario (maire Caulonia) 135
Anthime (saint) 24
Africo (reportage sportif foot) 39
Ararat (navire échoué Badolato Marina) 81
Ararat (restaurant Badolato)) 82
ARCADI Domenico (adjoint comptable) 148
ARCURI Bruno (maire Carlopoli) 145
Asad (kurde iranien) 71-72
Assunta (mère de Mimmo) 101
AUNG SAN SUU KYI (cheffe d’État, Birmanie) 130

B.
BACAS (association Bourgs anciens culture art et sciences) 106
Banque Éthique 83, 85, 93
BAKOUNINE Mikhaïl (philosophe anarchiste) 127
BASAGLIA Franco (psychiatre visionnaire)  127
BECKY 13, 14,16, 187
BERLUSCONI (fucking) (Sylvio) 77, 158
BREGANTINI Giancarlo Maria (évêque de Locri) 48-49, 69, 70, 83
BERGOGLIO Jorge Mario (futur François pape) 53
BIANCHI Natale (prêtre à Africo) 42-43, 47, 53
BIANI Mauro (dessinateur) 181
BOFF Leonardo (théologien) 127
BOLDRINI Laura (Haut-commissaire aux réfugiés ONU) 95
BONO (chanteur U2) 130
BORGONZONI Lucia (Ligue du nord, Bologne) 115
BOVA Gesualdo (secrétaire commune Riace) 141
BOUAZIZI Mohammed (Tunisien, suicide par le feu) 158
BRUNO ARCURI (association calabraise eau publique) 145
Bronzes (statues de St Côme et St Damien) 60, 66, 68, 92, 94, 135,151, 179
BUBBA Fausto (agriculteur élu) 46
BUCHET (éditeur) 5

C.
Calabrais 139
CALAMIDA Franco ( 119
CALOPRESTI Mimmo (cinéaste) 41
Camorra (mafia napolitaine) 95
CAMPANELLA Tommaso (moine dominicain,né en 1568) 85, 112
CAMPOLO (responsable secteur immigration préfecture) 165
CARA (camp d’internement demandeurs d’asile, Mineo) 158
Carmelo (ami de la famille Lucano) 99
CAS (centre d’accueil spécial) 166, 170, 172,178
CASADALIGA Pedro 127
Castor et Pollux 25, 66
Cercles d’unité prolétarienne de Riace (foot) 35
CHASTEL 5
Chant de Rina (histoire orale des métiers de la laine) 89
CHE GUEVARA (effigie monnaie) 160
CHIARINI Giulia (manifestante pro-kurde) 126
Cinq Étoiles (parti politique) 139-40
Città Futura (association) 62, 85, 89, 161
City Mayors (fondation élisant « le meilleur maire du monde ») 130
CIRCOSTA Aurelio (géologue) 146
Côme (ou Cosme, ou Cosimo) (saint) 24, 25, 27, 54, 61, 105
Conseil des ministres 116
Coopérative sociale Le Cerf Volant -ânes et déchets) 150
Cosa Nostra 41
Cour des comptes (d’Italie) 159
CRIACO Pietro (écrivain) 40
CRIC (Centre régional d’intervention pour la coopération) 81 (ONG)
COCK Cornelius (pasteur suisse) 81
COMITO Cosimo Salvatore (maire de Riace) 62
CONGIUSTA Gianluca (victime ‘Ndrangheta – effigie monnaie) 160
COSTA Pietro 106-7

D.
D’ALEMA Massimo (premier ministre) 75
D’ERRICO Stefano (instituteur village Leumann) 89
Daesh 78
Dame Rose (taverne) 92
Damien (saint) 24, 25, 27, 54, 61, 105
Daniela (bénévole Pro Badolato) 81
DE ANDRE Fabrizio (chanteur) 123
Democrazia proletaria (parti politique) 119, 123, 125
Desaparecidos (les disparus d’Argentine) 104
Dialogos Globales (forum mondial migrations) 99, 105
DI BARI Michele (préfet Reggio) 21, 163, 170, 178
Di LEO Giovanni (ingénieur hydraulique) 145
DI STEFANO Alfonso (coordination catanaise solidarité Palestine) 119
Domenico (grand-père de Mimmo, postier à Riace) 100
Domenico (ami du frère de Mimmo) 128
Dona Rosa (place de Riace) 180
DRAMÉ Madiheri 17
Duce (fucking) 101

E.
Eau, bien public (association G. Di Leo) 145
Eau, le droit à la vie (livre A.Zanotelli) 145
Elisabeth (LongoMaï) 83
Emilia (tante de Mimmo) 101-4
ERDOGAN (Recep Tayyp wtf) 78
Esso (Station service) 68
Éthiopien 25
EUPRÉPIUS (saint) 24

F.
Facebook 115
FELTRINELLI Giacomo 6
Feuilles d’herbe (recueil de poèmes de Whitman) 108
Fioravanti (fasciste, assassin de Walter Rossi) 108
FIORELLO Beppe (comédien acteur) 169
FLOYD Georges (assassiné par la police aux US) 108
FOFANA Madoufoune 17
Fortune (magazine US) 130,168
Forum social mondial de Porto Alegre 133
Forza Nuova (parti néofasciste) 164
FOSCOLO Ugo 23
Franci (beau-père de Mimmo) 147
FRANÇOIS (pape) (aka Jorge Mario Bergoglio) 52, 130
FRISULLO Dino (militant cause kurde, journaliste, activiste) 119, 125

