Cinq images

 

de nos jours, le 56 rue des Batignolles

 

ces cinq images qui sont dans le livre – des femmes qui aidèrent le jeune Marcel, puis plus tard encore, parents déportés assassinés – le, pour partie, même patronyme que le rédacteur – ça crée des liens – j’ai commandé recylivres le précédent ouvrage – va pas tarder – cependant de cette histoire (qui est aussi, en un sens, la grande) les bras me tombent – fréquentes déprimes plus éruptions psoriasistiques – tentative d’écritures avortées et encore et encore – quelques centaines de mots/jour – n’importe, voici dans la maison quelques héroïnes – des images souriantes – des femmes qui s’occupent des enfants (on voit aussi leurs hommes, parfois) (l’époque intime aussi quelque chose de la reconnaissance de ces rôles : ces êtres-là ne construisent pas des armes, ne violent ni ne tuent – l’époque est épique, comme elles le sont toutes : l’émergence du sexe « beau mais faible » comme disait une enquêtée – quotas ? vivrions-nous la fin de ?)

 

Annette Voland, veuve Gru, qui recueille Marcel  à six ans – ses parents raflés par la gestapo, lui en réchappe (19 à 60)

leurs sourires sans doute
Raymonde Duc Martin – vivait à Vaujours où Marcel commença d’aller à l’école pour en fuguer (on ne le battit ni le punit pour ces actes-là) (61 à 92)

oui les sourires pour la photo
Lily Salem épouse d’Emmanuel, un oncle maternel de Marcel (sa mère et son père disposaient du même patronyme, je crois bien qu’ils étaient de Constantinople) (93 à 122)

modiste, elle tutoie son employé sauf quand il y a des clientes  – créatrice de chapeau aux Batignolles – on l’aime beaucoup – les trois rangs de perles comme la reine d’Angleterre –
Madame Gobin (vit au troisième, 56 rue des Batignolles, au dessus de l’échope de la modiste Lily) (123 à 148)

dont on ne connaîtra pas le prénom – formidable pédagogue – drôle gaie adorable et veuve
Gabrielle Bertrand, journaliste, exploratrice, aimant les éléphants, le Bouthan, vivant dans une chambre de bonne – magnifique héroïne (149 à 185)

trente ans de plus que Marcel – elle décède à l’hôtel du Quai d’Orsay (l’expo de Sophie Calle) – pour elle, je reproduis cette phrase qui, comme un gant à ma taille, me va : ne demande pas ton chemin à celui qui le connaît, tu risquerais de ne jamais te perdre

Cinq femmes – contre l’œil hein – parfaitement humaines

 

Cinq Femmes un livre de Marcel Cohen (gallimard 2023) (encore merci)

 

Soixante-dix-septième

 

 

 

Lorsque j’ai commencé à demander à cette maison ([s]témoin)  s’il s’y trouvait des occurrences du mot  Cannes elle m’a donné trois pages d’articles – une trentaine – ce n’est donc pas que ça ne me plaise pas – c’est juste une vitrine : quelque chose qui montre quelque chose d’autre afin d’en procurer une jouissance suivie d’un désir – quelque chose d’assez obscène, il faut peut-être le (re)dire : hors de la scène exacte qui est celle de l’écran – lequel ne fait rien d’autre que de cacher exactement ce qui est projeté – on sort de là un peu hébété sans rien d’autre que des fantasmes – dehors il fait encore jour ou il pleut – il fait nuit et on est déçus, on a faim ou soif – on a envie d’une cigarette (ça va ensemble) – à nos âges (et à d’autres) on a des besoins à satisfaire –  et puis après on rentre – y aller, est-ce une habitude ? Un pli (mauvais, faux, à repasser ?) ou un besoin de toutes pièces créé ? Racontez-moi une histoire que je m’endorme… oui, sans doute, aussi mais pas seulement (des ombres, des fantômes, des vrais gens cependant – peuple – on les aime d’un amour secret, déçu, figé malheureux : on ne les connaît pas on ne voudrait pas, nous ne sommes pas du même monde disait une publicité de rillettes – toujours cette sensation – des vampires (des vampes) assoiffés…) – une industrie un peu comme une autre, mais un peu seulement   

(le mode opératoire a un peu changé – les légendes sont automatisées)

 

Cannes vingt-vingt-quatre mais d’abord une photo d’un des hommes les plus riches de ce pays qui a marié une starlette, laquelle l’entraîne sur « les marches du palais » (y’a une tant belle fille lonla) – le type (il est de 62) se laisse faire, heureux de montrer (et promouvoir) son bonheur et la poitrine opulente de sa conquête (on n’est jamais sûr de la réalité des photos, tu sais bien)

L’homme d’affaires français François-Henri Pinault (à gauche) et l’actrice américano-mexicaine Salma Hayek Pinault arrivent pour la projection du film « Killers of the Flower Moon » lors de la 76e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 20 mai. 2023. (Photo de LOIC VENANCE / AFP)

s’il fallait exercer quelque cruauté (en serait-ce vraiment, d’ailleurs) on rappellerait les années de naissance des deux protagonistes – mais non – elle lui est contemporaine (elle est de 66) mais plus embijoutée – c’était l’année dernière – mais non – sans doute d’un an ont-ils ainsi que nous autres, pauvres et mortels, vieilli – cette année – sept-sept était son quantième – on a distingué des films – ce sont gens connus – et comme il y a quelque soupçons traînant dans les airs , on a justifié un jury composé d’autant de femmes que d’hommes mené par un président qui était une présidente

Membres du jury, de gauche à droite, Kore-eda Hirokazu, Eva Green, Pierfrancesco Favino, l’actrice Camille Cottin, Juliette Binoche, Meryl Streep avec la Palme d’Or d’honneur, la présidente du jury Greta Gerwig, Nadine Labaki, Lily Gladstone, J.A. Bayona et Omar Sy posent pour les photographes à leur arrivée à la cérémonie de remise des prix et à la première du film « le deuxième acte » lors du 77e festival international du film, Cannes, dans le sud de la France, le mardi 14 mai 2024. (Photo de Vianney le Caer /Invision/AP)

(on ne mentionne pas le nom de  cette femme en noir, extrême droite de l’image : ce n’est pas fair play) on a vaguement glosé sur les robes rouge/noire/blanche mais on s’en fout – une autre ?

