quinze (dans les rouges)

 

 

je déplie – j’ai formé l’index, on verra, tout ça est assez dispersé – je crois que c’est le dernier (j’ai des trucs à faire ici qui attendent depuis un moment)

ici Mona Chokri dans le premier rôle de « La femme de mon frère » (2019) qu’elle réalise elle-même – me fait penser à ce film d’Ewan McGregor (American pastoral (2016) pas si mal) (non mais pour un film d’acteur… )  – ça n’a rien à voir, un acteur qui prend la place du réalisateur et se retrouve devant et derrière la caméra, sinon une structure particulière – le film est impliqué dans un des poèmes express (#877), chez Lucien Suel par ailleurs c’est pour ça aussi) un autre si tu veux

Charles Laughton acteur formidable, passé derrière la caméra pour produire et réaliser

cette splendeur de (c’est vrai qu’il n’y joue pas mais et alors ?) Nuit du Chasseur (1955) (j’avais deux ans) – sans compter Shelley Winters (dont on se souvient aussi du rôle de la mère dans Lolita (1962, oh Stanley…)

avoue quand même… c’est du cinéma – j’adore même si les décors sont un peu trop carton (un peu comme dans « To kill a Mockingbird » (du silence et des ombres, Robert Mulligan, 1962) le Gregory Peck de mon enfance (surtout,plus évidemment, Achab à la recherche de sa baleine blanche – jambe de bois etc…) (John Huston, 1955) enfin toute une histoire du cinéma qui défile (hollywoodien plutôt disons) et lui

en empereur de la dérision (Lost in translation, Sofia Coppola 2003) Bill Murray – non, mais c’est assez tenu comme générique (le lien du générique à la famille et à l’expression d’une certaine parentalité, quelque chose de l’engendrement – le cinéma, mon frère et mes/ses amis, ma mère), je tiens aussi celui-ci, drôle et sérieux terrible

James Baldwin formidable écrivain et acteur de la vraie vie – j’aime savoir qu’il était ami d’Yves Montand, de Marguerite Yourcenar autant (tout autant que j’aime savoir que ma mère et mon père pensaient trouver quelque habitation à Saint-Paul-de-Vence ou à Vence – ces souvenirs tu sais… cette période des débuts soixante)

et puis les voilà tous les deux – tu sais quelque chose avec Julos Beaucarne (il est de 36) – elle, elle est de 33; lui était de 40) – un type passe, et tue – quelque chose  de l’absurde, de l’idiot, de l’insensé et du fou – qu’est-ce que c’est, la folie ? je me souviens aussi du héros de la classe prolétaire; j’imagine; hier aujourd’hui demain – laisse va

un voisin – un dimanche midi, avec sa fille qui n’avait pas six ans au sortir de l’expo – ça devait être en 95 ou 96 – je chantais à ma fille pour l’endormir cette balade – non loin

le piano, et sa mère – sans doute non loin –

 

 

dispersion une série pour décorer les murs de la maison[s]témoin

 

(parfaitement en phase avec le raku qui suit des lignes comme un cartomancien, ces images, notamment Yoko Ono & les 3 du film de Laughton : il y a des hasards qui n’ont pas besoin d’explication) (mais j’en suis content – spéciale dédicace à C. Jeanney donc) (il n’y manque que la Lotus seven…)

 

 

 

Treize

 

 

non la superstition, non c’est non – je finis la « Cérémonie des adieux » (du moins la première partie – la suite concerne des entretiens que Simone de Beauvoir a mené avec son Sartre (c’est son Sartre, ça ne se discute même pas) déchirant – pas un mot sur Aldo Moro en 78, bizarre – un peu sur la bande à Baader et la visite de Jipé à la prison où ils étaient enfermés, privés de tout (une honte comme à l’accoutumée sur l’État qui a sa force et en abuse évidemment) – la rentrée sous le soleil s’effectue s’il y a eu une sortie (en toute logique, mais la logique n’a rien à voir avec ce que nous vivons) et je pérégrine encore à nouveau, probablement pour m’exclure de quelque obligation (je n’aime pas tellement septembre, c’est égal mais le raccourcissement des jours, le froid et la pluie qui vont venir, ça ne me plaît pas) ici donc à nouveau quelques images trouvées dans de vieux hebdomadaires qu’on a conservés ailleurs

lorsque A. jouait du violon, au fond du couloir (je me souviens de ce violoniste qui cherchait la grande halle et qui m’avait dit « pleurer à décoller le vernis » lorsqu’il jouait pour parvenir à la note juste) et qui reprenait encore et encore – on avait rencontré Didier Lockwood, charmant, gentil, encourageant – une merveille que son école – et puis le temps passe, le violon a été remisé – lui est parti, qu’il soit en paix – on l’aime toujours –

ici Ray Charles – ainsi que lui mais ce ne sont que des images, que sait-on d’eux finalement ? furent-ils d’ignobles salopards, de si agréables amants ? fidèles amis ? profiteurs opportunistes ? – on ne sait pas n’en parlons pas – on pose des images, elles évoqueront ce qu’elles évoqueront –  prises vite

évidemment on pense ce qu’on veut de la pose – on a vu cette actrice récemment dans « Rouge » (Farid Betoumi, 2020) (écologie quand tu nous tiens : développement sur le scandale des boues rouges de l’usine de Gardanne appartenant alors au groupe Pechinney ou vendue survendue et revendue – quelle importance ? –

puis Pierre Bergounioux dans un bois (sans doute vers Gif) et un pull qui ont fait sa renommée (pour une part évidemment) »venez on va prendre une photo… » – on pense, on lit on écoute (j’espère que le lectorat aura relevé le zeugme) – continuons

magnifiques sourires de ces deux amants (elle, Susan Travers, chauffeur du général Koenig – à lire son livre que je n’arrive pas à acheter – 3.10e chez momox attends…) (romanesque sa vie,sans doute, mais j’y chercherai quelque trace de l’ami Gérard Théodore) – sourires guerres déserts… – la légionnaire (la seule dit-on) – on verra encore –

Robert Redford un peu stressé dans les 3 jours du Condor (Sydney Pollack, 1975) (bah)

puis trois fois Agnès Varda, sur une plage semble-t-il, c’est le moins qu’on puisse faire – je continue mais tu sais, parfois, la mélancolie m’attrape –

ici c’est Judith un peu dégoûté parce qu’elle vient de trancher le cou d’Holopherne – c’est assez salissant – je crois que c’est à nouveau le Caravage – je l’aime beaucoup –  ainsi que cette image-ci du Vésuve au loin

c’est Corot (Jean-Baptiste Camille – merveille – paysage – on se raffermit dans la beauté – avoue quand même… vue d’Ischia – non mais l’Italie… (il paraît que le Jipé à son Castor adorait Capri) (la prochaine fois, juré craché, j’y vais…)