G.
Gabriel (bébé de 6 jours) 170
GABRIELLI Franco (chef de la Protection civile) 159
Gambiens 154
GANDHI (effigie monnaie) 160
GARRINCHA Mané (jouer de football brésil) 37-38
GASPARRI Maurizio (sénateur) 169
GATTO Rocco (meunier assassiné par la mafia – effigie monnaie) 42-45,160
GENTOLINI (gouvernement) 18
GENTOLINI Paolo (n) 18
Ghanéens 153
Gianni (surnom u’Zingaru – le gitan – artisan roues) 153
Gitans (« amie des » – la mère de Mimmo) 23
Guido (Animateur Radio Zinzine Longo Maï) 83
Guiseppe (frère de Mimmo) 23
Guiseppe (cousin de Mimmo) dit Peppino 122
GULLI Salvatore (délégué Sprar) , 170
GUTIÉREZ Gustavo 127

I.
IMPASTATO Peppino (victime de la mafia – effigie monnaie) 28, 53, 57, 119, 127,160
Ionnienne (nationale 106) 65
IlGiornale (quotidien journal de droite) 164
Il Tempo (quotidien) 80
Il Volo (filmsur Riace Wim Wenders) 129
Inti Illimani (groupe musique chilienne) 122
irakienne (nationalité) 65
Irakiens 67
iranienne (nationalité) 65
Issà (afghan, « le Potier de Kaboul ») 128

J.
Jésus-Christ 24, 42
José (cousin de Mimmo, décédé) 104
Juventus 36

K.
Katojis (caves abandonnées) 128
KING Martin Luther (effigie monnaie) 160, 181
Kosovars 67
kurde (peuple) 69, 125-6
Kurdes 65
Kurdes (syriens, irakiens, iraniens,turcs) 70, 74, 78, 81, 83, 87

L.
L’Archipel (revue de Longo Maï) 82
La brodeuse d’Hérat (atelier de broderie) 92
La cité du Soleil (auteur : Tommaso Campanella) 85-6
La Commune (camping naturiste) 122
La Falaise (ancien restaurant Riace Marina) 94
La Pergola (restaurant, route de Nicoreta) 46
La Reppublica (journal) 67
LADIANA Giovanni (prêtre) 52
LÄMMLER Hannes (Longo Maï) 82
LANCIANO Domenico (bibliothècaire Badolato) 80
LAVORATO Peppino (ami de Valarioti, ancien maire de Rosarno) 45, 53, 101, 116
Le Cerf Volant (ferme pédagogique) 150
Le ciel au dessus de Riace (documentaire) 105
Le monde entier est un village (téléfilm) 169
Le potier de Kaboul (atelier de poterie) 92
Les aigles d’Islamabad (atelier artisanat éthique) 92
Les ailes du désir (film, Wim Wenders) 129
Les Fiancés (roman Alessandro Manzoni) 127
LEFEBVRE Jérémie 5
LÉONCE (saint) 24
Leonilda (tante de Mimmo, mère de Damian) 105
LEUMANN (ancien village ouvrier, pratique du tissage) 88
LIBELLA 6
LIGGIO Luciano (mafieux) 41
Ligue du Nord 113-4, 139, 180
LOIERO Agazio (président région) 95, 135
Longo Maï (communauté libertaire anticapitaliste) 82-83-84, 87, 91
LOSARDO Gianni (assassiné par la mafia) 47
LUCANO Eliana (fille de Mimmo) 54, 99
LUCANO Martina (fille de Mimmo) 54, 99,181
LUCANO Mimmo 5, 179-180
LUCANO Roberto (père de Mimmo) 32-33
LUCANO Roberto (fils de Mimmo) 58

M.
Mafalda (tante de Mimmo) 101-4
Magna Grecia (nom donné aux côtes sud de l’Italie) 50,61,69
Mai (fête de, Riace accueil hospitalité) 69
MAIOLO Giovanni (travailleur social, gréviste de la faim) 157
Maison des Fillettes Invisibles (Cuzco,Pérou) 54
Maison Zerilli Marimo’ 107
MANCUSO (clan mafieux) 17
MANDELA Nelson (effigie monnaie) 160
MANELLO Gerardo (maire de Badolato) 81
MANFREDONIA Giulio (réalisateur télé) 169
MANOCCIO Giovanni (maire Acquaformosa, gréviste de la faim) 157
MANTOVANI Ramon (député Rifondazione Comunista) 75
MANZONI Alessandro (écrivain) 127
MARADONA (Diego) 37
Maria (adjointe aux travaux publics) 148
Maria Teresa (donatrice) 88
MARONI Roberto (fuckingministre ligue du nord) 158
MARTIN LUTHER KING (effigie monnaie) 160, 181
Martina Franca (race d’ânes) 153
Mastro Micu (Maître Domenico, grand-père postier) 100
Mères de la Place de Mai 54, 93
Méridionaux 139
MERINO Gustavo Guitterez (prêtre, théologien,philosophe, Pérou) 140
MERKEL Angela (chancelière Allemagne) 130
Mimmo’u curdu (Mimmo le Kurde) 65, 72,187
MINÀ Gianni (journaliste) 37
MINITTI Marco (ministre intérieur) 169, 170
MINNITI-ORLANDO (décret scélérat) 14, 18, 119,139,172
MOHAMED ALI 37
MONTE Salvador (Don, prêtre) 52, 99
MONTI Mario (premier ministre) 159
MORCONE (préfet) 165
MOSES Becky (22 décembre 2017 demande de carte d’identité) 13, 15, 20-21, 118, 172
Mouvement Cinq Étoiles 116, 180
MUSTO Marcello (manifestant pro-kurde) 126

N.
National Museum of American Indian 107
Napolitains 139
‘ Ndrangheta (mafia calabre) 39, 41-46, 174
NELSON MANDELA (effigie monnaie) 160
Nicholas (Longo Maï) 84
Nicola (oncle de Mimmo) 101
Nigériens 18
NOBEL (prix .de la paix) 130
Nord-Africains 158
Norouz (nouvel an persan) 125
Nuclei armati rivoluzionnari (groupuscule fasciste) 108
Nuestra Senora Madre de los Migrantes (missions) 99
Nunca mas (le « plus jamais » des mères Place de Mai) 105