Greta Gerwig, présidente du jury du 77e Festival de Cannes et les membres du jury Omar Sy et Lily Gladstone posent sur le tapis rouge lors des arrivées pour la cérémonie d’ouverture et la projection du film « Le deuxième acte » Hors compétition au 77e Festival de Cannes, Cannes, France, le 14 mai 2024. REUTERS/Yara Nardi

(sur celle-ci, la brunette qui porte un nœud papillon n’entre pas dans la légende) (les légendes cependant rallongent le propos – mais n’apportent guère plus qu’une information tiède – placements de produits : lesquels ici sont des productions, des réalisations à plusieurs dizaines de millions de dollars – ou d’euros) – un critique a vu une cinquantaine de films sur les quelque cent dix proposés (compète palme d’or: 22) – la vie est difficile – en une dizaine de jours, fréquence de 5/jour – mais je ne retiens que peu de chose cependant : quelques images (six en tout – on pourrait dire : ce n’est que du cinéma)

d’abord :

suivie de

La réalisatrice indienne Payal Kapadia (R) célèbre sur scène avec son casting après avoir reçu le Grand Prix pour le film « All We Imagine as Light » lors de la cérémonie de clôture de la 77e édition du Festival de Cannes, dans le sud de la France, le 25 mai 2024. (Photo de Christophe SIMON / AFP)

non, mais rien n’est joué – ce n’est pas seulement du cinéma, c’est aussi de la joie – pure et dure certes – mais de la joie et puis c’était ma favorite – j’exècre  ceux qui, depuis dix ans gouvernent ce pays, l’Inde – et puis cet homme-là qui s’échappe

Cannes, Festival International du Film, portrait du réalisateur iranien en exil Mohammad Rasoulov. Il présente « Les Graines du Figuier Sauvage », en compétition pour la Palme d’Or

on a entendu dire qu’il y avait là quelque chose comme de l’opportunisme du cinéma – de tout le cinéma – mais ce prix lui sauve sans doute la vie – le cinéma, oui – non, mais c’est vrai j’aime beaucoup – le faste, le luxe, l’hypocrisie moins mais enfin, il ne semble pas qu’il  puisse, cet art qu’il est aussi dit-on, s’exprimer autrement – une immense publicité, une injonction à aller voir ces films-là et pas d’autres… cette image aussi, pourtant 

tirée du film donc, Les graines du figuier sauvage – que fais-je donc d’autre ? ici encore un autre film qui aura ma préférence (Grand tour  réalisé par Miguel Gomes)

et pour finir une image du « Tout ce que nous imaginons être de la lumière »

on verra
on ira voir

en ouverture de billet, une image de ce grand tour, probablement l’héroïne principale – non mais quelle beauté… – Crista Alfaiate, qui jouait déjà dans le Mille et une nuit du même réalisateur

 

 

déserter

 

 

il n’y a pas de raison que ça s’arrête – jusqu’au dernier souffle peut-être – être empêché, le corps qui ne suit plus, l’esprit qui divague, l’âme qui s’envole – j’ai regardé et je me suis souvenu de cette salle – le Brady –
(image taxée, crois-je, au compte de François Morice ex-libraire de la rue Jacques-Cœur)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

 

il s’agit juste d’une histoire, l’histoire d’un jeune type – un jour et une nuit –

(dix-huit ou vingt ans)

qui ne veut pas faire la guerre –

et lui il court –

on n’y voit guère de palestinien, sinon quelques enfants qui courent, effrayés

et deux cadavres dans les ruines – sinon, tout le monde est juif dans le film : Tel-Aviv sous les missiles parfois – une espèce de routine – et ce type (Shlomi – interprété par un Ido Tako survolté – magnifiquement)

qui ne cesse pas de courir pour échapper à son destin – probablement
Il va voir sa grand-mère parce que, chez lui, dans sa maison, chez ses parents il n’y a personne – il court. Sa grand-mère perd la tête : mais qu’est-ce que ça change ?

Ils dansent ensemble – il va dormir –

puis se réveille : elle lui dit de revenir (elle mettra pour lui l’eau chaude pour une douche) . Oui, mais quoi faire alors ? Il court en vélo va voir son amoureuse

-il veut s’échapper – il ne veut pas qu’elle parte (au Canada, elle devra suivre ses parents)

– il court encore – elle, elle bosse dans un restaurant – il va se baigner

(car Tel-Aviv est au bord de la mer – la guerre n’est jamais loin…) vole des fringues, s’enfuit encore à nouveau

mais c’est un film tourné avant le 7 octobre 2023…
On le cherche, on le croit enlevé

– mais non –
Shlomi court, court encore (cours, Shlomi, cours…!)  retrouve à l’hôpital sa mère et son père lequel a fait une crise cardiaque – ça ne va pas l’empêcher de fumer – devant sa mère, seul avec elle, Shlomi avoue : il est déserteur

– il s’est enfuit – une espèce de lâcheté
– « comment ? dit-elle – mais non ! »
– elle le convainc de retourner se battre, une sorte d’honneur, il acquiesce – il tente de revenir, il court encore – c’est la nuit – et puis


et puis…

Haletant.
Mais à présent, comment dire, à présent comment faire pour y échapper ? Je ne sais pas. La mort est partout.