 

 

dispersion, une série des couloirs et des gravats de la maison[s]témoin

 

 

 

onze

 

 

 

il m’en reste mais on ferme pour les vacances (ici William Holden)

dans Network (Sidney Lumet, 1976) rattrapé par sa libido (et Faye Dunaway) (on le préfère dans Sunset Boulevard (on préfère tout le film (Billy Wilder, 1950) (là Solveig Anspach – la grue, Montreuil, la piscine et Florence Loiret-Caille)

ici ces images, un peu un cimetière – salut l’artiste disons) (là BB King

et son instrument qui fait peur aux racistes – on n’avance guère en ces matières – on fait des trucs sinon (le TOA en index commence) mais ce sont les vacances, on n’a plus trop de temps)

ici une devinette (*) en format carré – on verra bien – au même format, le présente-t-on, mais en couleurs

agent de sécurité sympathique (ça doit bien exister…) dans La loi du marché (Stépahne Brizé, 2015) formidable Vincent Lindon (on se souvient de ses mots durant le confinement – on n’oublie pas – le feu tue aux alentours de la Méditerranée, on se préoccupe de sa petite santé, machin est avec sa wtf piscine à Brégançon son passanitère répugnant en main, sûrement – (non, j’arrête) la carte d’identité de Pierre Brossolette

lequel s’est jeté par la fenêtre de la gestapo parisienne pour ne pas donner d’autre nom que le sien – on résiste – ici Danielle Casanavo et Lucie Auber

ces souvenirs, ces héroïnes – on n’oublie rien –

Geneviève De Gaulle et Germaine Tillon – un passé qui ne passera pas – et un présent préoccupant : ici le sourire de Florence Thune qui mène le Sidaction

tandis que disparaissait Sandrine Musso (chercheuse en sciences sociales genre corps et société – pensées vers elle) – non, mais ça ne fait rien, on résiste quand même – on écoute on lit – ici l’un de mes préférés (un autre vient juste après) Gene Hackman (frustré dans Conversation Secrète (Francis Ford Coppola, 1974 – palme d’or à Cannes quand même))

et Sophia et Marcel (cette merveille de résistance tout autant (Une journée particulière, Ettore Scola, 1977))

la paix, ah oui

même de dos (à ton idée, c’est le matin ou c’est le soir ?) – ce doit être le chapeau et la mer, du côté d’Ostia (Federico Fellini pensif, qui n’aimait pas cette mer qui lui faisait peur…) (dix heures du soir fin juin) une image on l’interprète et lui fait dire ce qu’on veut –

on l’aurait dite falote à ses débuts (dans la Nuit américaine (Francois Truffaut, 1973) mais là (Le petit lieutenant, Xavier Beauvois, 2005) une présence (Nathalie Baye)

et une Hanna Schygulla formidable (Le mariage de Maria Braun (Rainer Werner Fassbinder, 1978)) j’en termine (je pose des références pour mes histoires d’atelier tout autant – je me souviens presque des salles où j’ai vu ces films)

pas de quoi en faire des tonnes (Faye Dunaway (cette pose…) à nouveau, moins mante religieuse que précédemment – Steve McQueen en milliardaire (L’affaire Thomas Crown (Norman Jewison, 1968)) mais surtout sûrement la musique de Michel Legrand – il se passait des choses et on n’allait pas au cinéma – je me souviens aussi de ces deux-là

(Agnès Moorehead et Tim Holt dans la Splendeur des Amberson (Orson Welles, 1942) (à la cinémathèque : une splendeur, en effet) et pour finir, l’évocation de Jean Zay (et ce billet dédié à sa fille, à ses filles, et à la librairie aussi bien)

de retour en septembre (bonnes vacances)

 

dispersion, une série de la visite des couloirs de la maison[s]témoin

(*) en robe de chambre, devant une bibliothèque, de profil souriant : Roland Barthes.

10 persion

 

 

 

on fait au plus simple – au plus facile – au plus court – tout le monde (?) est en vacances – on y va aussi mais on n’abandonne rien – on ne lâchera rien, (pas tout de suite) sans doute bricolage et jardinage (la maison[s]témoin toujours aussi sensible aux afflux et aux visites touristiques) – n’importe, entrez, regardez, visitez – des vues des portraits des gens des couples couleurs et noir&blanc – des habitués des simples passants – il nous faudrait quelque musique cependant (ici Dave Brubeck au point)

continuons cette galerie

Antonio della Tore qui se fait lâcher par ses amis politiques, assez plus pourris que lui (encore que) (dans El Reino (Rodrigo Sorogoyen, 2017) (traduction du titre : « le royaume ») puis

Catrinel Brando dans les Siffleurs (Cornelio Porumboiu, 2019) (thriller roumain où elle interprète la brune fatale) (type Ava Gardner, 70 ans plus tard) (beau thème cependant) – on attend un peu pour aller au cinéma

on a vu Slalom (Charlène Favier, 2020) ici en portrait – regard baissé, mais le film lui montre la résistance d’une jeune sportive (Noée Abita, assez parfaite) à l’emprise de son entraîneur (Jérémie Rénier) – malgré tout continuer – je m’astreins tsais… –

ici Robert Mitchum en shérif aviné et John Wayne en redresseur de tort – Howard Hawks, El Dorado, 1966) – remake de Rio Bravo, peut-être, mais sympathique quand même (faut aimer le western aussi…) – réalisateur du Grand Sommeil tsais