O.
ÖCALAN Abdullah (chef du PKD) 75-76
OLIVERIO Mario (président région Calabre) 168-9,170
OLIVITO Damian (cousin de Mimmo, photograpĥe) 105
ONG 139
ONU (Haut-commissariat aux réfugiés) 95
ORLANDO Lucaneo (maire de Palerme) 20
ORTIS Jacopo 23

P.
PACINELLI Elena (militante Lotta Continua blessée par balle) 108
Padanie (nom burlesque donnée à l’Italie du nord) 139
PalaDozza (stade, Bologne) 115
PARKS Rosa 181
Parti Démocrate 116
PASOLINI Pier Paolo (Cercle culturel) 35, 58, 62, 123, 127
PAZZANO Cosimo (habitant de Riace) 60-63,69, 72-73
Peppina (tante de Mimmo) 101-2
Peppino (alias Guiseppe (cousin de Mimmo)) 122
PEPPINO IMPASTATO (effigie monnaie) 160
PERNA Tonino (prof.de sociologie, Messine) 83, 85
PERTINI Sandro (président Italie) 45
Peuple des zéros (Riace et ses habitants, d’après Salvini) 116
Phéaciens 69
Portés par le vent (fondation) 88
Poutine 78
Printemps arabe 158
Protection Civile (de Calabre) 159
PROUDHON Pierre-Joseph 127
PUGLESI Pino (prêtre, assassiné mafia en 1993) 86,127

R.
Radio Zinzine (Longo Maï) 83
Rai (chaîne publique télé) 169
Re.Co.Sol (réseau des communes solidaires) 152,157
RIACE France (fonds) 6
Riacesi (habitants de Riace) 31, 101
Riacesi (habitants de Riace émigrés) 54, 153
RIINA Totò (mafieux) 41
RINA (chant de) 90
RIPAMONTI Maria (céramiste) 128
RIZZO Marco 5
Roberto (fils de Mimmo) 29-31, 187
ROCCO GATTO (effigie monnaie) 160
ROGNONI-LA TORRE (loi antimafia) 94
Rosa (place, à Riace) 115
ROSSI Walter (militant Lotta Continua assassiné le 30/09/77) 108
Roms (« amie des » – la mère de Mimmo) 23, 26-27, 113, 187
Rugasana (race d’ânes) 153

S.
SACKO Soumalia 16, 118
Saddam (fucking) Hussein 68
Saint Matthieu (évangile selon saint, film de PPP) 127
SALVINI (décret scélérat sécurité) 18
SALVINI (fucking) Matteo 20, 52, 77, 112-4, 119, 140, 182
Sarah (porteuse d’eau, dédicataire du parc des Fontaines) 150
Les Sardines (mouvement origine Bologne) 115-6
SARTRE Jean-Paul 127
SCHRÖDER Gerhardt (chancelier) 76
Septembre (fête de, Riace hospitalité, accueil) 69
SGRÒ Pina (épouse de Mimmo) 89, 151
Siciliens 139
Siderno (entreprise potabilité eau) 149
SIMONETTA Mario (tueur mafieux) 45
Sintés 27
Somaliens 153
So.Ri.Cal (socitété mixte eau Calabre) 143,148
SPA NÒ Maria (candidate maire Riace) 138
SPRAR (projet italien protection demandeurs d’asile) 83, 161, 163,164, 166, 178, 180, 182-3
STAJANO Corrado (journaliste) 40
STILO Giovanni (Don, curé (mafieux) d’Africo) 41, 47
syrienne (nationalité) 65

T.
TARCISIO (prêtre) 50
TELESIO (Bernardino – philosophe calabrais) 112
Teresa (tante de Mimmo) 101
Thanksgiving (fête EU) 107
THÉODORE (saint) 24
TORRES Camilo 127
Trames globalisées (atelier de tissage) 92
TRIFOLI Tonino (maire de Riace) 28
Trionfo 36-37
Trump 78
Turcs (ethnie kurdes) 67
Tziganes 9, 26-27
To Ryacon Argalios (nom de l’association de tissage) 89

U.
Union Européenne 161
Urgence Afrique du Nord (décret Berlusconi) 158
URSINO Vincenzo (chef clan mafieux) 42
URSINI Luigi (tueur mafieux) 45
Ursino (clan mafieux) 42
U2 (groupe musical leader Bono) 130

V.
VALARIOTI Pippo (assassiné par la mafia) 45-46
VASSALO Angelo (marin assassiné par la Camorra) 95
(VASSALO) Dario (frère d’Angelo) 95
Véolia (maison mère SoRiCal) 143
Village de l’accueil 92, 107
Village global 92, 93, 109, 115,180
Village LEUMANN (ancien village ouvrier, tissage) 88
Vincenzo (ami de la famille Lucano) 99

W.
WENDERS Wim (cinéaste) 128
WHITMAN Walt (poète) 108

Z.
ZANOTELLI Alex (prêtre) 51, 121, 145
ZERILLI-MARIMO’ (Guido)(maison italienne NYC) 107

 

Riace (2)

 

Pour Becky Moses

 

 