 

Le déserteur un film (israélien) de Dani Rosenberg

 

dispersion #25

l’image d’entrée : collage de Christine Jeanney (merci !)

 

 

malgré toutes mes difficultés, je parviens de temps à autre à sauver quelques images, ici, là, ailleurs – mais surtout dans ce canard un peu idiot (euphémismes pour ce qui recense des programmes de télévision) – il manque de la musique pour accompagner de telles déambulations – il y a aussi quelques nouvelles du quotidien – je tente de m’empêcher mais je ne parviens à rien – ici Michel Petrucciani (il me semble avoir été l’applaudir aux dix-huit heures trente du théâtre de la Ville dans les années 70)

merveilleux compositeur, jazzman et pianiste – beaucoup de musique – tout pour elle

surtout pour la guitare (et sa marque étazunienne) ganja et compagnie (pas réussi à lire (mais pas encore jetté) le Brève histoire de sept meurtres  en huit cents cinquante pages – mal écrit et abjectes narrations) – peu importe sans doute – Bob Marley sa Jamaïque et son rastafaraï – bah – une autre star ?

Madonna se produit lors d’un concert sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro, Brésil le 4 mai 2024. REUTERS/Pilar Olivares

(madame Ciccone  est de 58) (concert gratuit  j’ai vaguement le souvenir – actualité brûlante – je me souviens de son aura sur le vieux Chirac, pfff) – c’est assez aigre aujourd’hui – celle ci

en train d’écrire (prix Nobel accepté, la chanson, la petite musique-je pense à JiPé et à Julien Gracq) – étazunien – continuons

surtout pour la DS au fond (la même, semblable à celle où Charly faillit, au Petit Clamart,mourir sous les balles d’un légionnaire) mais j’aime ce poète-là, ce chanteur ce jazzman – souvent je pense qu’il m’a appris à vivre – et puis le cinéma

deux sommités (Piccoli-Ventura) (le premier apparaissait hier dans Marx peut attendre (Marco Bellochio, 2022) (le second refusait les scènes de nu – de lit très souvent complètement inutiles d’ailleurs) – des gens comme toi et moi

(les enfants du Paradis – je me souviens de Gérard Manset et de sa Matrice qui faisait les enfants du paradis sont les enfants sur terre… etc) Maria Casarès, l’adulée d’Orphée (Jean Cocteau, 1950) et d’Albert Camus (et tout de suite Facel Véga…) (est-ce pour punir l’adultère ? turpitudes fantasmées) – après, il y a aussi des images particulières, recadrées : ici

le costume, la prise de la cigarette, le poing sur la hanche – le yacht – la pochette et le rire – Luis Carrero Blanco – décadré (on verra ses chaussures bicolores – c’était la mode alors) –

légende : carrero blanco et franco et ses niècesalors âgées de 2 et 4 ans – fonds Marin Kutxa

comme c’est amusant, des enfants qui jouent… – la pêche au trésor ? à vomir… Autre chose dans le costume
(DOSSIERS) Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgu salue les soldats alors qu’il se déplace le long de la Place Rouge lors du défilé militaire du Jour de la Victoire dans le centre de Moscou, le 9 mai 2024. Le 12 mai 2024, le président russe Vladimir Poutine a proposé de remplacer le ministre de la Défense Sergueï Choïgu un bouleversement majeur dans la direction militaire russe, plus de deux ans après le début de son offensive en Ukraine. Poutine a proposé l’économiste Andreï Belousov pour remplacer Choïgou, selon une liste de nominations ministérielles publiée par le Conseil de la Fédération, la chambre haute du parlement russe. (Photo d’Alexandre NEMENOV / AFP)

« proposé de remplacer » on aime édulcorer – euphémiser – l’étoile rouge… ce monde-là

Bah tant pis

Ici dans un film de Billy Wilder (l’un des préférés) Jack Lemmon et Juliet Mills

Avanti ! (1972) coproduction italienne – Ischia Naples…
Oui, en avant…

 

 

 

 

 

 

 

Œillets ibériques et péninsulaires

 

 

 

de quelques images rattrapées pendant ces dix derniers jours – quelque chose pour que vive cette maison – comme quelque chose d’entendu : j’étais arrivé à la conclusion qu’il fallait reprendre un peu tout ce qui a été conçu, en faire un lot, un index, un historique, un récapitulatif, quelque chose de sérieux (« t’es sérieux là ? » s’enquièrent nos têtes blondes ou pas) – j’avais des choses à faire (Marseille, Péloponèse, B2TS – le reste, la lecture de la fin d’Almayer et de sa folie – une belle histoire triste abritée par une espèce de mangrove, rechercher Sambir et d’autres lieux – quelque chose comme une réminiscence du rivage des Syrtes, une ambiance de fantômes mais non pour le reste, tout reste à faire comme d’habitude – mais ces images parce que quelque chose de vrai s’est alors passé – j’avais vingt ans tu sais ce que c’est, des choses qu’on n’oublie pas – elles se sont passées mais on ne les a vécues que  de loin, peu, on avait autre chose à faire
¨Puis je me suis demandé, me souvenant d’avoir vu ce film Capitaines d’Avril (Maria de Medeiros, 1999) au forum des images,si je n’avais pas, par hasard, commis un billet sur ce film mais non. J’ai dû oublier, comme souvent – je suis pris par autre chose, souvent, quelque chose à dire et à montrer (à me montrer surtout) (mais je partage) et j’ai recommencé à m’en prendre sérieusement à ma façon de faire, un peu légère mais suivie, j’ai cessé d’attendre à un moment, je me suis dit qu’il était inutile de tenter de comprendre quelque chose à ce public comme on dit – il suffit de (se) donner dans ses actions, quelque chose de généreux peut-être mais arrimé à quelque chose d’éthique – je cherche toujours, sans trouver – lire voyager regarder saisir sentir – non, mais tant pis pour l’œuvre ou l’écrit ou le roman – tant pis mais garder la tête hors de l’eau et nager – quand même 