Humphrey et Lauren (indépassables, jamais) (il faudra qu’on meurt, et ensuite ils le seront peut-être – ça m’étonnerait) – changeons de genre

peplum (Charlton en Judas Ben-Hur (William Wyler, 1959) (les 4 chevaux (ceux du Carrousel, ceux de Saint-Marc, ceux de la voiture Renault de ma mère) (dans les beiges) (flanquée dans la pile du pont du TGM) (enfin tout ça) – passons

ici Jean Ray, créateur de Harry Dickson, écrivain formidable

Jordi Savall, violiste magnifique (participeà la musique de Touselsùatis du monde (Alain Corneau, tu te souviens – 1991) et on se souvient aussi de son refus des honneurs en 201 (formidable d’éthique – fonce Jordi!) ici des danseurs

formidable West Side Story – (Jerome Robbins et Robert Wise, 1961) (multiples oscars comme Ben-Hur) ce sont les étazunis – et leur cinéma – on ne parle pas beaucoup, de ce côté-ci du mur, de Bollywood c’est vrai – c’est difficile à trouver et ces images ne sont qu’un reflet d’un hebdomadaire – et puis

un homme d’état (Olivier Gourmet) et son assistante dir-com (Zabou Breitman) – plongée dans les arcanes de  l’exercice de l’État (Pierre Schoeller, 2011) déjàdix ans – puis cet autre couple

on a l’impression d’une photo du bonheur, juste vrai et simple de Rita Hayworth (son illusionniste,peut-être un peu inquiet : Orson Welles) – ces temps-là, ici Simone Weil à son mariage

n’est-ce pas un couple comme un autre ? (je repose ici son amie parce que je ne veux pas les séparer

) et cette histoire – cette folie – les années quarante du siècle dernier – eh bien passons –

et finissons-en (pour cette fois) rive gauche, dans cette petite rue qui du Luxembourg mène  à l’église et la place Saint-Sulpice (où, naguère, on tentait l’épuisement…) (le livre de Lydia Flem recommandé par mon amie M. aussi, à lire je suppose)

 

dispersion, une série de la visite des couloirs de la maison[s]témoin

 

 

Dispersion 8

 

 

 

lieu à goules et autres fantômes fantasques, la maison[s]témoin n’a même pas l’heur d’être citée dans les hommages : c’est égal, elle ne travaille que pour elle-même (elle cherche des futurs propriétaires) (le type qui avait des dreads jusqu’au bas des reins – le type travaille dans la restructuration des maisons anciennes (porteur,le créneau,très porteur) – racontait que le marché était très tendu) (ce genre de dialogue m’étreint – je ne discute pas) (j’ai juste envie de gerber) je reprends : ici fantômes et ectoplasmes  – en plans cependant

je ne fais pas attention aux dates (mais ce doit être en vingt vingt – c’est un tort, mais je suis aussi fatigué) (tu remarqueras le regard vers l’arrière, le passé, le sourire) (nul doute que s’il y avait une image (il n’y en a pas) de l’autre de la « familia grande » (obscène) il regarderait vers le sol) (dans l’imagerie on aime le premier degré) (on choisit celles et ceux qui plaisent, c’est pour ça)

pas que : ici c’est plus le vêtement (manteau Arnys (ça n’existe plus je crois) de mon père) (espèce de tweed) (drôle de mec que ce hussard-là)

lui aussi remarque (je ne vois pas pourquoi, le sourire peut-être)

cette posture certainement, cambré – beaucoup d’hommes quand même – mais c’est un monde d’hommes, qui tiennent le pouvoir – la force – et en usent, abusent et mésusent tout autant –

dans les Infiltrés, deux stars – un des Scorcese que je n’ai pas vus : à un moment, j’en ai eu marre de toute cette marmelade au ketchup sanguinolente (les Affranchise) et j’ai cessé (j’y vois une espèce d’incarnation mauvaise – et les apparitions en pub, en plateforme, en vente au plus offrant sans doute – et peut-être aussi l’outrance de Roberto Benigni)

sans le point, mais le poing fermé – deux jours avant l’attaque des tours jumelle – commandant Massoud auquel je préfère (et de très loin) le sous-commandant Marcos (mais de lui ne possède pas d’image)

ah Ida – je me souvenais d’elle comme ayant joué dans « Le trésor de la sierra Madre » (John Huston, 1948) mais non, c’est dans « High Sierra »  (Raoul Walsh, 1941) – et réalisatrice formidable –

formidable Janis (morte à 27 ans, cette pitié)

et Meryl Streep (dans une série je crois bien) (je ne regarde pas les séries) (je ne les goûte pas – un peu comme l’héroic fantaisy ou les films de zombies : c’est niet – point barre)

et enfin la Huppert comme on dit (on dit le Gabin ?) (ou le Bogart ?) dont on se demande quand elle passera derrière la caméra (un peu à la manière de la Moreau) (mais sans doute non, jamais)

 

La suite au prochain numéro

dispersion est un feuilleton du salon (dispersé dans les couloirs, au cours des visites)  avec beaucoup d’images dedans

ici l’épisode 1

l’épisode 2

le 3

dispersez-vous (3)

le 4

le 5

le 6

le 7

 

Exposition

Parfois quelque fois de temps en temps je laisse mes doigts agir pendant que ma tête digère

dilapidation disruptive

Il y a une sorte d’hystérie en ce moment avec ce qui se passe, je dis ‘en ce moment’ mais ça commence à faire, je dis ‘ce qui se passe’ au sens large, ce n’est pas réservé à une sphère particulière spéciale spécifique etc., vu que ce qui se passe au sens large te dit des choses au sens large qui t’atteignent au réveil chez toi, comment sortir comment ne pas tomber malade, où aller et est-ce que c’est autorisé d’aller acheter les chaussettes pour le petit dernier, bref le mot que je cherche est quotidien, ça touche au quotidien

Je passe sur le fait que la parole n’est pas égale et que, de loin, à vue de nez, à ouïr d’oreille, on a l’impression que ce statut est partagé (rester chez soi en se posant des questions existentielles sur le sens de la vie tout en relisant Proust et en faisant soi-même son pain serait une pratique commune), ce statut serait significatif symbolique, à se demander quels petits corps magiques aux mains magiques et transparentes te donnent ton ticket de caisse

Ce qui se passe en ce moment a une couleur et surtout une rapidité et une texture papier de verre incontestable
La couleur je ne sais pas, si je demande autour de moi elle est plutôt très moche

La rapidité c’est que tout s’enchaîne s’escalade brinquebale breloque palpite en ribambelles de dominos jetés à travers la pièce, si je prends deux minutes pour regarder ça me fascine

Parfois c’est une tragédie grecque ou du Labiche ou un chapitre du Prince de  Machiavel, il y a du mensonge des postures et des sous-entendus des tractations internes des négations intempestives des réactions épidermiques enfantines – de gens qui sont plus vieux que moi parfois, comme quoi