C’est un village qui se trouve à l’extrême sud-ouest de l’Italie, sur le continent ou presqu’île – sous l’avant de la plante du pied (on a ici vaguement situé

proche de Monasterace Marina) – le maire en a été un certain Domenico Lucano – Mimmo pour le monde, Mimmo u’curdu (Mimmo le kurde) pour ceux qui le connaissent et savent ses agissements : il a recueilli des Kurdes à la fin du siècle dernier, dans ce village, les a aidés a s’installer et par là a magistralement contribué à la renaissance d’un village exsangue (le sud de l’Italie et plus particulièrement la Calabre – je ne veux pas parler du nord – manque cruellement de travail et la main y est mise basse sur les revenus par la mafia. Ou alors par l’État quand il est représenté par le fascisme (la ligue du nord). Qu’on le veuille ou pas, cette réalité vertueuse est combattue par le pouvoir : Mimmo est traîné en justice, il est condamné – (13 ans de prison,   500 000 euros d’amende – le double de la peine requise par le procureur : tu m’as compris) (une paille) fait appel depuis France si je comprends bien. Il a été fait citoyen d’honneur de la ville de Bobigny (préfecture de Seine-Saint-Denis, 93) puis d’autres encore. Nous en sommes là, et attendons la procédure. Cependant, Mimmo Lucano a écrit un livre, titré Grâce à eux sous-titré Comment les migrants ont sauvé mon village. Il n’est pas question de baisser les bras,il n’est pas question de laisser les réfugiés mourir dans la Méditerranée ou ailleurs :ils’agit d’une simple question d’humanité. On a déjà donné un compte-rendu de ce livre ici et on continue, ici,par une onomastique des localités et des lieux cité.es dans le texte (toponymie) et le livre. Un index, une façon différente (un peu fastidieuse, mais elle a des raisons pratiques) de lire le même livre – si la logique comptable avait quelque qualité, ce serait celle d’indiquer de quoi parle le livre (le plus: de Riace (on s’en serait douté) puis de la Calabre (voilà) et puis ensuite l’Italie- vous verrez).
Donc en hommage à Mimmo Lucano, en accord avec les principes qu’il défend, et pour favoriser la lecture de son livre.
La semaine prochaine, on pratiquera de la même façon sur les noms propres de ce livre (anthroponymie) , ce qui complétera cette lecture et cette approche.
Avec nos remerciements à l’auteur du livre et aux Riacesi pour défendre (ainsi que par exemple Cédric Hérrou, Longo Maï, Rosmerta et tant d’autres) les valeurs auxquelles on ne renoncera jamais.

ici (sur les conseils de Simone W. qu’on remercie) le premier volet; on posera ici le troisième la semaine prochaine.

 

A.
Acquaformosa (localité) 157,161
Africo (localité) 40-41, 149
Afrique 13, 27, 51, 117, 147,173, 175
Afrique Centrale 113
Afrique du Nord (Urgence, décret) 158
Afrique subsaharienne 175
Agrigente 67
Albanie (Albanais) 67, 90
Algérie 67
Allemagne 71, 75, 76, 78, 81
Amérique 99, 117, 187
Amérique du Nord 105-6
Amérique du Sud 55, 94, 99, 122
Amérique latine 42,105
Andes 54, 99
Arabie 25
Argentine 53-54-55,59, 71, 99-100, 101, 105
Asie 27
Aspromonte 40-41, 173
Atlantique (océan) 107
Australie 71,101

B.
Badolato (localité) 80, 82
Badolato Marina 81
Bagaladi 89
Balduina (la, quartier de Rome) 108
Barbarie (figuiers) 9
Bari 125, 140
Belgique 71
Berlin 118, 130
Bologne 115, 118
Bova et Bova Marina (localité) 40-41, 89
Brancaccio (localité) 86
Brésil 37
Brindisi 68
Brooklyn 108
Buenos Aires 54-55, 93, 99-100, 102-3, 105-6, 164

C.
Calabre 10(n), 11, 13, 36, 23, 26, 32, 36, 39, 42, 48, 66, 69, 84, 89-90, 95-96, 100, 106, 109, 112, 114, 122, 129, 135, 139, 143, 152-4, 159, 163-5, 168-9, 174, 179, 182, 186
Californie 105
Camini (localité) 161
Canale Foggia (localité) 68
Castelbuono (localité sicilienne) 152
Castel dell’Ovo 85
Catanzaro(localité) 17 (cour d’assises), 168-9
Catanzaro (province voisine de Riace) 26, 29, 80,145
Carlopoli (localité) 145
Catanzaro (Stade) 122
Caulonia (localité) 135, 157, 161
Cercle d’Unité Prolétarienne 60
Cetraro (localité) 47
Chantemerle (Hautes Alpes, Longo Maï) 91
Cilicie 24
Cinisi (village proche de Palerme) 28, 118-9
Chili 122
Colègme (localité près de Turin) 88
Cosence 47(province de),118
Cuzco (Pérou) 54, 99

D.
Diyarbakir (localité Turquie) 125

E.
Ellis Island 107
États-Unis 75, 101, 106, 108, 118
Égypte 158
Erythrée 119
Ethiopie 119
Europe 45, 55, 78, 82, 84, 106-7, 126, 141, 173

F.
Florence 118
Foggia 118, 125
France 81

G.
Gênes 125, 133
Grèce 6
Grèce antique 60
Gioiosa Jonica (localité) 43-44, 161
Gioia Tauro (localité) 15, 21, 45

I.
Italie 13, 26, 67, 75, 80, 82, 114, 118, 139, 158, 164, 174,181, 185,
Italie du Sud 40-41, 53, 58,79, 113, 141
Italie du Nord 8, 71, 122, 128
Irak 70
Iran 69, 70
Islamabad (les aigles de) 92
Isola di Capo Rizzuto (camping naturiste) 122

K.
Kaboul (le potier de) 92
Kenya 51
Kosovo 67
Kurdistan 70,75,78, 176

L.
Lampedusa (île) 67
Lamezia Terme 118
Latina 118
Locri 48, 154, (parquet de)161-2
Locride 25, 31, 48, 69, 70,128, 174
Libye 13, 106, 116, 119, 139, 158