 

25/04/1974. LA REVOLUTION DES OEILLETS

déjà posée parce que c’est important – descendre l’avenue avec un œillet à la main (ce billet dédiée à l’amie lisboète qui se reconnaîtra) et ne pas tuer – ne pas mourir – comme une vague formidable – tu vois, je ne savais pas alors, certes je criai dans les rues « Stirner ! Proudhon! Bakounine Kropotkine Voline! » sur l’air des lampions, on s’était amusés déjà à chanter « Ah Debré si ta mère avait connu l’avortement » qui était d’un goût assez douteux deux ans plus tôt – on mettait sur nos têtes des entonnoirs – on riait parce qu’on avait déjà derrière nous la réalité de l’usine et la ferme et définitive volonté d’y échapper tout comme à l’armée – nos vies à mener

25/04/1974. LA REVOLUTION DES OEILLETS

nous n’avions pas l’âge de ces capitaines, mais presque – ils étaient nos aînés – ils refusaient l’Angola et le reste – et l’ordure (sans majuscule, non) salazar pourrie était morte, ne restait plus qu’à l’enterrer

Adelino Gomes (ancien journaliste qui a couvert les événements), montrant ses archives, au Largo do Carmo où s’est produite la Révolution.

j’ai volé ces images dans le canard, comme une espèce d’habitude,un modus operandi un genre de crime – j’ai (très souvent) ce que la vulgate de ce genre (policier ou hard boiled) intitule des scrupules de pucelle – nous vivons dans un monde désolé –

Détails de l’exposition célébrant le 25 Avril, au Musée GNR situé à Largo do Carmo.

détacher les portraits (mais les remplacer par d’autres ?) – nous vivons dans un monde absurde – nous ne savons pas, nous ne savons rien sinon que doit vivre la liberté – nous ne savons pas pourquoi, mais sans entrave et sans temps mort …- tu te souviens… et puis le temps s’oublie et passe

Adelino Gomes (ancien journaliste qui a couvert les événements), montrant ses archives, au Largo do Carmo où s’est produite la Révolution.

à un moment, le charme s’est rompu
à un moment je n’ai plus su comment faire pour revenir
alors j’ai regardé devant moi et j’ai continué, un pied devant l’autre
une image après l’autre

Groupe de personnes célébrant le 25 avril et rendant hommage à Vasco Correia et Natércia. La cérémonie comprenait le chant de « Grândola Vila Morena »

des fleurs et des chansons

des noms de personne (à ce moment-là tout le monde faisait le voyage de Lisbonne racontait, il me semble bien, la biographe de JiPé) – ces années-là – le monde et l’univers, ce moment-là où tout semblait possible – et peut-être tout l’était-il, tout comme aujourd’hui

je me souviens des livres de Lidia Jorge (tous, mais surtout Les Mémorables  chez Métailié, traduit en 2017 par Geneviève Leibrich)

– je ne me souviens plus, pourtant, mais j’ai à l’idée ce nom qui me revient mais qui n’a rien à voir – c’est au pays voisin, sous l’ordure franquiste (Castelo Branco c’est ce qui me vient) (en réalité Luis Carrero Blanco dont la Dodge Dart s’envola un 20 décembre au dessus des toits d’une officine jésuite (car le hasard n’existe pas) pour retomber dans le jardin d’icelle – le nouveau premier ministre en mourut, ainsi que son chauffeur et son aide de camp – quelque quatre mois avant…) – je me souviens

 

avions

 

 

je tiens serrées dans un dossier intérieur à celui des actualités celui de l’avion – il comprend neuf images que je pose ici pour ne pas qu’elles se perdent ailleurs que dans cette maison[s]témoin qui m’est propice aux fantômes, aux fantasmes les plus brouillés – elle compte 623 billets-posts-pages (peut-être sont-ce des pièces – ou des murs) (de mon autorat : 363) et j’ai toujours cette velléité de poser quelque chose qui serait un index – comme une espèce de gimmick – j’avais cette sensation que regrouper en une page les étiquettes par exemple : quelque chose qui m’aiderait à exister (j’aime les sens différents de ce mot étiquette) – me repérer – être quelqu’un qui fait une œuvre tu vois : non – qui œuvre à quelque chose de construit : non  plus non – j’avance à l’aveugle (c’est aussi que je suis borgne) – cette douleur, là, qui ne veut pas cesser tu comprends – alors j’écoute quelques chansons j’ajoute un média préconise (mais ce n’est pas en gras), ordonne, intime le site le mécanisme le logiciel le progiciel l’application l’électronisme – je me plie à quelque chose d’automatique

 

Une histoire du monde contemporain et de ses industrieuses inventions : voici pour continuer les turpitudes de ces actions et ses errements – ses erreurs de type humaines…
Les liens précédents sont sur le bateau

On recommence par le début de l’année – quatre boulons qui ne sont pas serrés –

Cette photo fournie par le NTSB le 8 janvier 2024 montre l’enquête impliquant le vol 1282 d’Alaska Airlines sur un Boeing 737-9 MAX à Portland, Oregon. Les autorités américaines de l’aviation ont déclaré le 7 janvier 2024 que le bouchon de porte d’un panneau d’avion qui avait explosé lors d’un vol d’Alaska Airlines avait été retrouvé, une pièce qui pourrait potentiellement aider à l’enquête sur la cause de l’accident. (Photo par Handout/NTSB/AFP)

(NTSB probablement National Transport Security Board) – pouf ! la porte est tombée dans un jardin