Il y a beaucoup de violence beaucoup beaucoup de violence les rézos les rézosocios c’est sûr mais est-ce que c’est certain, je veux dire est-ce qu’ils ne sont pas le symptôme de la maladie ou comme on dit la pointe de l’iceberg (iceberg, banquise fondue, à ce propos dans ma ville les branches de sapins coupés couvertes d’une mousse blanche chimique polystyrène décorent les rues, c’est une camionnette de la mairie frappée d’un logo écoresponsable qui les décharge)

Je crois qu’il y a beaucoup de violence parce qu’il y a une contradiction géante quelque part qui flotte là-haut

Par exemple donner la parole à de plus en plus de gens mais ce sont toujours les mêmes qu’on entend

Oui je ne dis pas « donner la parole à de plus en plus de gens et en même temps ce sont toujours les mêmes qu’on entend », je ne dis pas en même temps, je dis mais, ça me semble plus factuel

mais primitif

Par exemple ces idées qui parlent d’un mythe superbe la Fronce ce grand pays mais Calais ce qui se passe à Calais (quand ça se passe idem éclairé par la tour Eiffel, l’effroi soudain, la découverte parce que des phares s’allument)
et par exemple les femmes qui accouchent sur la route de la maternité parce qu’elle est loin, qui accouchent sur le bas-côté (c’est un exemple)
et par exemple des bureaux de poste fermés mais tu peux demander au facteur à la factrice de passer pendant sa tournée sonner chez ta grand-mère pour voir si  elle va bien si ça t’inquiète (service payant)

mais irréparable

Aussi le mais de la contradiction, cet homme jeune, bien mis, qui semble tout à fait civilisé, libéral au sens de liberté, mais c’est un vieux monsieur, très vieux, un contemporain de Victor Hugo si tu vois ce que je veux-napoléon-trois-dire

non mais

un vieux monsieur qui donne des ordres pour qu’on rajoute des dorures sur les murs du salon de son versailles mais il y a par exemple des étudiants qui meurent littéralement de faim qui font la queue à la croix rouge je dis pas en même temps tu vois je dis mais parce que ce qui flotte en très grand est un Mais gigantesque
les dorures mais les crève-la-faim

donnes-nous notre mais quotidien

Je crois que ce mais qui clignote et puis qui disparaît et puis réapparaît, arbitrairement, violent, c’est violent, c’est violent de voir la parole inversée et pour le coup la parole inversée touche à cœur à l’essentiel du centre, touche à Proust et aux mains des caissières tout pareil à la même altitude

(des lits d’hôpitaux fermés mais pour soigner, des usines qui fabriquent des raquettes de tennis mais on ne peut pas jouer au tennis, des restaurants qui ouvrent mais pas les universités)

combat entre mais et I prefer not to

L’hystérique du mais qui ne dit pas son nom doit se sentir très seul, il ne parle à personne, écoute des militaires et puis fait au jugé comme ça vient, coup par coup, avec une confiance en ses capacités à rebondir démesurée, il est capable d’affirmer que s’il rebondit à coté c’est un test pour voir si tout le monde suit

ce qui dans les mais indispose

Il fait au coup par coup comme ça vient en s’inventant des personnages j’aimerais bien être solennel se dit-il j’aimerais bien être princier se dit il j’aimerais bien être inventif disruptif se dit-il mais mais mais tous les mais qui ne sont pas des en même temps claquent comme cymbales, il faut dire que son emploi n’étant pas au départ destiné uniquement à l’art dramatique et les caméras étant partout, réellement partout, on peut filmer les cafouillages de l’acte deux scène un, un peu comme ces fans qui débusquent la rallonge électrique sous le corps du noble Boromir ou la montre à quartz au poignet d’un barbare dans Braveheart

extraction de mais avec aiguilles

Il a monté les échelons avec un « en même temps » mais c’est un mais qu’il faut entendre, et comme c’est psychologiquement maladif, c’est contagieux, ça fabrique ces éruptions volcaniques qu’on représente par du coca-cola qu’on a secoué, c’est contagieux parce qu’il organise autour de lui  ceux et celles qu’il embauche selon ce dogme

Par exemple, et de façon simpliste, Premier flic de Fronce mais faveurs sexuelles, ce mais qui ne peut pas être civilisé génère des retombées

Premier ministre de Fronce chantre de ce grand pays à l’histoire admirable grand H mais qui dit « peuh il faudrait s’excuser pour la colonisation et que sais-je encore ? » et hop d’un petit coup de talon gomme le passé

Un homme noir sous les coups répétés appelle à l’aide, il dit Appelez la police ! mais c’est la police qui frappe, ça en fait un grand MAIS, le symptôme ravageur d’une maladie de vieux monsieur

Il y a aussi maintenant j’y pense ces experts convoqués pour s’intéresser / conseiller / améliorer l’éducation (grand é) qui sont dans le civil vendeurs de flamands roses au mieux, au pire membre du GIGN, ce mais là est spectaculaire

Quand l’hystérique tout en haut joue avec ses névroses comme le saltimbanque lance ses quilles, et comme il lui prend l’envie de les enflammer parce qu’il aime les couleurs chatoyantes, ça brûle

Garant de la liberté de la presse mais le dit sur sur facebook, car ne sait pas se servir des symboles, sauf quand il s’agit de jouer l’empereur marchant devant une pyramide (du haut de laquelle des siècles nous contemplent voilà)

On devrait vivre en paix dans un monde civilisé puisqu’on a l’électricité, de quoi nourrir, de quoi loger tout le monde mais mais mais symboliquement a-t-on vu dernièrement un symbole de paix quelque part ?

C’est que les mots sont mélangés, paix égal sécurité égal contrôle égal consignes et châtiments, ça jongle des paillettes nocives

Après comme disent les sages il n’y a pas de hasard, peut-être que sa venue était logique, qu’il est arrivé à point nommé au moment où il le fallait, une longue montétrumpization, d’accord, mais très honnêtement, va falloir qu’il reparte