M.
Machu Pichu 100
Maghreb 158
Maison du Pèlerin (Riace) 49, 69,70
Maggiore (piazza, Bologne) 115
Manhattan 108
Maracana (stade) 38
Maroc 67
Medaglie d’Oro (avenue, Rome) 108
Méditerranée 24, 68
Messine 83,102, 118
Mexique 117
Milan 6, 41, 119, 124
Mineo (localité CARA) 158
Montevideo 99
Moscou 75
Moyen-Orient 117

N.
Naples 15, 51, 85, 102, 118
Nesci l’acqua (lieu-dit) 147
New-York 106-7, 109, 118
Nicotera (localité) 46
Nigeria 13
Nord 10, 139
Notre-Dame-Mère-des-émigrants 54 (missions Argentine)

P.
Padoue (banque populaire éthique de) 85
Pakistan 175
Palazzo Pinnarò 85
Palerme 20, 28, 29, 118, 150
Parc des Fontaines 150
Paris 6
Pérou 54, 99
Perse 69
Piémont 122
Pistoie 118
Plaza de Mayo (la place de mai, Buenos Aires) 104
Pouilles 66-67, 125
Pollica (localité) 94
Porto Alegre (Forum social mondial) 133
Proche Orient 175
Provence (naissance de Longo Maï) 82
Puerto Madero (ort de Buenos Aires) 103

R.
Reggio de Calabre 19, 21,29, 61, 92, 118, 165-6, 170, 173
Riace (et Riace hors les murs) 18, 19, 25, 26, 29,30, 31,35-36, 39, 41, 48-49, 51-52, 54-55,57-59, 62, 67,69, 71, 73, 76-78, 79-82, 85,86, 91, 93, 94, 99, 100-1-2, 106, 109, 111-4, 117-8, 122-3, 127-9, 133-5, 144-6, 147, 157-9, 163, 164-6, 167-9,170,171-2, 173-4, 175-9, 180-3, 185
Riace (mairie de) 9, 11, 15, 16
Riace Marina (village au bord de la mer) 63-65, 68, 79-80, 93, 112, 134, 178
Rio de la Plata 99
Rojava 78
Rome 25, 29, 37, 48, 58, 76, 118, 139, 159,170
Rosarno (localité) 45 (lycée de), 116, 119 (bidonville)
Ryakyon (ancien nom de Riace)’ : petit ruisseau) 65, 109,144

S.
Salento (région d’Italie -pointe du talon) 67
Salerne (province de) 106
San’Arsenio (localité) 106
San Calogero 17
San Ferdinando (bidonville de) 10, 15, 21, 119, 172
San Ferdinando (n) 10
San Giovanni (place, Rome) 117
San Luca (localité) 41
San Pantaleone (localité) 89
San Rocco (paroisse) 47
Sanctuaire des amis des Sts Côme et Damien 69
Sicile 37, 67 (canal de), 86, 139
Siderno (localité) 160
Somalie 67, 119
statue de la Liberté 107
Stilo (localité) 85
Stigniano (localité) 96, 101
Sud 9, 10, 83, 86, 95, 109, 112-3, 136, 139, 146,148
Syracuse 118
Syrie 24, 70, 78,175

T.
Thaïlande 42
Trentin (montagne du Nord) 48
Tunisie 67, 158
Turin 10, 58, 88, 118
Turquie 24, 65, 70, 75, 78,125-6

U.
Udine 118
Uruguay 54, 99

V.
Val d’Aoste 128
Val de Suse 118
Val di Non (localité,pommes) 50
Varèse 42
Vérone 118
Vibo Valentia (province voisine de Riace) 26
Village global 14

Z.
Zones fragiles(Italie du sud) 146

 

 

Zahorì

 

 

 

parfois me submerge cette idée que le cinéma, qu’est-ce que je peux bien y faire ? Je me suis fourvoyé et trompé d’amour à porter sur un art – je ferais mieux d’aller chanter quelque part sous-terre pour gagner quelque peu d’argent – je suis urbain -et pouvoir vivre (c’est vrai, c’est bon que tu sois là, je remercie ma chance oui) ou pire encore, l’écriture – les deux mêlés, tu vois ça… tant pis, hier je marchai sur le boulevard ou l’avenue me disant « c’est toujours possible de ne pas y aller » et j’avançai vers le ciné – ceux (et surtout celles) que j’aime me manquent tant – et souvent – mais non, je suis seul (heureusement, rarement) et j’entre

 

l’histoire d’une jeune fille, quel âge a-t-elle ? peut-être treize ans, la voici qui poursuit

un tatou – elle ne l’attrapera pas – pas tout de suite –

Mora, tel est son prénom (interprétée par Lara Tortosa, pugnace) –

elle a un frère Himeko (Cirilo Wesley, loyal)

ils s’entendent bien – ce sont de belles personnes – et des parents, ils vivent par là

(évidemment ça pourrait être n’importe où) – c’est dans le sud de l’Argentine, un genre de contrefort des Andes – ils ne mangent pas d’animaux morts (

on lui offre des truite, un berger qu’elle aide, et voilà…

on les enterre – l’histoire n’est pas amusante ou drôle ou cocasse quelque chose de la comédie, non – Mora va à l’école

rien de drôle

pugilat, détresse, honneur aussi au drapeau – univers plutôt macho disons (ainsi que la réalisatrice l’affirme) Mora n’aime pas, ce qu’elle aime, ce sont les animaux et la liberté voilà – jeune fille attachante et peu diserte – beaucoup de charme, de gentillesse même : elle a un ami, un indien qui vit par là

 