PHOTO DE DOSSIER: Les enquêteurs du National Transportation Safety Board (NTSB) examinent la zone du bouchon de fuselage du vol 1282 Boeing 737-9 MAX d’Alaska Airlines, qui a été largué et a forcé l’avion à effectuer un atterrissage d’urgence, dans une propriété où il a été récupéré à Portland, Oregon, États-Unis, 8 janvier 2024. NTSB/Handout via REUTERS. CETTE IMAGE A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TIERS/Photo de fichier

(manqué T comme transportation; S comme Safety) il n’y eut pas de blessé, m’a-t-on fait parvenir (à défaut de croire, mais je n’ai pas de raison de ne pas le croire – c’est vrai) – on a flanqué l’avion dans un garage

PORTLAND, OREGON – 9 JANVIER : le N704AL d’Alaska Airlines est vu cloué au sol dans un hangar de l’aéroport international de Portland le 9 janvier 2024 à Portland, Oregon. Les enquêteurs du NTSB poursuivent leur inspection du Boeing 737 MAX 9 N704AL d’Alaska Airlines à la suite d’une explosion de fuselage en vol le vendredi 5 janvier. Aucun des 171 passagers et six membres d’équipage n’a été grièvement blessé. Mathieu Lewis-Rolland/Getty Images/AFP (Photo de Mathieu Lewis-Rolland / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

(je ne sais rien : je ne suis qu’un passeur, je n’ai rien de mes yeux vu sinon ces articles de journal) (rien – rien d’autre) (au même moment la Callas me chante (et m’enchante en chantant) l’air de Norma…) (je me disperse…)

PHOTO DE DOSSIER : Les employés de Boeing assemblent des 787 à l’intérieur de leur bâtiment d’assemblage principal sur leur campus à North Charleston, Caroline du Sud, États-Unis, le 30 mai 2023. Gavin McIntyre/Pool via REUTERS/File Photo

un atelier d’assemblage (une usine: en voit-on jamais ? ) (rappel de l’atelier d’écriture) non mais non – une roue s’est un jour détachée d’un train d’atterrissage (qui en compte une bonne douzaine – j’avais l’image : perdue) ah non la voilà

Dans cette image tirée d’une vidéo fournie par Cali Planes, un Boeing 777 d’United Airlines à destination du Japon perd un pneu alors qu’il décolle de l’aéroport international de San Francisco, le jeudi 7 mars 2024. L’avion a effectué un atterrissage d’urgence en toute sécurité à Los Angeles. (Avions de Cali via AP)

le truc, cependant, c’est que plus il y aura d’aéronefs, plus il y aura d’accidents, c’est (pratiquement) mathématique (l’autre truc c’est aussi que plus il y aura de ce genre de moyen de transport, plus l’humanité courra à sa perte – la planète, elle, n’en a strictement rien à faire) (encore que « sa » perte pour l’humanité indique surtout une certaine classe de cette humanité: et c’est, évidemment, la part la plus pauvre de celle-ci… Évidemment.

11 mai 2022, Hambourg : les avions passagers du constructeur aéronautique Airbus sont stationnés dans les locaux de l’usine Airbus de Finkenwerder. Photo par : Marcus Brandt/picture-alliance/dpa/AP Images

je ne sais pas ce que ça vient faire là – sinon que l’avionneur européen va devenir le premier constructeur du monde (c’est beau comme de l’antique, c’est vrai mais à quoi ça sert vazy ? on se souvient aussi de son trois cent quatre-vingt ça va bien)

Cette photographie prise le 3 janvier 2023 montre un fuselage d’avion en construction dans une usine du constructeur d’avions Airbus, à Montoir-de-Bretagne, dans l’ouest de la France. (Photo de Loïc Venance / AFP)

série noire – série blanche – demain soir j’embarque dans un de ces bidules (ce sera mercredi, demain) – à ma droite passera Venise – non mais non – j’ai oublié –

Un ouvrier travaille sur l’atelier de fabrication de l’aile Airbus A350, lors d’une visite du chancelier de l’Échiquier britannique Jeremy Hunt à l’usine Airbus Broughton, à Chester, dans le nord du pays de Galles, en Grande-Bretagne, le 23 novembre 2023. OLI SCARFF/Pool via REUTERS

j’ai sans doute manqué quelque chose (il y a un type monté sur le fuselage, l’aile, là) pour avoir cette tripotée (tri venant de trois) d’images d’industrie Airbus alors qu’on me parlait de Boeing et du procès dans lequel  des « lanceurs d’alerte » s’ingénient (c’est le cas de le dire : ils sont ingénieurs) à tenter de montrer l’urgence de précautions…

WASHINGTON, DC – 17 AVRIL : Sam Salehpour, ingénieur témoin de Boeing, fait des gestes lors de son témoignage devant un sous-comité sénatorial de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales sur une audience d’enquête intitulée « la culture de sécurité brisée de Boeing, en se concentrant sur des témoignages de première main » au Capitole des États-Unis le 17 avril 2024 à Washington , DC. Dans une interview avec NBC News, Salehpour a déclaré qu’il pensait que tous les 787 avions devraient être immobilisés au sol pour permettre des contrôles de sécurité appropriés de l’avion, qui a été critiqué ces derniers mois à la suite d’une série d’incidents. Kent Nishimura/Getty Images/AFP (Photo de Kent Nishimura / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

je te dis, je ne sais pas – peut-être cette panique qui s’empare de moi quand je m’en vais ? à chacun de mes départs (valise ou cercueil ?) quelque chose de ce genre sans doute – on garde espoir ?