Je ne sais pas ce que diront les futurs et futures historiennes historiens de cette période que nous vivons dans deux cents ans, quand nous devrons nous endetter pour acheter nos bouteilles d’oxygène portatives (je ne suis pas pessimiste, juste un chouilla, c’est juste que parfois quelquefois de temps en temps mes doigts s’activent et ma tête digère)

le mais statique et la technique du mini-fight

/ à propos des choses, des détails, des perles et des pyramides / de l’influence des fanzines, des refus et des erreurs de recopiage / sans oublier les matelots, les clacs, les cormorans et les listes à écrire

peut-être qu’il faudrait faire une approche psychologique des choses
enfin je ne veux pas dire ‘des choses’
je veux dire de la place de chacun
je veux dire : ça date de longtemps long long cette histoire
je ne me souviens plus des détails mais – je dis souvent ‘je’
parce que je parle depuis moi –
je ne saurais dire les détails précis mais
on a retrouvé une tombe
deux adolescents
tête bêche
le corps couvert de perles
d’une multitude de perles
tant de perles qu’il a fallu des années pour les assembler
des années et des années de travail
en ces temps reculés, immémoriaux comme on dit
on peut penser
formuler l’hypothèse
que ces adolescents couverts de perles
milliers de perles au point qu’on ne voyait plus leurs ossements
que ces deux adolescents
étaient remarquables
remarquablement aimés
pour qu’une tribu entière
en tout cas plusieurs membres de ce groupe
passe des années et des années à confectionner
de quoi recouvrir leurs corps
ou ils étaient respectés
autre hypothèse
très respectés
admirés
malgré leur jeune âge
qu’avaient-ils bien pu faire pour mériter
tant d’admiration tant de perles tant de travail de tant de mains
qu’avaient-ils fait en si peu de temps
si jeunes d’une jeune vie couverte de joyaux
assemblés organisés cousus
pour leur faire un tombeau magnifique
peut-être qu’ils étaient des élus
mais pourquoi
et par qui
peut-être des fils de roi
il y a aussi des tombes près des pyramides
tombes superbes d’invention
que les ouvriers artisans artistes
se préparaient les uns pour les autres
le soir après la journée de travail
tombes qui ne montaient pas plus haut que le sol
au contraire
tombes catacombes cataractes bas de fosse tombes en bas
quand les ouvriers artistes artisans passaient le jour à décorer les pyramides élevées vers le ciel, hautes hautes
ainsi on peut visiter deux sortes de tombeaux lorsqu’on devient égyptologue
des tombeaux qui s’élèvent
– tombeaux d’un seul
des tombeaux qui descendent
– du plus grand nombre
je veux dire que ça vient de très loin
long loin longtemps
le choix de qui on et ce qu’on fait à quoi on sert
qui on révère
la place de chacun
on devrait interroger d’où on vient et pourquoi on est là
par exemple par quelle école est passé tel ou tel qui prend des décisions pour tous
grande école
est-ce que dans cette école (grande) tel ou tel s’amusait de concours de t-shirt mouillé
est-ce que dans cette école (grande) tel ou tel écrivait un fanzine avec en dossier « la pute du mois »
et qu’est devenu ce tel ou ce tel
est-il en charge de décider pour moi
lui incombe-t-il la charge de décider
est-ce que sa parole porte
je ne sais pas
je ne possède que des détails
est-il en charge de décider qui ou qui aura quel ou quel poste
qui aura quelle charge
qui remplira quel dossier sur la reconnaissance faciale
insensible aux visages noirs car créée par des algorithmes de blancs
ce qui fait que lorsqu’une femme noire veut se laver les mains dans des toilettes publiques
si elle se place devant le capteur
le robinet reste sec comme ses mains
mais si elle porte un masque blanc
l’eau se met à couler
cela pose des questions quand même
sur les refus
et sur les possibilités
à qui on refuse
à qui on offre
et pourquoi
d’où vient et qu’a vécu celui à qui on refuse
d’où vient et qu’a vécu celui à qui on offre
je pourrais écrire les mêmes phrases avec ‘celle’ à la place de ‘celui’
mais je ne peux pas écrire celle et celui simultanément
parce que ma langue n’est pas unanime
elle n’a pas fabriqué de pronom rassembleur rassembleuse
qui crée la langue
d’où vient-il par quelle école est-il passé
je ne me souviens plus des détails mais il semble que
le mot ‘poids’
qui prend un d et un s à la fin
soit une erreur de recopiage
recopiée recopiée cent fois ensuite et ainsi essaimée
justifiée
faisant loi
mon correcteur d’orthographe ne reconnaît pas ‘essaimée’
qui a crée mon correcteur orthographique
car entendons-nous bien comme disent les gens sérieux
mon correcteur orthographique est contractuel
je veux dire qu’il est une fabrication acceptable à un moment M
sur laquelle le plus grand nombre s’accorde
mon correcteur orthographique n’est pas factuel
les montagnes sont factuelles
les trous dans les montagnes sont contractuels
les rivières sont factuelles
les déversements de boues rouges sont contractuelles
si on pousse le bouchon mon bouchon mon petit mon amour
la vie est factuelle
les tombes sont contractuelles
les milliers de perles qui cisaillèrent les doigts par leur couture sont contractuelles
alors je me demande
quel contrat contractuel on passe avec soi-même
pour parler là d’où on parle et dire je
mettre sur la balance ce je
de quoi est-il capable
de quoi est-il le signe
de quoi est-il l’aboutissement
c’est peut-être psychologique
tous ces contrats qu’on passe avec soi-même
les fatigues qu’on a
baisser les bras
mais est-ce que c’est psychologique de voir les fumées contractuelles
traverser l’océan
de l’australie à l’argentine
j’aime les réponses simples
elles me reposent
ma réponse simple
c’est la peur
la proportion de peur
qui fait qu’on est là où on est et qu’on parle comme on parle
peur de manquer alors on accumule
peur de souffrir alors on se protège en attaquant premier
peur de perdre la face alors on repeint la réalité/le passé
peur des visages noirs quand on est blanc
peur des femmes puissantes qui savent créer la vie mystérieusement
– imagine qu’elles refusent l’homme est anéanti
et ça l’inquiète, c’est effrayant –
peur de manquer de perles pour son tombeau d’où l’idée d’embaucher du monde
peur de parler dans le vide d’où l’idée de choquer
c’est psychologique la peur l’anxiété
contractuel et existentiel
ohé matelot matelote
buvons ensemble une dernière fois
mais avant ça si nous faisions la liste de tout ce qui ne fait
pas peur
elle est immense
mais invisible
un peu comme de la matière noire
qui fait tenir ensemble les planètes dans l’espace
au fait j’y pense maintenant
– en tant que je en tant que moi –
un astrophysicien a dit
que
si toutes les étoiles s’éteignaient à mon claquement de doigt
clac
on ne le saura pas
pas tout de suite
pas avant longtemps
très longtemps
à cause de la vitesse de la lumière
si elle met des milliers d’années à entrer dans notre œil
on mettra des milliers d’années à savoir qu’il fait noir
alors pendant ce temps-là
si nous faisions des listes amis amies amicales amitiés
des listes de ce qui ne fait pas peur
des milliers de perles anti-peur
à coudre découdre
pour recouvrir nos corps vivants
je n’ai pas peur des libellules
ces hélicoptères sans bombes
je n’ai pas peur des goélands
ni du cormoran qui s’ébroue
je n’ai pas peur de la soupe de carottes
ni de l’orange ni du miel
je n’ai pas peur du noir si noir qu’il devient violet quand il pleut
je n’ai pas peur d’attraper une main pour traverser la rue
pas peur de réparer une poche
pas peur des sons qui me dérangent
– mais je demande pourquoi comme dit John Cage –
et pas peur d’écouter Clara Schumann
je n’ai pas peur de perdre mes marque-pages
ni peur des gorilles grands végétariens
et je n’ai pas peur des slogans hostiles aux peurs
je n’ai pas peur
de
passer
à
la
ligne
je n’ai pas peur d’être petite
ceci n’est pas une méthode Coué
ceci n’est pas un exercice
anti-coulée
je n’ai pas peur de parler de là où je parle
avec mon historique
contractuel et factuel
je n’ai pas peur de mes colères
contre ce qui est infondé
néfaste
destructeur
et pas peur de la suite
ni des franges du tapis
qu’on va tisser
qu’on peut tisser
ici
ou là
à vot’bon coeur msieudames
Gratuit
est un mot qui ne me fait pas peur
Incongru
est un mot qui ne me fait pas peur
Désiré
est un joli prénom aussi joli que Désirée
Gracile
est un mot tendre
qui pourrait servir de prénom aux girafes
et Tendresse
un mot qui ne fera saigner personne
n’a fait saigner personne
ne fait saigner personne
Personne est un mot double
qui fait peur et qui ne fait pas peur
je n’ai pas peur du double
et des nuances
Inutile est un mot important
Important est un mot gonflé
c’est mieux quand il est maigre
Maigre est un mot pointu
ses os dépassent
je n’ai pas peur des os
je n’ai pas peur des tremblements
même si les tremblements font peur
ce sont aussi des vibrations
– les cordes du piano de John Cage et Clara Schumann vibrent –
et les cartes postales se complètent
à satiété
le mot Difficile est facile à prononcer
et le mot Facile un peu rat
le mot Rat est intelligent
on raconte même qu’il sauve son partenaire coincé dans un tuyau
et que les scientifiques en blouses blanches en prennent note
en l’observant
on dit que les moutons reconnaissent les visages
je ne sais pas vous mais moi ça ne me fait pas peur
comme la curiosité
je n’ai pas peur d’être curieuse
sens propre / sens figuré
nous sommes des bêtes curieuses
assez bêtes et assez curieuses
pour faire des listes
et des listes de listes
longtemps
dans le lointain du long long
jusqu’à ce que les lumières s’éteignent clac
et même ensuite
sans peur et sans reproche chevalier chevalière
la chevalière n’est pas le féminin de chevalier
mais l’adjectif qui s’y rapporte
(fortune chevalière, bague à la chevalière)
alors je dis
faisons des listes
de chevalières essaimées
mon correcteur s’habituera