Nazareno (Santos Curapil, adorable), qui parle à son cheval – la langue mapuche –

qui le soigne et le nourrit et l’aime – un homme âgé, sa femme est « partie »dit-il et peut-être est-ce vrai (elle chante dans ses rêves car Nazareno rêve) – et il écoute

il écoute le bruit du vent dans les arbres

car ils ont des choses à nous dire – Mora écoute, elle aussi –

(je ne suis pas certain qu’il existe quelque chose de plus beau que le bruit du vent dans les feuilles et les branches des arbres – ce silence aussi – je ne suis pas sûr) – et puis son cheval, comme sa femme, s’en va, Mora suivie d’Himeko le cherchera

– et puis et puis il y a une scène où les deux enfants s’échappent (elle surtout agonit l’école, son frère la suit) : elle apprend par la radio la fuite du cheval

quelque chose de magnifique (de la même manière, par des annonces émises par la Radio Nacional, la réalisatrice a trouvé de nombreux acteurs et actrices du film) Nazareno ira à la recherche du cheval

après avoir brûlé la plupart de ses meubles – tu sais, quelque chose du genre des Tziganes, qui laissent dans la caravane les affaires du mort, tout ainsi qu’il(ou elle) l’aura laissé, puis qui, un jour,brûlent le tout… – quelque chose de connexe

après il y a les paysages (magnifiques, mais vides) – magnifiques aussi la course du cheval blanc dans un panoramique formidable – la poussière des cendres des volcan qui empêchent les cultures – des baptêmes dans la rivière et des personnages prosélytes (européens, très sûrement)

une espèce de panoplie, et des sentiments magnifiques – et Mora qui grandit…

 

 

Zahorì un film (premier long métrage crois-je savoir, et assez splendide) de Mari Alessandrini (ici le dossier de presse, avec un entretien avec elle)

 

 

Carte postale des arbres

 

 

 

il y a quelque chose avec les arbres – il y en avait un devant chez Djé (j’y montais parfois je n’avais pas sept ans) la maison dont le rez-de-chaussée était loué avant qu’on parte – et puis j’ai lu un texte évoquant un voyage que fit avec son père une amie, et disant « je n’ai pas souvenir d’y avoir vu des arbres » et voilà en quoi ces images peuvent apparaître ici, pour cette reprise – on reparlera cinéma, évidemment – 

 

il y a sous chacune des images prises par le nouveau nino des chiffres

celle-ci porte comme titre donc 20220807_081438 (la suivante se termine par 40)

il s’agit de la même, date – au format amerlok année mois jour – puis heure normalement constituée il était alors huit heures quatorze minutes et trente-huit ou quarante secondes.

(20220808_090315) je voudrais ne pas oublier – je préférerais alors le matin, souvent au lever

(20220809_075303) je réalise la même image – à peu près –

(20220809_075305) on les double parce que parfois on n’est pas sûr – on n’est sûr de rien avec les photos – c’est un cerisier (je ne sais s’il m’appartient de le reproduire ici) – dans le jardin il y en a trois – aucun n’est à moi

(20220810_082604) à l’arrière plan, à gauche, le frêne (majestueux)

(20220810_082606) à droite la petite maison ancienne étable où on allait traire mais qu’on a l’ambition de transformer en annexe –

(20220811_061424) c’est un lever de jour, le cerisier est à droite – la petite maison hors champ –

(20220811_061426) à l’extrême gauche, le sapin planté il y a quarante ans peut-être après ce Noël-là

(20220811_061427) le point de vue est différent – depuis la chambre du haut (il en est une autre qu’on aménage) (un travail de titan ou de romain je ne sais pas trop – je ne goûte pas trop le bricolage – non plus que le jardinage – je préfère simplement lire par exemple)

(20220811_081448) ce fut un bel été, chaud et sec – comme on les aime – il y a ces jours-ci ici (et sans doute ailleurs) quelque chose comme une complaisance à trouver que le changement climatique a revêtu quelque influence et qu’il est inutile de tenter de le nier (comme on le faisait il n’y a que quelques années, il me semble) : c’est cette unanimité qui questionne et agace

(20220812_082924) on en parle (les haies sont cependant, dans ce territoire-là toujours et encore détruites, le passage des machines gouverne les actions) et c’est suffisant (on a suffisamment peur de ce qui se passera) – il y a quelque chose du dégoût

(20220813_070115) on passe en paysage par quelle bizarrerie ? je ne sais

(20220813_070120)  l’herbe était jaunie, il ne pleuvait guère – il y a deux ans de ça, on tentait de sortir la tête de l’eau croupie du (ou de la, c’est comme tu veux) covid (quelle est la signification de ce sigle acronyme ? je ne sais plus*)

(20220814_083014) il n’y a rien d’intentionnel, dans ces images, c’est sans mise en scène je veux dire – ça se prend comme ça vient –

Exif_JPEG_420

(IMG_20220819_074536) il y a sans doute là le nouveau nino (ou le nouveau nouveau – il a fallu aller en acheter un nouveau (cent vingt neuf quand même) , le premier ne voulait plus s’allumer, le second faisait braire à ne pas vouloir capter le mince faisceau d’onde internet dont jouit l’endroit – enfin ça a été la merde assez complète – non pardon, la croix et la bannière – au niveau du matériel

Exif_JPEG_420

(IMG_20220819_074538) il importe donc quelque chose d’autre (quelque métadonnée je suppose) je ne crois pas voir de différence sensible

Exif_JPEG_420

(IMG_20220820_072753) (il semble que ce soit la même légende) peu importe – on importe d’un dossier « cerisier » placé dans un autre « août 2022″lequel se trouve sur le bureau (ce moment du travail prenait deux minutes et vingt deux secondes précédemment)

Exif_JPEG_420

(IMG_20220820_072754) une minute vingt-trois à présent ( sans compter la rédaction) (il faut aussi mettre l’image aux dimensions – copier les informations)(ouvrir et fermer les parenthèses)