 

 

 

je quitte pour quelques semaines la maison[s]témoin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dispersion #24

 

 

 

j’avais à l’idée cette phrase du carnet café europa (qui m’entraîne toujours un peu vers l’est et sa mer Noire, ce genre de bazar du Bosphore, quelque chose par là-bas) (j’aime assez y penser bien que je préfère, et probablement de loin, le sud) cette phrase donc

Ceci étant dit, l’époque est au morcellement, au fractionnement, à l’attention discontinue et sursollicitée par l’image.

je me disais sursollicitée vraiment ? oui sans doute – peut-être – certes – pourquoi pas ? – probablement – mais les images ici où je (on) (je surtout) ne parle beaucoup que de culture visuelle (alors que je devrais me mettre à écrire) ont ce don de m’aider à me disperser – quelque chose comme de la discorde (je lisais aussi ce quelque chose discorde qui m’a plu) – nous en sommes au vingt-quatrième épisode, mais j’aime à savoir que dans ce dernier mot se niche aussi celui de « ode » qui m’est évocateur d’abord de son diminutif en prénom (porté par mon amie TNPPI, mais aussi la mère d’un de mes plus proches amis décédé au quatre août dernier), mais aussi de cette chanson en poésie sans doute, quelque chose de cet ordre – quelque chose de la mémoire que je ne veux pas oublier mais qui se déliquescence doucement (quand même ce ne serait pas un verbe) – tendrement – garder

quelque chose de l’urgence – sa cravate rose mal ou peu serrée sur son col monumental – ces (ce ne sont pas des mantilles, mais j’aime ce mot il m’est venu et il lui va bien) ses gants, là  (le nom m’échappe) (ce sont des mitaines) un homme qui est à la mode – continue (je ne l’aime pas cependant, cette image je l’ai prise, comme la suivante, parce qu’elle m’indique quelque chose de beau) mais pas le sujet

ici c’est l’outrecuidance de la montre – cette croix, là – mais deux fois pourtant, pour la légende rouge disons

semblable au nuage en artefact qui l’orne (j’aime beaucoup ce nuage rouge, oui rouge) – ce sont des gens comme les autres sauf qu’ils sont  en position d’être reconnus sans qu’on les nomme – tiennent au monde une place conséquente – considérable – des acteurs

(Raymond Aimos et Jean Gabin – Quai des Brumes Marcel Carné,1938) ou d’autres

(Robert Manuel et Jules Dassin, Du rififi chez les hommes, Jules Dassin, 1955) – personnages

(au fond,un type arrose le stade – celui qui joue Judas Ben-hur, je ne le prise pas – son amour pour les armes à feu et les subsides offerts par la National Rifle association c’est non – comme celui  qui anime un de ses contemporains, plus ou moins, delon sans majuscule, je ne l’aime pas non plus (comme disait Pialat à Cannes que je n’aime pas non plus – majuscules cependant) (on prépare les accréditations, là, t’inquiète) en revanche WW et son chapeau, ça me convient – est-ce sa réussite ? sans doute oui – mais cette image-ci

pour toujours

ou cette autre – mais moins pour toujours tu vois –

la légende indique que la photo a été prise au Kremlin (et pas Bicêtre) (mais quila prit ?) – dans le cadre au fond qui domine, Karl Marx – il n’y a là que des hommes, qui sourient benoîtement – la flatterie – le dégoût vaguement – à gauche, chauve : je me souviens de sa chaussure sur le pupitre de l’ONU – je me souviens – ces deux monstres

entre les deux , le réalisateur Noel Marshall époux de Tippi Hedren (égérie pratiquement violée par Hitchcock) et une dresseuse je crois bien – Tippi et la fille qu’elle a avec Noel Marshall, Mélanie Griffith, sont grièvement blessée – tournage de Roar seul film réalisé par  ce Noel Marshall… L’horreur (racontée par Hélène Frappat dans son magnifique Trois femmes disparaissent chez actes sud)

et moins grave

mais magnifique – et elle, Delphine Seyrig, tout autant magique

bah…

 

 

dispersion, une espèce de feuilleton de la maison[s]

 

Il reste encore demain

 

 

 

Le style ou le registre de la rédaction est passé par l’absurde, l’obscène ou/et le vulgaire – c’est exprès sans que je sache vraiment si c’est parce que je trouve les personnages masculins particulièrement abjects – pratiquement tous, je le crains – ou parce que le film dépeint des actes qui me sont odieux – on disait dans mon jeune temps et le milieu social ou la classe ou la société ou le groupe : enfin la famille « on ne frappe pas une fille, même avec une fleur » – ça n’empêchait pas qu’on se chamaille (deux sœurs un frère et moi) (le plus petit-le petit dernier – le préféré disaient-il et elles) – je n’ai jamais vu mon père frapper ma mère – d’ailleurs ils ne frappaient guère leurs enfants – il doit y avoir une relation… Ici, on ne frappe pas les enfants, semble-t-il, mais c’est la femme qu’on dérouille…Une torture

 

ça se passe dans l’immédiat après-guerre (fin mai-début juin, 46) et ça se passe à Rome (il reste des traces du régime précédent, tsais), une histoire de famille

il y a une chose (un truc –  une ellipse peut-être – quelque chose) qui n’est pas passée sous silence exactement mais qui ne se résout pas – c’est cette façon de cogner sur les femmes : dès le premier plan, elle (interprétée par Paola Cortellesi, aussi réalisatrice) prend une torgniole comme si de rien n’était : elle c’est Délia, et on ne sait pas, ce coup cette gifle : une insomnie, un mauvais rêve ? un refus de passer à la casserole ? (cette dernière éventualité (imagée pour rester dans le ton de l’époque et du lieu) est très peu probable : Délia ne se refuse pas – une épouse parfaite…) (on ne sait si elle envisage cet acte comme une preuve d’amour – elle regarde la table de nuit, quelque chose , une poussière, l’émeut et son mari besogne (hors champ, certes) – Délia a trois enfants dont une grande fille laquelle devrait prendre un parti assez  impressionnant – c’était ily a quatre vingts ans en Italie, ça (le mariage) a toujours été la seule porte de sortie, comme en Inde où, de nos jours encore, les promises se suicident… –

un mariage d’amour et de raison –

cependant, le type en question est plus ou moins héritier non seulement de finances appétissantes (d’où vient cette fortune, c’est une autre affaire) mais surtout d’une façon de faire ou d’être, c’est difficile à dire – ça s’appelle cependant le patriarcat, la soumission de la femme à l’homme – point barre – sinon on cogne, c’est compris ? Faut-il faire un dessin ?