Je pose ça là

Il y a sûrement des gens qui ont eu l’idée d’écrire à des endroits imprévus. Qu’est-ce qui m’empêche de faire ça. Laisser des petits mots ici ou là. De petites phrases, écrites sur des rubans de papier. À laisser tomber, à essaimer. Dans les vitrines des magasins de chaussures. Dans les boîtes aux lettres des sous-préfectures. Sur les appuis de fenêtre. Des tas de choses atterrissent sur les appuis de fenêtre, des canettes vides, des mégots, alors pourquoi pas des petits mots, ça n’aurait l’air de rien, mais est-ce que ce serait vain ? (rime pauvre). En tout cas ce serait un signe. Une sorte de prise de position. Quelque chose qui trafique l’habituel, le grand gourou catégoriel. Je ne suis pas sûre pour ce qui est de le ronger de l’intérieur. Pour ce qui est d’entrer avec les codes-passeport dans la structure pour en gratter les fondations, plus tard, en modifier les équilibres. Même avec l’intention cachée de secouer, en attendant, il faut faire allégeance, ce qui revient à transformer le digéré en interlocuteur valable, incontournable. On pourrait faire sans. Sans se soucier. Faire sans cahier des charges. Déboussolés, déboussoler. On se déboussole soi, on déboussole le reste, j’aimerais ça, c’est peut-être contagieux, je ne sais pas. Ajouter sur les présentoirs des cartes postales déjà écrites qui disent qu’on n’est pas des enclumes, qu’on a besoin de faire de l’air, qu’on pourrait écarter les bras, bref que les présentoirs qui tournent leurs clichés ventres à terre et leurs chiens à lunettes méritent d’être remués. Laisser des mots sur les tables en terrasse ou au dos du ticket de caisse. Laisser des mots dans les poches des manteaux essayés des galeries commerciales. Au rayon bricolage, entre les tournevis, laisser des mots. Écrire là où ça n’est pas normal d’écrire, j’aimerais ça. Je reçois un mail avec un appel à candidater dans une résidence d’écriture. Je ne répondrai pas. Il y a un dossier à remplir, c’est loin, je suis trop vieille pour ça. Et cette histoire de repérage-déboussolage, ça me perturbe. Je lis résidence, j’entends assignation à résidence. Pourquoi ne pas secouer, secouer, dire : la résidence d’écriture accueille tout le monde sans distinction, le but du jeu étant la désérésidenciation. Un nouveau mot. Qui ne rapporte rien au scrabble, et puis il y a trop de lettres. Mais dans ce que j’imagine, y’aurait jamais trop de lettres. On écrirait partout, dans les maisons témoins, celle-ci, et même les vraies. On viendrait visiter (« Spacieuse, accueillante et lumineuse, découvrez une de nos réalisations« ), on prendrait l’air intéressé, et puis négligemment on poserait des rubans de phrases dans les fausses jardinières et sous les abat-jours. Si on se faisait prendre, on dirait juste Je pose ça là.