Exif_JPEG_420

(IMG_20220821_074417) voici l’avant dernier cliché – quelques nuages peut-être -il s’agissait de reprendre ici l’exploration de la maison[s]témoin – laquelle compte déjà une exploration du même jardin – ou plusieurs

Exif_JPEG_420

(IMG_20220821_074418) quelques jours cet été-là

*: c’est revenu : co pour corona (soit couronne); vi  pour virus; pour disease (maladie en amerlok ou angliche – pourquoi pas m ? parce que ça fait mieux)

 

 

Cet arbre est l’objet de quelques attentions ici 

puis là

et un tout petit peu là (juste son ombre); probablement ailleurs encore

on l’aperçoit ailleurs encore et dans d’autres dispositions 

 

 

 

 

 

Boris

 

 

 

toi qui passe par cette maison[s]témoin, abandonne tout espoir si ta sensibilité est trop exacerbée – le sujet du billet te serait trop douloureux – si cette chaleur en dôme qu’on nous annonce à coups de trompe répétés, si cette pandémie interminable, si ces guerres sanglantes et tellement inutiles ont déjà eu raison de ta foi en l’espèce, tu ne peux entrer ici pour y puiser un bon bol de rire (ce n’est pas drôle) – car enfin ce type est à la tête (était, certes) d’un des états les plus riches du monde – ce monde là, cette planète bleue qu’on s’ingénie à nous rendre invivable – et cette brochette où il figure en plein centre, débraillé, probablement aviné et si heureux de l’être

représente les neuf individus membres de ce qui se nomme G7 (c’est vrai iels sont 9 et c’est déjà prouver la fausseté de leur intitulé) (iels ont préférés se séparer du dixième (le tsarulet kremliniotte assassin) ça aurait fait un peu désordre) – les reconnais-tu ? entre ici, si le courage t’en dit, si le cœur t’y aide car l’épreuve risque d’être  difficile à surmonter – une quinzaine de fois la même physionomie, un être menteur, truqueur, faiseur et malfaisant (mais oui, il s’entendait comme un larron avec cet autre du même acabit (lui est de 64, l’autre de 46, 22 ans d’écart et la même ignoble idéologie – on se souvient de ses manières, notamment en ce qui concerne les femmes)

– un îlien, peut-être mais enfin blanc – patriarcat hypocrisie abjection – ça n’en fait pas ce qu’il est devenu et ce qu’il est parvenu à montrer de sa personne. Il est vrai aussi que ces gens-là (je te les pose, à toutes fins utiles en une image qui te les montre tels qu’en eux-même) sont alliés (l’un part l’autre reste …)

(mains coupées) . L’ordre n’est pas si aléatoire : voici cette façade noire, adresse 10 Downing Street (voie en impasse) celle du domicile du premier ministre du royaume –

dans les jardins, des fêtes très arrosées organisées par les tenants du pouvoir et du cabinet – pendant la pandémie, bien sûr, lorsque mourut le prince consort aussi : en vérité rien à foutre on a le pouvoir et on s’amuse – voilà tout (un peu comme ici) – ce contentement de soi-même

un profil intéressé

sa marque de fabrique

commence à s’inquiéter

qui peut savoir ?

s’accroche au pouvoir, bec et ongles – n’est-ce pas là homme décidé ?

alors comment faire ? se distraire et distraire le monde (ce cynisme éhonté – le même qu’ici, qui vend des armes ici, là, ailleurs (en Inde par exemple) alors la guerre

les promesses

un  homme si sympathique (on ne le voit guère accompagné de sa femme, je crois qu’il la bat c’est pour ça) (mais oui)

gaffe quand même (ça sent le roussi gravement)il pose encore

mais pas à dire c’est préoccupant

faudra voir à voir –

enfin c’en est fini – stop terminus

s’en va bon débarras

il en a fait des dégâts

itinéraire ordinaire d’un fantoche chef d’état…

Ce monde

ici en démonstration de son aptitude à maîtriser les vaccins durant la pandémie de covid 19…

 

Mes billets en maison[s]témoin s’interrompent quelques semaines – jusque début ou mi-août – les vacances enfin…)

 

Josef

 

 

 

taleur je vais aller voir le nouveau film de Tony Gatlif – je l’aime beaucoup ce garçon, d’autant que nous sommes voisin – il habite dans la rue du garage de l’auto – j’en parlerai sûrement comme j’ai parlé de Liberté de Djam ou des Princes (c’est probable- je chercherai) et je retrouve sur le bureau de la maison[s]témoin quelques images que j’ai récupérées un jour, je ne sais plus, durant l’un des confinements je crois bien – il s’agit d’images dues à Josef Koudelka – c’est un photographe tchèque (mais plus slovaque) (dans la fin du siècle dernier,les choses et les frontières ont bougé – je ne sais si cela a eu une influence sur son travail, certainement – car tout influe sur le travail des artistes – donc je les pose ici, pour décorer orner parer revoir et me souvenir de mes frères et sœurs

c’est sans ordre préconçu, comme dans le dossier – mais on peut les retrouver je crois bien sur le site (formidable) (j’adore)  du musée d’art moderne de New-York (aka Moma)

(simca blanche)

(je crois me souvenir qu’il s’agit là de pêcheurs espagnols) (non d’Irlande) – pures merveillescette brume

mais oui tout pour la musique

le rite

les enfants

les mythes – enfin tout ce qu’on aime

Formidable.

Merci Josef hein

 

 

C’est à vous, allez-y !