Alors Délia est là, qui bosse comme une damnée, du matin au soir – ménage repas de midi des enfants et du mari soins à domicile prolo mal payée dans une fabrique de parapluie

couturière courses (la deuxième en partant de la droite, c’est elle, elle attend, droite)

repas du soir pour le mari et les enfants vaisselle soins –   il est tard le soir – et Délia va dormir
Mais elle vit et marche – et vit, a des amies

un ancien amour

(c’est fini, tsais) – elle vit,  croise un militaire

ne comprend pas son langage – Délia va marier sa fille, c’est formidable, un parti tellement enviable – qu’on lui envie dans la cour – Délia vit au sous-sol, elle s’occupe aussi du père de son mari – elle n’a pas une minute, elle parle un peu – et son mari cogne – Délia ne dit rien, ses enfants comptent avant tout – Délia ne se taira pas.


Le jour des fiançailles, comme un acte manqué

tu veux que je te dise, c’est plus fort qu’elle  et c’est parce que c’est elle, et elle femme. Ell ne laissera pas faire.

 

C’é ancora domani (Il reste encore demain) (Paola Cortellesi, 2023) un (premier) film courageux, en noir et blanc certes.

 

 

bateau

 

 

 

au fond il ne faudrait poser que des images, ce serait suffisant, on en aurait fini – ce ne serait plus de la fiction – se pose-t-on la question de la fiction qu’elle s’évade d’elle-même – il y a les accidents d’avion, une certaine marque est touchée ces temps-ci mais est-ce série noire ou malfaçon ou catastrophe systémique comme pour cette autre marque (étazunienne elle aussi : est-ce à cause de ces capitaux et de l’avidité de ceux, milliardaires déjà, qui y investissent ?) de pneumatiques – ici même j’en avais pris une partie – j’en avais été employé – prolo quelques années, quelques mois pour quelque désir de motocyclette – et voilà que ce bateau… il y a ici aussi quelque chose sur ces montagnes des mer qu’on ne cesse de construire alors que le monde des humains court à sa perte et sa fusion planétaire – ce serait trop simple: tout y passe… Ici un transport mégalomane; là des batteries qui s’enflamment; ces avions dont on avait eu l’espoir que la fabrication et l’usage seraient tempérés par temps d’épidémie et puis non; ce serait trop simple : on s’arrête on prend un pause – on en serait presque à regretter ces moments où, par la grâce de l’éruption d’un volcan, les avions ne rayaient plus le ciel, ça n’a duré que quelques jours, il n’y avait plus ces bruits vers 4 et toute la veille… mais voilà qu’une panne électrique a empêché le navigateur de redresser son petit rafiot – une bagatelle de dix mille conteneurs immobilisée – comme personne (sinon ceux qui les affrètent) ne sait ce qu’ils contiennent on est bien embêtés hein… C’est un monde merveilleux, et sur la mer bleue – toute la vie toute la vie – on navigue doucement… ce monde…

je dispose de neuf images, les voici.
Il était une fois un pont lancé au dessus d’un bras de mer

merveille de la technologie moderne, une prouesse

(j’aime ces nuages au fond de l’espace, là-bas où le temps reste calme et tranquille) cela se passe aux  États-Unis (fédération d’Amérique du Nord) – et puis

un jour (je laisse la place aux commentaires)

TOPSHOT – Ce document, gracieuseté du National Transportation Safety Board, pris le 26 mars 2028, montre une partie de la charpente en acier du pont Francis Scott Key assis au sommet du porte-conteneurs Dali après l’effondrement du pont à Baltimore, Maryland, en mars. 26 mars 2024. Un pont majeur s’est effondré à Baltimore le 26 mars 2024, bloquant l’un des ports commerciaux américains les plus fréquentés, après qu’un cargo lourdement chargé a perdu de la puissance et s’est écrasé contre une colonne de soutien malgré des tentatives désespérées pour s’arrêter à temps. Six personnes – tous membres d’une équipe de construction nocturne réparant les nids-de-poule sur le pont Francis Scott Key – étaient portées disparues et on craignait qu’elles soient mortes, selon les responsables et les médias. – RESTREINT À UN USAGE ÉDITORIAL – CRÉDIT OBLIGATOIRE  » PHOTO AFP / National Transportation Safety Board / Youtube – PAS DE MARKETING PAS DE CAMPAGNES PUBLICITAIRES – DISTRIBUÉ COMME SERVICE AUX CLIENTS (Photo par NATIONAL TRANSPORTATION SAFETY BOARD / YOUTUBE / AFP) / RESTREINT À UN USAGE ÉDITORIAL – CRÉDIT OBLIGATOIRE  » PHOTO AFP / National Transportation Safety Board / Youtube – AUCUN MARKETING AUCUNE CAMPAGNE PUBLICITAIRE – DISTRIBUÉ COMME SERVICE AUX CLIENTS

boum – l’immense chose a détruit une des piles du pont –

Une vue du cargo Dali qui s’est écrasé sur le pont Francis Scott Key, provoquant son effondrement à Baltimore, Maryland, États-Unis, le 26 mars 2024. REUTERS/Julia Nikhinson

on déplore une demi-douzaine de morts – il semble que les voitures aient été empêchées d’emprunter le pont –