allez allez

en fait l’idée c’est de faire ce que l’on fait
avec plus ou moins de bonheur
plus ou moins de chance
plus ou moins de sérénité et de ténacité
plus ou moins de questionnements
sans oublier que nous ne sommes pas des îlots ou des gardiens de phare, faire c’est aussi regarder ce que font les autres avec plus ou moins de hardiesse, plus ou moins de vilenie, plus ou moins d’âpreté, plus ou moins de courage et/ou de cohérence
le faire des autres vient heurter s’engouffrer s’insinuer saupoudrer pénétrer notre faire à nous
et c’est ce qu’on garde de ces poudres de ces poteaux ou ces tenailles qui compte
par exemple j’ai lu cet homme qui dénonce ceux qui sont fiers de leur hideur
j’ai vu ces sit-in
ces armes maniées à la cow-boys
ces pelleteuses que des bras sans force repoussent, bras accablés
ces têtes hautes qui refusent de s’asseoir au fond du bus, qui refusent que les noyés se noient
faire, ce n’est pas difficile
faire, c’est impossible
c’est entre ces deux plateaux de la balance que son propre visage se sculpte en trois dimensions
et dans ce faire il y a aussi l’insu
ce qui survient et n’était pas prévu
parler de cinéma, ce n’est pas parler de cinéma, c’est parler des gens de comment ils vivent de comment ils sont vus de comment ils se voient de ce qui est proposé dans le faire
on peut se placer en vigie
on regarde ou on tourne les yeux
on fait comme ça nous chante
et parce qu’on fait ce qui nous chante ça sonnera toujours assez juste
(l’idée)
parce que les idées, ce ne sont pas des concepts, ce sont des corps
les rêves de piscines vides n’existent pas
ou bien c’est que les boutiquiers ont gagné ?
les boutiquiers à cols blancs dont les suv possèdent un pare-chocs anti rhinocéros en centre-ville ?
non les rêves de piscines vides n’existent pas
hop
inutiles
et déjà envolés
allez allez, ne traîne pas dit la voix, tout va bien