 

 

 

c’est une affaire d’adolescents, au début ils ont dans les quinze ans, à la fin près de vingt – ils parlent assez librement semble-t-il de la vie, de l’amour, des suites et du reste – comment c’est une vie ? comment ça se commence ? qu’est-ce qu’on y voit, quand elle est ouverte (on commence à se connaître par corps, on se défie, on s’adore) ? – il y a quelques couples qui se forment, ou se défont (hommes, femmes, ou alors pas encore) – la musique surtout : c’est un film magique (bon, on s’en fout de la magie mais ça donne une envie de vivre et de se battre et d’être : tout ce qu’il semble que les ans érodent mais non – vazy ont-ils coutume de dire n’importe où n’importe quand hein, c’est ça)

le dossier fait parler le réalisateur (Jonàs Trueba – je ne suis pas sûr d’en avoir parlé ici, un autre de ses films – assez magnifique aussi (le dvd m’en a été offert par A. ) (encore merci) Eva en août – j’en ferais chronique dans Madrid Ville&Cinéma dès que possible – si je peux, j’ai pas mal de pain sur la planche ces temps-ci – notamment le 40 de François Bon) – ici présentés donc huit des personnages qui peuplent ce film formidable – on trouve ces vignettes sur le site du distributeur, elles sont ici détaillées dans l’ordre de mes préférences

un des participants, assez solitaire, sensible, frêle peut-être, extra – un de la classe, un de ceux qui voyageront plus tard, le plus attachant qui tombe en amour de celle-ci

adorable de spontanéité – en vrai tous les acteurs (et les actrices) sont bien – en vrai aussi, si elles (et ils) jouent un rôle, la distinction du film fait en sorte de nous faire sentir qu’il se pourrait que ce ne soit pas exactement le leur – c’est une vraie merveille – ici le rôle principal peut-être

puis son chéri qu’elle rencontre durant le temps du film

sont-ce des acteur.es ou des personnes vivantes ? La limite est toujours, et où que ce soit dans quelque film que ce soit, dans quelque réalité qu’on traverse, cette limite est trouble – ici tout autant –

sensible, adorable aussi et les questions qu’ils elles se/nous posent, celles que nous posons encore ? Que nous posions alors? Est-ce que tu crois qu’on peut oublier franchement ?

beaux et belles comme des dieux – on se cherche, on se trouve (on se prend,on se déprend)

c’est de cet humour-là dont il s’agit – on adore ça parce que c’est vrai, c’est juste, c’est clair et franc – formidable

mais oui, changer le monde, rien de moins – cette ambition saine et splendide – une vraie merveille…

 

Qui, à part nous ?  (Quien lo impide ? en espagnol : qui nous en empêche ? Mais non, personne, allez-y, foncez !!!) Un film (formidable) de Jonas Trueba ( le film passe comme un rêve ; il dure trois heures quarante, il y a deux entractes, on s’en fout, on reste, on revient, on va fumer (ou autre) on fait ce qu’on veut, nous sommes dans un pays libre semble-t-il), on sort cinq minutes, on reprend sa place, s’il y avait le bruit de la croix de Malte qui entraîne la pellicule on n’en serait qu’à moitié étonné – cette vie, cette vie magnifique…)

Partir

 

 

 

un jour je m’interrogerai sur le matériel dont je me sers pour illustrer ces billets (qui est celui dont on dispose auprès des distributeurs, et donc destiné à être exporté auprès des publics potentiels putatifs conditionnels ou hypothétiques ou j’en sais rien) (il s’agit de science du marketing – le cinéma en est friand au point d’y consacrer (il faudrait que quelqu’un compte quand même) mais certainement au minimum le tiers du budget d’un film (quand même ce n’en serait pas la moitié) (il y a certainement ce genre de statistique dans les wtf écoles de commerce (à trente ou quarante mille l’année quand même) qui donnent envie de gerber) (je cesse ici mais n’en pense pas moins) – pas aujourd’hui 

 

ici une chanson qui n’a que peu à voir avec le film (pas certain qu’on l’entende d’ailleurs – c’est sans importance) (je pose Ray quand même en photo d’entrée de billet)

il s’agit d’une route, prise par l’aîné des deux fils d’un couple, il s’en va et jamais ne reviendra… N’en pas trop dire pour ne pas effrayer le petit (ils l’accompagnent tous – la famille (comment se passent les départs, définitifs ? Par la force ? la contrainte ?) ils l’accompagnent donc – c’est l’aîné

qui conduit la voiture, au début (une voiture de sport utilitaire – dont on tait la marque – prêtée par un ami). Il y a dans l’auto un chien (Terry, il me semble (au fond de l’image, dans le coffre)

qu’on a trouvé quelque part) – à l’avant la mère (formidable  Panthea Panahiha), à l’arrière le père (Hassan Madjouhni) et le petit frère (une espèce de star de série télévisuelle dans son pays, Rayan Sarlak) ici à l’image (reprise sur l’affiche du film)

(assez cabot mais semble-t-il vrai dans l’illusion – vrai semblant) le voyage

qui  s’effectue sous nos yeux ne conduit nulle part

– on parlera un peu ensemble (l’aîné avec le père)

ils partagent ici une pomme – sur la route qui conduit à l’exil permanent des enfants

– une terreur une seule voie de sortie – la famille qui a tout vendu

pour acquitter le prix de ce voyage – mais c’est pour vivre qu’il est parti

ou pour ne pas mourir

de l’espoir dans ce voyage

ces paysages magnifiques

et puis

politique absconse d’un état débilitant – mais c’est le leur – des films iraniens qui se font malgré tout – le moyen Orient à feu et à sang, pour son pétrole ? le monde actuel – aujourd’hui – un film réalisé par un homme (il est de 84) dont le père est interdit de tourner (Jafar qu’on aime aussi) – un humour et une douceur magnifiques

merveille sensible et tendre – des cagoules

comme le Kukluxklan, de l’argent, des tractations – et tout à coup, l’aîné aura disparu…

 

Hit the road un film de Panah Panahi

ici le générique

et la suite