TOPSHOT – La charpente en acier du pont Francis Scott Key se trouve au sommet d’un porte-conteneurs après l’effondrement du pont à Baltimore, Maryland, le 26 mars 2024. Le pont s’est effondré après avoir été heurté par un porte-conteneurs, envoyant plusieurs véhicules et plus à 20 personnes plongeant dans le port en contrebas. « Malheureusement, nous comprenons qu’il y avait jusqu’à 20 personnes qui pourraient se trouver actuellement dans la rivière Patapsco ainsi que plusieurs véhicules », a déclaré Kevin Cartwright des pompiers de Baltimore à CNN. Le site Web de surveillance des navires, MarineTraffic, a montré qu’un porte-conteneurs battant pavillon de Singapour, le Dali, s’était arrêté sous le pont. (Photo de Jim WATSON / AFP)

le pavillon de Singapour est de complaisance évidemment – les assureurs espère-t-on assureront – on se mettra au travail

Les travailleurs commencent à retirer une section du pont Francis Scott Key effondré, le dimanche 31 mars 2024, à Baltimore. (Photo AP/Julia Nikhinson)

un accident industriel comme il y en a tant –

on découpe, on soude – on y travaille – le port lui reste à l’arrêt

ce pont porte le nom d’un avocat (Francis Scott Key – édifiante biographie…) (on s’en fout (encore que…), c’est certain mais enfin pour info) – ça n’a pas d’incidence – ça ne veut rien dire, le nom d’un pont, fut-il détruit par un navire du nom de Dali (c’est un peintre mais probablement homonyme – les héritiers dudit Avida Dollar devraient intenter un procès pour avilissement d’image) (ce que j’en dis) – non mais non
Quelques jours plus tard, une grue énorme a été dépêchée, on a pratiqué une espèce de chenal où peuvent passer des embarcations plus proportionnées – pendant ce temps-là, restons sans crainte, les affaires et les guerres continuent – les armes parlent – les pauvres meurent de faim…

Bye bye

 

(jte parie que la petite au milieu, c’est Hiam – si elle passe ici, elle me dira)

après tout ça ne fait rien, on peut bien faire une déclaration d’amour à une actrice (ou à n’importe qui d’autre d’ailleurs) – on est fondé même à le faire : qu’est-ce donc sinon notre humanité légitime ? Les abeilles à leur reine, les fourmis à je ne sais qui, les aigles à leurs aiglons – l’empereur, la destruction de l’église remplacée par les nouvelles procuraties aujourd’hui musée à Venise et le rapt des chevaux – une déclaration d’amour voilà tout – que vient faire Venise ici ? je ne sais pas le dire mais elle vient (au Festival de Venise, (on dit la Mostra) ce film a été présenté l’année dernière – mais ce n’est pas trop pour ça non plus) – j’attends d’y retourner probablement – non mais c’est quelque chose comme Salonique ou Beyrouth, quelque chose comme Tunis ou Alger, les îles de la Grèce, cette mer et ces autres, Adriatique oui Égée – ces mots-là – et donc voici cette femme adorée

L’actrice et réalisatrice palestinienne Hiam Abbass pose lors d’une séance photo à Paris le 13 février 2024. (Photo de JOEL SAGET / AFP)

regard camera – veste, pas si souriante qu’on pourrait croire – les images parlent-elles d’elles-mêmes ? – une alliance crois-je voir – dans le film elle regarde par ici, par là

Hiam et Lina à Deir Hanna

(au premier plan, sa fille, Lina, qui réalise) – elle dit « là c’est la Jordanie, (un quart de tour à gauche) là c’est la Syrie (un quart de tour encore) là le Liban » – et voilà que tout est dit – les deux reviennent en Palestine, en Israël, enfin par là – on évoque la catastrophe, 1948 et l’héritage des vainqueurs, des alliés, l’héritage… – nakba dit-on – on revient : regarde, ici, une photo de trente ans d’âge au minimum (c’est ce regard, magnifique, ce regard qui me fait tomber en amour, tu vois)

Um Ali, Lina, et Hiam

ce léger déplacement pour être dans la photo, près de sa mère – cette volonté de proximité (après c’est certain que je retrouve ma mère, c’est certain, je me souviens qu’elle me disait « je ne t’ai donné qu’un seul prénom parce qu’ils m’emmerdaient avec ceux qu’ils voulaient que je te donne » – je me souviens  brune cheveux bouclés regard aiguisé humour ravageur) (ses lunettes sur le tard…) – oui pourquoi pas, une mère d’adoption ? (bon, la mienne était de 26; elle Est de 60 mais qu’est-ce que ça change ?)

Avant première du film Bye Bye Tibériade de Lina Soualem, avec Hiam Abbas, au cinéma L’Alhambra à Marseille, le 22 novembre 2023

les voici les deux – ça n’a pas d’importance, ce qui en a en revanche c’est ce film qui dépeint quelque chose comme une région du monde

il s’agit d’un lac, celui de Tibériade aux alentours duquel cette femme-là, Hiam Abbas, a grandi – cette région du monde, tourmentée violentée – mais ça n’est pas l’essentiel, non, l’essentiel c’est qu’elle s’enfuit, qu’elle veut vivre, sa vie une vraie vie d’amour – avec quelqu’un d’autre que le père de cette jeune femme qui réalise –  mais ça n’est pas ce lien sa fille, sa mère, ses images ce lac et cette maison – la folie des hommes… Oui, cette folie-là, celle des guerres, des pogroms, des éliminations évacuations exterminations –  la même chose, toujours…   Et c’est sa fille qui la fait revenir, elles reviennent ensemble toutes les deux – retrouvent des sœurs, des mères – une histoire de famille.

Magnifique.

 

Bye bye Tibériade un film réalisé par Lina Soualem (ici le dossier de presse) avec Hiam Abbas (quelle beauté…)

 on doit aussi à la vérité de dire que Hiam Abbas est réalisatrice et que le film qu’elle réalise en 2012, Héritage se trouve être une production franco-israélo-turc, ce qui n’est pas rien.