vos gueules les poètes

dans les maisons témoins, les vraies, les livres sont des boîtes en carton vides, un peu comme les cadeaux de noël qui décorent les branches de sapins coupées dans les rues en décembre — je crois avoir toujours eu en moi un reste de cette déception d’enfant en forme de lézarde, on dépiaute les rubans et on tombe sur un foutu cube en polystyrène
dans la médiathèque où je vais, les livres sont des livres, c’est déjà bien
je ne sais pas si c’est bien, dans la médiathèque où je vais il n’y a pas de rayon poésie, parce que les livres de poésie sont disséminés dans le rayon littérature générale
c’est peut-être mieux ce sans barrière
les poèmes font des livres avec des pages comme les autres après tout, alors c’est peut-être mieux de ne pas les regrouper à un endroit unique
surtout quand c’est un poil révélateur, exemple l’endroit fait 33 cm de large et repose sur deux étagères et attention, rien que de l’éclectisme inattendu qu’on aurait pas vu venir : baudelaire rimbaud verlaine hugo prévert et boum
alors je ne sais pas, d’un côté je me dis c’est une bonne idée d’essaimer la poésie, éparpillons-là façon puzzle ou attaque printanière de pollens, et d’un autre côté j’ai vraiment peur que ce soit plus facile ainsi de cacher ce qui est disponible, c’est à dire [1] ce qui est disponible dans l’ordre d’apparition (et non pas dans l’otarie comme a voulu me le faire écrire mon correcteur orthographique, quel impertinent celui-là) baudelaire rimbaud verlaine hugo prévert et boum
mais de toutes façons je n’y connais rien en poésie
il y a des courants, des écoles, des inimitiés terribles dont je n’ai aucune idée
je ne suis pas une fana de poésie en général, c’est plutôt que parfois une voix m’attrape : exemple antoine emaz, c’est mon exemple le plus solide et c’est un poète
c’est pour ça que cette idée d’essaimer les livres me va
c’est un peu comme la littérature
par exemple, le style antoine-compagnon-like ou la grande-librairie-like, je conçois mal que ce soit rangé dans la case littérature mais c’est comme ça, c’est le genre de denrées nouvelle-cuisine, une assiette blanche avec un zigouigoui de purée de brocolis en torsade sur le côté pour l’asymétrie élégante, la grande-cuisine-revisitée comme ils disent
le peu que j’en ai vu, les conférences d’antoine compagnon tiennent de la grande littérature-revisitée et torsadée de zigouigouis savants, sachants, anecdotiques, évidemment que l’écrire de duras à côté fait plat du pauvre et ressemble à un briquet d’ouvrier mangé sur le chantier en comparaison
la cuisine de la grande-librairie, pour le peu que j’en ai vu, ressemble plus à ces marque-pages papiers glacés, découvrez, voyagez, ressentez, ces publicités pour croisière grecque avec l’acropole en arrière-plan, placée là comme une torsade sur le bord de l’assiette blanche à je-ne-sais-pas-combien d’euros, en tout cas plus chère que ce que je dépense par an en coiffeur c’est-à-dire pas bézef puisque j’y vais en gros deux fois par décennie
mais qu’est-ce que j’en sais, je n’y connais rien en littérature
je n’ai aucun avis sur les écoles, les courants, les détestations, les colloques pour initiés, les top-tens des ventes en tête de gondole sur des présentoirs amovibles à superU juste à côté de ceux où tout est à 5 euros, l’ouvre-bocal et le set de table avec un dessin d’arrosoir anglais
qu’est-ce que j’y connais, la poésie pourrait très bien être un ouvre-bocal ou un arrosoir anglais après tout
je ne sais plus où je voulais en venir
ça aussi c’est un truc, c’est très mal vu de ne plus savoir où on voulait en venir, il vaut mieux convaincre, argumenter, échafauder, asseoir, et dérouler un raisonnement valable en partant du point a jusqu’à une lettre quelconque qui passe par un alphabet rangé correctement dans l’ordre je crois
cette maison[s]témoin ici n’est pas très occupée, pas très fréquentée
c’est un peu le grenier ou le cinéma dans l’impasse où je prends en photo la gouttière, les gens n’y passent pas délibérément, il y a la cathédrale en face qui prend toute la lumière, mais est-ce que ça empêche que le cinéma existe, ben non, même si on est très peu à savoir qu’il est là, c’est le fait qu’il soit là qui compte [2]
j’ai voulu ça au départ, je veux dire quand j’ai créé le site maison[s]témoin, parce que ça m’a semblé une bonne idée, je voulais qu’il soit exonéré du reste, un endroit un peu exotique où on ne moquerait de l’audience et de la temporalité, où les pièces mêmes vides raconteraient des histoires à qui veut bien passer sans presser le pas vers la route piétonne où, que ce soit dimanche, jours fériés etc, tous les magasins restent ouverts, le tourisme tu vois
je crois que c’est ça qui m’énerve un peu, je repense à compagnon et à la grande-librairie like — ce sont des exemples, je ne leur en veut pas personnellement d’exister — on présente ça comme de la grande-cuisine ou comme du cinq-étoiles-sur-le-michelin alors que c’est seulement anecdotique ou commercial ce genre d’échoppes, il y a ça aussi ici, des échoppes pour touristes, on a présélectionné ce qu’ils doivent acheter, la carte postale du d-day, le drapeau et l’affiche, le porte-clé d-day avec la voiture de guerre kaki dont les sachants savants experts connaissent le nom exact (la willys mb de 1941 par exemple), moi pas
alors je suis contente que le site de la maison[s]témoin ne soit pas in the mood, que ce ne soit pas un manifeste
ça aussi, je suis un peu fatiguée des manifestes, des pamphlets dont on choisit le titre pour bien marquer les esprits, genre vos gueules les poètes, ou les poètes sont morts, pour derrière s’enfourner dans des anecdotes et des courants, des détestations — je déteste les détestations, est-ce que c’est détestable ou une ironique mise en abîme ? ça me fait toujours penser au « pour ce qui est de la modestie, je ne crains personne » d’alphonse allais
donc je ne voulais en venir nulle part, ce serait ça mon manifeste
je pourrais faire ça, un manifeste qui ne va nulle part, qui ne veut rien prouver ni convaincre, mais avec un titre bien saignant comme vos gueules les poètes pour attraper les chalands
parce que la visibilité coco
hier j’ai vu un reportage sur duchamp, et quand ils en sont arrivés aux années fluxus ils ont cité des tas de noms d’hommes, mais évidemment pas yoko ono, alors que c’est elle qui lance le truc, george maciunas la suit, et c’est elle qui dit je n’aime pas les écoles, les courants, c’est vachement réducteurs, bref, elle va rester sorcière jusqu’à la fin et de ce côté-là invisible
ce qu’on connaît du monde, c’est vraiment pedzouille quand même
lutter contre la visibilité ou l’invisibilité, celui ou celle qui écrira un manifeste sur ça, bien du courage, c’est comme écrire un manifeste contre le pouce opposable
donc je vais aller à la médiathèque ce matin, et comme j’aime bien la poésie je ne chercherai pas dans le rayon littérature générale à retrouver disséminés les noms de baudelaire rimbaud verlaine hugo prévert et boum
j’essaierai aussi de me boucher les oreilles quand machinette (chaussures de prix, bracelets en or, maquillage ouvragé et chapeau sur mesure) dirait à machinette bis, sa grande copine [3] ah que c’est bien écrit
bien écrit pour elle ça veut dire une bonne tripotée d’adjectifs suaves, des mots comme nacre, iridescent,  diapré, conséquemment
oui vraiment je n’y connais rien ni en poésie ni en littérature, il y a des tas de livres qui me fatiguent, je ne sais pas ce que je cherche, peut-être des trucs rugueux, mon père aimait le bois et j’aimais le regarder travailler le bois et j’aimais les copeaux et les morceaux de bois pas encore poncés avec des éclats, des entailles, et quand, à force de polir ça devenait lisse, puis verni, fini au sens de fignolé, ça ne m’intéressait plus parce que ça donnait au bois cette qualité étanche, je suis étanche à l’étanchéité on pourrait dire
c’est comme le buis, j’ai toujours de la peine de voir des buis taillés en boules, en zigouigouis décoratifs, en torsades, ce qu’il faut être prétentieux pour dompter les plantes comme on coule de la crème chantilly quand même
je vais appeler cet article vos gueules les poètes, histoire de taquiner
j’ai lu un livre comme ça une fois, un pamphlet au titre très batailleur, scandaleusement attirant, et une fois lu on réalisait qu’on avait écouté quelqu’un raconter sa vie, et pourquoi pas après tout
c’est bien aussi que dans la maison[s]témoin, qui est témoin de tas de choses forcément, on puisse raconter sa vie aussi
si j’avais de l’énergie je ferais un essai argumenté : comment raconter sa vie partout et tout le temps
parce que tout le monde raconte sa vie
les publicités pour l’acropole racontent des vies, la vie rupine, la vie schizophrène qui prend quand même l’avion ou le paquebot pour rien en s’émouvant par instant que les libellules disparaissent
même les débats à l’assemblée racontent des vies, il ne faut pas croire, ce n’est pas délesté du quotidien, quand machin pose une question qui n’est pas une question mais plutôt un commentaire fayot et qu’il fait durer sa flatterie six heures juste pour accaparer du temps de parole qui sinon serait utilisé par quelqu’un ou quelqu’une de plus teigneux par exemple, ça raconte bien la vie intellectuelle qu’il porte et l’exigence de sa pensée je trouve, et c’est très comparable à machin bis qui se gare au milieu de la rue et tout le monde derrière attend qu’il ressorte du tabac avec ouest-france, c’est des indices de vie, de vie réelles qui se racontent là devant nous, des vies somme toute pragmatiques
et tout le monde le sait qu’être pragmatique, c’est bien
normalement à la fin d’un billet on cherche une chute, ou quelque chose qui finisse sur une ouverture
on cherche à polir le bois en fait
bah
————–
[note 1 : attention les yeux, que du neuf msieudame, des noms que vos oreilles ignorent, gaffe au risque de se faire fêler le petit cailloux à l’intérieur qui sert à gérer l’équilibre, d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît ceux qui sont entrés en contact, ils basculent, c’est comme le petit doigt rigide des envahisseurs que traque david vincent, ils les a vus, ils sont là, musique à forte connotation inquiétante, quand au tympan n’en parlons pas, il va faire une tronche de cent pieds]
[note 2 : ça me fait penser que ce n’est pas pour rien peut-être que pch soit l’habitant de la maison[s]témoin le plus actif, il aimerait la rue dont je parle avec le cinéma, il aime le cinéma et les rues où on prend en photo les gouttières, c’est bien que ce soit comme ça]
[note 3 : (elles ont toutes les deux « quelque chose » en lubéron ) (ces gens-là ne possèdent pas une maison, ils ne disent pas une maison ou une propriété, c’est trop caca, ils font dans la possession-revisitée avec le zigouigoui de possédant qui se traduit pudiquement par le terme « quelque chose »)]